BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 173 / 12 janvier 2016

Cher ami,
Tu as raison de dire que le jour de l’an est bête. mon ami  a  on vient de renvoyer le brave des braves la Fay Fayette aux cheveux blancs la liberté des 2 mondes. […] comme [illis.] [illis.] il y a une dame qui vient chez papa et qui nous contes toujours de bêtises je les écrirait. je n’ai  p  n’écris pas bien parce que j’ai une casse à recevoir de nogent. adieu répond moi le plutôt possible.
adieu bonne santé ton ami pour la vie
Gustave Flaubert
Réponse le plutôt possible je t’en prie.
(Lettre à Ernest Chevalier, Rouen, vers le 31 décembre 1830, Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, p.4.).
Voir l’image de la lettre sur Gallica:
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10524344m/f15.image

AGENDA

Samedi 9 janvier 2016, Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine, Rouen, 51 rue de Lecat, 14h30
Les Amis du Musée Flaubert présentent
«Les Flaubert, les Pouchet et le Muséum de Rouen»
conférence par Bénédicte Percheron, docteur en histoire contemporaine
https://nakala.fr/nakala/data/11280/9321d794

Vendredi 15 janvier 2016, Musée Flaubert, Rouen, 14h30
Les Amis du Musée Flaubert vous convient à une cérémonie:
le don d’un exemplaire de Salammbô dédicacé par Gustave Flaubert
https://nakala.fr/nakala/data/11280/10a8b3fe

(< Atsuko Ogane)
Jeudi 21 janvier 2016, Fondation Singer-Polignac, 43 avenue Georges Mandel, 75116 Paris, 9h30
Stéphanie Dord-Crouslé, «L’avenir de l’humanité selon Bouvard et Pécuchet»
http://www.singer-polignac.org/fr/missions/sciences/colloques/1279-le-xixe-siecle-face-au-futur-penser-representer-rever-l-avenir-au-xixe-siecle#pcrousle
dans le cadre des journées de la Société des études romantiques:
«Le XIXe siècle face au futur. Penser, représenter, rêver l’avenir au XIXe siècle»
http://www.singer-polignac.org/fr/missions/sciences/colloques/1279-le-xixe-siecle-face-au-futur-penser-representer-rever-l-avenir-au-xixe-siecle

Samedi 23 janvier 2016, Hôtel des sociétés savantes, Rouen, 190, rue Beauvoisine, 14h30
Assemblée générale des Amis de Flaubert et de Maupassant
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/
Le programme de l’année 2016 sera publié dans le prochain numéro de ce Bulletin.

Samedi 30 janvier 2016, Musée Flaubert, Rouen, 51 rue de Lecat, 14h30
Les Amis du Musée Flaubert présentent
«Les masques mortuaires», avec le Dr Philippe Charlier, médecin légiste et Philippe Sorel, conservateur du musée Carnavalet, où est conservé le masque mortuaire de Flaubert.

Février et mars 2016: Flaubert en Italie
Chiara Pasetti, chercheuse, passionnée de Flaubert depuis de nombreuses années, a réalisé deux lectures théâtrales tirées de la correspondance et des oeuvres de l’écrivain. Elle a assuré la traduction des textes d’après l’édition de la Pléiade, et les a mis en espace théâtral. La première lecture est consacrée à La Tentation de saint Antoine: la première a eu lieu le 14 novembre 2015 au Palazzo Spinola de Gênes, où se trouve le tableau de Pieter Brueghel le Jeune Les Tentations de saint Antoine. Elle sera à nouveau donnée le 5 février au Teatro Puccini Micrò de Florence (Via delle Cascine 41), dans le programme «Puccini d’autore»: La Tentazione di sant’Antonio (19h30-21h30). Interprétation par l’acteur Andrea Gattinoni. Entrée: 5 euros.
Le 19 février La Tentazione di sant’Antonio sera rejoué au Archivio di Stato de Novara (Via Archivio 2), pendant un après-midi organisé par le FAI-Novara et sous la direction de Chiara Pasetti, à partir de 16h30. Conférences de Chiara Pasetti, «La genèse de La Tentation de saint Antoine», et de Mauro Manica, psychiatre, «Les tentations de Flaubert-Brueghel: de l’hallucination au rêve». Ces conférences seront suivies, à 18h, par la lecture théâtrale, assurée par Andrea Gattinoni. Accès libre et gratuit.
La deuxième lecture théâtrale est consacrée à Madame Bovary: Madame Bovary c’est moi? Elle sera donnée le 12 février au Teatro Puccini Micrò de Florence (19h30-21h30), avec le même acteur Andrea Gattinoni. Entrée: 5 euros. Madame Bovary c’est moi? sera ensuite présentée le 25 février au Teatro Piccolo Coccia de Novara (Via Rosselli 47) à 21h. Entrée: 10 euros.
Renseignements et réservations:
Teatro Puccini Florence: www.teatropuccini.it/letture-incontri/ , info@teatropuccini.it
Teatro Piccolo Coccia Novara: chiarapasetti@libero.it

DON À LA BM DE ROUEN PAR L’INTERMÉDIAIRE DES AMIS DE FLAUBERT

L’association des Amis de Flaubert et de Maupassant a permis l’acquisition par la Bibliothèque municipale de Rouen Jacques Villon d’une lettre manuscrite de Flaubert à Valérie Lapierre et d’un exemplaire ancien de Bouvard et Pécuchet (Lemerre, 1881, 2e édition).
M. l’abbé Bernard Dagron avait communiqué ce billet manuscrit à Jean Bruneau pour l'édition du tome IV de la Correspondance dans la Pléiade. Jean Bruneau l'avait daté du [18 août 1871] et publié dans le tome IV, page 365. Fidèle de l'association depuis des années, M. Dagron vient de faire don par l’intermédiaire de l’association de ce billet manuscrit et du livre de Bouvard et Pécuchet.

VENTES

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
Vente de la bibliothèque Pierre Bergé
«Tous les classiques de la littérature française ont fait flamber les enchères. Flaubert, avec son Éducation sentimentale, manuscrit autographe abondamment corrigé de sa main, s’est envolé à 470.000 euros (sans les frais), à la table d’expert, soit légèrement au-dessus de l’estimation basse. Flaubert encore avec Madame Bovary, un des quelques exemplaires tirés sur papier vélin fort, seul tirage de luxe portant un merveilleux envoi autographe «au Maître» [à Victor Hugo], est parti à 361.000 euros (sans les frais).»
Le Figaro, 11 décembre 2015.
http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2015/12/11/03016-20151211ARTFIG00366-drouot-baudelaire-triomphe-a-la-vente-pierre-berge.php

Catalogue de la Libraire Bertran, décembre 2015
http://www.librairie-bertran-rouen.fr/V_Catal/catal_12_2015.pdf
55. Flaubert, L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme, Paris, Lévy frères, 1870.
Deux volumes in-8 de 2ff., 427pp. et 2ff., 331pp. avec le catalogue de 32 pages de Michel Lévy. Enrichi d’une note autographe de Flaubert (1 page in-8), sur les courses au Champ de Mars. Demi-maroquin brun foncé à coins, dos à nerfs richement orné aux «petits fers» dans le style Renaissance, tête dorée, couvertures et 1er dos conservés, première couverture habilement restaurée (Bernasconi). 3.200 euros.
Bel exemplaire enrichi d’une note autographe dans laquelle Flaubert énumère les couleurs des écuries de courses des grands propriétaires: Pontalba, Nathaniel de Rothschild, Aumont, etc. (Reproduit dans R. Dumesnil, Flaubert et L’Éducation sentimentale, 1943, page 39.) Dans le roman, Frédéric Moreau emmène Rosanette aux courses du Champ de Mars (tome Ier, p.356 et suivantes). Édition originale, sans mention d’édition, avec de belles marges et complet du catalogue de Lévy, de ce chef d’oeuvre de Flaubert, devenu très rare. Bel exemplaire dans une parfaite reliure de Bernasconi. Vicaire, Carteret, Dumesnil.

58. Commanville (Caroline), Souvenirs sur Gustave Flaubert, Paris, Ferroud, 1895. In-8, portrait de Flaubert en frontispice, dessiné par l’auteure et gravé par Champollion, plusieurs vignettes et riches encadrements du texte avec des paysages flaubertiens (Croisset, Hôtel-Dieu, bibliothèque de Flaubert). Justification: un des 50 sur chine, envoi de Ferroud à son neveu E. Fortier.
Maroquin vert, triple filet d’encadrement sur les plats, dos plat orné, tête dorée, couvertures conservées, roulette intérieure (Bretault). 2.500 euros.
Très bel exemplaire sur chine, un des 50 premiers papiers, de cette première édition tirée à part, le texte de la nièce de Flaubert étant déjà paru en préface de la Correspondance de 1887. Deux suites des gravures sont ajoutées, une sur chine, l’autre sur vélin, ainsi qu’une lettre autographe de Gustave Flaubert [lettre inédite du 12 mai 1863] reliée en tête adressée à Gustave Claudin, rédacteur en chef du Nouvelliste de Rouen et ami de Flaubert: il recommande chaudement Mlle Louise Deschamps qui joue Andromaque à l’Odéon. Cette actrice, «remarquée» également par Baudelaire, obtint aussi le soutien du poète.

Catalogue Les Autographes, Thierry Bodin, n°141, Noël 2015
115. Flaubert, L.A.S., [Paris] 9 février [1870, à Edme Simonnet, petit-neveu de George Sand]; 1 page in-8 (déchirure marginale sans perte de texte).
[Edme Simonnet venait d’être nommé à la Banque de France à Lyon.] «Vous avez bien tort de me remercier car c’est Me Sand qui a tout fait. Je n’y suis pour rien; voilà. C’est moi qui vous remercie de votre bon souvenir. Dites toutes mes tendresses à Nohant tout entier, depuis Mr Maurice jusqu’à Coq-en-bois [marionnette]. Embrassez bien, p[ou]r moi, Loulou, mes amitiés à Fadet [la petite Aurore et son chien]»… Il ajoute: «Les répétitions de l’Autre marchent bien & la direction, comme les artistes, compte sur un grand succès» [L’Autre, dernière pièce de Sand, créée le 25 février à l’Odéon]. Il note son adresse «rue Murillo 4. Parc Monceau». 1.200,00 euros.

Catalogue Laurent Colet, n°60, [décembre 2015]
http://www.laurentcoulet.com/
52. Flaubert, L.A.S. à Ernest Chevalier, 20 mai 1840. Lettre inédite. 25.000 euros.
«Où es-tu cher Jasmin? es-tu resté dans le bois à m’attendre? – eh quoi? Cardoville ne répond pas à St Florent»
«Je suis sûr que tu n’y pensais guères à cet excellent marquis de Sade, ce profond poète qui a complété et expliqué Spinosa [sic]. En effet le philosophe dans son panthéisme identifie la créature et le créateur […] n’explique-t-il pas la même idée en synthétisant dans le même coït le père et le fils […]. – Ah! quel gd homme que cet homme-là, dont la vie était un bandement et qui avait le coeur fait de foutre.»
«Hélas! l’ordure dans un temps me faisait rire. Maintenant il n’y a guères que moi qui me fait rire et encore il faut me chatouiller comme Panurge […] je fais un travail antipathique à ma nature. Je m’y cramponne sans avancer, je m’y heurte et je m’y brise – J’en ai des accès de colère furieuse où je briserais casserais ma table d’un coup de pied – Ceci est bête mais n’en déplaise aux gens calmes la fureur est une joie, elle se caresse elle-même elle s’embrasse et se fait jouir d’elle-même. Et cela sans relâche douze heures par jour et tous les jours […] j’en suis tué – et à chaque minute tiraillé de ce labeur ardu par mille pensées voraces […] et moi qui voulais le ciel. Tout cela ce sont des douleurs d’enfants […] Après tout prquoi les douleurs d’un enfant qui naît ne seraient-elles pas atroces […] Adieu réponds-moi donc et de suite & longuement.»

53. Flaubert, Salammbô, Paris, Michel Lévy, 1863, EO. Sur papier de Hollande, avec envoi à Ernest Duplan. 35.000 euros.
54. Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874, EO. Envoi à Ernest Duplan. 4.500 euros.
55. Flaubert, Trois contes, Paris, Charpentier, 1877, EO. Envoi à Ernest Duplan. 8.000 euros.


Librairie de l’Abbaye, n°358, [décembre 2015]
44. Flaubert, L.A.S., à un homme de lettres, s.l.n.d., Dimanche soir. 1 p. in-8 sur papier bleu ardoise. 4.200 euros.
Flaubert a vu Crépet [Eugène Crépet, 1827-1892, homme de lettres né à Dieppe, bibliographe de Baudelaire. Il collabora à diverses revues dont la Revue Moderne et la Revue nationale. Son ouvrage le plus important Les Poètes français (1861-62) fut préfacé par Sainte-Beuve] qui «fait gd cas de votre talent et désire vous attacher à sa Revue. De cela je n’en doute pas. Quant à votre roman, il [Crépet] ne serait pas éditeur-rédacteur-gouverneur d’un journal s’il n’avait la rage de vouloir corriger la copie des autres. Je l’ai fortement engagé à prendre la vôtre telle qu’elle est. Oh non, car il a ses idées. C’est un brave garçon mais entêté; je vous exhorte donc à la patience...» Il ajoute en P.S.: «Vous me trouverez à Paris dans les deux ou trois derniers jours de ce mois. Prévenez-moi par un mot, & venez le matin, de bonne heure pour être sûr de me trouver.»
Lettre inédite.
Eugène Crépet, collaborateur de plusieurs revues, dont La Revue Moderne, et auteur d’une anthologie des poètes français, entretint une correspondance avec Gustave Flaubert et l’aida dans ses recherches pour Salammbô au sujet de la reproduction d’une mosaïque punique, ou de commentaires d’ouvrages de Hendrich sur Carthage (1860). Eugène Crépet est également à l’origine de l’édition des oeuvres posthumes et de la correspondance de Baudelaire dans laquelle il donne une étude sur le poète. Flaubert honora Crépet d’une dédicace autographe signée sur un exemplaire de L’Éducation sentimentale (collection Dennery, 1984, II, n°85).

(< Michel Pierssens)
Métayer, maison de ventes aux Enchères, 58000 Nevers, 23 janvier 2016.
http://www.auction.fr/_fr/lot/flaubert-gustave-madame-bovary-edition-originale-michel-levy-1857-in-12-9333029#.VpVBx4-cE2z
502. Madame Bovary, édition originale Michel Lévy, 1857, in-12. Édition originale comprenant bien la faute typographique à «Senart». Tirage sur beau papier, sans doute vélin. Demi-reliure en cuir à coin bleue à la bradel signé Yseux, successeur de Thierry Simier. 2 tomes. Petits frottements en bas du dos. Très bon état. Titre et auteur en lettres dorées, les couverture d’origines sont conservées. Estimation: 1.000/ 1.500 euros.

VIENT DE PARAÎTRE

Édition

(< Atsuko Ogane)
Flaubert, Le Gueuloir. Perles de correspondance, Le Castor Astral, 2016.
«Écrivons, nom d’un pétard! Ficelons nos phrases, serrons-les comme des andouilles et des carottes de tabac. Masturbons le vieil art jusque dans le plus profond de ses jointures. Il faut que tout en pète, monsieur.»
Le Gueuloir réunit les principales fulgurances glanées dans la correspondance de Gustave Flaubert. Les femmes, les bourgeois, les gens de lettres, l’art, la morale, la politique, la religion: en grand pourfendeur de la bêtise, l’Excessif (tel qu’il aimait à se surnommer lui-même) n’épargne personne. Ripailleur et tonitruant, il se montre tout autant épris d’absolu et sensible jusqu’à la mélancolie: «Notre vie tourne ainsi continuellement dans la même série de misères, comme un écureuil dans une cage, et nous haletons à chaque degré.»
Compilation percutante d’une correspondance réputée pour sa drôlerie et son intelligence, le Gueuloir constitue l’opportunité de redécouvrir sous un angle inédit l’auteur de Madame Bovary et du Dictionnaire des idées reçues.

Ouvrage

Edouardo Berti, Galaxie Flaubert, La Marelle Éditions, 2015
http://www.la-marelle.org/les-editions-la-marelle/un-livre-numerique/

Articles

Emmeline Céron, «Vocation, ambition, aliénation: le travail dans les oeuvres de Gustave Flaubert, d’Italo Svevo et de Robert Musil»
En ligne sur le site Raison publique:
http://www.raison-publique.fr/article796.html
Article publié initialement dans Raison publique, n°15, automne 2011.

Yvan Leclerc, «L’adulterio in Madame Bovary: la parola e la cosa», dans L’adulterio nel romanzo, a cura di Enrica Villari, Pise, Pacini Editore, I Libri dell’Associazione Sigismondo Malatesta, 2015, p.89-103 [«L’adultère dans Madame Bovary: le mot et la chose», colloque «L’adulterio nel romanzo», Santarcangelo di Romagna, Italie, 30-31 mai 2008].

Chiara Pasetti, «La spirale simbolo di sogno e di vita. Riflessioni intorno a un romanzo progettato (e mai scritto) da Gustave Flaubert», dans Le radici della razionalità critica: saperi, pratiche, teleologie. Studi offerti a Fabio Minazzi per i suoi sessant’anni, a cura di Dario Generali, Milano-Udine, Mimesis, 2015, 2 vol., t.II, p.1105-1122.

SUR LA TOILE

(< Michelle Leroux-Baron)
Depuis le 24 novembre, l’émission Les Nuits de France Culture propose à la réécoute (ou à l’écoute pour les plus jeunes!) une adaptation en feuilleton de Bouvard et Pécuchet, avec les voix de Michel Galabru et Jacques Duby, Jacques Fayet et Max Fournel. L’adaptation en dix épisodes de trente minutes, de 1971, est signée de Michel Manoll, la musique de Jean Wiener.
Les épisodes sont podcastables.

Le site des Nuits de France Culture:
http://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-2
Liens vers les premier et second épisodes:
http://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-bouvard-et-pecuchet-110-2015-11-24
http://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-bouvard-et-pecuchet-210-2015-11-25

Et aussi, dans la nuit du 30 au 31 octobre, la rediffusion d’une adaptation de 1948 de Madame Bovary (durée 1h36) (plus facilement accessible par le podcast, en date du 1er novembre):
http://www.franceculture.fr/emission-les-nuits-de-france-culture-sommaire-de-la-nuit-du-vendredi-30-octobre-2015-au-samedi-31-oc
Réalisation de Maurice Cazeneuve, adaptation et dialogues de Roger Breuil, et les voix de Renée Faure, Paul Bernard, Jeanne Moreau, Jean Desailly, Charles Dullin, Pierre Larquet...

DÉRIVÉS

Gaspard Lieb, Un coeur (pas) simple
L’association des Amis du Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine a permis l’acquisition par le Musée Flaubert de l’oeuvre de Gaspard Lieb, Un coeur (pas) simple, présentée dans le cadre de «Flaubert dans la ville»:
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/tc_lieb_uncoeurpassimple.pdf


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales