Retour
Retour
 

Je suis professeur de Littérature française à l’Université de Messine (Facoltà di Lettere e Filosofia – Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture straniere). J’ai commencé à m’intéresser à Flaubert vers 1975, lorsque mon Professeur de Langue et Litterature française, Giovanni Bonaccorso, m’a proposé de déchiffrer et de transcrire les Lettres inédites de Maxime Du Camp à Gustave Flaubert, conservées à la Bibliothèque Nationale. Ce travail a donné lieu à la publication, en collaboration avec Giovanni Bonaccorso, des lettres susdites (Messina, EDAS, 1978).

L’approche des manuscrits, l’entraînement auquel m’avait obligé le déchiffrement des lettres de M. Du Camp, ont suscité mon intérêt pour la critique génétique qui commençait à se diffuser à cette époque.
A cette époque, en effet, remonte mon premier travail de génétique flaubertienne : La descrizione di paesaggio in « Un cœur simple » (« RLMC », vol XXXII, n.3, settembre 1979, pp. 181-194).

Mon rapport avec Flaubert et ses manuscrits. ne s’est plus arrêté, d’autant plus que j’ai participé à l’édition génétique d’ Un Cœur simple et d’Hérodias, dirigée par Giovanni Bonaccorso. J’ai publié, entre autres, deux volumes de Lettres à Flaubert (la plupart inédites) conservées à la Bibliothèque de l’Institut et, récemment, Le Corset moral, où j’analyse, à travers l’étude d’une centaine de mss., la thématique du mensonge dans Madame Bovary.

Mais mon intérêt de chercheur ne finit pas avec Flaubert : je me dédie aussi en particulier à Jean Giono et, depuis quelques années, à ce que l’on appelle « transcodification » ou « changement de genres » et que j’appelle « mutation génétique » des genres littéraires.
Voilà. Les années passent et je vieillis … mais mon goût pour la recherche ne vieillit pas.

Rosa-Maria Palermo Di Stefano habite à Messine (Italie).
Elle a transcrit les séquences 77 - 83 - 105 - 168 : Attitude vertueuse d'Emma - Emma blesse sa fille - Binet dans son tonneau - L'amour du mensonge.