BIOGRAPHIE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

ARTICLES CONCERNANT
LA « JAMBE CASSÉE »* DE FLAUBERT



[Extrait du Figaro du mardi 28 janvier 1879 (p. 3).]
[En ligne sur le site Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k276989p/f3]
[Déjà transcrit dans la Correspondance, éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Bibliothèque de la Pléiade, t. V, 2007, p. 1323 (note 4 de la p. 512).]

Télégrammes et Correspondances

Rouen, 27 janvier. – Gustave Flaubert s’est cassé la jambe dans sa propriété de Croisset, en allant ouvrir la porte à des amis qui venaient le voir.



[Extrait du Journal de Rouen du mercredi 29 janvier 1879 (p. 2).]
[En ligne sur le site des Archives départementales de la Seine-Maritime]

Chronique locale

Un regrettable accident est arrivé avant-hier matin à M. Gustave Flaubert, l’éminent auteur de Mme Bovary.

M. Flaubert était dans sa propriété à Croisset et allait ouvrir la porte à des amis qui venaient le visiter, lorsqu’il a glissé sur de la neige durcie et s’est fracturé la jambe. L’un des visiteurs de l’écrivain était un médecin qui a donné immédiatement au blessé les soins les plus empressés.

Tout fait espérer que cet accident, qui a vivement ému les nombreux amis de M. Gustave Flaubert, n’aura pas de suites graves.


*[Note du transcripteur : dans sa correspondance, même si Flaubert, pour simplifier semble-t-il, parle à plusieurs reprises de « fracture » et de « jambe cassée », il donne à sa nièce Caroline la nature exacte de sa blessure, dans sa lettre du 27 janvier 1879 : « Je me suis donné samedi, en glissant sur le verglas, une très forte entorse avec fêlure du péroné. Mais je n’ai pas la jambe cassée » (Corr. V, p. 510). Les lettres suivantes, à divers correspondants, donnent le même diagnostic.]


[Documents saisis par Olivier Leroy, décembre 2017.]



Mentions légales