Retour
Retour
 

Je suis tombée dans le chaudron magique de Flaubert, dès ma plus tendre enfance ! Ma grand mère et ma mère étaient institutrices et la lecture est une activité qui s'est toujours transmise de mère à fille. Le soir, ma mère me lisait des passages de l'évangile et de Madame Bovary. Inutile de vous dire que les mésaventures d'Emma m'intéressaient plus que les péripéties des apôtres ! J'ai grandi ; ma pensée a évolué. J'ai abandonné les lectures religieuses mais j'ai gardé la passion pour Flaubert !

Professeur de lettres en collège puis en lycée, je n'ai jamais raté une occasion pour tenter de transmettre mon goût pour cet auteur. Avec les petits de 6ème, je prenais plaisir à leur lire des extraits de Madame Bovary ou de L'éducation sentimentale. Je tenais à ce que ces personnages deviennent des "amis" et qu'ils participent à la vie quotidienne de mes collégiens. J'ai agi de la même façon avec les lycéens en insistant sur le travail de l'écrivain.

Avec des collègues, nous avons formé un groupe de réflexion sur l'exercice : l'écriture d'invention. J'ai été responsable du chapitre concernant le travail de l'écrivain et bien sûr, j’ai insisté sur celui de Flaubert ; cet ouvrage a été publié en septembre 2005. Depuis deux ans, je suis inscrite en thèse, et je travaille sur « l'image et la représentation de Flaubert dans les manuels scolaires de 1900 à nos jours ».

Grâce à la transcription des manuscrits de Madame Bovary, j’ai été heureuse de trouver un nouveau moyen de rencontrer Flaubert. Cet auteur m'a toujours touchée au plus profond de mon coeur ; Madame Bovary et les correspondances avec Louise Colet m'accompagnent quotidiennement. Ce que je recherche particulièrement dans son écriture, c'est l'homme qui est là, caché derrière les mots. Flaubert a ce pouvoir magique de faire resurgir des émotions enfouies que je ressentais petite, lorsque ma mère me lisait des passages de Madame Bovary.  
Il réussit également à faire revivre ces " voix chères qui se sont tues ".

Bernadette Cassany habite à Boury-en-Vexin (Oise).
Elle a transcrit la séquence 32 : Début du bal.