BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 166 / 12 mars 2015

Flaubert, Notes inédites sur Jean-Jacques Rousseau (vers 1864)

Des notes inédites de Flaubert sur Rousseau sont conservées au Musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency (Val-d’Oise), dirigé par Mme Chantal Mustel. Ces notes ont fait partie de la succession de Mme Franklin Grout (vente à l’hôtel Drouot, 18-19 novembre 1931, n°154). Elles ont été acquises par le musée en 1992.
Flaubert a pris des notes sur plusieurs ouvrages de Rousseau, qu’il indique ainsi dans son sommaire: «1°Discours sur l'origine & les fondemens de l'inégalité parmi les hommes; 2°Discours sur le rétablissement des Sciences & des Arts (& la Polémique); 3°Préface du Narcisse, ou l'amant de lui-même; 4°Lettre à d'Alembert, sur les spectacles; 5°Contrat-Social.» Flaubert a lu ces textes dans l’édition de Rousseau qu’il possédait (conservée à l’Hôtel de Ville de Canteleu), Oeuvres complètes, Paris, sans nom d’éditeur, 1788-1793, 38 vol. (t.7, 8, 15, 16 et 18 pour les textes concernés).
Il est difficile de dater précisément ces notes. Aucun des titres figurant ci-dessus n’est cité dans la correspondance de Flaubert. Les mentions très critiques à l’égard d’un Rousseau penseur politique apparaissent dans les lettres de 1854 et sont surtout développées en 1867, lors de la rédaction de L’Éducation sentimentale, roman historique dans lequel se confrontent les discours idéologiques. Dans la mesure où une partie de ces notes a été utilisée pour ce roman (puis reprise pour Bouvard et Pécuchet), on peut les faire remonter au début des lectures préparatoires du «roman parisien», à partir de 1864.
La publication de ces notes inédites a fait l’objet d’une convention de partenariat scientifique entre la Ville de Montmorency et l’université de Rouen (2012), le Centre Flaubert ayant pour mission de mettre en ligne les images du manuscrit conservé au Musée Jean-Jacques Rousseau, accompagnées de leur transcription. Nous remercions Mme Chantal Mustel de nous avoir signalé l’existence de ce document et de nous avoir chaleureusement soutenus dans toutes les étapes du parcours qui aboutit aujourd’hui à son édition numérique. Nous remercions également la ville de Montmorency de nous avoir confié ce travail. Numérisation par Laure Quérouil, Musée Jean-Jacques Rousseau.
http://flaubert.univ-rouen.fr/manuscrits/rousseau/index.php

AGENDA

Samedi 28 mars 2015, Rouen, Hôtel des sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine
Association des Amis de Flaubert et de Maupassant
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/
Journée Louis Bouilhet
Matin (à partir de 9h30)
Maria-Luisa Cappello, «Bouilhet et la culture classique»
Hugues Marchal, «Expositive ou exposante? Remarques sur la poétique du tableau chez Louis Bouilhet»
Yohann Ringuedé, «Le traitement paradoxal de l'astronomie dans les vers de Bouilhet»
Gisèle Séginger, «Bouilhet: faire chanter les savoirs»

Après-midi
Marie-Françoise Rose, «L’exposition Louis Bouilhet à la Bibliothèque municipale de Rouen»
Claire Basquin, «Présentation des lettres de Bouilhet récemment acquises par la Bibliothèque municipale de Rouen»
Daniel Fauvel, «La fortune de Bouilhet»
Raymond Hervieux, «Les hommages de Cany à Louis Bouilhet»
Yvan Leclerc, «Un carnet inédit de Bouilhet: Impressions philosophiques»

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

Alan Raitt, Lectures croisées, Essays, Edited by Francesco Manzini, Romanticism and after in France, Vol. 24, Oxford, Peter Lang AG, 2015.
Lien vers le site de l’éditeur
This selection of essays by Alan Raitt provides a series of cross-readings of nineteenth-century French literary authors and texts. The collection revolves around Flaubert and Villiers de l’Isle-Adam, the two authors with whom Raitt is most associated, situating them and their principal works in relation to each other, as well as to Balzac, Nerval, Baudelaire, Mallarmé and Huysmans. In so doing, the collection shows the extent to which nineteenth-century French literary history appears both as a succession and as a simultaneity of literary styles and credos.
Alan Raitt (1930-2006) was one of the most distinguished French scholars of his generation. He was Professor of French at the University of Oxford and a Fellow of Magdalen College. His books include landmark studies of Flaubert, Mérimée and Villiers de l’Isle-Adam. He was a Fellow of the British Academy, Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques and the general editor of French Studies.

(< Diana Rinciog)
Razvan Ventura, Gustave Flaubert. Miracolul absenței, [Gustave Flaubert. Le Miracle de l’absence], Tracus Arte, Bucarest, 2014.

Traduction

Flaubert Gustave, Salammbô, langue: vietnamien, trad. Thắm Trần [Camille Tham Tran], Hà Nội, Vietnam, Hội Nhà Văn, 2014, 482 pages.
Réception de cette traduction.
Salammbô présenté sur HTV7, le 21 juin 2014:
https://www.youtube.com/watch?v=vt9lsWL-S9c#t=17m56s

http://giaitri.vnexpress.net/tin-tuc/sach/lang-van/salammbo-tieu-thuyet-lich-su-tung-lam-nao-dong-paris-3006724.html
http://phunuonline.com.vn/nguoi-yeu-sach/tac-pham-va-du-luan/salammbo/a122167.html
http://tuoitre.vn/tin/tuoi-tre-cuoi-tuan/van-hoa-nghe-thuat/20140312/nhung-moi-tinh-bat-kha/596901.html

Revue

Bulletin Flaubert-Maupassant, n°30, 2014
Autour de Flaubert: Orlowki, Chojecki, Senard, Duplan. Lettres inédites de Maupassant. Correspondance entre Du Camp et Duplan.

Sommaire du Bulletin Flaubert – Maupassant, n° 30, 2014
Joëlle Robert, Éditorial

POLONAIS ET RUSSES DANS L’ENTOURAGE DE FLAUBERT
Jeanne Bem, «Flaubert romancier, précurseur de Tchekhov? Le dialogue dans Madame Bovary»
Emmanuel Desurvire, «Charles-Edmond Chojecki et Gustave Flaubert, parcours d’une amitié»
Daniel Fauvel, «Les Polonais dans le département de la Seine-Inférieure de 1830 à 1870»
Michel Lambart, «La Pologne et les Polonais dans L’Éducation sentimentale»

Dagmara Feray et Joëlle Robert, «Flaubert, Orlowski et Chopin, une solidarité artistique»
Laurent Lamy, «Présentation des oeuvres d’Orlowski»

AUTOUR DE FLAUBERT
Jean-Luc Brière, «Jules Senard sous la Monarchie de Juillet et la Seconde République»
Thierry Carteron, «Jules Duplan, un ami de Gustave Flaubert»
Correspondance inédite entre Maxime Du Camp et Jules Duplan

MAUPASSANT
Bernard Joly, «La clausule, lieu de l’émotion, dans les Contes et nouvelles de Maupassant»
Marlo Johnston, «Quatre lettres inédites de Maupassant. Les Roches Blanches»

DOCUMENTS
Guy Pessiot, «Un nouveau portrait de Flaubert. Notes sur Ladislas Loevy»
Emmanuèle Grandadam, Marlo Johnston, Françoise Mobihan, Guy Pessiot, Joëlle Robert, «Promenades à Paris»

HOMMAGES
Hommage à Maurice Agulhon (par Yannick Marec), Herbert Lottman (Marie-Françoise Rose), Jean-François Guémy (Daniel Fauvel), Claude Vermeille (Hubert Hangard)

VIE DE L’ASSOCIATION
Activités 2014

Dans ce numéro, figure un ensemble important de lettres inédites de Maxime Du Camp à Jules Duplan, dans lesquelles il est souvent question de Flaubert. Plusieurs de ces lettres sont écrites pendant le voyage en Orient. Elles donnent une image souvent négative du compagnon de voyage. Voir par exemple la lettre envoyée de Constantinople le 4 décembre 1850. Du Camp explique à Duplan pourquoi il ne prolongera pas son voyage jusqu’en Syrie. Parmi ses raisons:
«Enfin, la raison la plus forte pour moi, celle qui m’a surtout décidé, c’est Gustave lui-même; c’est cette effrayante responsabilité qui pèse sur moi vis-à-vis de sa mère, devant la quantité de lettres secrètes qu’elle me faisait parvenir en me suppliant de renoncer à la Syrie, j’y ai renoncé. Je ne pouvais, après la promesse que j’avais faite, quitter Gustave, car Gustave est incapable de m’y suivre; s’il avait été seul, il se serait arrêté à Alexandrie; il est anti-voyageur, il n’a ni l’énergie, ni la volonté nécessaire pour cela, il est embarrassé de tout et voit des montagnes où il y a des grains de sable. Tant qu’il a cru qu’il ne pourrait m’accompagner, il a été désespéré et s’est cru voyageur; du jour où il lui a été donné de me suivre, son ardeur est tombée, et il n’a fait ce voyage que par point d’honneur et pour n’avoir pas l’air de reculer vis-à-vis de ses amis et de lui-même. Nous n’étions pas partis depuis 8 jours que je savais tout cela. Devant des circonstances semblables, j’ai dû faire abnégation momentanée de moi-même. Je reconduirai Gustave en Italie, je le remettrai entre les mains de sa mère, je reviendrai à Paris et plus tard je partirai seul pour la Perse. Quant à lui c’est toujours cette bonne et intelligente nature dont je t’ai souvent parlé, aussi dévouée pour moi que possible, mais marchant à mes côtés à contre-coeur, sans enthousiasme, dormant sur son cheval, démoralisé quand il restait 15 jours sans recevoir de lettres, et tourmenté à son insu par ce banal regret de sa patrie et du chez soi. Cela est triste, il l’a senti lui-même et en a été fort découragé. Il va passer toute la fin de  l’hiver en compagnie de sa mère dans quelque ville d’Italie et se retrouvera fort heureux d’être rentré chez lui» (p.121-122).

Articles

Virginie Actis, «Flaubert dans les manuels scolaires: généalogie d’une figure de l’écriture en rupture de l’histoire», dans «De l’absolu littéraire à la relégation: le poète hors les murs», actes du colloque de Montpellier III, 16-17 juin 2011, en ligne sur Fabula.
http://www.fabula.org/colloques/document2466.php

Federica Giulia Sacchi
, «La spirale come metafora della vita onirica e di itinerari spirituali in Flaubert e Shelley. Analisi de La Spirale di Gustave Flaubert e di Alastor, or the Spirit of Solitude di Percy Bysshe Shelley»
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=36
Cette étude veut montrer à quel point l’image de la spirale est riche de significations, à la fois psychologiques et symboliques. Flaubert, comme on sait, voulait écrire un roman intitulé La Spirale, resté à l’état de scénario, dans lequel le plan de la réalité et le plan du rêve se croisent d’une façon indissoluble, comme dans une spirale. Une oeuvre antérieure à celle de Flaubert, Alastor or the Spirit of Solitude, de P.B. Shelley, présente la même structure. La vie des protagonistes s’articule sur les deux plans (réel et onirique) parce que tous les deux recherchent la vision et le rêve. L’un apprend à maîtriser ses hallucinations par le sacrifice, l’autre reste entièrement plongé dans son monde de rêveries. Il y a, dans le projet de Flaubert, des scènes exotiques qui permettent de penser qu’il doit son inspiration à l’oeuvre de Shelley (le fantomatique «pays d’Al», semble bien une référence explicite à Alastor). Un destin funèbre, enfin, rapproche les deux personnages qui, après avoir atteint un niveau de connaissance supérieur, décident de mourir.

SITE FLAUBERT

Tutoriel d’utilisation du site Madame Bovary, par Florence Lhomme
https://www.youtube.com/watch?v=Tzb90W6b6O8

LECTURES

(< Benoît Melançon)
«“Emma Bovary, c’est moi.” — Emma Bovary» (Nicolas Guay, L’Insoutenable Gravité de l’être (ou ne pas être), 2015, p. 63).

«The global appeal of the novel [Fifty Shades of Grey] has led some fans to hallow it as a classic, but, with all due respect, it is not to be confused with “Madame Bovary.” Rather, “Fifty Shades of Grey” is the kind of book that Madame Bovary would read» (Anthony Lane, «No Pain, No Gain», The New Yorker, 23 février 2015
http://www.newyorker.com/magazine/2015/02/23/pain-gain

DÉRIVÉS

(< Françoise Simonnet-Tenant)
Bande-annonce d’une version américaine de Madame Bovary. Bientôt sur les écrans français, en version sous-titrée.
https://www.youtube.com/watch?v=La-clCmfWGo

(< Danielle Girard)
On peut désormais télécharger tous les anciens bulletins des Amis de Flaubert, et consulter les articles en utilisant l’index thématique:
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/accueil/


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales