BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 20 / 6 mai 2002


SUR LA TOILE

www.ericlecalvez.com
A l'enseigne du lapin et sous le signe du labyrinthe, le site à la fois personnel et professionnel d'Eric Le Calvez, "flaubertien, généticien, théoricien de la littérature, qui, de surcroît, est professeur dans une université américaine".

Sur la page accueil, entrer par "main" ou "rouge", puis suivre Professionnel> Ecrire (pour consulter les articles) ou Professionnel> Parler (pour consulter les communications de colloques ou les conférences).

VENTES

Autographe

(< Odile de Guidis, Marlo Johnston, Emmanuel Vincent)
Jeudi 25 avril 2002, Hôtel des Ventes de Neuilly, Claude Aguttes, expert Mario Mordente.

Lot 14. Flaubert Gustave. L.A.S. Lettre à Louise Colet du [14 mars 1853]. Enveloppe avec CP du 15 mars 1853.
2000/2500 Euros. Fac-similé partiel dans le catalogue.
[Correspondance, éd. Jean Bruneau, Pléiade, t. II, p.266-267.]

Livres

(< Thierry Savatier, Eric Walbecq)
Librairie Laurent Coulet, 166 boulevard Hausmann, 75008

Catalogue n°25, avril 2002, lot n°86,
Madame Bovary (deux tomes très bien reliés maroquin bleu de Huser).EO. Dédicace: "à Mr Nestor Roqueplan/ hommage de l'auteur/ Gustave Flaubert".
9000 Euros. Une photo du catalogue montre l'envoi et la reliure.


(< Catriona Seth)
Bonnefoi Livres Anciens, 1 rue de Médicis, 75006 Paris

Catalogue n°66
Trois ouvrages de Maxime Du Camp:
La Charité privée à Paris, Paris, Hachette, 1885 avec envoi de l'auteur sur une carte de visite contrecollée sur le premier plat et ex-libris de Gabriel Vanel (120 Euros).
La Charité privée à Paris, Paris, Hachette, 1886 (60 Euros).
Souvenirs d'un demi-siècle, Paris, Hachette, 1949 (45 Euros)
.

(<Olivier Leroy)
Librairie WALDEN, 20, Avenue du Fort, 92120 Montrouge.
Tél. 01.46.55.33.68. Mobile 06.16.57.31.21.

Madame Bovary, en 2 volumes reliés, édition du 1er tirage avec la faute à Sénart, 1.000 Euros.


LIBRAIRIE "LA DERIVE", 2, Place du Martyr, B. 4800 Verviers, Belgique.
Tél/Fax 087/31.03.60, de France 00.32.87/31.03.60 - laderive@mail.be

Salammbô, avec 5 compositions de Lobel-Riche reproduites en taille-douce. Paris, Rombaldi, 1939. In 8°, br., couv. impr. Ex. num. sur vergé de Voiron. Reliure quelque peu défraîchie. 45 Euros.

BIBLIOTHEQUE DE FLAUBERT

Informé par Gisèle Séginger, notre Centre est intervenu auprès de la ville de Canteleu pour lui signaler la vente d'un ouvrage ayant appartenu à la bibliothèque de GF (voir le Bulletin 19):
Augustin Thierry, Récit des temps mérovingiens, 1840, 2 vol. 240 Euros.
Ouvrage portant le cachet de la vente Flaubert.

La ville de Canteleu vient d'en faire l'acquisition. Ces deux volumes rejoignent ainsi les livres actuellement conservés dans la salle des mariages de la Mairie de Canteleu.

VIENT DE PARAITRE

NB

Les auteurs qui adressent leurs articles ou leurs ouvrages au Centre Flaubert pour une mention ou une recension seraient très aimables d'envoyer un double de leur livres et tirés à part à la BM de Rouen.
Envois à l'attention de Marie-Dominique Nobécourt-Mutarelli, Bibliothèque Municipale, 3, rue Jacques-Villon, 76000 Rouen.

Avec l'article de Hugues Laroche (voir ci-dessous), nous inaugurons la publication d'articles inédits sur le site.
Par ailleurs, Hugues Laroche nous a autorisés à reprendre sur le site un de ses articles antérieurs, publié dans Romantisme (voir site Flaubert, rubrique Bibliographie> critique universitaire> généralités).
Avec l'accord des auteurs, nous commençons ainsi à constituer la bibliographie critique sur GF en ligne.

Editions

The Temptation of Saint Anthony
Translated by Lafcadio Hearn, introduction by Michel Foucault, preface by Marshall C. Olds. New York: Random House and the Modern Library, 2001.

Critique

Pietro Citati, "Bouvard et Pécuchet", Revue des Deux Mondes, mai 2002, "Qui est la France?", p.17-31.
"B et P font partie des plus grands personnages du roman européen" (p.24). Biographie de GF à 50 ans. Analyse du roman: la bêtise intériorisée, le temps suspendu. Le second volume, publié par Lea Caminiti.
Texte extrait d'un livre à paraître en français, Il Malo assoluto: nel cuore dell' romanzo del ottocento, Mondadori, 2000.

Françoise Court-Perez, "Salammbô, un roman à l'antique", dans L'Afrique du Nord antique et médiévale. Mémoire, identité et imaginaire, textes rassemblés par Claude Briand-Ponsart et Sylvie Crogiez, Publications de l'Université de Rouen, 2002, p.157-170.
Salammbô comme roman du double, de la dualité: érudition et imagination, civilisation et barbarie. GF a choisi son sujet dans une période de fin de civilisation: le rêve de pierre est un rêve de ruines. "L'antique c'est cela: l'histoire ressuscitée dans le respect d'une distance qui la fige dans le même temps qu'elle la fait revivre" (p.163). L'Orient de GF n'est plus celui des romantiques: "A l'Orient mythique succède donc un Orient érudit et la "quête" orientale devient une enquête sur l'Orient." (p.164)

René Descharmes et René Dumesnil, Autour de Flaubert. Etudes historiques et documentaires, réédition de l'éd. de 1912, 2 volumes, Champion, 2002.
EUR 128,06.

Stéphanie Dord-Crouslé, "Saint-Simon, Bouvard et Pécuchet: représentation d'une idéologie" dans Etudes saint-simoniennes, sous la direction de Philippe Régnier, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p.177-195.
Etude génétique d'une séquence de B et P, le dialogue au sujet de la doctrine saint-simonienne (éd. GF-Flammarion, p.237-238). "En étudiant la lente et difficile genèse de ce passage, je me propose d'analyser les matériaux rassemblés par F en vue de son écriture, d'en établir une typologie, et de suivre leurs transformations successives, des notes documentaires à la mise au net définitive. Ce parcours mettra au jour les modalités complexes qui président à la représentation d'une idéologie, le saint-simonisme, en insistant sur les rapports ambigus qu'entretiennent l'opinion de l'auteur et les impératifs esthétiques dans la fiction flaubertienne." (p.178)
"La représentation de la doctrine saint-simonienne repose donc sur un subtil équilibre. Elle est à la fois suffisamment fidèle, grâce à la documentation accumulée, pour en donner une image juste et convaincante, et à la fois suffisamment évidée de toutes relation logique véritable pour que le système chancelle à la moindre secousse." (p.192)

Florence Emptaz, Aux pieds de Flaubert, Grasset, 2002.
Publication d'une thèse soutenue 1999, sous le titre "GF. Pour une orthopédie revue et corrigée". Voir site Flaubert, rubrique Thèses> Thèses soutenues.
I. L'opération du pied bot. La boiterie d'Hippolyte renvoie à la vertu chancelante d'Emma. Pour écrire l'épisode, GF lit le Traité pratique du pied-bot de Vincent Duval, ancien élève du père Flaubert, et critique à son égard. L'orthopédie comme volonté générale de redresser et de corriger, au physique comme au moral.
II. Fondements d'une psychologie nouvelle. Focalisation sur le pied dans la description des personnages. L'oeuvre comme "musée de calcéologie" (p.91). Socio-psychologie de la chaussure (bottes, sabots, pantoufles, etc.), "le psychologique se traduit par le podologique" (p.114). Contre la phrénologie, GF conçoit une sorte de "podognomonique".
III. Appels du pied. Codes et modes du pied. Fétichisme de GF, qui conservait les petites pantoufles de Louise. Le pied dans le mécanisme du désir, depuis les techniques de séduction jusqu'à la possession. "La vue de votre pied me trouble". Le pied comme indice de moralité. L'extrême-onction de Bournisien sur les pieds d'Emma. Rôle du discours médical, qui encadre le discours sexuel pour le redresser.
IV. Le syndrome du Catoblepas. Du nom de ce monstre de La Tentation, qui s'est mangé les pattes. Galerie de personnages boiteux ou cul-de-jatte: le chien de la première Education, Giscon enterré, Iaokanann dans sa fosse. Le point de vue des personnages est souvent à ras du sol.
V. Mauvaises postures. Univers du déséquilibre, du trébuchement, de la chute. Effondrement de la figure du père. Immobilité et impuissance. GF lui-même, "cul-de-plomb", détestant la marche. Se voit en phoque. A cet univers en chute libre, GF oppose l'orthopédie du style, "un constant travail de corsetage et de verticalisation de la phrase" (p.315).

Livre neuf, inventif, qui multiplie les modes d'approches critiques, écrit avec un plaisir communicatif. On apprécie particulièrement la prise en compte de toute l'œuvre, et les allers retours entre bio et oeuvre. On regrette juste le choix des éditions de référence, l'étude des manuscrits, pour l'épisode du pied bot, limitée à la version bricolée Pommier-Leleu, quelques jeux de mots gratuits, trop d'exclamations et de points de suspension dans le commentaire.

M'hamed Hassine Fantar, "Le tophet de Salammbô", dans L'Afrique du Nord antique et médiévale. Mémoire, identité et imaginaire, textes rassemblés par Claude Briand-Ponsart et Sylvie Crogiez, Publications de l'Université de Rouen, 2002, p.13-24.
L'auteur rouvre le dossier du sacrifice des enfants par les Carthaginois. Fait le point sur les sources documentaires de GF, et en conteste la vérité historique. D'une enquête précise, l'auteur conclut que les Carthaginois ne sacrifiaient pas leurs enfants, mais qu'ils incinéraient les enfants morts en bas âge, et offraient en sacrifice un animal pour solliciter du dieu Baal Hammon la naissance d'un autre enfant.

Eric Le Calvez, "Salammbô: génétique des voiles sous la tente", dans Il Velo Dissolto.Visione e occultamento nella cultura francese e francofona, a cura di Franca Zanelli Quarantini, Clueb, Heuresis Strumenti, 2001, p.111-133.
Parcours microgénétique de la "baisade sous le peplos", depuis les scénarios jusqu'aux brouillons. Le pluriel du titre ("les voiles") se justifie par la présence du voile de Tanit, le zaïmph, et du voile ou des voiles qui recouvrent Salammbô. Transcriptions diplomatiques des fragments étudiés.
"Le motif du voile, synecdoque et métonymie, central dans la diégèse du roman, ne saurait donc être limité au contexte où il apparaît, isolément. On en saisit une fibre, elle nous conduit vite à une autre, inattendue sans doute, et parfois au-delà des scènes ou même des chapitres qui se répondent dès leur conception; la métonymie ne devient pleinement signifiante que dans ce qu'il convient bien de nommer le macrocontexte." (p.133)

Hugues Laroche, "Poétique de l'héritage malade", Site Flaubert http://flaubert.univ-rouen.fr, 2002. Inédit.
La mort, omniprésente chez GF, ouvre la question de l'héritage, du patrimoine et de sa transmission. "Pères absents, croqueurs de dots: manifestement le système de filiation ne fonctionne plus. Il y a un trou à la place du père qui rend le patrimoine flottant" (p.2). Place du père Flaubert. Le médecin rend malade. "Un héritage en forme de maladie. En effet, si la transmission du patrimoine matériel respecte peu les lois de filiation directe, il n'en va pas de même sur le plan pathologique: la filiation devient contamination." (p.6) Pneumonie, feu saint Antoine, syphilis. "L'héritage scientifique d'un fils de médecin tourne à l'épidémie, se met à signifier dans tous les sens le vide du patrimoine. A père médecin, oeuvre malade" (p.12) Ce rapport perverti au patrimoine se manifeste dans l'attitude vis-à-vis des sources littéraires: la transmission attestée est pourtant niée. "L'héritage y devient une maladie textuellement transmissible" (p.13).

Yvan Leclerc, "L'Afrique "terre des monstres" dans Salammbô de Flaubert", dans L'Afrique du Nord antique et médiévale. Mémoire, identité et imaginaire, textes rassemblés par Claude Briand-Ponsart et Sylvie Crogiez, Publications de l'Université de Rouen, 2002, p.171-180.
"On aimerait reconstituer une "imagerie africaine" chez GF [comme chez Leiris], à défaut de trouver une entrée dans son Dictionnaire des idées reçues. Qu'est-ce que l'Afrique pour lui, au moment où il se met à écrire Salammbô, dans les années 1850, ou plutôt quelles sont les représentations qui se lèvent à ce mot d'Afrique, quel est l'imaginaire africain d'un écrivain comme GF, au milieu du XIXe siècle?" (p.172). Salammbô roman de l'excès, dans les choses représentées et dans les procédés de représentation.

Yvan Leclerc, "Flaubert: personnalité de l'auteur absente", Magazine littéraire n°409, mai 2002. Dossier sur "Les écritures du moi. De l'autobiographie à l'autofiction."
Comment devient-on impersonnel? Le "cycle autobiographique" des oeuvres de jeunesse. Formule apocryphe: "Madame Bovary, c'est moi". Biographèmes dans L'Education sentimentale. Traces d'ascendance maternelle dans Un coeur simple et Bouvard.

Sylvie Triaire, Une esthétique de la déliaison: Flaubert, 1870-1880, Champion, 2002.
[annonce de l'éditeur] Au-delà de L'Éducation sentimentale se radicalise chez Flaubert une esthétique de la déliaison, libérée des contraintes génériques et travaillée par la mise en tension du fragment et de la totalité. Le motif de la vocation permet de lire ensemble La Tentation de saint Antoine, Bouvard et Pécuchet et Trois contes, vocation soumise à un mouvement de crise, puis relevée dans l'acquiescement à l'abdication identitaire, à l'abandon de l'intelligible pour le sensible. Le trajet des personnages, emblématique de celui de l'artiste défini par la dissémination impersonnelle, les mène à la croisée de la perception sublime et de l'évidemment mélancolique. En ce lieu s'invente, plus qu'une forme, un rythme, permettant le nouage des trois mouvements fondamentaux de l'écrit ure flaubertienne - l'accumulation, la brisure, la circulation - selon le chiffre infini du monstre et de l'hybride. Ainsi peut se présenter la synthèse disjonctive dont l'Orient, avec ses cimetières, ses pyramides, la haute figure du Sphinx, inscrivit profondément la trace chez Flaubert. Toute vocation aboutit de la sorte à la promesse illimitée de totalité, hors le simulacre de l'unité.
Prix EUR TTC: 69.00

LECTURES

Daniel Oster, Rangements, POL, 2001

"Biographie
Malgré les nombreuses biographies qui lui ont été consacrées, l'existence de Gustave Flaubert reste encore un mystère. Je ne pense pas seulement à sa fameuse épilepsie qui fit beaucoup pour sa gloire mais dont la réalité reste à prouver. A cet égard les témoignages sont nombreux, à commencer par celui de Maxime Du Camp, mais le professeur Bonaccorso a largement démontré avec quelles pincettes il convenait de prendre le témoignage du vieux Max. Que celui-ci déclare avoir lui-même assisté à plusieurs de ces crises (mais l'affirme-t-il vraiment?) ne saurait convaincre personne. Du Camp affirme bien que peu de temps après sa rencontre avec Gustave ils échangèrent des anneaux, mais comme par hasard aucun de ces anneaux n'a été retrouvé. Celui qui m'a été présenté par le conservateur, aujourd'hui à la retraite, du musée d'Alexandrie, était visiblement un faux. Les doigts de Flaubert étaient boudinés, l'annulaire d'une pucelle famélique aurait eu du mal à passer par un cercle si étroit. Sans compter que ce n'était pas le genre de Flaubert de porter une bague" (p.32-33)

"Question: pourquoi Flaubert est-il devenu ce héros?" (p.182)

"Ce qui m'intéresse ce n'est pas de savoir comment Flaubert s'y est pris pour écrire Madame Bovary mais pourquoi il l'a fait. Je dirais volontiers: pourquoi il a fait une chose pareille." (p.210)

"Ce qu'on remarque chez Flaubert c'est le lien entre la Forme et la Haine. Le mieux chez Flaubert est bien cette esthétique de la Répulsion." (p.224)

"Rien d'équivalent chez Flaubert à Mon cœur mis à nu, Fusées, etc.? Esprit résolument païen. Pas de question sur le péché originel et ses traces. Qu'il a pourtant sous les yeux, quasi dans son encrier;" (p.234)

"Il y a des jours où la vie de Flaubert était infiniment plus mondaine que celle de Du Camp;" (p.20)

"Idéologie de la transparence des documents. L'idée qu'on peut s'y fier! Où il y a de la trace, il y a de l'ego. Illusion de Sartre que quand on a la correspondance en 14 volumes on tient le bonhomme. Où il y a de la correspondance, il y a du vécu! Et les lettres qui manquent? les traces absentes, effacées? (les carnets 9 à 13 de Flaubert, les lettres que lui et Du Camp ont brûlées)." (p. 276)

"Cette dénégation qui a été prise à la lettre: "Je n'ai aucune biographie." (Flaubert, 1859.) Il a largement donné la preuve du contraire, ayant réussi à proposer sa biographie en modèle. D'ailleurs il dit quelque part que l'artiste doit s'arranger pour donner l'impression qu'il n'a pas vécu. C'est mieux: il pointe ici l'histrionisme si cher à Mallarmé;" (p. 278)




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales