Édition électronique

L’inventaire matériel des manuscrits de Bouvard et Pécuchet conservés à la bibliothèque municipale de Rouen donne le nombre des feuillets pour chaque type de documents (voir ici la rubrique « Manuscrits »). Le manuscrit autographe « définitif » présente des feuillets écrits uniquement au recto : le nombre de pages (ou d’images numérisées) est donc égal au nombre de feuillets. Mais les feuillets des plans et des brouillons sont utilisés le plus souvent au recto et au verso : le nombre de pages est donc supérieur au nombre de feuillets. Ainsi, les plans comptent 84 pages et les brouillons 2462 pages. Les trois sources génétiques constituant les manuscrits du roman totalisent 2848 pages.

Les divisions matérielles entre les types de documents (plans, brouillons, dossiers préparatoires) ne correspondent pas entièrement aux divisions intellectuelles. En effet, certains feuillets présentent des rectos et des versos appartenant génétiquement à des phases différentes. La conservation physique oblige à les placer ici plutôt que là, mais l’édition numérique permet de séparer les versos des rectos pour reconstituer des ensembles virtuels cohérents.

On trouve par exemple dans les Dossiers, au verso des pages de notes préparatoires, des brouillons et des scénarios qui appartiennent à la genèse du roman.

Les notes de lecture des Dossiers ou les « notes de notes » (Flaubert désigne ainsi la synthèse des notes se rapportant à un même sujet) appartiennent aux documents préparatoires du roman. Mais très fréquemment une articulation narrative (une action, le partage des idées entre les deux personnages) rattache ces notes au roman.

En mode « Feuilleter », les manuscrits sont accessibles dans l’ordre de leur reliure et tous les folios sont à leur place matérielle.

En mode « Consulter », les folios sont intégrés dans les deux tableaux génétiques là où leur fonction les appelle.

Plans et scénarios

Le tableau génétique des plans et scénarios comporte les 84 pages conservées sous ce titre, auxquelles ont été ajoutés des folios provenant d’autres sources (identifiés dans les segments des tableaux par les trois chiffres de leur cote et par leur pagination) : – 1 page de plan provenant du manuscrit du Dictionnaire des idées reçues (ms g 227) – 8 pages provenant des brouillons (ms g 225) – 13 pages provenant des Dossiers (ms g 226). Nous avons retenu les pages les plus significatives. On pourra trouver la liste complète des 30 folios de fragments scénariques ou morceaux de plan sur le site des Dossiers de Bouvard et Pécuchet : http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr/folios.php?classement_typologique=37&access=classement_typologique

109 folios de « notes de notes » ou fiches de synthèse, orientées vers le second volume, sont également consultables sur le même site : http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr/folios.php?classement_typologique=12&access=classement_typologique

Le tableau génétique des plans et scénarios est organisé verticalement en fonction des dix chapitres du roman publié : c’est un repérage commode pour situer des folios dans une suite qui, au début de la genèse, n’obéissait pas au découpage tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Chaque fois qu’on l’a pu, les fragments de scénarios sont placés dans le tableau. Mais pour 26 folios aux contenus très généraux ou multiples, nous avons dû nous résoudre à les placer « hors tableau » génétique.

Brouillons

Dans le tableau génétique des brouillons, on trouvera les pages conservées sous la cote ms g 225 en neuf volumes. Comme on l’a dit, on a fait passer 8 pages de plan provenant des volumes de brouillons dans le tableau génétique des plans et scénarios, et on a ajouté 10 pages de brouillons venant des Dossiers (ms g 226).

En bas du tableau génétique des brouillons se trouvent les plans et scénarios ponctuels développés qui précèdent immédiatement l’étape rédactionnelle.

Pour la commodité de la navigation, nous avons retenu la pagination en continu des 9 volumes de la conservation correspondant aux 10 chapitres.

Le dixième chapitre, non achevé, et l’articulation entre le premier et le second volume posent des problèmes spécifiques.

Les scénarios de la fin du chapitre X (« la conférence ») ont été placés à la fin du tableau génétique des brouillons.

En revanche, les plans pour les chapitres XI et XII qui auraient dû introduire et conclure l’intrigue du second volume se trouvent dans le tableau génétique des plans et scénarios.

On a vu (rubrique « Manuscrits ») que dans le manuscrit « définitif », Caroline Commanville avait placé à la suite
1) l’état le plus avancé du brouillon autographe de Flaubert (p. I-XXXIV ; 216-250)
2) la mise au net de sa main à elle, Caroline (p. I-XLVII ; 251-297)
3) le plan autographe, par Flaubert, de la fin du chapitre X (p. 298-302).

La construction du tableau génétique des brouillons a nécessité quelques aménagements :
1) Les pages de la main de Flaubert se trouvent désormais dans les brouillons. Comme elles sont conservées matériellement avec le manuscrit définitif, nous les avons extraites virtuellement en créant un volume de brouillons factice numéroté 10. Elles s’étendent des pages 216 à 250. En mode « Feuilleter », ces pages apparaissent dans le manuscrit « définitif » selon l’ordre matériel de la conservation, mais en mode « Consulter », elles sont intégrées à leur place dans le tableau génétique.
2) La copie de la main de Caroline a été placée au-dessus du manuscrit le plus abouti de Flaubert, dans le prolongement horizontal de la ligne matérialisant le manuscrit autographe définitif. Ces 46 pages de Caroline, numérotées par les conservateurs de 251 à 297, suivent donc immédiatement les pages du chapitre IX mises au net par Flaubert. On passe ainsi directement de la page 215 à la page 251 du manuscrit définitif.