Retour

Retour
 

Difficile exercice que de se présenter ainsi à des inconnus... Mais en fait la passion flaubertienne nous rapproche et nous laisse plus libres de parler entre amis. Alors voici :

Je suis étudiante, actuellement en master d'archéologie et d'histoire - "Diplôme : signe de science. Ne prouve rien" -  à Rennes (2007). Je m'intéresse plus particulièrement à la mise en place de la féodalité -  "féodalité : n'en avoir aucune idée précise mais tonner contre" - et à son expression dans le paysage des frontières médiévales (mise en place des centres de pouvoir, châteaux, etc.).  Point de littérature au programme donc...

Je viens de Picardie. Point d'attachement à la Normandie et à ses écrivains...

Autant dire que rien ne me destinait au premier abord à participer à cette entreprise autour de Madame Bovary. Mais la rencontre a tout de même eu lieu, en 2005 avec l'équipe du Ceredi, Danielle Girard, Yvan Leclerc et Nitiwadee Srihong quelque peu par hasard. Transcrire des sections de Madame Bovary, voilà qui réveilla des souvenirs lointains de mes premières lectures. J'ai alors redécouvert ce roman d'une manière tout à fait inédite et privilégiée. En étroite collaboration avec une amie historienne comme moi (Anne Riegert), nous avons ensuite travaillé à l'élaboration des index et à la mise en page des transcriptions.

Tout comme les textes et les pierres en archéologie, les manuscrits de Flaubert sont des sources primaires de grande importance - "Documents" qui sont "toujours de la plus haute importance. Et même si mes études et mes passions me conduisent plus à étudier les donjons - ces montagnes de pierres qui "éveillent des idées lugubres" -  et les châteaux forts - qui ont "toujours subi un siège sous Philippe Auguste" -, je trouve toujours du temps pour amener ma petite, modeste, pierre à cet édifice flaubertien.

J'espère que cette passion continuera toujours à habiter autant de férus de littérature, de Normandie, de paléographie aussi...

Enfin, je tiens à remercier tout particulièrement notre ami Gustave pour ces petites phrases du Dictionnaire des idées reçues, que je me suis permis de réutiliser ici et qui sont si délicieuses...

Lucie Jeanneret habite à Rennes (Ille et Vilaine).
Elle a participé à la création des index des noms propres
et à la transcription des Comices agricoles.