BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 17 / 15 février 2002


VENTE

Manuscrits

Catalogue Bodin, "Les Autographes", n° 99, février 2002
Courriel : lesautographes@wanadoo.fr
http://www.franceantiq.fr/slam/autographes/Cat.asp?COMPLET=Flaubert&IdTable=Bodin0202

109. Gustave FLAUBERT (1821-1880) romancier:
MANUSCRIT autographe, De Natura Deorum, Ciceron ; 2 pages et demie grand in-4.
Intéressantes notes philosophiques et mythologiques, pour la préparation de La Tentation de saint Antoine, sur les objections contre la création du monde par la Divinité, sur les augures; sur diverses opinions concernant les dieux (Aniximandre, Persée, Simonide, Aristote, Démocrite, Diagore de Melos, etc.); sur les phénomènes physiques; la naissance des centaures; le culte de la déesse Orbana, etc.
Le manuscrit s'achève par cette note: "Hypponax était affreusement laid. Des sculpteurs qui l'avaient représenté au naturel, ayant exposé son buste pour faire rire le public, il fait des vers d'une horrible malignité contre les rieurs dont qques uns se pendirent de rage. - Lycambe fut tellement blessé par les vers d'Archiloque à qui il avait promis sa fille en mariage, qu'il se pendit de rage".
2 300,00 Euros.
[Gisèle Séginger, dans sa notice pour La Tentation de 1849, qui figurera dans les Œuvres complètes en Pléiade, t.II, émet l'hypothèse que ces 2 pages et demie pourraient provenir d'un dossier plus important mentionné dans le catalogue de la vente Franklin Grout, Antibes, 28-30 avril 1931, n° 67, "Cicéron, œuvres philosophiques", 19 p.]

Livres

Catalogue Fourcade, Littérature XIV, février 20O2
3, rue Beautreillis, 75004 Paris, tél. 01 48 04 82 15. jffbooks@mageos.com

Salammbô, Lévy, 1863, E.O., 275 Euros.
La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, E.O., 350 Euros.
Dictionnaire des idées reçues, illustrations par Chaval, Club Français du Livre, 1958, 283 Euros.

VIENT DE PARAITRE

Editions

Guy de Maupassant, Gustave Flaubert, préface de Michel Parfenov, Parangon, 2001.
Contient: l'étude de GM publiée en préface aux Lettres de GF à George Sand (1884); l'article "Gustave Flaubert", paru dans L'Echo de Paris du 24 novembre 1890; un extrait des Nouveaux souvenirs intimes sur Guy de Maupassant, par François Tassart; la lettre de Flaubert à Maupassant du 1er février 1880 (sur Boule de Suif).

Gustave Flaubert, Correspondance, texte établi sur les autographes, annoté et présenté par Giovanni Bonaccorso, lauréat de l'Académie Française, Nizet, 2001.
Tome I: Du collège à l'Orient (1830-1851); tome II: La quête du Beau: de l'école des maîtres à l'originalité (1852-1861).
Enfin Giovanni Bonaccorso vint, pour donner au monde la "première édition scientifique" (c'est écrit sur la couverture) de la correspondance de Flaubert. On l'attendait depuis 120 ans, et l'on se demande, rétrospectivement, comment on a pu lire et étudier les lettres de GF si mal éditées jusqu'à Lui. GB émet l'hypothèse vraisemblable d'un complot international des éditeurs antérieurs, ourdi pour nuire à la réputation de Flaubert. Tous ses prédécesseurs sont des incompétents qui ont travaillé sans rigueur scientifique. Antoine Youssef Naaman, l'éditeur des Lettres d'Egypte? "Pédantesque" (t.I, p. XV). Alphonse Jacobs, souvent donné en modèle pour son Flaubert/Sand? Un manipulateur (t.II, p.VI). L'éditeur de la Pléiade (jamais nommé dans les préfaces)? Se trompe et persiste dans "son défaut de méthode" (t.II, p.XII).
Donc GB présente une édition qui répond aux "exigences de la Science" (t.I, p. XXVI); il corrige les malignes erreurs de lecture, établit une édition diplomatique en respectant la ponctuation, et redate des centaines de lettres. Par respect scrupuleux de l'autographe, il met au point un nouvel objet scientifique, le vrai-faux autographe, et une méthode inédite: le collationnement sur manuscrit absent. En effet, quand GB n'a pas eu accès à une lettre vue par Jean Bruneau (nommons-le), il recopie la Pléiade en restituant la ponctuation selon ce qu'il sait des habitudes générales de Flaubert, d'après le manuscrit qu'il n'a pas consulté. Pour les nouvelles datations, il a recours à un procédé tout aussi scientifiquement rigoureux: la datation par la psychologie. Soit une lettre à Chevalier que Jean Bruneau date prudemment de 1853, faute d'indices chronologiques plus précis (Pléiade, t.II, p.495). Mais en relisant de près cette lettre, GB s'aperçoit que Flaubert était de "mauvaise humeur" (t.II, p.XVII) au moment où il l'écrivait. Et quand Flaubert fut-il de mauvaise humeur en 1853? En octobre, à cause de Louise Colet. La lettre, datée aussi scientifiquement par l'humeur que par le carbone 14, est donc d'octobre-novembre 1853: novembre car la mauvaise humeur peut durer un peu et l'écriture de la lettre ressemble à une autre datée de ce mois, mais pas décembre, car la lettre est "muette quant aux souhaits de fin […] d'année" (t.II, p.XVI), qu'on présente dès le 1er du mois. CQFD.
Les deux derniers volumes sont annoncés pour 2003. Quant il abordera les années 1876-1880, GB ne pourra plus recopier la Pléiade, dont le t. V est encore à paraître, il pourra alors déployer librement tout son génie scientifique.

Critiques

Michel Brix, Eros et littérature. Le discours amoureux en France au XIXe siècle, Louvain, Peeters, Louvain, 2001.
Chap. VI - "Mal du siècle, bovarysme et pêché d'idolâtrie".
"On a pu voir, à bon droit, dans le bovarysme le trait majeur des romantiques" (p.164). Les bovarystes lisent sans écrire, consomment l'art sans créer, comme Emma, "plus sentimentale qu'artiste".
Chap. XI - "Flaubert: maladies d'amour".
Thématique du "double amour", qui oppose femme idéale et femme réelle. GF se défie de la "poétisation" de la femme et du mysticisme amoureux. Passion et vertu, Mémoires d'un fou, comme exemples de la religion sentimentale. Dans Novembre apparaît la prostituée, liée à la femme idéale. Le prénom Marie condense cette double postulation. Madame Bovary et Salammbô explorent la confusion de l'érotisme et du mysticisme. L'aspiration à l'absolu dérive de la haine de soi, du corps et de ses désirs. "L'hystérie féminine […] procède de la volonté de masquer la réalité des désirs physiques sous le voile d'aspirations religieuses et de ne concevoir la possibilité de l'amour que sous des formes idéales" (p.339). L'Education sentimentale donne lieu à une analyse psychologique: la "névrose idéalisante" (p.343) de Frédéric consiste à aimer son image à travers la figure sublimée de Marie, substitut de la mère.
Deux précisions :
- p.322. Le plan d'Une nuit de Don Juan n'a pas appartenu à Maupassant, mais c'est par lui qu'il a été publié dans l'étude "Gustave Flaubert", en préface aux Lettres de GF à G. Sand, Charpentier, 1884.
- p.338, n.118. Vérification faite sur l'autographe, Flaubert a bien écrit "elle ennivrée [sic] du feu mystico-hystérique d'Astarté", et non du "jeu", qui est une erreur de lecture ou de transcription. Plan de Salammbô, BnF, nafr. 23662, f° 181.

Jacqueline Ernst, "Gustave Flaubert: un stoïcisme esthétique", dans Éthiques de l’écriture, XIXe-XXe siècles, Vives Lettres n° 12, textes réunis et présentés par Michèle Finck et Gisèle Séginger, PU de Strasbourg, 2001, p.61-76.

Yvan Leclerc, "Flaubert et Du Camp: deux éthiques de l’écriture (à propos de leur Correspondance)", dans Éthiques de l’écriture, XIXe-XXe siècles, Vives Lettres n°12, textes réunis et présentés par Michèle Finck et Gisèle Séginger, PU de Strasbourg, 2001, p.41-59.

Yvan Leclerc, "Les éditions de la correspondance de Flaubert", Revue de l'Aire, n°27, hiver 2001, Librairie Honoré Champion, p.157-166.
Histoire des différentes éditions, depuis Charpentier (1887) à nos jours, et même un peu au-delà: l'édition Pléiade, une fois achevée avec le t.V, devrait dépasser 4000 lettres. Version en ligne de cet article, sur le site Flaubert, entrée "Bibliographie".

Maryline Lukacher, "Fictions biographiques: Flaubert et Le Voyage en Egypte", Revue des Sciences Humaines, n° 263, "Paradoxes du biographique", 3/2001, p.183-193.
Le départ pour l'Orient est vécu par GF comme une mort, "un voyage osiriaque dont il ne reviendra symboliquement jamais" (p.184), après la condamnation de La Tentation, œuvre interminable. L'auteur analyse ensuite le discours misogyne sur la femme orientale. Le "spectre" malsain de Kuchuk Hanem revient dans un cauchemar de Louise Colet (Les Pays lumineux, 1879). L'ancienne maîtresse voit en saint Antoine "la perversion du désir de Flaubert" (p.191).
Article dont on saisit mal la cohérence, et guère plus son rapport au thème du numéro de la revue. Curieusement, l'auteur cite la correspondance d'après l'éd. Conard (censures comprises) et les Souvenirs littéraires de Du Camp en renvoyant aux extraits donnés par L'Intégrale/Seuil, t.I.

Liana Nissim, "Les vêtements d'Emma: sexe ambigu ou frénésie des modes ?", dans Vêtement et littérature, Frédéric Monneyron dir., PU de Perpignan, 2001,p.191-213.
L'article de Baudelaire sur Madame Bovary, analysant la "virilité" d'Emma, a servi de point de départ aux sur-interprétations d'inspiration psychanalytique: lorgnon, chapeau, gilet, pipe révèleraient son désir d'être homme. Liana Nissim, revenant à l'univers référentiel du roman, montre que "les choix d'Emma ne viennent pas des ambiguïtés de son sexe mais d'une obéissance scrupuleuse à la mode du moment" (p.212), celle des lionnes et de l'anglomanie.

Mona Ozouf, Les Aveux du roman, Fayard, 2001.
Un chapitre est consacré à "Bouvard et Pécuchet: l’égalité dans l’insignifiance", p.211-23.
Analyse du chap.VI, celui de la Révolution à Chavignolles. Dans cet essai sur le roman au XIXe siècle comme négociation entre Ancien Régime et Révolution, BP représente le "roman limite, où tous les sujets se fondent dans le collectif anonyme" (p.211), "roman sur la neutralisation de l'existence opérée par la démocratie, sur l'aboutissement de ce travail de l'égalité dont Tocqueville avait pressenti qu'il serait aussi un travail de l'insignifiance" (p.233). Idée pertinente, mais qui demande à être démontrée par une analyse rigoureuse, alors que le chapitre de cet essai ne dépasse pas le résumé à peine commenté de l’intégralité du roman. MO parle d'un étrange roman sur lequel les "critiques ont beaucoup rêvé" (p.232). Mais ils ont aussi réfléchi et publié, et MO ignore, ou feint d'ignorer, ceux qui ont travaillé avant elle sur le même sujet, entre autres Claude Duchet (la désécriture de l'Histoire), Philippe Dufour (le discours lors de la plantation de l'Arbre de la Liberté), Stéphanie Dord-Crouslé (la scène entre Gorgu et Mme Castillon), Tomoko Mihara (thèse sur la communauté dans BP). Des erreurs factuelles, comme si MO avait travaillé de seconde main: on lit que Flaubert se met à travailler à BP en juin 1877 (p.211), et que L'Education sentimentale devait d'abord s'intituler Histoire d'un jeune homme (p.334).

Bertrand Vibert, "Elu-foutu: l'être ou ne pas l'être". Sur Le Candidat de Flaubert, dans Recherches & Travaux, n° 59, "Contraintes et dérives d'écriture", U. de Grenoble, 2001.

Collectifs

L'Angélus, Bulletin de l'Association des Amis de Guy de Maupassant, n° 12, déc. 2001-janv. 2002.
148 bd de la Libération, 13004 Marseille.
Jacques Bienvenu, "Les carnets intimes d'Hermine Lecomte du Noüy", p.3-15.
Trois pages de ce carnet, datées de juin 1887, concernent Maupassant et Flaubert: "M. trouve la préface de Mme Commanville ["Souvenirs intimes", Correspondance, Charpentier, t.I, 1887] idiote et la publication des lettres du grand Maître, presque un sacrilège. […] Mme de Maupassant a seulement 18 lettres de Flaubert; Guy en possède 286 qu'il garde pieusement. Il n'en a livré que 4 à la Commanville."
Thierry Selva, "Une étude quantitative du vocabulaire de Maupassant", p. 41-48. Cette étude est menée en comparaison avec le vocabulaire de Flaubert, Zola et Proust.

Bibliotherapy, sous la direction de Rémy Markowitsch, Edizioni Perferia, Poschiavo/ Luzern, 2002.
Catalogue de l'exposition à la Villa Merkel de Rémy Markowitsch, en collaboration avec Michael Ming Hong Lin. Ouvrage trilingue allemand, anglais, français.
Andreas Baur, Peter Fischer: Préface.
Alberto Manguel: La Bibliothèque de Robinson.
Yvan Leclerc: Bouvard et Pécuchet ou la bibliothèque lue comme "roman de la médecine".
Cornelia Saxe: La Bouvarine – Du livre comme drogue, de la femme comme lectrice et du luxe de la lecture à haute voix.
Antje Weitzel: Le jardin des sentiers entrelacés.
Photographies des 25 lecteurs de Bouvard et Pécuchet, pour l'exposition.
Inventaire de la Bibliothèque de Gustave Flaubert (extraits de l'inventaire réalisé par le Centre Flaubert).
"Dans Une histoire de la lecture, Alberto Manguel écrit:"[…] Voici la curieuse science de la bibliothérapie, définie par le dictionnaire Webster comme "l'usage de textes choisis en guise de compléments thérapeutiques en médecine et en psychiatrie", grâce à laquelle certains médecins prétendent pouvoir guérir les malades de corps et d'esprit à l'aide du Voyage au centre de la Terre ou de Bouvard et Pécuchet." […] Marc-Alain Ouaknin, philosophe, rabbin et spécialiste de littérature classique juive, a consacré à la bibliothérapie tout un ouvrage du même nom, qui porte le sous-titre Lire, c'est guérir. […] Pour son projet Bibliotherapy, Rémy Markowitsch a invité 25 personnes à faire la lecture de Bouvard et Pécuchet passage par passage. Les séances de lecture ont eu lieu soit à Paris – où l'histoire commence –, soit dans le site géographique où se déroule en fait le roman, c'est-à-dire en Normandie. L'artiste a enregistré ces séances de lecture avec un caméscope numérique. Les vidéos qui dressent le portrait des lectrices et lecteurs à voix haute à la manière d'une photo étirée dans le temps constituent, dans des formes de présentation diverses, un élément essentiel du projet", Antje Weitzel, p.380-381.

Flaubert's Parrot de Julian Barnes : "un symbole du logos ?", Rouen : Publications de l'université de Rouen, 2002. (PUR n° 311)

Sommaire
Antoine Capet : Avant-propos 1
Nicole Terrien : Introduction 3
Yvan Leclerc : Le Perroquet de Flaubert, ou la biographie impossible 5
Michael Wetherill : Mixing It Up As You Go Along : History Then and Now 19
Vanessa Guignery : Sur la piste des perroquets: les figures de la quête 29
Matthew Pateman : Precision and Uncertainty in Flaubert's Parrot 47
Christelle Chaussinand : Lexicophagie et ipsophagie dans Flaubert's Parrot 59
Catriona Seth : Your Favourite Mode of Utterance: Italics in Flaubert's Parrot 71
Tony Williams : A Train-Spotter's Guide to Julian Barnes 79
Lionel Acher : Jeux de miroir(s) dans Le Perroquet de Flaubert 95
Nicole Terrien : Le psittacisme ou la parole de l'autre 103
Julian Barnes in Conversation 119
Table des matières 135

Format: 24x16 cm
ISBN: 2-87775-321-2
Nombre de pages: 138
Prix: 17 Euros.
Frais d'expédition: 3,51 Euros pour le premier volume, 1,22 Euros pour le volume suivant.

Publications de l'université de Rouen
76821 Mont-Saint-Aignan cedex
Chèque bancaire ou CCP libellé à l'ordre de l'agent comptable de l'université de Rouen

Service des publications
Tél: 02 35 14 65 31
02 35 14 63 43
Fax: 02 35 14 65 38




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales