Retour
Retour
 

Je m’appelle Emmanuelle Arrighi-Roux et j’aurai 34 ans dans quelques jours. Originaire de Corse, je vis actuellement dans la Drôme. Je suis professeur de français à la cité scolaire Chabrillan, à Montélimar. J’ai deux filles de neuf et trois ans, et j’attends un heureux événement pour le début de l’année prochaine.

C’est sur une liste d’échanges entre professeurs de français que j’ai appris que l’on recherchait des transcripteurs pour le manuscrit Madame Bovary. J’ai répondu tout de suite tant ce travail de transcription me semblait intéressant et enrichissant. Je dois quand même avouer que j’ai eu peur, peur de mettre trop de temps, peur de faire trop d’erreurs… et parfois peur de ne pas y arriver. Les moments de découragement ont quand même été rares, et ils étaient le plus souvent dus à ma mauvaise maîtrise de l’outil informatique. Cela m’a servi de prétexte pour m’acheter un ordinateur portable !

Monsieur Flaubert est devenu un intime, et tout le monde a vite compris ce que je voulais dire quand j’annonçais que « j’allais passer un moment avec Gustave ». Mes élèves de Seconde, avec lesquels j’ai bien entendu étudié Madame Bovary, s’intéressaient à l’avancée de la transcription et ont bien compris la nécessité du travail du brouillon, en voyant dans leur manuel un extrait du manuscrit, tout raturé.

En résumé, j’ai vécu une aventure passionnante, pendant laquelle j’ai transcrit les seuls moments où notre pauvre monsieur Bovary est heureux, tout en me disant « pauvre homme, s’il savait… ».

Emmanuelle Arrighi-Roux habite à Montélimar (Drôme).
Elle a transcrit la séquence 21 : Bonheur de Charles.