BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 102 / 10 mars 2008

AGENDA


Dimanche 16 mars, l’Abbaye de Jumièges, 16h-17h
Lecture d’extraits de Madame Bovary, par Catherine et Yves Postic (Théâtre du Bouche à Oreille), dans le cadre de l’exposition Magdi Senadji, Bovary
Programme complet des manifestations
Abbaye de Jumièges, 24, rue Guillaume le conquérant, 76 480 Jumièges,
tel: 02 35 37 24 02. Fax : 02 35 37 34 24.
Commissaire de l’exposition, contact presse:
Isabelle Roby, Administratrice de l’abbaye de Jumièges,
02 35 37 13 03, 06 77 74 00 50, isabelle.robyg@76.fr.

Jeudi 27 mars 2008, Caen, Petit auditorium du Conservatoire, 18 h. Entrée libre.
Damien Dauge (Université de Caen), «L'univers musical d'Emma Bovary».
Dans Madame Bovary, Flaubert, que l'on surnomme le «Beethoven de la prose française», multiplie les voix musicales. Les romances, le piano d'Emma, la scène à l'Opéra vont nous inviter à être à l'écoute de toutes les musiques qui s'échappent du célèbre roman; il faudra tenter de saisir la fonction littéraire de cette intrigante cacophonie.
http://www.ville-caen.fr/orchestredecaen/
damiendauge@orange.fr
Sur le site du Centre Flaubert, Damien Dauge publie un tableau regroupant 27 adaptations musicales de Madame Bovary, de 1933 à 2007, avec un texte explicatif: «La musique inspirée par Madame Bovary ou l’étonnant parcours d’un motif musical».
Accès

VENTES


(< Eric Walbecq)
Vente Piasa, 20 mars 2008, Thierry Bodin expert.
67. Gustave Flaubert (1821-1880). L.A.S., vendredi matin [15 octobre 1869, à Charles de Chilly, directeur de l'Odéon]; 2 pages in-8. 1.000/1.200 euros.
Intéressante lettre inédite à propos de ses efforts pour faire représenter Mademoiselle Aïssé de Bouilhet. «Depuis mercredi j'ai reçu de Me Sand une lettre exquise où elle m'offre carrément de me céder son tour. Mais je sais que ce sacrifice la gênerait et je l'ai refusé. Puisqu'il n'y a pas moyen de débarrasser M. Latour St Ybars, il faut bien en passer par là. - Mais la remise d'Aïssé est une chose déplorable. Soyez-en convaincu! J'attendais qu'elle fût jouée pour vendre le volume de vers - pour placer le Château des coeurs (une grande pièce fantastique faite en collaboration avec moi - & que je retravaille maintenant) - pour présenter encore trois pièces en prose inédites - & pour faire avec Lévy un traité relatif à une édition complète des oeuvres de Bouilhet. Je me suis chargé de ses affaires et j'ai l'air de les perdre. Son héritier peut m'accuser de négligence. Par la position où je me trouve il me faut souhaiter l'insuccès de Latour St Ybars qui est un très galant homme et celui de Me Sand qui est mon amie! Cela est intolérable! - A qui la faute? Si Aïssé n'est jouée qu'en mars j'ai peur que Berton ne soit fatigué?» Il le verra le lendemain en allant à l'enterrement du pauvre Sainte-Beuve…

68. Gustave Flaubert. L.A.S., [Croisset] nuit du 25 août [sic pour juillet 1876, à Guy de Maupassant] ; 3 pages et demie in-8. 7.000/8.000 euros.
Belle lettre en partie inédite; les passages lubriques notamment ont été censurés dans les éditions.
«Votre lettre m'a réjoui, jeune Homme! Bien qu'elle ne m'ait causé, contrairement à vos aimables intentions, aucune envie de masturbation. - A mon âge, on est plus calme qu'au vôtre hélas! ou tant mieux? Mais je vous engage à vous modérer, dans l'intérêt de la littérature. Quand on vit trop dans les cons on risque d'en devenir un, soi-même. Prendre garde! - Tout dépend du but que l'on veut atteindre. Un homme qui s'est institué artiste n'a plus le droit de vivre comme les autres»…
Il attend Maupassant vers la fin du mois d'août; il aura alors fini L'Histoire d'un coeur simple. Il raconte son refus de donner à Catulle Mendès de nouveaux fragments du Château des coeurs et les contes inédits qu'il vient de finir. «Hier, je lui ai écrit derechef une lettre peu tendre, étant indigné, exaspéré, par l'article sur Renan - on s'attaque à l'homme de la façon la plus grossière et on y blague Berthelot, en passant. […] j'ai dit à Catulle que je le priais d'effacer mon nom de la liste de ses collaborateurs - & 2° de ne plus m'envoyer sa feuille [La République des Lettres]. Je ne veux plus rien avoir de commun avec ces petits messieurs-là. C'est de la très mauvaise compagnie, mon cher ami - & je vous engage à faire comme moi, à la lâcher franchement. […]. Ce que je ne pardonne pas c'est la basse envie démocratique. La scie sur Offenbach donne la mesure de sa verve comique. Voilà qque chose d'embêtant, cette plaisanterie-là [...] Ajoutez-y pour faire la triade 1° Littré, “le monsieur qui prétend que nous descendons des singes” et 2° le vendredi à charcuiterie de Ste Beuve. Oh! la Bêtise!.. Quant à moi, je travaille avec violence, ne voyant personne, ne lisant aucun journal, & gueulant dans le silence du cabinet comme un énergumène. Je passe toute la journée & presque toute la nuit courbé sur ma table [...] Avant mon diner, vers 7 h. je batifole dans les ondes bourgeoises de la Seine. Je ne défume pas. J'en ai même l'intérieur du bec avarié»…

Les Autographes, cat. Thierry Bodin, n°124, janvier 2008
http://www.lesautographes.com
111. Gustave Flaubert (1821-1880), las., nuit de mercredi [22 janvier 1868, à Ernest Feydeau]; 1 page et demie in-8 (lég. piq.).
Belle lettre inédite. Il remercie son «brave Homme» de lui avoir envoyé l'article de Philarète Chasles «qui m'a fait plaisir puisqu'il te rend un peu justice. Tout ce que je sais de toi, présentement, c'est que tu as publié dans le Figaro le Coup de Bourse avec une préface & que Ste Beuve t'a envoyé une lettre». Il l'attendait le soir de Noël: «Un vigoureux feu de charbon de terre a flambé dans ta chambre toute la journée & ton lit était fait»... Il est affligé par le décès de sa petite-nièce [Jenny-Louise Roquigny], «un pauvre enfant de trois ans, gentil comme un amour, emporté par la rougeole»... Puis sur L'Éducation sentimentale: «Je travaille furieusement à finir ma seconde partie. J'en serai débarrassé dans une huitaine, environ ? Alors j'irai re-embellir de ma présence la capitale et deviser avec ton Excellence»...

La librairie Bertran, à Rouen, dispose désormais d’un site. Une entrée «Flaubert» permet d’accéder à tous les lots en vente (manuscrits et livres).

Vente passée
(< Éric Walbecq)
Vente Kapandji Morhange, Drouot, 29-30 janvier 2008
279. Flaubert, las à Mme Jules Janin, mardi 22 juin 1874, 300-500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Bibl. de la Pléiade, t.V, Supplément, p.1088.]
280. Flaubert, las à Maurice Montégut, mardi 25 [novembre 1879], 500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Bibl. de la Pléiade, t.V, p.749.]

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

(< Benoît Farcy)
Claro, Madman Bovary, Gallimard, coll. Verticales, 2008.
Résumé:
«C’est l’histoire d’un fou d’amour qui défait le monde comme d’autres le font : furieusement. À l’insu de Flaubert, certes, mais du fond de son gueuloir.
Encore sous le choc de sa rupture avec une certaine Estée, le narrateur s'abandonne corps et âme à la lecture. Il jette son dévolu sur Madame Bovary, un roman qui lui est familier. Une nouvelle fois, le voilà dedans. Il s'y enferme, s'y promène, s'y démène, avant d'en bouleverser le déroulement naturel. Démiurge dépourvu de scrupules, il endosse diverses identités parasites: puce, voyeur, pique-assiette, rôdeur et passager clandestin de la nef flaubertienne en déroute. Sa mise à mal du texte le conduira aux limites de la négation de soi. Pas très loin du Nirvana?
Avec Madman Bovary, la langue de Claro, maintenue sous tension par la démesure de ce défi littéraire, n'a jamais autant joui de sa propre liberté, entre cut-up musical et sabordage érotique.»

Article publié dans La Croix du 21 février, communiqué par Joëlle Robert:
«Si, pour certains, la littérature est un virus, elle sera pour le narrateur de Madman Bovary un antidote. Désespéré par sa rupture avec Estée - dont le nom évoque un cousinage avec l'Astrée, autre objet littéraire amoureux à tiroir -, il cherche l'oubli en plongeant dans la lecture de Flaubert. Au sens propre : il se laisse aspirer, entrant bientôt physiquement dans le texte pour en modifier l'intrigue et la structure, devenant le double de l'auteur. Un mouvement pas si étranger au travail du traducteur qui se réapproprie un texte avant de le recréer. Le narrateur discute avec Gustave en Orient, écartèle la langue et l'histoire littéraire. Volontiers érotique, voire cru, ce roman iconoclaste et échevelé prend humeurs et corps pour matière première, au même titre que les mots qu'il malmène. Mais Flaubert lui-même ne fit-il pas scandale autant qu'on l'accusât de dévoyer la langue?»

Gustave Flaubert, Drôle de monde que ma tête, illustré par Olivia Willaumez, Éditions Mouck, Juvenilia, 2008.
Album pour la jeunesse, comportant 16 extraits de lettres envoyés à Ernest Chevalier entre 9 et 19 ans, choisis pour montrer la «révolte d’un écrivain en herbe».

Ouvrage collectif

Madame Bovary, Préludes, présences, mutations/ Preludi, presenze, mutazioni, Atti del Convegno Internazionale, Messina, 26-28 ottobre 2006, a cura di R. M. Palermo Di Stefano, S. Mangiapane, Edizioni Scientifiche Italiane, 2007.
Sommaire en pdf.

Table des matières
Premessa

J. Bem, «“On va ailleurs, c’est encore pire”: les enjeux de l’incipit de la IIe partie de Madame Bovary»

B. Donatelli, «Effigi di Madame Bovary»

S. Dord-Crouslé, «Genèse et disparition de la “Panogaudopole”. L’épisode supprimé du jouet des enfants Homais (Madame Bovary, II, 14)»

G. Dotoli, «L’énigme du bovarysme»

G. Giorgi, «Alcuni antecedenti del bovarysmo nel seicento francese»

D. Girard, «La transcription des brouillons de Madame Bovary: une aventure humaine et intellectuelle»

A. Herschberg-Pierrot, «Madame Bovary et les idées reçues»

Y. Leclerc, «Madame Bovary, réception publique et privée»

S. Mangiapane, «Construire le dialogue/dé-construire la communication: genèse de la conversation entre Emma Bovary et l’abbé Bournisien»

M. Martino, «Madame Bovary, Flaubert e la letteratura inglese»

L. Nissim, «“Elle écrivit à Rouen afin d’avoir une robe en cachemire bleu”: quelques notes sur les vêtements d’Emma Bovary»

R. M. Palermo Di Stefano, «La boule de cristal»

F. Pellegrini, E. Biagi, «Pour en finir (ou presque) avec l’adaptation cinématographique: Madame Bovary de Claude Chabrol et Vale Abraão de Manoel de Oliveira»

D. Siviero, «Il bovarismo nel romanzo spagnolo dell’Ottocento: alcuni esempi»

Articles

Pierre Campion, «Une destinée d’écrivain. La Correspondance de Flaubert, acte V», site À la littérature.
L’Index comme collection «d’éléments d’une biographie de Flaubert que nous nous ferions nous-mêmes au besoin de nos recherches». La Correspondance, comme «espace de projection du livre, hors de l'œuvre».
http://pierre.campion2.free.fr/cflaubert_corresp.htm

Isabelle Laboulais, «Les voyages des géologues dans l’Europe du premier XIXe siècle vus par Ami Boué», dans Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites, sous la dir. de Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre, Nouveau Monde éditions, 2007, p.115-132.
Ami Boué est l’auteur du Guide du géologue-voyageur, que lisent Bouvard et Pécuchet.

Yvan Leclerc, «Comment achever l’édition de la Correspondance de Flaubert?», Revue de l’A.I.R.E., n°33, «Éditer les correspondances», Honoré Champion, 2007, p.95-104.

RECHERCHE


Question de Roger Berthet.
Dans la description du mariage d'Emma, il est dit que les invités se livrent à toutes sortes de fantaisies. Entre autres détails, on lit: «on passa sous son pouce». Je ne suis pas sûr du sens précis de cette expression. Aucun dictionnaire, de Furetière jusqu'au Trésor de la langue française, n'apporte de réponse. Il existe une expression anglaise qui pourrait être un début de piste («under the thumb») mais c'est à peu près tout. Les brouillons de Flaubert ne montrent ni hésitation ni repentir.

Réponse au Bulletin, qui transmettra.

SITE DU CENTRE FLAUBERT


Pour son presque septième anniversaire, le site Flaubert a changé d’apparence et de fonctionnement, grâce à Jean-Eudes Trouslard pour la partie informatique, à Garance Guiraud pour le graphisme et à Anne Riegert pour une partie des conversions (avec le soutien du laboratoire CÉRÉdI, Centre d’études et de recherche Éditer-Interpréter, et de l'IRSHS, Institut de recherche en sciences humaines, région Haute-Normandie).
L’adresse générale du site reste inchangée (http://www.univ-rouen.fr/flaubert ou http://flaubert.univ-rouen.fr, la première adresse redirigeant vers la seconde), mais la plupart des pages ont été renommées avec l’extension .php.
En page d’accueil du site se trouve désormais l’accès à l’Atelier Bovary, précédemment installé à l’adresse http://www.zoulous.com/bovary. En attendant l’ouverture du site définitif (http://www.bovary.fr) qui comportera les images numérisées du manuscrit, l’Atelier Bovary présente l’intégralité des transcriptions, consultables par un tableau génétique, un moteur de recherche, des cartes et des index mis au point par Danielle Girard.


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Marie-Paule Dupuy et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67


Mentions légales