BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 180 / 13 octobre 2016

AGENDA

13 octobre 2016-4 mai 2017, Fondation Primoli, Rome
Cycle de conférences, «Flaubert e i suoi personaggi»
http://flaubert.univ-rouen.fr/nouveautes/primoli_2016_2017.jpg

24-25 novembre 2016, Musée d’Orsay, Paris
Colloque dans le cadre de l’exposition «Spectaculaire Second Empire»: «“Sans blague aucune, c’était splendide”. Regards sur le Second Empire».
«Gustave Flaubert, “une des splendides curiosités” du Second Empire», Yvan Leclerc, université de Rouen, vendredi 25 novembre 2016, 12h10, Musée d’Orsay, Auditorium niveau -2
http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/colloques/presentation-generale/article/regards-sur-le-second-empire-45428.html?tx_ttnews%5BbackPid%5D=220&cHash=50910555ee

15-16 novembre 2016, Théâtre Saint-Louis de Pau, 20h
«Bouvard et Pécuchet», adaptation par Jérôme Deschamps.
http://culturebox.francetvinfo.fr/scenes/humour/la-betise-emouvante-de-bouvard-et-pecuchet-deschamps-revisite-flaubert-246619

(< Hélène Le Fur)
17 novembre-17 décembre 2016, Théâtre la Virgule, Salon de Théâtre, 82 boulevard Gambetta, Tourcoing
Bouvard et Pécuchet, adaptation et mise en scène de Jean-Marc Chotteau.
http://www.lavirgule.com/Bouvard-et-Pecuchet-186
Du même metteur en scène, dans le même lieu, Votre Gustave, d’après les lettres de Flaubert, 23 mars-8 avril 2017.
http://www.lavirgule.com/Votre-Gustave

VENTES

La Bibliothèque de Pierre Bergé. Deuxième vente, Hôtel Drouot, 8-9 novembre 2016
http://www.pba-auctions.com/html/index.jsp?id=77453&lng=fr&npp=10000
Lots Flaubert de 349 à 373
349. Corneille, Oedipe 1659. Sans lieu ni date [Rouen, vers 1840?]. Manuscrit autographe de 16p.
350. Portrait de Gustave Flaubert. Vers 1845.
351. Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne). Sans lieu [Croisset, 1847] - 3 janvier 1848. Manuscrit autographe signé in-folio (328x222 mm) de (1)f. de titre et (140)ff. (soit 277 pages) montés sur onglets et numérotés par Flaubert 1 à 17, 32 à 49, 66 à 89, 103 à 128, 153 à 181, 201 à 226: maroquin janséniste vert, dos à nerfs, coupes filetées or, doublures de maroquin havane serties d’un filet doré, gardes de soie vert foncé (René Aussourd).
352. Madame Bovary. Moeurs de province, Paris, Michel Lévy Frères, 1857.
353. Madame Bovary. (Moeurs de province), Paris, Revue de Paris, 1856.
354. Madame Bovary. Moeurs de Province. Nouvelle édition. Paris, Michel Lévy frères, 1862.
355. [Notes manuscrites tirées de l’] Historia Orientalis de Hottinger. Sans lieu ni date [vers 1857-1860]. Manuscrit autographe in-folio (300x200 mm environ) de (28)ff. [soit 50 pages] montés sur onglets: cartonnage à la Bradel, dos lisse fileté or (reliure du début du XXe siècle).
356. Salammbô, Paris, Michel Lévy frères, 1863.
Exceptionnel envoi autographe signé: «au Maître! Gve Flaubert à Victor Hugo Maximo Parvus».
357. Salammbô, Paris, Michel Lévy frères, 1863.
Exemplaire enrichi de trois lettres de Flaubert relatives à l’élaboration et à la publication de l’ouvrage: à Ernest Feydeau (non datée, mais écrite à Croisset dans la seconde moitié d’octobre 1858, 3 pages et demie); à Michel Lévy (9? octobre 1862, 2 pages et demie); à l’imprimeur Claye (21 mars [1872], 2 pages), à propos des Dernières chansons de Louis Bouilhet. On a également relié dans le volume le portrait de l’auteur gravé à l’eau-forte par Champollion d’après Caroline Commanville, publié dans les Souvenirs sur Gustave Flaubert (1895).
358. Eugène Delattre, Devoirs du suffrage universel, suivi du texte de la loi électorale, Paris, Pagnerre, 1863.
Envoi autographe signé de l’auteur sur le faux titre: «A Gustave Flaubert, le plus dévoué des Salambistes hommage de son ami E. Delattre».
359. Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, Paris, Charpentier, 1864.
Envoi autographe signé sur le faux titre: «à Gustave Flaubert le 1er exemplaire de ses amis Edmond et Jules».
360. Lettre adressée à Alexandre Dumas fils. Jeudi, 6h. du soir, sans date [17 février 1870].
361. L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme, Paris, Michel Lévy frères, 1870.
Exemplaire de Jeanne de Tourbey, comtesse de Loynes (1837-1908). L’envoi occupe le recto de la première garde du tome I: «à Me J. De Tourbey Gve Flaubert offre ce livre et voudrait bien s’offrir lui-même!»
362. La Tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier & Cie, 1874.
Envoi autographe signé sur le faux titre: «Au Maître des Maîtres c’est à dire à Victor Hugo j’offre avec tremblement La Tentation de saint Antoine Gve Flaubert».
363. Le Candidat. Comédie en quatre actes représentée sur le théâtre du Vaudeville les 11, 12, 13 et 14 mars 1874, Paris, Charpentier et Cie, 1874.
André Maurois, qui posséda le volume, fit relier en tête une lettre et deux billets autographes signés de Gustave Flaubert se rapportant aux répétitions du Candidat; ils furent tous adressés à son ami Edmond Laporte en 1873-1874: [5 décembre 1873], [2 mars 1874], [6 mars] 1874.
364. La Tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier & Cie, 1874.
On a joint une lettre autographe signée de Flaubert relative à La Tentation, [23? avril 1874].
365. Jules Senard, Barreau de Paris. Discours prononcé à l’ouverture de la Conférence, le 12 décembre 1874, Paris, Typographie et lithographie Renou, Mauld et Cock, 1875.
Envoi autographe sur le faux titre: à M. Gustave Flaubert.
366. Georges Pouchet, Des changements de coloration sous l’influence des nerfs. Avec planches en couleur, Paris, Germer Baillière, 1876. Envoi autographe signé: «à Gustave Flaubert son vieil ami».
367. Ivan Tourguéniev, Terres vierges, Paris, J. Hetzel et Cie, 1876.
Exemplaire de Gustave Flaubert, comportant cet envoi autographe signé sur le faux titre:
«A G. Flaubert son vieux et fidèle ami I. Tourgueneff Paris. 1877».
368. Trois contes. Un coeur simple. La Légende de saint Julien l’Hospitalier. Hérodias,
Paris, G. Charpentier, 1877.
Envoi autographe signé sur le faux titre: «Offert à Me Sabatier Grout par son ami Gve Flaubert».
369. Huysmans, Marthe. Histoire d’une fille, avec une eau-forte impressionniste de J.-L. Forain, deuxième édition, Paris, Derveaux, 1879. Envoi autographe signé sur le premier feuillet blanc: «A Gustave Flaubert Son bien respectueusement dévoué J. K. Huÿsmans».
370. Bouvard et Pécuchet. Oeuvre posthume, Paris, Alphonse Lemerre, 1881.
Un des 10 premiers exemplaires sur papier de Chine, seul grand papier avec 55 Hollande.
371. Oeuvres complètes, Paris, Quantin, 1885.
Précieux exemplaire d’Henry James, avec sa signature autographe datée de 1886 et son adresse sur la garde du tome I.
372. Par les champs et par les grèves (Voyage en Bretagne). Accompagné de mélanges et fragments inédits, Paris, G. Charpentier et Cie, 1886. Un des 3 premiers exemplaires sur papier de Chine (n°2).
373. Caroline Commanville, Souvenirs sur Gustave Flaubert, texte et illustrations de Caroline Commanville, Paris, A. Ferroud, 1895.

14-18 octobre, Bibliothèque Tissot-Dupont, vente Piasa, 118 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris
http://www.piasa.fr/lots/133625/future/
187. Madame Bovary. Mœurs de province, Paris, Michel Lévy, 1857.
Exemplaire sur vélin fort, avec envoi au ministre de l’instruction publique, Gustave Rouland, défenseur de Madame Bovary, édition originale. Deux parties en un volume in-12 (178 x 116mm) Exemplaire de premier tirage avec la faute Senart au lieu de Senard. Tirage: un des rares exemplaires sur vélin fort.
Envoi (à l’encre brune, sur le faux titre): «à Monsieur Rouland, hommage d’un compatriote, l’auteur, son tout dévoué, Gve Flaubert».
Reliure de l’époque. Dos à nerfs de chagrin noir, plats de papier marbré, tranches peignées. Provenance: Michel Bolloré (ex-libris) – librairie Lardanchet. Dos légèrement frotté. Envoi légèrement coupé mais exemplaire très blanc.
Gustave Rouland (1806-1878) était le ministre de l’instruction publique et des cultes au moment du procès de Madame Bovary. D’origine normande (Yvetot), ce «compatriote» de Flaubert se plaça activement du côté des défenseurs du roman. Le procès eut lieu le 29 janvier 1857. Les lettres de Flaubert à son frère Achille témoignent du soutien sans faille de Rouland à son égard: Flaubert lui rend visite le 2 janvier 1857 (lettre du 1er janvier); il reçoit «une lettre fort polie qui [l’]’invite à passer chez lui» (6 janvier); Rouland intervient auprès du Ministère de l’Intérieur (16 janvier); Flaubert suggère à son frère qu’un officier bonapartiste nommé Wall écrive à Rouland «pour que ce dernier dise un mot (en sous-main) à [s]es juges» (25 janvier). Maxime Du Camp, directeur de la Revue de Paris poursuivie pour la publication du roman, écrit à Flaubert à propos de Rouland: «je [le] sais très bienveillant pour les Rouennais» (1er janvier 1857). Nous remercions M. Yvan Leclerc pour son aide. Références: Clouzot, p.121 – Vicaire, III, p.721-723 – Carteret, I, p. 263-265 – Auguste Lambiotte, Le Livre et l’estampe, “Les exemplaires en grand papier de Madame Bovary”, 1957, n°12. Estimation: 30.000 - 50.000 euros.

188. La Tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874
Exemplaire de Goncourt avec un envoi de Flaubert. Exemplaire sur hollande, à toutes marges, relié par Pierson. Édition originale in-8 (252x167mm). Tirage: un des 75 exemplaires sur hollande, celui-ci numéroté 37.
Envoi: «à mon bon vieux de Goncourt. G. Flaubert».
Reliure de l’époque signée de Pierson. Percaline rouge, dos avec titre en noir, couverture et dos conservés, non rogné, témoins conservés. Provenance: Edmond de Goncourt (envoi; ex-libris avec note autographe de Goncourt; Paris, avril 1897, n°335) – Paul Voûte (ex-libris; IV, mars 1938, n°300) – Michel Bolloré (ex-libris). Décharge d’une fiche de libraire sur la page de garde.
La rédaction de La Tentation de saint Antoine occupa Flaubert durant toute sa vie d’écrivain. Les premières ébauches remontent à 1847, soit presque trente ans avec la publication du poème. C’est certainement l’oeuvre à laquelle il eut le plus de plaisir à travailler, comme il l’écrit à Louise Colet, le 6 avril 1853: «Saint Antoine ne m’a pas demandé le quart de la tension d’esprit que la Bovary me cause. C’était un déversoir; je n’ai eu que plaisir à l’écrire, et les dix-huit mois que j’ai passés à en écrire les 500 pages ont été les plus profondément voluptueuses de toute ma vie.» Il est plusieurs fois fait allusion à La Tentation de saint Antoine dans le Journal des Goncourt: «Il [Flaubert] me retient à dîner, et après dîner, il me lit de sa Tentation de saint Antoine... Flaubert, en malin qu’il est, a choisi, depuis plusieurs années, les milieux les plus colorés, les plus excentriques, les plus carthaginois, les plus épatants pour les bourgeois» (9 novembre 1871). Références: Clouzot, p.121 – Carteret, I, 269 – Vicaire III, 728. Estimation: 6.000 - 8.000 euros.

(< Éric Walbecq, Daniel Grojnowsky)
Catalogue de la Librairie Michel Bouvier, 2016
289. Flaubert, L.A.S. à Ernest Chevalier, 20 mai 1840. Lettre inédite. 25.000 euros.
[Voir Bulletin Flaubert, n°173, 12 janvier 2016.]

APPEL À CONTRIBUTIONS

Bouvard et Pécuchet et l’agriculture
Date limite: 1er décembre 2016
Publication dans la Revue Flaubert, n°19 (à paraître début 2018) sur le second chapitre du dernier roman de Flaubert, sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé, et Éric Le Calvez.
http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue19_appel.php
Dans le troisième chapitre de Bouvard et Pécuchet, alors qu’ils sont en train d’étudier la chimie, à laquelle ils ne comprennent rien, comme Flaubert, les deux bonshommes lisent que «la terre comme élément n’existe pas», ce qui les ébahit «par-dessus tout», indique le narrateur de manière comique. Il y a de quoi être étonné en effet: ils ont passé plusieurs années, au cours du second chapitre, à la pratiquer, la terre, lors de leurs diverses expériences avec l’agriculture. Diverses, car l’agriculture est traitée avec le jardinage et comprend la météorologie et l’arboriculture, pour finir avec l’architecture des jardins puis l’économie domestique.
L’agriculture se situe à l’origine de la genèse du roman: elle est l’un des domaines qui a nécessité pour l’auteur d’intenses recherches, une énorme documentation, que ce soit sous forme de lectures (lors de la première grande phase de lectures préparatoires, 1872-1874), de renseignements fournis par des tiers et même lors d’une enquête de repérage en 1874 à la ferme modèle de Lisors.
Dans la prolongation du congrès sur La Terre qui se tient ce mois-ci à Providence (Rhode Island, USA), nous souhaitons proposer une synthèse sur cette étape essentielle dans le récit du dernier roman de Flaubert: elle est en effet l’embrayeur de la longue quête des savoirs que tenteront les deux bonshommes tout en préfigurant, par la récurrence interne du thème de l’échec, la structure cyclique de la totalité du roman. Toutes les approches critiques sont les bienvenues, en particulier scientifiques, narratologiques, génétiques ou écocritiques. Les intervenants au congrès de Providence sont encouragés à participer au volume.
Les propositions d’articles d’environ 300 mots, en français uniquement et accompagnés d’une courte bio-bibliographie sont à envoyer avant le 1er décembre à Stéphanie Dord-Crouslé (Stephanie.DordCrousle@ens-lyon.fr) et à Éric Le Calvez (lecalvez@gsu.edu). Les auteurs sélectionnés seront contactés dans le courant du mois, et les articles, d’une longueur approximative de 6000 mots, devront être impérativement remis avant le 1er août 2017 (tout texte soumis ultérieurement ne sera pas accepté).
Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez

VIENT DE PARAÎTRE

Articles

Yvan Leclerc, «Flaubert “définitivement réconcilié” avec Rouen», Études normandes, 2016/1, «Normands de plume», p.41-50.
Marie-Clémence Régnier, «Construire et promouvoir une identité normande: les maisons de Pierre Corneille et de Gustave Flaubert au XIXe siècle», Études normandes, revue citée, p.71-78.
Joëlle Robert, «Les “normandismes indéfinis” de Gustave Flaubert», Études normandes, revue citée, p.31-40.
Zaven Paré, «La programmation d’Emma», site Flaubert, 2016.
http://flaubert.univ-rouen.fr//article.php?id=51
Véronique Samson, «“Qu’est-ce donc qui m’a fait si vieux […]?”: la temporalité de l’après chez Flaubert», site Flaubert, 2016.
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=50

SUR LA TOILE

(< Benoît Melançon)
Gisèle Séginger, «Flaubert, La Tentation de saint Antoine», France Culture, «Les nouveaux chemins de la connaissance», cycle «Tourments de la séduction», 5 octobre 2016
http://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/tourments-de-la-seduction-34-flaubert-la-tentation

Sylvie Triaire, «Ce qui prend figure politique: portraits du commun chez Flaubert»,
communication donnée dans le cadre du colloque «Portraits dans la littérature: de Gustave Flaubert à Marcel Proust», Centre Culturel International de Cerisy, 11-18 août 2016.
http://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/ce-qui-prend-figure-politique-portraits-du

SITE FLAUBERT

Chronologie des activités théâtrales de Flaubert
http://flaubert.univ-rouen.fr/ressources/theatre_chrono.php

Contrats d’éditions
Contrat de vente de Madame Bovary à Michel Lévy, signé le 24 décembre 1856, et reçu d’une prime, signé le 31 août 1857
Contrat de réédition de Madame Bovary avec Michel Lévy, signé le 11 septembre 1862 (également pour l’édition de Salammbô et pour le roman à suivre: ce sera L’Éducation sentimentale)
Contrat avec Alphonse Lemerre, signé le 10 mai 1873, pour la réédition de Madame Bovary: «Mr Gustave Flaubert autorise Mr Lemerre à publier en deux volumes, dans sa Petite Bibliothèque Littéraire (auteurs contemporains), le livre intitulé Mdame Bovary. Mr Gusvave Flaubert se réserve le droit de publier ce même ouvrage dans la maison Charpentier ou dans toute autre maison, mais dans un format qui ne pourra être plus petit que le format in-18 jésus» (1 feuillet in-4, recto-verso, à l’encre marron, Vente Drouot, 28 juin 2001, non retrouvé).
Contrat de réédition de Madame Bovary avec Georges Charpentier, signé le 12 mai 1874 (également pour l’édition de La Tentation de saint Antoine et de la pièce de théâtre Le Candidat, et pour la réédition de Salammbô)
Contrat pour Salammbô avec Alphonse Lemerre, deux brouillons, 1878-1879

DIVERS

Flaubert sans faux
À notre connaissance, de faux manuscrits de Flaubert n’ont jamais été signalés. Il n’en va pas de même pour Maupassant. Illustration dans l’actualité récente, avec la publication d’un faux manuscrit présenté comme un inédit par une maison d’édition scientifique pourtant réputée sérieuse.
http://www.ouest-france.fr/culture/livres/le-vrai-faux-maupassant-dechaine-les-passions-4535273


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales