Principes de transcription

Les transcriptions suivent les principes de la transcription diplomatique, qui tend à donner une image fidèle de la page, en respectant sa disposition spatiale. Mais une transcription même diplomatique est toujours une adaptation. Celles qu’on trouvera ici ne prétendent pas à la fidélité du décalque. Elles proposent plutôt une aide à la lecture directe du manuscrit affiché en regard.

N’ont pas été reproduits les traits de liaison ou d’insertion, les croix de Saint-André qui barrent tout ou partie du folio (il ne s’agit pas d’une marque de suppression mais d’utilisation) : nous indiquons alors en haut de la page transcrite : [Page entièrement barrée]. Les fragments que Flaubert rédige en retournant sa feuille sont précédés de la mention : [Texte écrit tête-bêche].

Codes de transcription
(accessibles à partir de la barre de navigation des tableaux génétiques)

  • Le texte principal qui correspond au premier jet de Flaubert est en caractères romains et en noir.
  • Les ajouts interlinéaires sont en italiques bleus.
  • Ce qui est barré est barré.
  • Ce qui est souligné est souligné.
  • Les passages biffés sont encadrés par une double accolade {{ }} et apparaissent à l’écran sur fond jaune.
  • Les passages barrés d’une croix de Saint-André sont encadrés par un double crochet [[ ]].
  • Les mots incertains sont suivis d’un astérisque. Deux astérisques encadrent une suite de mots incertains.
  • Les mots ou les passages illisibles sont marqués [illis.]. On signale par des points de part et d’autre la longueur du texte non déchiffré.
  • Nous avons choisi de restituer les accents.
  • En revanche les fautes, les abréviations, les graphies anciennes sont maintenues.