BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 165 / 27 janvier 2015

AGENDA

(<Sébastien Bailly)
Jusqu’au 9 février 2015, exposition «Rhodes, une île grecque aux portes de l'Orient», Le Louvre.
Pierre Assouline, page Facebook
https://www.facebook.com/larepubliquedeslivres/posts/800601833348641
«Avis à tous les lecteurs passionnés de la Salammbô de Gustave Flaubert! Vous vous souvenez du chapitre VII, «Hamilcar Barca», naturellement. Et vous n'avez certainement pas oublié la prêtresse de Tanit à la chevelure semblable à un nuage mais c'est surtout les petites plaques d'or qu'elle portait autour du cou qui avaient frappé les imaginations: une femme ailée entre deux lions cabrés. Elles avaient été inspirées au romancier par un bijou du VIIe siècle avant J.-C. que lui avait fait découvrir son ami Félicien de Saulcy lors d'un séjour à Rhodes. Vous pouvez voir cet extraordinaire objet à l'exposition «Rhodes, une île grecque aux portes de l'Orient» au Louvre jusqu'au 9 février.»

— • — • — • —

17 février 2015 - 26 mai 2015
Flaubert ou l’orientalisme en crise (séminaire de S. Moussa, UNIL)
Université de Lausanne
Présentation du séminaire
Le corpus principal sera constitué par les notes de voyage de Flaubert, publiées en format de poche sous le titre Voyage en Orient, éd. Claudine Gothot-Mersch, notes de Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, Gallimard, «Folio», 2006.

On étudiera, à partir des notes de voyage (une forme caractéristique d’une écriture du voyage qui se veut transparente, prise sur le vif, mais en réalité toujours un peu plus travaillée qu’il n’y paraît), la spécificité de l’orientalisme flaubertien. Flaubert n’est pas indemne de préjugés ethnocentriques, mais son voyage en Orient (qu’il ne faut d’ailleurs pas limiter à la seule Égypte, beaucoup commentée) ne saurait se réduire à une «récitation» du discours orientaliste, tel que l’entend Edward Said dans L’Orientalisme (trad. fr. Le Seuil, 1980, rééd. 2005). D’ailleurs, la première mention, sous ce titre, du Dictionnaire des idées reçues, se trouve dans une lettre de Damas de 1850, comme si Flaubert, qui a cédé à la «mode» des voyages, s’en repentait tout en l’accomplissant. Pour affiner la lecture, il faudra comparer notes et lettres (voir la Correspondance publiée par Jean Bruneau, «Bibliothèque de la Pléiade», tome I), deux corpus avec de nombreuses interférences, mais aussi des spécificités (Flaubert ne publie pas ses notes, en revanche, les lettres sont destinées à être lues par ses proches, dont Louis Bouilhet, avec qui il parle aussi bien de sexe que d’esthétique). On pourra aussi faire quelques incursions en amont (notes de jeunesse, où Flaubert, rêvant du désert, de chameaux, etc., se montre encore très proche d’une conception «naïve» de l’exotisme orientaliste), ou en aval (exploitation fictionnelle de certains épisodes du voyage en Orient dans Salammbô et dans Hérodias). Enfin, on fera quelques comparaisons entre Flaubert et son compagnon de voyage, Maxime Du Camp, qui, lui, a publié tout ce qu’il a pu dès son retour en France: un recueil de photographies orientalistes (Égypte, Nubie, Palestine et Syrie), un récit de voyage (Le Nil), une nouvelle (Reïs Ibrahim), sans parler d’un roman (Mémoire d’un suicidé) fortement inspiré par son séjour en Orient.

Dates et lieu
Le séminaire a lieu à raison de 4 heures toutes les deux semaines, les mardis après-midi, 13h15-17h: 17 février, 3 mars, 17 mars, 31 mars, 21 avril, 28 avril, 12 mai, 26 mai. UNIL Dorigny, bâtiment Anthropole salle 3148.
Une bibliographie critique sera distribuée lors de la première séance.
Contact: smoussa@free.fr
url de référence
http://www.unil.ch/fra/home/news.html?showActu=1412930106580.xml&showFrom=1

— • — • — • —

(< François Lapèlerie)
Madame Bovary
à Marseille et autres lieux, théâtre. Autour du travail de Clara Lepicard.
21 janvier-16 mai 2015. Voir le programme ici:
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/mb_theatre_marseille_2015.php

— • — • — • —

Événements passés

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
Du 6 au 16 janvier 2015, en dix émissions, France-Culture, 00h 00
Bouvard et Pécuchet, adaptation de Michel Manoll, 1971.
http://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-bouvard-et-pecuchet-110-2015-01-06

— • — • — • —

(< Sophie Demoy, Musée Flaubert et d’histoire de la médecine)
Jeudi 15 janvier 2015, 18h 30. Maison Victor Hugo, 6, place des Vosges, 75004 Paris
Tél. 01 42 72 71 52 / Réservation: Florence.claval@paris.fr
«Une lecture Flaubert», conçue par André Versailles, avec Raphaëlle Cambray et Bernard Métraux.
Mise en espace d’une longue lettre factice de Flaubert à Louise Colet.

VENTES

Catalogue Les Autographes (Thierry Bodin), n°139, janvier 2015.
http://www.franceantiq.fr/slam/autographes/Cat.asp?AUTEUR=Flaubert&IdTable=Bodin0115
Lot 113. Gustave FLAUBERT  (1821-1880) romancier. MANUSCRIT autographe, Esther; 4 pages in-fol. 5.000 euros.

RÉSUMÉ DE L’HISTOIRE D’ESTHER. Flaubert résume les 16 chapitres du Livre d’Esther, avec d’importantes citations (ou traductions), assez longuement pour les 7 premiers chapitres; la fin est brièvement résumée. Il a probablement utilisé ces notes pour la documentation de Salammbô, notamment pour l’épisode du banquet. «I. Assuerus règne depuis l’Inde jusqu’à l’Éthiopie sur cent vingt sept provinces. Lorsqu’il monte sur le trône il donne un festin à Suse, sa capitale qui dura pendant cent quatre vingt jours (v. 4). Puis il en donne un autre à tout le peuple de Suse. “Il commanda qu’on préparât un festin pendant sept jours dans le vestibule de son jardin et d’un bois digne de la magnificence royale, qui avait été planté de la main des rois. On avait tendu de tous côtés des tapisseries de fin lin, de couleur bleu céleste et d’hyacinthe qui étaient soutenues par des cordons de fin lin teints en écarlate qui étaient passés dans des anneaux d’ivoire et attachées à des colonnes de marbre. Des lits d’or et d’argent étaient rangés en ordre sur un pavé de porphyre et de marbre blanc qui était embelli de plusieurs figures avec une admirable variété. … 9. La reine Vasthi fit aussi un festin aux femmes dans le palais où le roi Assuerus avait accoutumé de demeurer”. Le septième jour, plus gai qu’à l’ordinaire il commanda à Maümam, Bazatha, Harbona, Bagatha, Abgatha, Zethar et Charchas qui étaient les sept eunuques officiers ordinaires du roi Assuérus “de faire venir devant le roi la reine Vasthi ayant le diadème sur la tête, pour faire voir sa beauté à tous ses peuples et aux premières personnes de sa Cour, parce qu’elle était extrêmement belle”. La reine refuse. Le roi entre en colère»… Etc.
De la vente de la succession de Mme Franklin Grout-Flaubert, Paris 18-19 novembre 1931 (partie du n°168). Catalogue en ligne:
http://flaubert.univ-rouen.fr/bibliographie/cat1931_drouot.pdf

— • — • — • —

Catalogue Les Neuf Muses (Alain Nicolas), «Ephemera» [janvier 2015]
Lot 45. Flaubert, Madame Bovary, éd. préoriginale, Revue de Paris, tomes XL-XLI, 6 livraisons, 1er octobre 1856-15 décembre 1856. 1.000 euros.

— • — • — • —

(< Jacques-Remi Dahan)
Librairie Malais - Cabinet Chaptal, 1 rue de Fleurus, 75006 Paris.
19. Exemplaire de Gustave Flaubert. Pouchet (Georges), Précis d’histologie humaine, Paris, Victor Masson & fils, 1864. In-8, demi-chagrin noir de l’époque, 379p. 1.000 euros.
«A mon cher maître et ami Gustave Flaubert, son dévoué, Georges Pouchet
http://www.cabinet-chaptal.com/CatalogueNoel.pdf
http://r.ag.d.mailin.fr/3ktu258qyy3d.html

— • — • — • —

(< Éric Walbecq)
Galerie Manuscripta, en ligne.
http://www.autographes-manuscripta.com/flaubert-lettre-autographe/
Gustave Flaubert, lettre autographe signée à sa nièce Caroline. Lundi 9h du matin; 1 page in-8°. 2.300 euros.
Tendre lettre de l’écrivain à sa nièce adorée: «Ma Caro, Puisque ta bonne maman (la mère de l’écrivain) continue à ne pas me donner son adresse remets lui immédiatement le mot suivant. Mille bécots sur tes bonnes joues roses ton vieux. […] J’espère déjeuner chez toi, demain, mon cher loulou.»

— • — • — • —

(< Marie-Dominique Nobécourt Mutarelli)
Catalogue du libraire Pierre Prévost consacré à l’artiste Raphael Freida et à ses illustrations d'ouvrages.
N°24. Ensemble de dessins originaux et croquis préparatoires pour l’illustration de Hérodias. 6.500 euros.
N°25. Volume publié avec 3 suites des illustrations, une sur japon, une sur hollande en noir et une sur hollande à la sanguine. 850 euros.

— • — • — • —

(< Olivier Leroy)
Librairie Le Feu Follet, 31 rue Henri Barbusse, 75005 Paris
Catalogue janvier 2015
http://www.edition-originale.com/pdf/catalogue-janvier-1421341290.pdf

68. FLAUBERT Gustave. La Tentation de saint Antoine.
Charpentier & Cie, Paris 1874, 15,5x23cm, relié.
Édition originale comportant la faute «capitaine» à la place de «capitale», page 152, et «éphémérides» pour «éphémères» à la page 295.
Reliure en demi-chagrin brun, dos à 5 nerfs réhaussés de filets dorés, date en pied, couvertures légèrement salies conservées, tête dorée, reliure légèrement postérieure.
Envoi autographe signé de l’auteur à Madame Drouais: «À Madame Drouais. Humble hommage de son tout dévoué G. Flaubert».
Les envois de Flaubert sur ce titre sont d’une grande rareté. (cf. Clouzot) 10.000 euros.

69. FLAUBERT Gustave. Salammbô.
Michel Lévy, Paris 1863, 15x23cm, relié.
Édition originale sur papier courant.
Reliure en demi-chagrin sapin, dos à cinq nerfs, plats de papier marbré, gardes et contreplats de papier à la cuve, ex-libris encollé sur une garde, reliure de l’époque.
Rare envoi autographe signé de l’auteur à (Louis) de Carné, journaliste et historien dont Flaubert possédait plusieurs ouvrages référencés dans l’inventaire de sa bibliothèque. L’intérêt que portait Flaubert à l’oeuvre de Carné n’était toutefois pas bienveillant. On retrouve en effet des notes critiques sur ses articles dans les dossiers de Bouvard et Pécuchet.
D’autre part, la parution de Salammbô coïncide avec l’élection controversée de Louis de Carné à l’Académie française, qualifiée de coup d’état clérical par une partie de l’opinion publique. Elle était en effet le résultat de la fronde organisée par Mgr Dupanloup contre l’autre candidat, Émile Littré, auteur d’une définition matérialiste de l’homme qui déchaîna la fureur des partis religieux et Orléanistes. Flaubert évoque le scandale de cette élection dans une lettre aux Goncourt du 6 mai 1863: «Avez-vous suffisamment vitupéré Sainte-Beuve et engueulé l’Académie à propos de la nomination Carné?»
Bien qu’il précède sans doute légèrement cette élection, cet envoi de Flaubert à Carné est un curieux hommage d’un écrivain accusé naguère «d’offense à la morale publique et à la religion» à un futur représentant du pouvoir religieux au sein même de la prestigieuse Académie.
Rares et légères rousseurs sans gravité, bel exemplaire. 15.000 euros.

70. FLAUBERT Gustave. La Tentation de saint Antoine.
Charpentier & Cie, Paris 1874, 15,5x23cm, relié.
Édition originale comportant la faute «capitaine» à la place de «capitale», page 152, et «éphémérides» pour «éphémères» à la page 295.
Édition originale en premier état sans mention.
Reliure japonisante en pleine toile chocolat, dos lisse avec pièce de titre dans un cartouche apposé en diagonale, plats ornés de motifs floraux repoussés, reliure signée de Pierson, relieur des Goncourt, actif dans le dernier tiers du XIXe siècle.
Rousseurs.
Flaubert avait écrit une première version de ce texte, la plus étoffée, qu’il avait lue à Maxime Du Camp et Louis Bouilhet avant son départ en Orient en 1849. Une deuxième version, plus courte, aurait dû paraître en 1856, mais Flaubert prit peur après le procès de Madame Bovary. Ce n’est donc qu’en 1874 qu’il donne cette version définitive, nettement modifiée par rapport aux deux autres.
Précieux exemplaire habillé d’une rare reliure japonisante «à la Goncourt». 1.800 euros.

71. FLAUBERT Gustave. L’Éducation sentimentale.
Michel Lévy frères, Paris 1870, 2 volumes reliés.
Édition originale en premier état sans mention.
Reliures japonisantes en pleine toile chocolat, dos lisses avec pièce de titre dans un cartouche apposé en diagonale, plats ornés de motifs floraux repoussés, reliures signées de Pierson, relieur des Goncourt, actif dans le dernier tiers du XIXe siècle.
Rousseurs.
Précieux exemplaire habillé d’une rare reliure japonisante «à la Goncourt». 2.800 euros.

72. FLAUBERT Gustave. Madame Bovary.
Michel Lévy frères, Paris 1857, 10,5x17cm, 2 volumes reliés en 1.
Édition originale.
Reliure en plein chagrin aubergine, dos à quatre fins nerfs sertis de filets dorés orné de triples caissons à froid, roulettes à froid sur les coiffes et les coupes, encadrement de quintuples filets dorés et d’un large filet à froid sur les plats, dentelle dorée en encadrement des contreplats, gardes et contreplats de soie moirée crème, légères taches de rousseurs sans gravité sur les contreplats et les gardes, toutes tranches dorées, ex-libris encollé sur un contreplat, élégante reliure de l’époque (ce qui n’est pas très aisé à rencontrer selon Clouzot). Très rare envoi autographe signé de l’auteur à Alfred Guerard, proche ami de Louis Bouilhet à qui est dédié l’ouvrage: «À Alf. Guerard/ souvenir d’amitié/ Gustave Flaubert». (Les dernières lettres du mot amitié et du nom de Flaubert ont été rognées par le relieur). Une mouillure claire sans gravité en pied des premiers feuillets de l’ouvrage.
Les envois autographes de Flaubert sont fort rares sur Madame Bovary. (Cf Clouzot).
Bel exemplaire agréablement établi en reliure de l’époque.
Alfred Guerard fut avec Gustave Flaubert le plus proche ami de Louis Bouilhet. Ce grand industriel rouennais était également un ami des arts et un véritable mécène pour Bouilhet qui lui dédia plusieurs ouvrages. Flaubert, comme en témoigne sa correspondance, ne manquait pas de l’inviter à ses dîners littéraires ou artistiques. Il sera notamment, en 1863, l’un des très rares auditeurs du «Château des coeurs», féérie avortée qui ne connut que cette «lecture solennelle devant un aréopage» que Flaubert sélectionne parmi ses amis de la haute société: «Nous avons voulu avoir un public de bourgeois pour juger de l’effet naïf de l’oeuvre.» (cf. lettres à sa nièce Caroline décembre 1863). 23.000 euros.

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

(< Benoît Melançon)
Larry Duffy, Flaubert, Zola and the Incorporation of Disciplinary Knowledge, Palgrave Macmillan, «Palgrave Studies in Modern European Literature», 2015.
http://www.palgrave.com/page/detail/flaubert,-zola,-and-the-incorporation-of-disciplinary-knowledge-larry-duffy/?isb=9781137297532

Flaubert, Zola and the Incorporation of Disciplinary Knowledge transcends traditional author studies to focus on institutional dimensions of professional practices and knowledge concerning the body in nineteenth-century France, and on their articulation by literary and other texts. It examines how institutional developments in medicine and pharmacy are ‘incorporated’ within literary texts, arguing that such incorporation reflects acute concern with the body, and with knowledge considered metaphorically as body. In its innovative focus on incorporation as metaphor, the book explores theoretical relationships between body and text, exploiting the rich metaphorical potential of the institutional, professional body, constituted by discourse and associated with bodies of disciplinary knowledge. The institutional body ‘incorporates’ itself; the literary text ‘incorporates’ knowledge precisely about the body’s incorporation of substances and practices. Offering cultural history of certain medical, pharmaceutical and scientific discourses, this book problematizes the boundaries between literary and other forms of discourse, themselves analogical to boundaries between different fields of disciplinary knowledge.

— • — • — • —

Julian Barnes, Par la fenêtre. Chroniques [Through the window - A Life with Books, 2014], trad. de l’anglais par Jean-Pierre Aoustin, Mercure de France, coll. «Bibliothèque étrangère», 2015. [Chap. «Traduire Madame Bovary».]
Présentation de l’éditeur:
Ce sont les romans qui disent le plus de vérité sur la vie: ce qu’elle est, comment nous la vivons, quel sens elle pourrait avoir, comment nous la goûtons et l’apprécions, comment elle tourne mal et comment nous la perdons. Les romans parlent à et émanent de, tout ce que nous sommes – esprit, cœur, oeil, sexe, peau ; conscient et subconscient… Ils rendent des personnages qui n’ont jamais existé aussi réels que nos amis et des écrivains morts aussi vivants qu’un présentateur de télévision… La meilleure fiction fournit rarement des réponses; mais elle formule exceptionnellement bien les questions...
Et c'est à travers dix-huit chroniques – plus une nouvelle – que Julian Barnes nous entraîne à la rencontre de romanciers lui ayant fait connaître «ce lien profondément intime qui s'établit quand la voix d’un écrivain entre dans la tête d’un lecteur».
On connaît son amour pour la France et on ne s'étonnera donc pas que près de la moitié d'entre eux soient français ou francophiles comme lui, par exemple Kipling ou Ford Madox Ford. Voici Mérimée, Chamfort, Félix Fénéon, évidemment Flaubert, plus Michel Houellebecq, au fil des pages où l’érudition laisse souvent la place à énormément d’humour – à quoi n’échappent pas non plus Orwell, Updike ou Hemingway. Au final, un éblouissant et décapant florilège.

— • — • — • —

Revues

(< Catriona Seth)
Revue Épistémocritique, n°14
http://www.epistemocritique.org
Sommaire
Laurence Dahan-Gaida et Anne-Gaëlle Weber
Éditorial
1. Anne-Gaëlle Weber, «Variations autour de la greffe»
2. Amelia Gamoneda, «Sens séduits. Aspects neurocognitifs de la lecture poétique»
3. Bertrand Marquer, «La norme et l’écart: étiologie et idéologie au XIXe siècle»
4. Danielle Perrot-Corpet, «Romans de la rupture épistémologique: quelques rémanences philosophiques et poétiques, de Rabelais et Cervantès à Goethe et Flaubert»
5. Thomas Klinkert, «Les effets narratifs de la science dans la littérature: Stifter et Flaubert»

— • — • — • —

Flaubert. revue critique et génétique, n° 12 (2014)
Flaubert, les pouvoirs de l’image (II)
http://flaubert.revues.org/2333

Présentation par Anne Herschberg Pierrot
Flaubert et les arts visuels
Monique Sicard, «Gestes et images du voyage en Orient»
Arden Reed, «Flaubert et la stéréographie française, 1850-1880»
Bruno Gallice, «Rémanence de Madame Bovary dans l’édition illustrée»
Flaubert et l’image
Philippe Dufour, «Panthéisme de Flaubert»
Françoise Gaillard, « “Elle avait lu Paul et Virginie” ou les moments parfaits d’Emma»
Entretien
Jacques Neefs, Michael Fried, «Dialogue: Intensités esthétiques: Flaubert et quelques-uns de ses contemporains»

Article

Christine Noille, «Le fantôme de Pécuchet [Quatre lettres du vieux Corneille]», Fabula-LhT, n°13, «La bibliothèque des textes fantômes», novembre 2014, URL: http://www.fabula.org/lht/13/noille.html
Plan
I. Note de l’éditeur
II. Variante du Manuscrit autographe de Bouvard et Pécuchet (chapitre V)
III. Extraits des Recueils de documents divers recueillis par Flaubert (quatre lettres de Pierre Corneille à son frère)
A. Première lettre du 20 octobre 1655
B. Deuxième lettre du 20 octobre 1655
C. Troisième lettre du 21 octobre 1655
D. Dernière lettre du 22 octobre 1655

SITE FLAUBERT

(< François Lapèlerie)
Salammbô, sculptures.
René de Saint-Marceaux (1845-1915), Buste de Salammbô, 1875
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/sal_sculpture_saint_marceaux.php

Fatori (?), statuette de Salammbô, 1920 (?)
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/sal_sculpture_fatori.php

Bruce Krebs, La Terrasse de Salammbô, 2013-2014
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/sal_sculpture_krebs.php

LECTURES

(< Benoît Melançon)
Curiosité flaubertienne – québécoise
La Grande Noirceur est une bande dessinée du Québécois Philippe Girard (Mécanique générale, 2014, 87 p.).

À Québec, en septembre 1939, Anna Donati est presque renversée par une voiture. Au dernier moment, un homme la sauve; c’est lui, Albert, qui se retrouvera alité dans un couvent, inconscient. Soir après soir, Anna ira lui faire la lecture. Elle commencera par la Bible, mais elle passera rapidement à des textes moins orthodoxes: Paradise Lost (Milton), Les Fleurs du mal (Baudelaire), Rome (Zola) ‒ et L’Éducation sentimentale. Albert ne réagit pas, mais le corps d’Anna, lui, si. L’érotisme va grandissant, non seulement grâce au contenu des lectures, mais aussi par la fine reprise d’une scène muette (Anna se dévêtant avant de se mettre au lit).
Dans le roman de Flaubert, que rêve de lire à haute voix Anna? «Jamais il n’avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait» (p.40); «Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire»; «Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé?»; «Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu’elle avait portées, les gens qu’elle fréquentait» (p.41). Réaction du malade? «Albert… Dio mio. Vous me faites peur, arrêtez de me regarder comme ça. On dirait que vous êtes possédé!» (p.41).
Le religieux est partout dans la société représentée par cette bande dessinée: obligation de la confession, soumission à l’Index Librorum Prohibitorum, évocations récurrentes du diable et de l’enfer, contrôle des loisirs. Malgré cela, Anna fera une découverte: «Mon père… je m’accuse d’avoir lu un méchant bon livre et d’y avoir pris plaisir!» (p.85). Le pluriel («méchants bons livres») n’aurait-il pas été de mise?

— • — • — • —

(< David Michon)
Dans le film 16 ans ou presque, du réalisateur Tristan Séguéla (2013), le héros Arnaud Mustier (joué par Laurent Laffitte) lit L’Éducation sentimentale quelques secondes et referme le livre en disant: «Elle est chelou la langue hein, quand même j’avais oublié» (46e minute du film).
Le sujet du film est le retour à l’adolescence d’un homme de 34 ans, avocat et philosophe, au langage choisi et précieux. Cette crise de puberté tardive renvoie le héros à des préoccupations légères bien éloignées de la littérature. Il emprunte un livre à son jeune frère lycéen, et cette scène ‒ peu utile à la narration ‒ a probablement pour but de montrer à quel point certaines lectures sont pénibles pour les adolescents...

— • — • — • —

(< Catriona Seth)
Léonor de Récondo, Amours, Sabine Wespieser Éditeur, 2015
http://www.swediteur.com/titre.php?id=149
«1908. Victoire, mariée à un notaire depuis cinq ans, ressemble à Emma Bovary, dont elle lit d’ailleurs l’histoire», Libération, 22 janvier 2015.



Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales