BIOGRAPHIE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Inventaire Bidault linéaire

Me BIDAULT Notaire
32649
ROUEN

L’an mil huit cent quatre vingt, le jeudi vingt mai à onze heures du matin.

À Canteleu, section de Croisset où demeurait et où est décédé le huit mai présent mois, monsieur Gustave Flaubert, propriétaire et homme de lettres, chevalier de la Légion d’honneur.

À la requête :

1° de monsieur Achille Flaubert, docteur en médecine, chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, chevalier de la Légion d’honneur, demeurant à Rouen, rue de Lecat n°51, actuellement à Nice, quai du midi, maison Chauvet.

Représenté à ladite opération d’inventaire par M. Georges Albert Denise, clerc de notaire, demeurant à Rouen, rue de Lecat n°48, ici présent, son mandataire en vertu de la procuration qu’il lui a conférée suivant acte reçu par Me Ginésy et son collègue notaires à Nice (Alpes Maritimes) le quinze mai présent mois, dont ledit original enregistré et légalisé est demeuré ci-annexé avec mention signée des notaires après avoir été certifié véritable par le mandataire.

2° de Madame Désirée Caroline Hamard, sans profession, épouse assistée et autorisée de M. Ernest Octave Commanville, négociant, avec lequel elle demeure à Canteleu, section de Croisset.

Monsieur Achille Flaubert habile à se porter héritier pour moitié de son frère germain, M. Gustave Flaubert.

Et Madame Commanville, à la représentation de sa mère Madame Joséphine Caroline Flaubert, décédée à Rouen le vingt-deux mars mil huit cent quarante-six, épouse de M. Émile Auguste Hamard, habile à se dire et porter héritière pour l’autre moitié de M. Gustave Flaubert, son oncle.

À la conservation des droits et intérêts des parties requérantes et sans que les qualités ci-dessus prises puissent nuire et préjudicier à qui que ce soit, il va être par Me Gustave Edmond Bidault et son collègue notaires à Rouen, soussignés procédé ainsi qu’il suit à l’inventaire fidèle et à la description exacte des meubles, effets mobiliers, livres, titres, papiers, deniers comptants et renseignements pouvant dépendre de la succession de M. Gustave Flaubert et ce, dans les pièces ci-après décrites d’une partie de la maison située à Canteleu, section de Croisset qu’occupait M. Flaubert.

Ladite opération aura lieu au fur et à mesure de la reconnaissance et levée des scellés apposés au dit domicile par M. le suppléant du juge de paix de Maromme le neuf mai dernier.

Sur la représentation qui sera faite des objets à inventorier par Madame Clémence Calbrix épouse de M. Eugène Grévin, journalier demeurant à Croisset, commune de Canteleu, instituée gardienne des scellés suivant le procès-verbal d’apposition des scellés en date du neuf mai dernier.

La prisée des objets mobiliers sera faite par M. Alfred Jules Lemoël, greffier de la justice de paix de Maromme, expert choisi par les parties, lequel a promis faire cette estimation en son âme et conscience eu égard au cours du jour.

Et après lecture, M. et Madame Commanville, M. Denise ès qualités et M. Lemoël ont ci-dessous signé avec la gardienne des scellés et les notaires.

[Note marginale : Cinq mots rayés comme nuls.]

[signatures de Ernest Commanville, de Caroline Commanville, de Clémence Grévin, de George Albert Denise, de Alfred Jules Lemoël, de Maître Gustave Edmond Bidault et de M. Courcelle]

Prisée

Dans une chambre au premier étage éclairée par deux fenêtres sur le jardin

Une couche en bois d’acajou, une paillasse, un lit de plume, deux matelas, un traversin, un dessus de lit en tricot, le tout prisé cent trente cinq francs.

Deux fauteuils en bois d’acajou, et fonds élastiques, une chauffeuse en bois d’acajou, fonds en tapisserie, un tapis d’appartement en moquette, une carpette, le tout prisé quatre-vingts francs.

Quatre rideaux de croisée en indienne perse, quatre autres en mousseline brodée, deux tringles en fer, le tout prisé avec les patères et les embrasses dix huit francs.

Deux chenets, estimés un franc.

Une pendule à colonne portant sur le cadran le nom de Lépine ; deux flambeaux en cuivre, deux babouches, un vide poche en bronze, un pot à tabac en terre et un porte allumettes, le tout prisé soixante francs.

Douze cadres, quatre écrans, deux carabines, un fusil à deux coups à piston, une gourde, un sabre, un médaillon en plâtre, un autre en bronze, le tout prisé soixante-quinze francs.

Une table de nuit en acajou, estimée quinze francs.

Une table en noyer à dessus de cuir estimée deux francs.

Dans une garde robe se trouvant dans la même chambre :

Un paletot, un gilet, un pantalon en drap bleu, un autre vêtement complet en drap, un habit en drap noir, un pardessus, une jaquette en drap marron, une robe de chambre d’été, un pantalon en drap marron, une redingote et un gilet noir, un autre pantalon et un gilet en drap noir, deux autres gilets en drap noir, un paletot en drap croisé, un vêtement complet en drap noir, deux manteaux de voyage en mérinos, deux paires de bottes, une paire de demi-bottes, cinq paires de bottines, trois paires de souliers, quatre paires de sandales, un chapeau en feutre gris, sept cannes, le tout prisé deux cent quatre-vingts francs.

Dans la chambre où il est procédé, un porte manteau en acajou estimé dix francs.

Dans un placard d’armoire, un panama, un chapeau de feutre, un manteau en drap, deux robes de chambre, un autre chapeau en feutre, dix-neuf chemises, une écharpe rouge, douze paires de chaussettes, un autre chapeau haute forme en feutre, une casquette, cinq autres chemises, cinq gilets en toile et piqué blanc, deux gilets de flanelle, sept caleçons, deux autres caleçons, un châle en laine, une vareuse ; et divers vêtements algériens, le tout prisé cent cinquante-cinq francs.

Une culotte en peau de daim, une ceinture, une autre ceinture en coutil, une valise en cuir, quatre paires de chaussettes, le tout prisé quinze francs.

Dans une autre petite armoire : deux pupitres, un irrigateur, un sabre, un porte baïonnette le tout prisé cinq francs.

Dans un corridor au premier : – deux cadres en bambou, renfermant diverses gravures, estimés vingt francs.

Deux ceintures indiennes, trois carapaces, estimés cinq francs.

Dans une autre chambre au premier étage éclairée par une fenêtre sur la cour :

Une couche acajou, une paillasse, un lit de plumes, deux matelas, une couverture en laine, une autre en coton, un dessus de lit, un oreiller, un traversin, un couvre lit, et deux rideaux d’alcôve en indienne avec bâtons, anneaux, et patères, le tout prisé cent quarante sept francs.

Une autre couche sur laquelle : un sommier, deux matelas, un lit de plumes, une couverture en laine, une autre en coton, un dessus de lit piqué, un traversin, un oreiller, un couvre lit, deux rideaux d’alcôve en indienne, avec bâtons, anneaux, et patères, le tout prisé cent quarante six francs.

Deux fauteuils acajou à fonds élastique en drap bleu capitonné, un autre fauteuil acajou à dossier en drap bleu, une toilette en acajou à dessus de marbre blanc veiné bleu, deux pots à eau et leurs cuvettes en faïence, un porte savon, et divers accessoire de toilette, une table de nuit acajou à dessus de marbre, une petite commode en acajou à dessus de marbre, le tout prisé : cent vingt francs

Deux flambeaux en cuivre, cinq cadres, un verre d’eau, un porte allumettes le tout prisé treize francs.

Deux rideaux de croisée en indienne, deux petits rideaux en mousseline, un tapis d’appartement en laine, une descente de lit, le tout prisé vingt francs.

Dans un placard d’armoire : deux chiens de faïence, une veilleuse, un encrier, une coupe en marbre, une corbeille en porcelaine, le tout prisé six francs.

Dans un cabinet de toilette à côté :

Un tabouret de nuit, un seau de toilette et une cruche, une petite chaise foncée en paille, le tout prisé sept francs.

Dans l’escalier : – Deux vases en faïence, quatre masques en bois, deux petites tables en bois noir, le tout prisé quarante cinq francs.

Dans une salle à manger éclairée par deux fenêtres et une porte vitrée sur le jardin :

Une table carrée, une autre table ronde en noyer, une servante étagère en acajou, six chaises en merisier foncées en paille, une autre grande chaise, deux petits bas de buffet en bois peint, une console en noyer à dessus de marbre, deux colonnes en bois surmontées chacune d’une statue en plâtre, deux coupes en marbre, une autre statuette égyptienne en plâtre, un tableau représentant Napoléon premier, le tout prisé : cent francs.

Trois plateaux en cuir bouilli, six grands rideaux de croisées en indienne, six rideaux en mousseline, une corbeille et une brosse à pain, un tapis d’appartement, le tout prisé cinquante deux francs.

Dans un placard d’armoire : – un cabaret, un appareil pour cuire les œufs, dix huit pots à crème et leur plateau, un timbre, deux tasses à thé, trois tasses à café, cinq coquetiers, trois carafons et un autre carafon, cinq salières, cinq plateaux en cristal, six verres à cidre, douze verres à vin, trois rince bouche, quatre autres tasses à café, quarante-huit assiettes en porcelaine, quatre compotiers, une soupière, et un plat en porcelaine, sept plats en faïence, vingt-quatre pots à crème, une corbeille en osier, un lot de menue poterie ne méritant description le tout prisé trente-huit francs.

Dans une autre armoire tenant nature de fond :

Trente-cinq verres à champagne, treize verres à vin et à liqueurs, deux salières, une carafe, deux sucriers en porcelaine, un compotier en cristal, un autre compotier également en cristal, trois légumiers, six assiettes, un plateau en porcelaine, six garde nappes en bois, le tout prisé vingt-un francs.

Total de la prisée seize cent vingt-un francs.

Ce fait vu l’heure avancée et l’impossibilité de terminer, lad[ite] opération a été renvoyée à demain vendredi vingt-un mai mil huit cent quatre-vingt à onze heures du matin.

Les objets ci-dessus inventoriés ont été laissés en la garde et possession de M. et Made Commanville qui s’en chargent pour les représenter quand et à qui il appartiendra.

Il a été vaqué à ce qui précède depuis l’heure susdite jusqu’à celle de six heures du soir.

Et après lecture, sous toutes réserves, les parties requérantes ont ci-dessous signé avec M. Lemoël, la gardienne des scellés et les notaires.

[Signatures]

 

Rep[ort]

et ce jour d’hui vendredi vingt-un mai mil huit cent quatre-vingt à onze heures du matin.

Au domicile à Canteleu, section de Croisset où demeurait et où est décédé le huit mai présent mois, Monsieur Gustave Flaubert, propriétaire et homme de lettres, chevalier de la légion d’honneur, aux mêmes requêtes, présences et qualités que celles énoncées en l’intitulé du présent inventaire, il va être par Me Bidault et son collègue, notaires à Rouen, soussignés, procédé à la continuation de l’inventaire après le décès de M. Gustave Flaubert dans ladite maison à Canteleu, section de Croisset. La représentation des objets à inventorier continuera d’être faite par Made Grévin.

 

Suite de la prisée

Report de la prisée précédente : seize cent vingt-un francs.

Dans une petite salle au rez-de-chaussée éclairée par deux fenêtres sur le jardin :

Une table ronde en acajou, quatre chaises foncées en paille, un tapis d’appartement, une pelle, une pince, deux statuettes, un porte allumettes, un médaillon en plâtre, le tout prisé cinquante francs.

Quatre grands rideaux en mousseline brodée avec leurs embrasses, patères et tringles, quatre petits rideaux aussi en mousseline, quatre rideaux en calicot, le tout prisé quatorze francs.

Dans un placard d’armoire : – trois tasses, un compotier, six couteaux de table à manche en ivoire, deux plateaux en tôle, le tout prisé quatre francs.

Dans la cuisine : – deux chenets, un garde cendres, une pelle, une main de fer, quatre bouillottes, trois boites en fer blanc, deux chandeliers en cuivre, un bougeoir en fer et un autre en cuivre, une lanterne d’écurie, un plat et six assiettes en faïence anglaise, le tout prisé douze francs.

Un bain de pied en cuivre jaune, une alosière, une bouillotte en cuivre rouge, une turbotière en fer, trois casseroles et quatre couvercles en cuivre rouge, deux autres casseroles en cuivre avec un couvercle, un poêlon, une cuisinière, un poêlon, une boîte à sel, un moulin à café, deux chevrettes, un légumier, trois théières en métal, un lot de poterie, une cruche, deux louches, une cuillère à ragoût, un broc à lait, quatre plats en fer battu, une passoire, le tout prisé cinquante francs.

Un chouquet, une table de cuisine, une table ronde, une fontaine, quatre chaises, le tout prisé dix francs.

Dans un buffet : – une soupière, un saladier, deux plats, deux plateaux de balance, un autre saladier, un lot de poterie, le tout prisé trois francs.

Dans la buanderie : – treize draps estimés quatre-vingt dix francs.

 

* Dans un cabinet de toilette au premier étage, éclairé par une fenêtre sur le jardin

Une table en bois de noyer, une autre table avec sa toile cirée, un tapis d’appartement, un seau de toilette, une cruche, deux grands rideaux en calicot, deux rideaux en mousseline, un coffre fort, le tout prisé soixante francs.

Un tabouret dit bidet en acajou, une cuvette, deux éponges, un lot de brosses, rasoirs et objets de toilettes, le tout prisé douze francs.

Deux cravates en soie, une paire de manchettes, un sac en soie et velours renfermant des sachets, une cravate en soie rouge, deux calottes, cinq paires de gants, dix bonnets de coton, deux paires de chaussettes, deux gilets de flanelle, deux chemises, un chapeau, trois caleçons, une ceinture, le tout prisé vingt francs.

Dans le cabinet de travail éclairé par cinq fenêtres sur le jardin, et situé au premier étage :

À la cheminée : deux chenets, un garde cendres, une pince, un soufflet, une balayette, le tout prisé quatorze francs.

Une pendule portant sur le cadran le nom de Destigny en marbre à sujet en bronze, deux coupes en marbre et bronze, deux babouches, deux potiches, une coupe sébile, deux écrans, un flambeau en bronze, une lorgnette, une trousse de toilette, une coupe en marbre, une blague, le tout prisé soixante quinze francs.

Deux appliques en bronze à trois feux, une statuette en plâtre avec son applique, une aquarelle représentant une napolitaine, une reproduction photographique du tableau intitulé Visions, une gravure représentant La Tentation de saint Antoine de Callot avec son cadre en chêne, une peinture représentant une vue du Caire, trois cadres, le tout estimé quatre-vingts francs.

Une panoplie composée de : lances, javelots, flèches, une mandoline, un tambour de basque, une hachette, une pipe orientale, une statuette chinoise en carton, un arguillet [sic pour narguilé], le tout prisé cinquante francs.

Une statuette en plâtre iacchus le tout prisé cinq francs.

Un canapé en bois de chêne sculpté fond élastique capitonné et recouvert en moleskine, trois fauteuils et deux chaises aussi en chêne sculpté, un coussin de fauteuil, une grande bibliothèque à sept compartiments aussi en chêne sculpté, deux autres petites bibliothèques en chêne sculpté, le tout prisé quatre cent soixante-cinq francs.

Une table bureau en noyer, une grande table ronde à pieds en acajou, et plateau en bois blanc, un tapis de table en drap vert, une chauffeuse en bois d’acajou recouverte en tapisserie, un coussin fond en laine, un autre foncé en cuir, une peau de tigre, une peau de lynx, une peau d’ours blanc, un lit de repos comprenant un bâtis en bois blanc, sommier en crin, un tapis, quatre coussins, un oreiller en plumes, un dessus de lit en laine, le tout prisé cent cinquante francs.

Une boîte coffre persan en bois peint, une papeterie en bois de chêne, trois cartons, un sous main en acajou fond en drap, une sébile en cuivre, une autre en métal, un plat rond en métal, un autre plat corbeille, un porte plumes et crayons représentant un dragon, un presse papier en marbre, un encrier en bronze, trois couteaux à papier dont un aux initiales GF, une tête de sanglier du Pérou, deux lanternes du Caire, un pot à tabac, un sabre chinois, un porte livres, un grand tapis moquette, un autre tapis de foyer, le tout prisé cent soixante francs.

Cinq garnitures de croisée comprenant chacune deux grands rideaux avec leurs anneaux, patères et embrasses, deux petits rideaux brochés, deux portières en étoffe avec leurs anneaux et patères, une valise, un autre coussin rond en cuir, un garde feu, treize cartons, le tout prisé trente francs.

Et à cet instant les notaires se sont de nouveau transportés dans la salle à manger ainsi que M. Lemoël, et ils y ont trouvé :

Argenterie et bijoux

Une soupière marquée CF, un plat ovale et deux plats ronds, mêmes marques, un huilier, un sucrier et sa pince, une cafetière, et une louche, le tout sans marque, seize couverts marqués CF, six couverts à dessert marqués CF, huit cuillères à café, sans marque, une cuillère et deux fourchettes marquées N Flaubert, trois cuillères à café dont une marquée CF les deux autres sans marques, une petite casserole, deux flambeaux marqués CF, une veilleuse marquée CF, une coupe et une soucoupe en vermeil, le tout pesant ensemble onze kilogrammes cinq cent soixante grammes estimé deux mille quatre-vingts francs.

Deux cloches en plaqué marquées CF, deux seaux à glace, cinq couteaux à dessert manche noir à lame et garniture en argent, cinq couteaux à huîtres à manche noire [sic] et lame d’argent estimés cinquante francs.

Une montre remontoir à double boîtier or portant les initiales GF et le numéro 6372, une chaîne giletière en or, une bague chevalière en or avec pierre carrée, le tout estimé deux cents francs.

Dans une des deux petites bibliothèques ci-dessus estimées :

Quatre-vingts volumes reliés, œuvres de George Sand, cinq volumes œuvres de Shakespeare, un volume intitulé The Poetical Works, trois volumes d’archéologie de Muller, trois volumes intitulés Cornelius Tacitus, un volume intitulé Horatii flacci carmina, trois volumes intitulés Plautæ comoedia, deux volumes intitulés Horatius Flaccus, trois volumes intitulés Bibliographie universelle, un volume relié intitulé Salammbô, deux volumes reliés intitulés éducation sentimentale, deux volumes reliés intitulés Madame Bovary, un volume broché intitulé La Tentation de saint Antoine, un volume intitulé Trois Contes, quatre volumes brochés œuvres de Edmond et Jules de Goncourt, cinq volumes brochés œuvres de Émile Zola, onze volumes brochés œuvres d’Alphonse Daudet, deux volumes brochés de Jules Breton et Catulle Mendès, les œuvres de Plutarque en vingt-cinq volumes, Histoire romaine de Michelet en deux volumes, trente sept volumes œuvres de Michelet, vingt-deux volumes reliés œuvres de Théophile Gautier, seize volumes reliés œuvres de Jules et Edmond de Goncourt, trois volumes reliés œuvres diverses, le Dictionnaire de l’Académie française en deux volumes, le Dictionnaire de la langue française de Littré en quatre volumes, le tout prisé deux cent quarante-cinq francs

Dans l’autre petite bibliothèque ci-dessus estimée :

Dix sept volumes reliés et deux brochés, œuvres de Feydeau, deux volumes intitulés Le Théâtre espagnol, quatre autres volumes également intitulés Le Théâtre espagnol, un volume intitulé La Divine Comédie, six volumes reliés œuvres de Lord Byron, un volume broché intitulé Gaspard de la Nuit, Théâtre de Schiller deux volumes reliés, cinq volumes reliés œuvres de Henri Heine, quatre volumes reliés, œuvres d’Alfred de Musset, cinq volumes reliés, un autre broché par I. Tourgueneff, quatre volumes reliés œuvres d’Edgar Poe, trois volumes reliés d’Henri Monnier, le tout estimé quarante cinq francs.

Total de la prisée cinq mille cinq cent quatre-vingt-quinze francs

Ce fait vu l’heure avancée et l’impossibilité de terminer, la continuation du présent inventaire a été renvoyée à demain samedi vingt-deux mai mil huit cent quatre-vingt à onze heures.

Les objets mobiliers sont demeurés en la garde et possession de Madame Commanville qui s’en charge pour les représenter quand et à qui il appartiendra.

M. le juge de paix a réapposé le scellé sur la porte extérieure du cabinet de M. Flaubert et la clef de lad[ite] porte a été remise à M. Lemoël, greffier.

La garde des scellés a été confiée à Made Grévin avec charges de droit.

Il a été vaqué à ce qui précède depuis l’heure susdite jusqu’à celle de six heures du soir.

Et après lecture, sous toutes réserves, les parties requérantes et présentes ont signé avec les notaires.

[Signatures]

Et ce jourd’hui samedi vingt-deux mai mil huit cent quatre-vingt à onze heures du matin,

Au domicile à Canteleu, section de Croisset où demeurait et où est décédé le huit mai présent mois, Monsieur Gustave Flaubert, propriétaire et homme de lettres, chevalier de la Légion d’honneur aux mêmes requêtes, présences et qualités que celles énoncées en l’intitulé du présent inventaire, il va être par Me Bidault et son collègue, notaires à Rouen, soussignés, procédé à la continuation de l’inventaire après le décès de M. Gustave Flaubert dans lad[ite] maison à Canteleu, section de Croisset.

La représentation des objets mobiliers continuera d’être faite par Made Grévin, gardienne des scellés, et la prisée par M. Lemoël.

À cet instant M. le juge de paix a reconnu sain et entier et comme tel levé le scellé par lui réapposé sur la porte du cabinet de travail de M. Flaubert, ouverture faite de cette porte avec la clef représentée par le greffier, M.le juge de paix a constaté également que les scellés par lui apposés sur les fenêtres de cette pièce et du cabinet de toilette à côté, ainsi que le scellé apposé sur la porte communiquant avec la chambre à coucher de M. Flaubert étaient sains et intacts.

Puis il a été procédé de la manière suivante :

Suite de la prisée

Report de la prisée précédente : cinq mille cinq cent quatre-vingt-quinze francs.

Dans la seconde petite bibliothèque où il a été déjà procédé, on a trouvé :

La Bible de Sacy en douze volumes reliés, les œuvres de Victor Hugo en cinquante six volumes reliés, Essais de Montaigne en deux volumes, Les Caractères de La Bruyère en deux volumes, les Œuvres de Boileau en trois volumes, Poésies par le Marquis d’Hervey Saint-Denys en un volume, cinq volumes Œuvres de Goethe, La Conjuration d’Amboise par Bouilhet, en un volume broché, Don Quichotte par Michel Cervantès, en deux volumes, les œuvres de Rabelais en deux volumes reliés, Dernières chansons de Bouilhet en un volume, préface par M. Flaubert ; les Œuvres de Bouilhet en huit volumes reliés, Poésies d’André Chénier en un volume, Théâtre de Racine en un volume, Œuvres d’Horace en deux volumes, les Œuvres de Saint-Amand en deux volumes, Poésies et pensées de Joseph Delorme en deux volumes, les Tragédies de Garnier en un volume, les Œuvres de Clément Marot en un volume, les Œuvres de Philippe Desportes en un volume, les Œuvres de Charles Baudelaire en trois volumes, les Poésies de Coppée, les Poésies de Théodore de Banville en trois volumes, Poésies de Ronsard en un volume, Lettres de Voiture en un volume, Œuvres de Made Louise Colet en trois volumes, Théophile Gautier par Baudelaire un volume, Œuvres de Mathurin Régnier en un volume, six volumes d’auteurs divers, le tout prisé cent quatre-vingts francs.

Dans la grande bibliothèque : – La Grammaire des grammaires par Girot Duvivier en deux volumes, un dictionnaire français-anglais et anglais-français en deux volumes, un dictionnaire latin-français de Quicherat, un dictionnaire français-grec de Ozanne, un dictionnaire grec-français de C. Alexandre, un dictionnaire américain des antiquités, la Bible en latin, le Grand dictionnaire historique ou le mélange curieux des profanes par Louis Moreri en huit volumes compris les deux suppléments, Annaei Senecæ Philosophi Scripta en un volume, L’Histoire de Rouen par Du Souillet et Farin, les Œuvres de Ronsard en deux grands volumes, le tout prisé cinquante francs.

 

Histoire générale des cérémonies, mœurs et coutumes religieuses de tous les peuples du monde en sept volumes, les Œuvres de Virgile en un volume, Alaric ou Rome vaincue en un volume, Voyageurs anciens et modernes par Édouard Charton en trois volumes, Les Douze Césars de Suétone en deux volumes, les Œuvres de Montesquieu en cinq volumes, les Œuvres de Leconte De Lisle en un volume relié, les Œuvres de Salomon Gessner en trois volumes, Homère en un volume, Histoire universelle en un volume, L’Art de connaître les hommes par la physionomie par Lavater en dix volumes, les Œuvres de Salluste en un volume, Les Métamorphoses d’Ovide en quatre volumes, le tout prisé cent cinquante francs.

 

Dictionnaire des apocryphes par l’Abbé Migne, les Comédies d’Aristophane latin et grec en un volume, les chants d’Homère en latin et grec, Tragédies et fragments en latin et grec de Eschyle, Livre sacré de l’Orient en un volume, trois autres volumes d’auteurs divers, L’Histoire des dogmes chrétiens en trois volumes par Haag, Le Musée de la Caricature en France en un volume, Choix de chroniques et mémoires par Buchon en un volume, Œuvres du Chancelier Bacon en un volume, Œuvres de Sénèque en un volume, les Œuvres de Shakespeare en deux volumes, Les Chroniques de Froissart en trois volumes, Lucrèce traduit par Lagrange en deux volumes, le tout prisé soixante francs.

Un Manuel des sciences et des arts en deux volumes, L’Histoire de Manon Lescaut et du chevalier Des Grieux en un volume, La Peau de chagrin par Balzac en un volume, les Œuvres de Fénelon en latin et français trois volumes, les Œuvres de Robertson deux volumes, Voyage sentimental de Sterne en un volume, les œuvres de Madame [de] Staël en deux volumes, Le Livre des Orateurs par Timon en un volume, Le Diable boiteux par Le Sage en un volume, les Œuvres de de Beaumarchais en un volume, la copie d’un ouvrage intitulé Par les champs et par les grèves de Maxime Du Camp et Gustave Flaubert, dorée sur tranche et reliée, les Œuvres de Voltaire en soixante-douze volumes, Rudiment d’archéologie par De Caumont en deux volumes, le tout prisé quatre-vingt-cinq francs.

 

Caprices par Deshogues en un volume, les Œuvres de P Corneille avec les commentaires de Voltaire en douze volumes, les Élégies de Tibulle en trois volumes, les Œuvres complètes de J.J. Rousseau en trente huit volumes, Satires Menippées en deux volumes, Histoire maritime des Normands de Depping, Histoire de Rouen de Chéruel en deux volumes, Marie-Stuart du même en un volume, L’Administration monarchique du même en deux volumes, Œuvres de Guizot sept volumes, Des erreurs et des préjugés répandus dans la société par Salgues trois volumes, Histoire du Tiers État par Augustin Thierry en trois volumes, Les Dames galantes [par Brantôme] en deux volumes, les Œuvres de Maxime Du Camp en treize volumes reliés, Roland furieux par Philippon de la Madeleine, L’Histoire d’Italie par Guicciardini, Paris-Guide deux volumes, dix autres volumes guides, itinéraires et autres, le tout prisé cent dix francs.

Les Œuvres de Beaumarchais en sept volumes, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce sept volumes, Rome au siècle d’Auguste par Dezaubry quatre volumes, Voyages de Chardin en Perse par Langlès en dix volumes, Essais sur la Révolution française par Lanfrey en un volume, les Œuvres de Chateaubriand en vingt-huit volumes, Histoires et descriptions trois volumes, Voyage en Syrie de Volney deux volumes, Géographie générale comparée par Karll Ritter trois volumes, La Palestine par Munk, Théâtre de Plaute par Naudet en neuf volumes, Histoire des religions de la Grèce antique par Maury, La Magie et l’astrologie du même, Religions de l’Antiquité onze volumes par Creuzer, Philosophie religieuse de Regnault [sic pour Reynaud], Conquête de l’Angleterre par Thierry quatre volumes, Récits des Temps mérovingiens par Thierry quatre volumes, l’Histoire d’Attila par le même deux volumes, Histoire de France de Lacretelle en dix volumes, le tout prisé quatre-vingts francs.

Les Œuvres de Ducis en trois volumes, Œuvres de Casimir Delavigne sept volumes, L’Ancien théâtre français par [Viollet-]le-Duc en cinq volumes, les Œuvres de Millevoye en deux volumes, les Œuvres de Sterne en quatre volumes, Jérusalem délivrée [par Tasse] en deux volumes, Don Quichotte [par Cervantès] en cinq volumes, cinq volumes d’Émile Zola, deux volumes d’Alphonse Daudet reliés, Les Aventures de Robinson [par Defoe] en trois volumes, vingt volumes d’auteurs divers, les Œuvres de Walter Scott en trente deux volumes, Spinoza deux volumes, Pensées de Pascal deux volumes, La France mystique de Erdan, Cicéron trente un volumes, Philosophie scolastique [par Héreau] en deux volumes, Les Doctrines de la Religion chrétienne par Larroque en cinq volumes, [Oeuvres diverses en quatre volumes] par Michel Nicolas, dix volumes Œuvres de Renan, La Danse des Morts de Langlois, le tout prisé cent trente francs.

 

Jocelyn par Lamartine, cinq autres volumes par le même auteur, Cinq-Mars par Alfred de Vigny, Histoire de Chenonceaux [par l’Abbé Chevalier], Étude et harmonie de la nature dix volumes [par Bernardin de Saint-Pierre], Les Poètes français par divers auteurs en quatre volumes, La Cathédrale de Rouen par Langlois, quatre volumes Œuvres de Baudelaire, vingt volumes Œuvres de Taine, l’Économie politique de Rossi, trois volumes, Télémaque [par Fénelon] deux volumes, Œuvres de Montesquieu deux volumes, Biographie universelle [par Michaud] quatre vingt-trois volumes, cinq volumes Œuvres d’Alexandre Dumas fils, deux volumes Proudhon, quatre volumes de Bastiat, Histoire de Ver-Vert [par Gresset] quatre volumes, Voyage en Afrique [par James Bruce] deux volumes, Tragédies de Sophocle un volume, La Légende dorée deux volumes, les Œuvres de Sainte-Beuve huit volumes, quinze volumes d’auteurs divers, le tout prisé cent cinquante francs.

Dans la chambre de M. Commanville à côté de celle de M. Flaubert.

La Revue des Deux Mondes huit volumes, Le Génie du christianisme trois volumes, trois autres volumes de Chateaubriand, la Revue Germanique treize volumes, Ossian deux volumes, Leçons françaises [Leçons et modèles de littérature française ancienne et moderne par Tissot] deux volumes, Essai sur l’éloquence deux volumes, le tout prisé quarante francs.

Dans le corridor : Oraisons funèbres de Bossuet trois volumes, Roret [Manuels Roret], quarante deux volumes d’auteurs divers, brochés, quatre-vingt-quinze autres volumes brochés également d’auteurs divers, et huit volumes reliés, le tout prisé quatre-vingts francs.

Dans les placards du cabinet de toilette : – les Œuvres de Sainte Thérèse par Migne, deux cent soixante dix volumes brochés d’auteurs divers, quatre-vingts autres volumes reliés, six atlas, un lot de brochures, cinq exemplaires de L’Éducation sentimentale brochés, un exemplaire de Salammbô grand format, trois exemplaires en deux volumes chacun de Salammbô, un exemplaire de Madame Bovary, trois exemplaires grand format La Tentation de saint Antoine, deux autres exemplaires du même ouvrage petit format, les Poésies de Catulle Mendés et de François Coppée, le tout prisé deux cent quarante francs.

Dans le corridor où il a été déjà procédé il a été trouvé deux lampes en cuivre, estimées dix francs.

Total général de la prisée : six mille neuf cent vingt-cinq francs

Il a encore été trouvé dans le cabinet de travail de M. Flaubert divers manuscrits des œuvres de M. Flaubert : 1° Madame Bovary autographe, Madame Bovary copie manuscrite. 2° Salammbô autographe, Salammbô copie manuscrite ; 3° L’Éducation sentimentale autographe, la même copie manuscrite ; 4° La Tentation de saint Antoine en trois autographes, La Tentation de saint Antoine copie manuscrite ; Trois Contes autographe, Trois Contes copie manuscrite ; 4° Le Château des cœurs autographe.

Il a encore été trouvé le manuscrit inachevé de l’ouvrage intitulé Bouvard et Pécuchet que composait au moment de son décès M. Flaubert.

Lesdits ouvrages portés ici pour mémoire

Vu l’impossibilité de leur donner une estimation actuellement

Argent

Il a été trouvé dans le tiroir de l’une des petites bibliothèques une somme de deux mille cinq cent quinze francs qui a été remise en dépôt à Me Bidault notaire pour payer les frais funéraires et l’inhumation et autres dettes.

Les objets ci-dessus inventoriés ont été laissés en la garde et possession de M. et Madame Commanville ainsi que les manuscrits ci-dessus décrits de M. Flaubert.

De la réquisition des parties Me Bidault s’est saisi des papiers par lui classés pendant la présente vacation, et la présente opération a été renvoyée en l’étude de Me Bidault pour la description desdits papiers et les déclarations actives et passives.

M. et Madame Commanville déclarent qu’il existe encore à Paris quelques objets mobiliers dans l’appartement de M. Flaubert qui était occupé également par eux.

À l’instant Me Bidault a fait prêter serment à Madame Grévin gardienne des scellés ladite dame a déclaré avoir fait comprendre au présent inventaire tout ce qui avait été confié à sa garde.

Il a été vaqué à ce qui précède depuis l’heure susdite jusqu’à celle de six heures du soir.

Et après lecture les parties requérantes et présentes ont sous toutes réserves signé avec M. Lemoël, la gardienne des scellés et les notaires.

[signatures]

  3
27
30
  7 50
37 50

 

Enregistré à ROUEN le vingt-six
Mai 1880 F° 7 R°
CE 4 REÇU dépôts trois francs inventaire vingt sept francs
et sept francs cinquante centimes p[ou]r d[écim]es

[signature]

[Texte saisi par Matthieu Desportes; relu et corrigé par Olivier Leroy, janvier 2004.]


Mentions légales