Retour
Retour
 

Je suis enseignante de français en lycée. 
Mon goût pour Madame Bovary qui est apparu très lentement – j’ai lu, entre quinze et vingt-trois ans environ, cinq fois les cinquante premières pages avant de réussir à dépasser ce stade –  a été confirmé par le travail de transcription entrepris avec mes deux classes de secondes. J’ai bien sûr voulu aller trop vite au début et nous l’avons payé par la suite : la tâche s’est révélée ardue. mais malgré les imperfections, je suis convaincue que ce travail a permis aux élèves d’avoir un rapport plus intime avec l’œuvre.

Coraline Soulier habite à La Madeleine (Nord).
Elle a transcrit la séquence 120 : Lheureux présente la première facture, avec une classe du lycée Pasteur de Lille.