Retour
Retour
 

Professeur de Lettres en collège puis en lycée, jamais pourtant je n’avais côtoyé à ce point le travail d’un écrivain. La curiosité, un zeste de défi – serai-je capable ? – m’ont poussée à faire ce travail de transcription. Aujourd’hui c’est l’enthousiasme qui m’emporte... et un violent désir d’écrire, comme si Flaubert m’en avait ouvert les portes avec ses tâtonnements.

Et le désir de faire partager ma découverte...

Transcrire les brouillons, c’est partager les hésitations de l’écrivain, c’est choisir avec lui, le mot, la phrase qui chante, et qui appelle sans trop la solliciter, la « re-connaissance » du lecteur, son adhésion au paysage physique et psychologique créé par la narration. Ici je convoque Elsa Triolet qui parle de la traduction : « On est ici au comble de l’indiscrétion, de la pénétration intime de l’acte de créer chez l’autre. Suivant le cheminement des mots à partir de la pensée jusqu’à leur apparition sur le papier, [l’évolution du texte...] dicte presque toujours la réponse au pourquoi du choix des mots [...] du sens général, essentiel. »

Voilà. J’ai aimé.

    Anne-Marie Simard habite à St Just-St Rambert (Loire).
Elle a transcrit les séquences 43 - 56 : Étouffement et tristesse - Conversation entre Emma et Léon.