BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 138 / 9 février 2012

 

Une source inconnue des «Tombales» de Maupassant, par Alain Pagès

Deux recueils de Maupassant sont au programme de l’agrégation, La Maison Tellier et les Contes du jour et de la nuit. La vieille légende de la filiation biologique Flaubert-Maupassant étant définitivement derrière nous, restent les liens intertextuels entre les deux écrivains. Dans «Les Tombales» par exemple, Maupassant mentionne le «chef-d’oeuvre de Jean Goujon: le corps de Louis de Brézé, couché dans la chapelle souterraine de la cathédrale de Rouen», allusion à la visite de la cathédrale dans Madame Bovary. Mais la découverte du jour n’a rien à voir avec Flaubert. On la doit à Alain Pagès, qui a trouvé dans un ouvrage de 1888 (la nouvelle «Les Tombales» a paru en 1891) quelques lignes qui pourraient être à l’origine du sujet même de la nouvelle:
«Les maisons, les endroits où la foule s’amasse, se divertit, fourmillent à Paris; ils sont encore insuffisants à cette classe de filles se souciant fort peu des convenances et n'ayant pas le moindre respect dû aux morts. Profitant de la liberté des cimetières, elles s'y promènent et au besoin se couchent sur les pierres tombales.
Plusieurs ont été surprises en flagrant délit d’outrage à la pudeur, et cela prouve que la prostitution, au lieu de se condenser, s'étend partout comme une lèpre.
En parallèle à ces “pierreuses de la mort”, voici la jeune veuve, en grand deuil, passant son après-midi dans les cimetières où elle traîne d’un air mélancolique une douleur imaginaire. Elle s’assied sur un banc et laisse, à l'occasion, tomber son mouchoir. Cette veuve, d’un mari qui n'a jamais existé, est une fille qui pratique, avec succès, le racolage à la compassion» (Gustave Macé, «Aux cimetières», La police parisienne. Gibier de Saint-Lazare, Paris, G. Charpentier et Cie, 1888, p.66-67).
Joseph de Bardon, le narrateur des «Tombales», avait donc quelque raison de supposer que la «sépulcrale chasseresse» n’était pas unique en son genre.
Merci à Alain Pagès d’avoir réservé à nos lecteurs la primeur de cette découverte.

AGENDA

(Catriona Seth)
29 février 2012, 4pm in Trent Building B40, University of Nottingham
The Centre for Translation and Comparative Cultural Studies School of Cultures, Languages and Area Studies, University of Nottingham
http://www.nottinghamfrenchstudies.co.uk
Guest Speaker Series
Professor Naomi Segal
Director of the Institute of Germanic and Romance Studies, London
“Six Strays: Marginal Dogs from Flaubert’s L’Éducation Sentimentale (1845) to Jane Campion’s The Piano (1992)”
All welcome.
Professor Segal is well-known for her comparative work on literature and psychology, the body, and gender.


7, 8 et 9 mars 2012, ENS de Lyon, Site Descartes, salle F08 (métro Debourg)
Colloque de l’UMR 5611 LIRE: «Bouvard et Pécuchet: les “seconds volumes” possibles – Documentation, circulations, édition»
http://flaubert.hypotheses.org/17

Largement ouvert au public, le colloque interdisciplinaire «Bouvard et Pécuchet: les “seconds volumes” possibles – Documentation, circulations, édition» se propose de rendre compte des travaux menés pendant la période de financement du projet BOUVARD par l’Agence nationale de la recherche (2008-2012), de diffuser les résultats obtenus et de réfléchir aux différentes suites à donner.
En liaison avec l’ouverture au public du site d’édition des dossiers documentaires du dernier roman de Flaubert (http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr/), ce colloque – centré sur l’«encyclopédie critique en farce» conçue par l’écrivain et son énigmatique second volume – sera le lieu d’échanges entre des chercheurs spécialistes de littérature, d’histoire littéraire et des rapports entre littérature et sciences. Croisant ces différentes thématiques de recherche et la question des supports d’édition électronique, le colloque s’inscrit dans le mouvement large des Digital humanities et permettra de présenter à la communauté scientifique les solutions technologiques innovantes mises en œuvre par le projet.
Responsable scientifique:
Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS – UMR 5611 LIRE http://lire.ish-lyon.cnrs.fr)
Stephanie.DordCrousle@ens-lyon.fr

Programme du colloque:
http://flaubert.hypotheses.org/files/2012/01/Colloque_Bouvard_ENSLyon_7-9_03_2012.pdf
Affiche du colloque:
http://flaubert.hypotheses.org/files/2012/01/affiche_colloque-BP.pdf

VENTES

(< Éric Walbecq)
Librairie Signatures, 17 rue Jacob, 75006, Paris, catalogue n°6, décembre 2011
http://www.librairiesignatures.com/media/catalogues/MP_Catalogue6_BD.pdf
34. José Maria de Heredia (1842-1905), poète, carte de visite autographe, S.l.n.d. [mai 1880]. 1 p. oblong. 380 euros.
«Le service de Flaubert aura lieu mardi [11 mai 1880]. Les amis trouveront des voitures à la gare de Rouen. Départ de Paris à 8 heures du matin, gare St Lazare ».

(< Olivier Leroy)
Catalogue de la Librairie ancienne Le Feu Follet, 31 rue Henri Barbusse, 75005 Paris, janvier 2012
http://www.edition-originale.com/images/catalogues/60.PDF

90. Gustave Flaubert, La dictature de Sylla, manuscritautographe complet inédit.
S.n., s.l., s.d., 20x31 cm, 6 pages en feuilles. 12.000 euros.
Précieux manuscrit autographe complet de 6 pages in-4, inédit, évoquant cet épisode de l’histoire de Rome. Ce récit, très documenté, semble autant une compilation de notes historiques que l’élaboration d’une toile de fond au destin épique de Sylla. Flaubert y évoque succinctement, bien qu’avec précision, les événements majeurs de l’Histoire et s’attarde plus volontiers sur les épisodes moins significatifs mais plus évocateurs de la démesure du personnage.
Ainsi remarque-t-on, dès le début, une attention prêtée aux déplacements géographiques des différents protagonistes et la mise en exergue de leurs fins tragiques: «Catilina […] lui creva les yeux, lui arracha la langue, les oreilles, les mains, lui rompit les bras et les jambes et lui coupa la tête enfin qu’il porta toute sanglante à Sylla puis il se lava les mains dans l’eau lustrale d’un temple voisin. Le cadavre du vainqueur des Cimbres fut exhumé, livré aux outrages et jeté dans l’Anio.»
Plusieurs références bibliographiques: «Mr D. n’a pas remarqué cela»; «Selon Pline XXXVI 186»; «v. p. 296 est-ce cela?» soulignent la réflexion de l’auteur au-delà de la simple relation des événements. Il conclut d’ailleurs ainsi: «Sylla homme du passé voulant rétablir une société morte [...] se mit lui-même au-dessus des lois […] caractère commun à tous les acteurs de ce même rôle.»
Le manuscrit évoque bien évidemment l’intérêt de Flaubert pour l’Antiquité après le procès de Madame Bovary, «le besoin de sortir du monde moderne, où ma plume s’est trop trempée et qui d’ailleurs me fatigue autant à reproduire qu’il me dégoûte à voir» (lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 18 mars 1857). L’absence totale de mention de Carthage dans ce texte semble plutôt témoigner d’un écrit antérieur aux recherches historiques qu’il effectua pour Salammbô, d’une recherche encore ouverte, mais l’intérêt porté au potentiel «tragique» de personnages hors norme, aux antipodes de la «dramatique» actualité de Madame Bovary évoque son grand roman orientaliste.
Depuis longtemps, le personnage exerçait une fascination certaine sur Flaubert: «Nous remarquerons d’abord le crime grand, politique et froid, dans la personne de Sylla: il accomplit sa mission fatalement, comme une hache, puis il abdique la dictature et s’en va au milieu du peuple; c’est là un orgueil plein de grandeur, ce sont là les crimes d’un homme de génie.» (Rome et les Césars, 1839). Paul Bourget évoque également cette passion de l’auteur: «Ses amis se rappellent encore avec quel frémissement il récitait tel morceau de prose, le dialogue de Sylla et d’Eucrate, par exemple: “Sylla, lui dis-je…” puis, s’arrêtant là de sa citation, il ajoutait: “Toute l’histoire romaine est là dedans...” et il l’y voyait, tant l’ensorcellement des syllabes agissait sur ses nerfs tendus» (Journal des débats politique et littéraire, 10 février 1884).
Mais aussi épique fut-elle, l’histoire de Sylla manquait sans doute, à l’instar du manuscrit, d’une figure essentielle aux grandes œuvres de Flaubert: une femme.

91. Madame Bovary, Alphonse Lemerre, Paris 1874, 9,5x16,5 cm, 2 volumes reliés sous étuis. Dernière édition publiée du vivant de l’auteur. 8000 euros.
Envoi de l’auteur à (Louis) Ménard: «A mon ami Ménard, Gustave Flaubert, 28 Mai 77
Ouvrage illustré d’un frontispice.

92. Salammbô,Calmann-Lévy, Paris 1863, 15x24 cm, relié. 2500 euros.
Notre exemplaire est celui de la célèbre tragédienne lyrique Lucienne Bréval, qui interpréta le rôle de Salammbô en 1899, porté à l’opéra par Ernest Reyer. Il est enrichi d’une photographie originale de la tragédienne, encollée au verso du premier plat de reliure, agrémentée d’un envoi autographe signé d’un admirateur: «à Lucienne Bréval / Salammbô incomparable...»

93. Amédée Méreaux, La poésie et son avenir: Discours prononcé par M. Amédée Méreaux en réponse au discours de M. Simonin (1865 et la poésie). Imprimerie de H. Boissel, Rouen 1865, 14,5x23 cm, broché. Édition originale. 1500 euros.
Très rare exemplaire provenant de la bibliothèque de Gustave Flaubert, référencé sous le numéro 22 dans la vente de la succession de Mme Franklin Grout-Flaubert le 18 novembre 1931.
Bel envoi autographe: «A l’auteur de Mme Bovary et de Salambo [sic], Cordial hommage de son admirateur.»
Célèbre compositeur et musicien, Jean-Amédée Lefroid de Méreaux (1802-1874) avait été l’élève de Reicha, puis pianiste du duc de Bordeaux, virtuose à Paris, Londres, Rouen (où il mourut) et musicographe.

94. Georges Pouchet, Des changements de coloration sous l’influence des nerfs, Germer Baillière, Paris 1876, 15,5x24 cm, relié. Édition originale. 2000 euros.
Très précieux exemplaire de Gustave Flaubert comportant un envoi autographe de l’auteur à «Gustave Flaubert / son vieil ami / G. Pouchet
Ouvrage orné de 7 planches illustrées de nombreuses figures coloriées à la main par Mme Lemaître et justifiées par un tampon à sec.

Vente de particulier
Gérard-Gailly, Flaubert et les fantômes de Trouville, La Renaissance du livre, coll. «Documents et témoignages», 1930. 50 euros.
Broché (14x20 cm), 213 pages, état correct, nombreuses rousseurs sur couverture et pages de garde, non coupé à partir de la page 49, rousseurs allant s’amenuisant, ne nuisant absolument pas à la lecture, couverture un peu fragilisée avec petit manque en haut et bas de coiffe.
Contact: cesar.huerta@free.fr

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages collectifs

Flaubert. Éthique et esthétique, Anne Herschberg Pierrot (dir.), PUV, coll. «La Philosophie hors de soi», 2012.
http://www.fabula.org/actualites/anne-herschberg-pierrot-dir-flaubert-ethique-et-esthetique_48985.php

Flaubert, l’empire de la bêtise, Anne Herschberg Pierrot (dir.), Nantes, Cécile Defaut, 2012.
http://www.fabula.org/actualites/a-herschberg-pierrot-dir-flaubert-l-empire-de-la-betise_48890.php

Article

Florence Pellegrini, «Si nous écrivions la vie du duc d’Angoulême? Genèse d’une histoire défectueuse, dans Fiction et histoire, textes réunis par Zbigniew Pryzchodniak et Gisèle Séginger, Presses universitaires de Strasbourg, 2012.

SUR LA TOILE

(< Stéphanie Dord-Crouslé).
Sur l’inégalité des civilisations: Bouvard et Pécuchet ont leur opinion
Frédéric Rouvillois, site causeur.fr
http://www.causeur.fr/bouvard-pecuchet-et-l%E2%80%99inegalite-des-civilisations,15391

Michel Bernard, «Étude textométrique comparative d’une oeuvre du corpus de 100 romans: Madame Bovary»
http://www.ustream.tv/recorded/18821747

(< Benoît Mélançon)
«Les Papous du côté de Flaubert», Les Papous dans la tête, France-Culture, 22 janvier 2012:
http://www.franceculture.fr/emission-des-papous-dans-la-tete-les-papous-du-cote-de-flaubert-2012-01-22


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Marie-Paule Dupuy, d'Olivier Leroy et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67


Mentions légales