BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 15 / 15 janvier 2002


VOEUX

"Que faut-il vous souhaiter?
Du soleil, l'hiver, pour vos promenades; de la pluie, au printemps, pour vos gazons; pas de maladies à vos toutous; d'entendre la plus belle musique du monde et de rencontrer de bons livres.
Quoi encore? Que vous manque-t-il?
Si vous avez un chagrin, qu'il s'en aille! Un désir, qu'il s'accomplisse!"
Lettre à la princesse Mathilde, [vers le 1er janvier 1866], Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t.III, p.476.

Le Centre Flaubert souhaite une bonne année 2002 à tous ses lecteurs. Année réversible. Il n'y en a qu'une par siècle. Au XIXe, ce fut 1881. Trop tard.

LETTRES INEDITES

Grâce à l'aimable entremise d'Arlette Dubois, conservateur du Musée Flaubert et d'Histoire de la Médecine à Rouen, huit lettres de Flaubert à Ernest Chevalier ont été récemment communiquées à Yvan Leclerc.
Sept sont entièrement inédites, une partiellement connue. Elles s'échelonnent de 1835 à 1847. Leur texte sera publié dans le Supplément du tome V de la Bibliothèque de la Pléiade (édition Jean Bruneau, avec l'aide d'YL et de l'équipe du Centre Flaubert pour ce dernier volume). Mais sans attendre cette publication, on voudrait donner une information qui va modifier sur un point de détail la chronologie des œuvres de jeunesse.
L'Etude sur Rabelais était en général datée de 1838 (voir Œuvres complètes, Pléiade, t. I, "Chronologie", p. LXXI). Il faudra désormais la situer au printemps 1839. Flaubert écrit en effet à Chevalier le 7 avril 1839: "A propos de Rabelais, j'ai fait pour le Magnier (de magnus, grand) une étude de Rabelais qui a eu l'approbation du vase étrusque = cruchon sans mère." On peut penser que cette lettre suit de peu la composition de l’étude. Elle serait alors contemporaine de la rédaction de Smar. C’était d’ailleurs une possibilité envisagée par Guy Sagnes, dans la notice de l'Etude sur Rabelais: "Flaubert travaillait vite, et il a pu écrire cette étude passionnée durant quelqu'un de ces arrêts dont il s'accuse pendant la rédaction de Smar." (p.1393).
Autre hypothèse de Guy Sagnes confirmée par la lettre inédite: il s'agit bien d'un exercice scolaire, rédigé pour Magnier, professeur de lettres en classe de rhétorique.

VENTE

Catalogue Demarest, décembre 2001
19 rue Drouot, 75009 Paris. Tél 01 47 70 04 01. Courriel : ndemare@club-internet.fr

92. Réunion d'une carte de visite avec son adresse parisienne "240, fbg St Honoré", biffée et remplacée par l'adresse autographe "Croisset", d'une enveloppe autographe "Monsieur Busquet" et d'un . 185 €/ 1213,52F.
[Le nom de "Busquet" n'apparaît pas dans la liste des destinataires actuellement connus de Flaubert, ni dans les index Conard et Club de l'Honnête Homme de sa correspondance.]

AGENDA

Samedi 19 janvier 2002, Paris

École Normale Supérieure, 45, rue d'Ulm, 5e, salle des Actes
(< Marie Roux, ITEM-CNRS, Paris)

Colloque Flaubert, organisé par l'Equipe Flaubert de Paris.
Autour des Œuvres de jeunesse, le tome I des Œuvres complètes de la Bibliothèque de la Pléiade.
Coordination : Jacques Neefs

10 h à 12 h 30 :
Éditer les "œuvres de jeunesse", avec Claudine Gothot-Mersch, Claude Duchet, Jacques Neefs.
14 h à 16 h 30 Table ronde:
L'éducation littéraire de l'écrivain, avec Maurice Nadeau, Jean Echenoz, Pierre Michon, Claude Mouchard.

22 janvier, Paris

Centre Pompidou, Cinéma 2, 20h 30
(< Simone Arous, Agenda du Magazine littéraire n° 405, janvier 2002)

Flaubert: l'inassouvissable.
Film de PM de Biasi sur les fantasmes pornographiques de Flaubert, tels que ses notes inédites permettent de les reconstituer. Avant-première le 22 janvier. Suivi d'un débat.
Entrée à demander au 01 44 78 46 52.

Jusqu'au 24 février 2002, Canada, Musée des Beaux-Arts du Canada, Ottawa

http://musee.beaux-arts.ca

Gustave Flaubert 1880-1980. Escalier Salammbô, œuvre de Rober Racine, dans le cadre d'une rétrospective de ses principales œuvres en arts visuels, présentées depuis la fin du mois de novembre 2001.

Rober Racine parle de ses œuvres:
L'une d'elles fut réalisée en 1980. Il s'agit d'un vaste hommage à Gustave Flaubert: Gustave Flaubert 1880-1980. Escalier Salammbô.1980 marquait le centenaire de la mort de Gustave Flaubert. Cela coïncidait avec le centenaire du Musée des Beaux-Arts du Canada.
Pour l'occasion, j'avais présenté à ce musée un projet qui rendait hommage à l'écriture et à l'architecture de Flaubert, élaboré en 4 étapes :
De 1978 à 1980, j'avais retranscrit, à la main, les six principaux ouvrages de Flaubert: Madame Bovary, Salammbô, L'Éducation sentimentale, La Tentation de saint Antoine, Trois Contes et Bouvard et Pécuchet. J'avais utilisé les éditions parues dans Garnier-Flammarion (les initiales de Gustave Flaubert...). Ces retranscriptions manuscrites furent réalisées sur des feuillets ayant les dimensions des manuscrits de Flaubert. Pour cela j'avais, à l'époque, demandé par lettre l'information aux bibliothèques de France où sont déposés ces manuscrits. Une seule m'avait répondu. J'avais donc utilisé un format général pour les six ouvrages.
En parallèle à ce travail de retranscription manuscrite ("recopie" au sens où peut-être l'entendaient Bouvard et Pécuchet...), j'avais compté, pour chacun des ouvrages, le nombre de mots, de phrases et de paragraphes (à la main - nous sommes en 1978-79 et je n'avais pas accès à l'informatique).
En utilisant ces trois données, j'avais fait construire un escalier correspondant à l'architecture du roman. Soit: le nombre de chapitres donnait le nombre de marches de l'escalier; le nombre de mots la largeur de ladite marche; le nombre de phrases la profondeur et le nombre de paragraphes la hauteur. Ainsi, lorsque le spectateur entrait dans la salle du musée, il trouvait devant lui un immense escalier qui était, véritablement, la mise en espace du texte de Flaubert. L'escalier Salammbô fait quelque 10 mètres de long; près de 4 mètres de hauteur; et 4 mètres de largeur (soit la marche la plus large, le fameux chapitre 7).
Enfin, pour rendre hommage à ce que Flaubert appelait "l'épreuve du gueuloir", j'ai lu à haute voix sur l'escalier correspondant, en public, sans arrêt, et ce pendant 14 heures, le roman Salammbô avec ma retranscription manuscrite du livre. Ainsi, j'ai lu le chapitre 1 sur la marche 1, le chapitre 2 sur la marche 2, et ainsi de suite jusqu'à la fin du 15e chapitre. À la fin, je sautai (dans le vide) en bas de l'escalier. Cette lecture a eu lieu le 9 août 1980. J'avais 24 ans.

Pour la présente exposition, le Musée des Beaux-Arts du Canada a fait reconstruire l'escalier Salammbô tel qu'il fut construit en 1980. Une vidéo montre aux visiteurs des extraits de la lecture que j'avais faite en 1980 sur l'escalier. Ma retranscription manuscrite de Salammbô ainsi que des notes, croquis, esquisses et dessins reliés au projet Flaubert sont présentés en vitrine. Un catalogue très bien illustré montre des photographies de l'escalier Salammbô. Les textes du catalogue font également référence à ce projet et à ma fascination pour l'œuvre de Flaubert.
Le 3 février 2002, à 13 heures (en français) et 15 heures (en anglais), je ferai deux rencontres avec le public dans les salles de l'exposition.

Enfin, si jamais des lecteurs du Bulletin se montraient intéressés par ce travail, ils peuvent entrer en communication avec moi en m'adressant un courriel:
robert_racine@sympatico.ca




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales