BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 191 / 19 octobre 2017

AGENDA

Samedi 18 novembre 2017, Amis de Flaubert et de Maupassant, Rouen
Attention: changement de lieu. La journée aura lieu à l’Auditorium du Musée des Beaux-Arts de Rouen, 26 bis rue Jean-Lecanuet.
Matinée à partir de 9h30; après-midi à partir de 14h30.

Sur l’édition des correspondances de Flaubert et de Maupassant

Yvan Leclerc, «L’édition électronique de la Correspondance de Flaubert»
Danielle Girard, «Ce que la thématique change dans notre perception de Flaubert»
Jean-Eudes Trouslard (développeur informaticien du site de la Correspondance de Flaubert), «Logiciel de travail partagé de transcription et de marquage thématique»
Joëlle Robert, «Flaubert et ses correspondants»
Stéphanie Dord-Crouslé, «“ma chère Gertrude – ma vieille amie – ma jeunesse!” ‒ Les relations de Flaubert et Gertrude Tennant à la lumière de la nouvelle édition de la Correspondance»
Marlo Johnston, «Nouvelle édition de la Correspondance de Maupassant»
Anne-Bénédicte Levollant (responsable du patrimoine, directrice-adjointe de Rouen nouvelles bibliothèques, Bibliothèque patrimoniale Villon), «Les fonds épistolaires Flaubert et Maupassant à la Bibliothèque municipale de Rouen»

8 et 9 décembre 2017, Paris
Colloque «Relire L’Éducation sentimentale», organisé par Pierre Glaudes et Éléonore Reverzy. CELFF/CRP19
Le colloque débutera le vendredi 8 décembre à 16h00 à l’amphi Guizot en Sorbonne et se poursuivra le samedi à partir de 9h00 à l’amphi A de la Sorbonne nouvelle, site Censier (14 rue Santeuil, 75005). Le volume Relire L’Éducation sentimentale, qui comporte un certain nombre de contributions supplémentaires, sera en vente sur place.
Vendredi 8 décembre 2017
16:00 Jeanne Bem, «L’Éducation sentimentale, modernité et mobilité»
17:00 Stéphanie Dord-Crouslé, «Le personnage de Mme Arnoux»
18:00 Éric Le Calvez, «Topographie et poétique du récit»

Samedi 9 décembre 2017
9:00 Boris Lyon-Caen, «Intérieur avec vue: Frédéric est-il un personnage de roman?»
9:30 François Vanoosthuyse, «La narration par “plans” dans L’Éducation sentimentale»
10:00-10:15 pause
10:15 Christophe Reffait, «Logiques de l’argent et du récit dans L’Éducation sentimentale»
10:45 Gilles Philippe, «1857-1869: un changement de style?»
11:15 Guy Larroux, «“Il parle bien, Frédéric Moreau”»
12:00 – 13:45 déjeuner au Berthoud, 1 rue Valette.
14:00 Nicolas Bourguinat, «De Séville à Barcelone: l’Espagne dans L’Éducation sentimentale»
14:30 Gisèle Séginger, «L’histoire des sentiments et des émotions»
15:00 Jacques Neefs, «Le sentiment politique dans L’Éducation sentimentale»
15:30-15:45 pause
15:45 Fabrice Wilhelm, «Amitié et envie dans L’Éducation sentimentale» 
16:15 Juliette Azoulai, «“Le bonheur peut y tenir”: Conceptions du bonheur dans L’Éducation sentimentale»
16:45 Jacques-David Ebguy, «“Quel est le sens de tout cela?”  L’Éducation sentimentale, roman du retrait»

Samedi 9 décembre 2017, Musée Flaubert et d’histoire de la médecine, Rouen, 14h30
«Bon anniversaire, monsieur Flaubert!»
Avec Philippe Delerm, à propos des Lettres à Flaubert, réunies par Yvan Leclerc, éd. Thierry Marchaisse.

(< Joël Dupressoir)
Ouverture et visites commentées du Pavillon Flaubert, 18 quai Gustave-Flaubert. Croisset. 76380 Canteleu
Visites guidées et commentées du Pavillon assurées par l’association du Couvent Troglodytique Sainte Barbe de Canteleu:
À partir du 18 septembre:
‒ le mardi de 9h à 12h en permanence
‒ le vendredi de 9h à 12h en permanence
‒ le vendredi de 14h à 17h sur rendez-vous
Renseignements complémentaires au 06 86 76 44 01
NB. Le couvent Sainte Barbe n’est pas ouvert au public.

Ouverture sans guide du Pavillon assurée par la Ville de Rouen:
tél 02 76 088 088
Ouverture Juillet-août:
‒ du mercredi au dimanche 14h-18h
‒ et le matin, sur réservation uniquement (9h-12h)
Mai-juin-septembre:
‒ samedi et dimanche 14h-18h
‒ du mardi au vendredi matin, sur réservation uniquement (9h-12h)
Février-mars-avril-octobre-novembre:
‒ du mardi au samedi matin, uniquement sur réservation.

8 octobre – 26 novembre 2017, Palais Jacques Coeur, Bourges
Distillé: sélection de photographies, exposition de Sandra Binion
http://www.palais-jacques-coeur.fr/Actualites/DISTILLE-Sandra-Binion

8 octobre – 26 novembre 2017, Nohant
Distillé: Installation à la Maison de George Sand, exposition de Sandra Binion
http://www.maison-george-sand.fr/Actualites/DISTILLE-Sandra-Binion

Séminaire Flaubert 2017-2018
Autour du récit, II

Responsable: Florence Pellegrini (Université Bordeaux Montaigne)
Les séances, ouvertes à tous, ont lieu à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle des Actes (escalier A, 1er étage).
14 octobre 2017, 10h-13h. Françoise Gaillard, «L’Éducation sentimentale: un grand roman historique»
4 novembre 2017, 10h-13h. Barbara Vinken, «Lukacs et Flaubert»
16 décembre 2017, 10h-13h. Jeanne Bem, «L’oeil de Flaubert dans la Ville moderne: retour sur quelques images captées dans L’Éducation sentimentale»
3 février 2018, 10h-17h. Journée d’étude: L’Éducation sentimentale
10h-13h Pierre Laforgue, «L’Éducation sentimentale mode d’emploi»
Marie-Astrid Charlier, «Vertiges et vestiges dans L’Éducation sentimentale: temps, récit, mémoire»
14h-17h. Florence Pellegrini, «Figuration, énumération, complétion: du descriptif»
Table ronde: Relire L’Éducation sentimentale
24 mars 2018, 9h30-13h30. Jean-Marie Privat et Marie Scarpa, «Approches ethnocritiques du récit flaubertien»
7 avril 2018, 9h30-13h30 Temps et récit
Stéphanie Dord-Crouslé, «La durée du récit dans les manuscrits de Flaubert: étude de quelques cas»
Stella Mangiapane, «L’ordre du récit dans les manuscrits de Flaubert: étude de quelques cas»

L’ÉDUCATION SENTIMENTALE À L’AGRÉGATION 2018

L’Éducation sentimentale dans la Correspondance de Flaubert (1862-1869):
Ces extraits de lettres sont le résultat de l’indexation thématique.
ChronologieDifficultésDocumentationEsthétiqueÉditionRéception


On nous signale deux autres erreurs dans l’établissement du texte de L’Éducation sentimentale parue au Livre de Poche, édition choisie pour l’agrégation. Voici la liste, à ce jour:
— Le sous-titre «Histoire d’un jeune homme» n’apparaît nulle part dans les pages de titre.
— p.73, l.17: «Les cochers baissaient à tourner»> phrase incomplète, lire: Les cochers baissaient le menton dans leurs cravates, les roues se mettaient à tourner
— p.216, l.14: «douanières»> lire douairières.
— p.226, l.29: «Pellegrin»> lire Pellerin.
— p.423, l.4: «Il descendait les Champs-Élysées»> coquille dans le texte de l’édition Charpentier, qu’il convient de corriger: Il descendait vers les Champs-Élysées (voir Stéphanie Dord-Crouslé, «Flaubert relecteur de lui-même: le cas épineux de L’Éducation sentimentale», dans La Relecture de l’oeuvre par ses écrivains mêmes, t.I, Tombeaux et testaments, sous la dir. de Mireille Hilsum, Éditions Kimé, 2007, p.209).
— p.528, 3e l. en partant du bas: «bercement doux et fini»> lire infini.
— p.529, l.3: «pleine de caresse»> lire caresses.
Voir l’erratum complet ici:
http://flaubert.univ-rouen.fr/ressources/es_erratum.php


Bibliographie sélective concernant L’Éducation sentimentale, sur le site de la BnF:
http://www.bnf.fr/documents/biblio_agreg_fr_2018_flaubert.pdf

VENTES

(< Marlo Johnston)
Les Autographes des siècles
http://www.autographes-des-siecles.com/produit/gustave-flaubert-proces-de-madame-bovary-1857/
Flaubert, Lettre autographe signée à un ami.
Une page in-8° sur papier bleu. [Paris,] vendredi matin [23 janvier 1857]. Lettre inédite.
«Ils me condamneront je n’en doute pas.»
Lettre de Flaubert annonçant sa comparution en police correctionnelle pour son premier ouvrage, Madame Bovary.
«Mon cher ami, J’ai à vous annoncer que je passe demain à 10 h. du matin en police correctionnelle, 6e chambre. Je n’espère rien – pas même la remise des débats car Me Senart ne peut plaider pour moi demain. On passera peut-être par là dessus? puisqu’on m’a poursuivi à travers tout et malgré tous. Je voulais vous offrir un volume. Ces MM. du parquet m’en empêchent – ils me condamneront je n’en doute pas. Voilà une manière de protéger la littérature – violente!»

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
18 octobre 2017, vente Pierre Bergé & Associés
Lot 149. Flaubert, Hérodias. Préface par Anatole France. ‒ Un coeur simple. Préface par A. de Claye. ‒ La Légende de saint Julien l’Hospitalier. Préface par Marcel Schwob. Paris: Librairie des amateurs, A. Ferroud, 1892-1894-1895. ‒ 3 ouvrages in-8, 245 x 155. Maroquin rouge, plats ornés d’un encadrement doré composé de quatre larges rectangles de sept filets dorés s’entrecroisant aux angles, dos à nerfs orné dans le même esprit, quintuple filet doré intérieur, tranches dorées, couverture et dos conservés (M. Lortic).
Le volume d’Hérodias a été enrichi d’un manuscrit autographe de Flaubert de 2 pages in-folio. Non signé, il s’agit de notes historiques qu’il a prises concernant le «Démembrement de l’empire carlovingien». Au verso figure le cachet de vente Flaubert. Estimation 2.000-3.000 euros.
Catalogue en ligne.

(< Éric Walbecq)
Vente Sotheby’s France, 30 octobre 2017
Lot 54. Flaubert, lettre à Louise Colet, [octobre 1847]. Estimation: 5.000/ 7.000 euros.
http://www.sothebys.com/pdf/2017/PF1713/index.html
[Corr, éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, p.474.]

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

(< Didier Philippot)
Michel Crouzet, L’Éducation sentimentale et la «confusion des genres». Ironie, histoire, roman, Eurédit, 2017.
[Réédition, à l’occasion de l’agrégation, de trois articles: «L’Éducation sentimentale et le genre historique», «Passion et politique dans L’Éducation sentimentale ou le sentiment en question», «Flaubert et l’égalité».]

(< Benoît Melançon)
François Vanoosthuyse, Histoire d’un jeune homme. Une lecture de L’Éducation sentimentale, Rouen, PURH, en co-édition avec le CNED, 2017.
Peu de textes dans l’histoire mondiale du roman ont été aussi profondément innovants que L’Éducation sentimentale. L’influence du roman de Flaubert sur la destinée ultérieure de son art, mais aussi d’autres arts mimétiques (peinture, photographie, cinéma), a été considérable, bien au-delà de Zola et de l’impressionnisme. C’est aussi un grand roman politique, plus fin et plus intéressant que ce que la correspondance de l’auteur pourrait le laisser penser. Comme toutes les grandes fictions, il condense les conflits sociaux et les enjeux de l’histoire en quelques scènes d’une puissance admirable.
Enfin, comme son titre et son sous-titre («Histoire d’un jeune homme») le laissent entendre, ce roman est un roman d’amour. Mais il inaugure une nouvelle ère dans l’histoire du roman d’éducation et du roman sentimental. Sans renier ses racines romantiques, il opère une série de déplacements dont la force de dévoilement est considérable, sur un plan sociologique comme sur un plan psychologique.
Ce sont les aspects de L’Éducation sentimentale auxquels ce livre s’intéresse.
Annonce en ligne sur le site Fabula.

Articles

Alain Corbellari, «Flaubert philologue», octobre 2017, en ligne sur le site Flaubert, section «Études critiques»
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=53
Résumé
La «méthode» dont Flaubert se réclame sans cesse porte un nom au XIXe siècle: c’est (davantage encore que la «méthode historique») la philologie, dont les principes, en France, sont posés à la même époque par Ernest Renan, dont Flaubert est l’ami. On rééxamine donc ici d’une part le goût de Flaubert pour l’enquête historique et archéologique, d’autre part ses revendications de méthode et les conséquences de celle-ci dans l’élaboration de son esthétique littéraire.

Éric Le Calvez, «Par les champs et par les grèves: genèse de la visite à Amboise», 2017.
En ligne sur le site Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=54
Cette étude génétique de la visite du château d’Amboise que font Flaubert et Du Camp le 2 mai 1847 (publiée grâce aux clichés du manuscrit pris chez Pierre Bergé avant la vente des 8-9 novembre 2016 à l’Hôtel Drouot) revient sur les notes du carnet de Flaubert puis sur le passage à la rédaction dans le manuscrit, rédaction qui montre que l’écriture de l’épisode correspond bien à ce que déclarait l’écrivain à Louise Colet à propos de Par les champs et par les grèves: «C’est la première chose que j’aie écrite péniblement.» Pas pour tous les passages cependant; certains ont été bien plus problématiques que d’autres, comme le caractère de la Touraine et la représentation de la chapelle Saint-Hubert.

Éric Le Calvez, «Le château de Chenonceau dans Par les champs et par les grèves», 2017.
En ligne sur le site Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=55
Flaubert et Du Camp visitent le château de Chenonceau le 3 mai 1847, après être allés dans son parc la veille au soir fumer des pipes sous la pluie. C’est le dernier des châteaux du Val de Loire dont Flaubert raconte la visite dans le premier chapitre de Par les champs et par les grèves, et c’est aussi celui qu’il a préféré. Cette étude génétique s’attarde sur les (rares) notes prises par Flaubert sur place puis sur les manuscrits des descriptions de tableaux puisque, à la différence des autres visites de châteaux, Flaubert est bien plus intéressé ici par les peintures que par la topographie même; on verra combien il a peiné sur certains passages, même s’ils ne sont pas nombreux.

Thierry Poyet, «“Quelque chose entre le bohème et le pédant”: Flaubert, naissance et mort de l’écrivain-chercheur», dans Oeuvres et critiques, XLII, 1, 2017, dossier «La contribution de l’archéologie à la genèse de la littérature moderne», p.167-185.

Compte rendu

Shiguehiko Hasumi, Madame Bovary de Gustave Flaubert, Tokyo, Librairie Chikuma-Shobo, 2014, 842p, compte rendu par Atsuko Ogane, Romantisme, n°177, 2017, p.131-135.

SUR LA TOILE

(< Benoît Melançon)
Sophie Basch, «Gustave Flaubert (1821-1880)», Patrimoines partagés, Bibliothèque d’Orient, BnF, 2017
http://heritage.bnf.fr/bibliothequesorient/fr/gustave-flaubert-1821-1880

Semaine Flaubert sur le blog de Gallica:
«Réception critique, manuscrits, héritage... cette semaine, le blog de Gallica vous emmène sur les traces de Flaubert, cette année au programme de l’agrégation de Lettres, à travers six billets illustrés.»
http://gallica.bnf.fr/blog/recherche/?query=1785
16 octobre: Madame Bovary mise à nu par ses critiques, par Hélène Raymond
http://gallica.bnf.fr/blog/16102017/madame-bovary-mise-nu-par-ses-critiques
17 octobre: Quand L’Éducation sentimentale se faisait trépigner par ses contemporains, par Christine Genin
http://gallica.bnf.fr/blog/17102017/quand-leducation-sentimentale-se-faisait-trepigner-par-ses-contemporains
18 octobre: Bouvard et Pécuchet, les historiens du XIXe siècle aimablement bousculés, par Agnès Sandras
http://gallica.bnf.fr/blog/18102017/bouvard-et-pecuchet-les-historiens-du-xixe-siecle-bouscules
19 octobre: Illustrer Flaubert, par Arnaud Laborderie
http://gallica.bnf.fr/blog/19102017/comment-illustrer-flaubert
20 octobre: À la recherche des manuscrits de Flaubert, par Yvan Leclerc pour la BM de Rouen
http://gallica.bnf.fr/blog/20102017/la-recherche-des-manuscrits-de-flaubert
21 octobre: Les carnets de Flaubert, par Emmanuelle Toulet, directrice de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris
http://gallica.bnf.fr/blog/21102017/les-carnets-de-gustave-flaubert

LECTURES

(< Nadia Farouki)
Parmi les meilleures copies d’entrée à Sciences Po en 2017, on trouve le commentaire d’un extrait de L’Éducation sentimentale. La copie est en ligne:
http://etudiant.lefigaro.fr/article/sciences-po-devoile-les-meilleures-copies-de-son-concours-d-entree_6e09c8a0-aaa4-11e7-8c3b-0492b00cca53/

(< Jeanne Orst)
«Cuverville, 26 janvier 1931.
Pas de plus assoupissante atmosphère que celle de ce pays [la Normandie]. Je me doute qu’elle contribua beaucoup à la lenteur et difficulté de travail de Flaubert. Où il croyait lutter contre les mots, c’était contre le ciel; et peut-être, dans un autre climat, la sécheresse de l’air exaltant sa verve, eût-il été moins exigeant, ou eût-il obtenu le même résultat sans tant d’efforts», André Gide, Journal, Bibliothèque de la Pléiade, t.II, p.248.


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales