BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 189 / 15 juin 2017

AGENDA

Événement passé
(< Benoît Melançon)
6-7 juin 2017, Buenos Aires
Literatura, moral y derecho. Delitos de imprenta: los juicios a Madame Bovary y Las Flores del Mal
A 160 años de los juicios a Madame Bovary y Las Flores del mal, este encuentro convoca a juristas, críticos y traductores para reflexionar sobre el poder de escándalo de la literatura, la responsabilidad del escritor y la ingerencia del mercado y del Estado en lo que se piensa, se edita y se investiga.
Programme complet

(< Joël Dupressoir)
Dimanche 25 juin 2017, Rouen
Normandie en Seine, 11h, sous le chapiteau devant le «Ponpon Rouge» à proximité du pont Flaubert
La Seine de Croisset à Villequier.Balade historique, romantique, poétique et littéraire avec quelques arrêts chez Lamartine, Hugo et Flaubert. Lectures proposées par «Canteleu à voix haute».

Vendredi 30 juin 2017, Paris, Librairie de Paris, 7-11 place de Clichy, 75017 Paris. Tél: 01 45 22 47 81. Accès: Métro Place de Clichy
La libraire de Paris & les éditions Thierry Marchaisse invitent à une soirée Flaubert: lecture, dédicaces, apéritif, à l’occasion de la publication du volume Lettres à Flaubert.
Avecles auteurs Belinda Cannone, Benoît Dufau, Philippe Dufour, Sebastián García Barrera, Yvan Leclerc, Philippe Le Guillou, Christine Montalbetti, François Priser, Philippe Vilain, Michel Winock.
Annonce: http://flaubert.univ-rouen.fr/bulletin/agenda/lettresaflaubert.pdf

VENTES

Ventes passées
(< Stéphanie Dord-Crouslé)
8 juin 2017, Alde, 75009 Paris.
Lot 104. Flaubert (Gustave), Manuscrit autographe, «De la différence entre le régime municipal romain et celui du Moyen-Âge», 2 pages petit in-4.
Travail historique de jeunesse. «Erreur occasionnée par l’immobilité des noms ex: le mot république. République romaine république des États-Unis sont différentes. Les villes du Moyen Âge se sont formées par travail ou par insurrection. Les villes de l’antiquité se sont formées par la conquête. Elles ont successivement envahi à main armée le territoire environnant. De plus le prêtre et le magistrat étaient confondus. Autorité du père de famille. Au M. Âge la séparation des fonctions civiles et des fonctions religieuses est complète. La puissance paternelle est moins grande à la majorité. Le fils est entièrement libre. Il n’y a pas d’esclavage domestique. C’est par des ouvriers des hommes libres que les bourgeois les plus riches sont entourés et servis. L’esprit aristocratique dominait dans les municipalités romaines, l’esprit démocratique dans les communes. Dans les municipalités romaines les magistrats étaient élus par un sénat. Dans les communes, par le peuple»… Etc. Estimation: 1.200/ 1.500 euros.

(< Stéphanie Dord-Crouslé, Jacques-Remi Dahan)
14 Juin 2017, Artcurial, 75008 Paris
Lot 29. Gustave Flaubert, lettre autographe signée à Philippe Leparfait, Paris, 19 août 1869. 1p. sur un double feuillet in-12.
Philippe Leparfait est le fils naturel de Philippe de Chennevières et de Léonie Leparfait, compagne de Louis Bouilhet, qui éleva cet enfant comme son propre fils.
«Les feuilletons qui contiennent Le Coeur à droite sont dans une vieille couverture de livre, rouge. C’est Delattre lui-même qui vient de me donner ce renseignement. Tâche de retrouver cela & de me l’expédier promptement. Delattre fera cet hiver une conférence sur B. ‒ Bonne préparation au succès d’Aïssé. Mais il a d’autres idées que j’approuve moins. […] Adieu mon cher enfant, je t’embrasse.»
Louis Bouilhet était mort quelques semaines plus tôt. C’est Gustave Flaubert qui fit représenter pour la première fois Mademoiselle Aïssé, le drame de son grand ami, en janvier 1872. Quelques rousseurs. Traces de ruban adhésif au verso du double feuillet. Estimation: 1.800/ 2.000 euros.
[Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, t.IV, 1997, p.92.]

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

Marina Girardin, Flaubert: critique biographique, biographie critique. La mise en place d'un savoir sur Flaubert au XIXe siècle, Champion, 2017.
Cet ouvrage sonde le terrain sur lequel la critique littéraire et la biographie d’écrivain se rencontrent dans la seconde moitié du XIXe siècle. Plusieurs travaux consacrés à l’évolution des études littéraires suggèrent que la critique y a fusionné avec la biographie, pour ensuite cheminer à ses côtés jusqu’à ce que Proust l’ait tirée de son dogmatique endormissement. Les choses se sont-elles passées de manière aussi simple et aussi linéaire? Après avoir identifié le socle épistémologique sur lequel se produit le rapprochement de la critique et du biographique, cet ouvrage s’arrête à un cas de figure emblématique: Gustave Flaubert. Par ses prises de position fortement antibiographiques comme par son programme esthétique porté par le désir d’une oeuvre objective et impersonnelle, Flaubert semblerait ne pas se prêter à cette rencontre de la critique et de la biographie. Et pourtant, à y regarder de plus près, il y a tout lieu de croire qu’il y a, d’une manière ou d’une autre, contribué…
Détentrice d’un doctorat en Études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, Marina Girardin enseigne la littérature au Cégep Édouard-Montpetit. Ses travaux actuels portent sur la nécrologie d’écrivains.
https://www.honorechampion.com/fr/champion/10483-book-08533488-9782745334886.html

Philippe Willemart, Dans la chambre noire de l’écriture: Hérodias de Flaubert, Oxford, Peterlang, 2017
Étude des manuscrits d’Hérodias de Flaubert, cet essai critique présente une théorie de l’écriture inédite qui dépasse les études habituelles sur les rapports entre la littérature et la psychanalyse. Suivant la formation de l’écriture à la trace, de folio en folio, l’auteur prend ses distances vis-à-vis de l’écrivain Flaubert et découvre un autre Flaubert enrichissant la littérature française qui se soumet progressivement non sans lutte à la tradition, à ses lectures, à ses voyages en Orient et à la langue française qu’il réinvente. Ainsi il se fait scripteur et devient l’auteur que nous connaissons. Détectant l’importance de la conception du temps pour ne pas dire du hors-temps dans la création, l’auteur rattache son étude à la quatrième dimension des physiciens et y voit la source des processus de création dans les arts et la littérature.
CONTENU: Peter Collier: Préface – Les méandres du désir chez le narrateur – Pour une théorie de l’écriture à partir du manuscrit – L’insistance et la consistance – Le premier texte – Un auteur par manuscrit: Un argument psychanalytique – Le manuscrit et les sciences exactes
Philippe Willemart, Pr en littérature française à l’Université de São Paulo (USP), est membre de l’équipe Proust de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en France et du Laboratoire du Manuscrit Littéraire de l’USP. Ses travaux portent sur la génétique des textes et sur la construction d’une théorie de l’écriture à partir de l’étude des manuscrits de Gustave Flaubert, de Marcel Proust et d’Henry Bauchau. Il a publié récemment «Le doux chantre Bergotte» dans «À l’ombre des jeunes filles en fleurs» de Marcel Proust chez Édilivre en 2015, et «Le mystère du temps creusé au fond d’un être: Pourquoi raturer Les intermittences du coeur et le remplacer par À la recherche du temps perdu?» dans Sensations proustiennes (Marcel Proust aujourd’hui,13) chez Rodopi.
https://peterlangoxford.wordpress.com/2017/06/07/lunivers-de-la-creation-litteraire-published/

Traduction

Jeanne Bem, Flaubert, un regard contemporain [Éditions Universitaires de Dijon, coll. Essais, Dijon, 2016], traduction en japonais par Kayoko Kashiwagi du texte intégral avec les illustrations qui ne sont pas dans l’édition originale, Suisei-sha, 2017.

LECTURES

(< Benoît Melançon)
La romancière québécoise Catherine Mavrikakis signe un autoportrait, «Je ne renierai jamais la femme qui me hante», dans la revue Lettres québécoises (numéro 166, été 2017, p.6-7).
«Contrairement à la formule apocryphe de Gustave Flaubert, Madame Bovary, ce n’est pas moi! Personne ne m’a jamais traitée de sentimentale: les Léon ou les Rodolphe de ce monde me laissent indifférente et je n’éprouve aucune tristesse à avoir mis au monde une fille. Je porte un amour infini à ma Savannah-Lou et je suis persuadée qu’elle ne m’oubliera pas aussi vite que Berthe s’est défaite de sa mère.
J’ai pourtant longtemps entretenu l’idée que j’avais plutôt un petit quelque chose de Charles Bovary. Comme lui, j’étais de la race des grotesques. À l’école, on se moquait déjà de moi. Ma conversation pouvait être “plate comme un trottoir de rue, et les idées de tout le monde y défilaient”. Je savais facilement susciter l’ennui, si on m’en donnait l’occasion, et il me semble qu’en moi couvait un tempérament un peu bonasse, qui me rendait par moments singulièrement pathétique. Pour me secouer de ma torpeur, je me suis imaginée en Bouvard et Pécuchet, m’exaltant pour un savoir ridicule, le coeur en fête alors que j’allais d’échec en échec. […] Non, vraiment, je ne ressemble pas à Madame Bovary. Je suis bien plus casse-pieds. Toutefois, je dois l’avouer, j’ai, comme la belle Emma, trempé trop longtemps dans la soupe littéraire pour ne pas la régurgiter de temps à autre.»

Dans le Discours des absents (Gallimard, 1993), Jean-Philippe Arrou-Vignod consacre deux passages aux lettres de Flaubert. Extrait: «On l’imagine, géant gaulois à la moustache blonde, se débattant contre un filet aux mailles trop fines dont les noeuds se resserrent à chaque effort de ses gros doigts. Quand à la fin il tombe, c’est emmailloté comme un jambon, réduit à l’impuissance par les sécrétions arachnéennes de son propre cerveau…» (p.32)

(< Gilles Cléroux)
Ernest Renan, lettre à la princesse Julie, 15 mars 1875
«Flaubert et Maury vont bien. Flaubert un peu attristé du peu de succès de sa Tentation de saint Antoine. Il avait rêvé le succès de Mme Bovary pour cette oeuvre bizarre qu’il aurait dû réserver à un petit nombre d’érudits capables de l’apprécier. L’avez-vous lue, chère princesse? C’est malsain, souvent mauvais, mais souvent aussi plein d’un étonnant sentiment historique et d’une haute poésie. Mais le lecteur bourgeois est bien excusable de ne pas s’y intéresser» (Revue des Deux Mondes, 1er juillet 1924, p.46).


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales