BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 200 / 6 septembre 2018

Numéro 200. Dix-sept ans déjà de Bulletin Flaubert: le premier numéro était daté du 15 avril 2001, juste avant l’ouverture du site Flaubert, le 8 mai. Vous êtes 780 abonné.e.s à recevoir ce bulletin d’informations. Merci à toutes celles et à tous ceux qui l’ont fait et le feront. Nous continuons.

AGENDA

Samedi 15 septembre 2018, Saint-Cloud, Médiathèque, 60 rue Gounod, 15h
Jean-Luc Brière, «Jules Senard (1800-1885), une traversée du 19e siècle»
Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, la médiathèque de Saint-Cloud vous invite à découvrir Jules Senard. La notoriété de Jules Senard, avocat et homme politique, est due surtout à la défense de Gustave Flaubert dont il obtint l’acquittement. Sa vie aura été un parcours à travers le 19e siècle, à Rouen et à Paris. Personnalité de «l’opposition dynastique» sous Louis Philippe, il se rallie à la République en 1848. Élu député, puis président de l’Assemblée constituante, il joue un rôle majeur pendant l’insurrection de Juin, avant d’être nommé ministre de l’Intérieur par le général Cavaignac. Maire de Saint-Cloud de 1871 à 1874, il se consacre à la reconstruction de la ville. Bâtonnier du barreau de Paris en 1874 puis élu vice-président de l’Assemblée en 1879, il cesse toute fonction en 1881.
À l’occasion de cette conférence, la Médiathèque de Saint-Cloud ouvrira le fonds patrimonial et exposera de nombreux documents, notamment l’édition originale en deux tomes avec reliure de l’époque de Madame Bovary et le fac-similé de l’exemplaire de Flaubert, aimablement prêtés par un collectionneur de Rouen, M. Philippe Monart.
http://www.musee-saintcloud.fr/sites/musee/files/utilisateurs/l.antoine/documents/jdpatrimoine_18_v5.pdf

17-21 septembre 2018, 24-28 septembre, Valenciennes, Le Phénix, scène nationale, Boulevard Harpignies
Éducation sentimentale, roman-performance
Mise en scène Hugo Mallon
/ L’Éventuel Hérisson Bleu
https://scenenationale.lephenix.fr/programmation/theatre/education-sentimentale/

Samedi 6 octobre 2018, Hôtel des Sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen, 9h30 – 17h.
Autour de l’amitié entre Tourguéniev, Flaubert et Maupassant
Journée d’étude organisée par Yannick Marec, avec la participation d’Alexandre Zviguilsky, président de l’Association des Amis d’Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot et Maria Malibran
Yannick Marec: Présentation de la journée
Alexandre Zviguilsky: Tourguéniev, traducteur et éditeur de Flaubert et de Maupassant
Gilles Cléroux: Tourguéniev et l’Allemagne: une autre patrie possible
Olga Kafanova: Gustave Flaubert dans la vie et l’oeuvre de Tourguéniev
Olga Kazakova: Le jeu des portraits d’Ivan Tourguéniev et le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert: points communs de leur vision de la société contemporaine
Présentation du Musée Tourguéniev d’Orel
Catherine Botterel: La représentation de la jeune fille chez Tourguéniev et Maupassant, plus particulièrement dans Premier amour et Yvette
Svetlana Hailliot: Tourguéniev et son disciple le prince Alexandre Ouroussov. Inédits autour des Archives Ouroussov à la Bibliothèque d’État de Russie et de la publication de la revue Novoie Obozrenie à Saint-Pétersbourg
Alexandre Zviguilsky: Bilan et conclusion
Tout au long de la journée, Gilles Cléroux et Joël Dupressoir liront des extraits de la Correspondance Flaubert-Tourguéniev, éditée par Alexandre Zviguilsky, Flammarion, 1989.
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/autour-de-lamitie-entre-tourgueniev-flaubert-et-maupassant-6-octobre-2018/

Vendredi 12 octobre 2018, Archives départementales de la Seine-Maritime, Pôle Culturel Grammont, Rouen, 17h30
Daniel Fauvel et Hubert Hangard présenteront le résultat de nombreuses années de recherches dans les actes de notaires, les documents de l’enregistrement et les procès-verbaux d’audiences des tribunaux, résultat consigné dans un répertoire: Fortune et Infortune des Flaubert, Wooz-Editions, 2018.
http://woozeditions.fr/index.php/2018/06/17/fortune-infortune-des-flaubert-repertoire/

VENTES

(< Steve Murphy)
9 octobre 2018, Vente Sotheby’s Paris, Binoche et Giquello, Bibliothèque R. et B.L., XIXe siècle.
http://www.sothebys.com/fr/auctions/2018/rbl-pf1823.html
71. Daudet (Alphonse). Lettre autographe signée à Gustave Flaubert, datée 1er de l’an [1er janvier 1879], une page in-8 (203x 140 mm) sur papier à dentelle orné d’un encadrement de fleurs, aquarellé, contrecollée sur papier vergé, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 2.500/ 3.000 €.
74. Flaubert (Gustave). Lettre autographe à Louise Colet, signée Ton G., datée Nuit de lundi, minuit et demi [6 juin 1853], 8 pages sur 2 bifeuillets in-4 (266x 211 et 248x 190 mm) à l’encre brune, enveloppe autographe avec marques postales, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 4.000/ 5.000 €.
75. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à Charles Baudelaire, datée Croisset, 13 juillet [1857], 3 pages in-8 (215x 136 mm) à l’encre noire sur un bifeuillet de papier vergé bleu, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 12.000/ 15.000 €.
76. Flaubert (Gustave). Madame Bovary. Moeurs de province. Paris, Michel Lévy frères,1857. Estimation: 20.000/ 25.000 €. Édition originale. Un des rares exemplaires imprimés sur papier vélin fort, d’un tirage probablement à 75 exemplaires que Flaubert se réserva presque tous pour les offrir à ses amis et à ses connaissances.
77. Idem.
79. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à Edmond Pagnerre, datée 1er Janvier [1857], 3 pages in-8 (204x 134 mm) à l’encre brune sur un bifeuillet de papier vergé ivoire, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 3.000/ 4.000 €.
80. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à Ernest Feydeau, [Croisset, après le 5 octobre 1860], 4 pages in-8 (204x 133 mm) à l’encre brune sur un bifeuillet de papier bleu vergé, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 3.000/ 4.000 €.
81. Flaubert (Gustave). Salammbô. Paris, Michel Lévy frères, 1863. In-8, demi-maroquin lavallière avec coins, dos à nerfs, non rogné, couverture (Pagnant). Estimation: 30.000/ 40.000 €. Édition originale. Un des 25 rarissimes exemplaires sur papier de Hollande. Précieux exemplaire de Théophile Gautier (1811-1872), portant ce bel envoi autographe de Flaubert sur le faux-titre:
à mon très cher maître Théophile Gautier
son vieux
Gustave Flaubert
Et en dessous, cette note à la plume de la main de l’auteur:
un des vingt-cinq exemplaires tirés sur papier
de Hollande.
82. Flaubert (Gustave). Salammbô. Paris, Michel Lévy frères, 1863. In-8, maroquin rouge foncé, encadrement de cinq doubles filets dorés et quatre entourant un filet à froid, dos orné de même, doublure de maroquin rouge carmin, encadrement de jeux de filets dorés, gardes de soie rouge, tranches dorées sur témoins, couverture et dos (G. Mercier successeur de son père, 1930). Estimation: 20.000/ 25.000 €. Édition originale. Un des 25 rarissimes exemplaires sur papier de Hollande. Envoi autographe de Flaubert à Ernest Feydeau.
83. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à Théophile Gautier, datée Jeudi 27 janvier [1859], 3 pages et demie in-8 (209x 133 mm) à l’encre brune sur papier vergé bleu, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 8.000/ 10.000 €.
84. Flaubert (Gustave). L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme. Paris, Michel Lévy frères, 1870. 2 volumes in-8, demi-maroquin vert avec coins, filet doré, dos orné de filets dorés à froid et d’un fer répété, tête dorée, non rogné, couverture (Carayon). Estimation: 35.000/ 45.000 €. Édition originale. Un des très rares exemplaires sur papier de Hollande (tirage à 25 exemplaires selon Carteret et Clouzot). La couverture de ces exemplaires de luxe porte la mention fictive Deuxième édition. Envoi autographe de l’auteur à Jules Janin (1804-1874), surnommé le «Prince des critiques».
85. Flaubert (Gustave). L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme. Paris, Michel Lévy frères, 1870. 2 volumes in-8, maroquin bleu marine, janséniste, doublure de maroquin bleu serti d’un filet doré, gardes de soie brochée, doubles gardes de papier marbré, tranches dorées sur témoins, couverture et dos, étui (Marius Michel). Estimation: 25.000/ 30.000 €. Édition originale. Un des très rares exemplaires sur papier de Hollande (tirage à 25 exemplaires selon Carteret et Clouzot). La couverture de ces exemplaires de luxe porte la mention fictive Deuxième édition.
Cet exemplaire est enrichi de 4 lettres autographes de Flaubert à son ami Edmond Laporte, relatives à L’Éducation sentimentale. Ces lettres forment au total 9 pages in-8, sur papier bleuté. Elles sont extrêmement intéressantes pour comprendre l’élaboration du texte et représentatives de la conscience artistique de l’auteur. Flaubert demande d’abord des renseignements techniques sur la peinture à propos du portrait de la Maréchale peint par Pellerin, et celui d’un enfant mort:
1) Croisset, Samedi soir, 13 Mars 69. «Mon cher bonhomme, un petit service! Voici la chose: quel débagoulage esthétique puis-je mettre dans la bouche d’un peintre qui fait le portrait d’un petit enfant mort. Le moutard a 8 mois. La maman qui est une cocotte est là. Mon artiste s’en inquiète peu – & tout en crayonnant aussi tranquillement que s’il travaillait d’après la bosse, se livre à des théories sur le portrait en général, et sur les portraits d’enfant en particulier. Que peut-on dire là-dessus d’un peu spécial? & qui sente l’homme du métier? Je compte avoir achevé mon odieux bouquin vers la fin de mai. Je commence l’avant-dernier chapitre.»
2) «Mon vieux de la vieille. Voici mon texte. Il est fait sur vos notes qui contenaient trois pages, & dont le résumé ci-joint m’a donné un mal de chien [...]. Pellerin vient offrir à Frédéric ce portrait (dont il a donné l’idée, lui Frédéric) & que ne veulent maintenant payer ni la cocotte ni son entreteneur. Frédéric ne s’en soucie pas non plus & envoie bouler l’artiste. Lequel, pour se venger du dit Frédéric, le met en exposition chez un marchand du boulevard [...]. Quel aspect a le tableau. Je sais bien pourquoi il est mauvais, mais je ne sais pas comment. Je voudrais que le lecteur le vît, qu’il pût toucher un peu la peinture.» Flaubert a recopié ensuite le passage concernant les doubles de Pellerin (t.I, p.376).
3) «Cher ami, Je ferai mon profit du dernier paragraphe [...] Quant à vos objections, je ne les admets pas [...]. Lorsque tout sera fini je vous lirai la chose & si elle vous choque nous la modifierons. Je vous embrasse. Car vous êtes gentil comme un ange [...].»
4) «Duplan m’écrit que vous connaissez beaucoup Mr Alby le gérant actuel de la Maison d’Or. J’aurais besoin de savoir comment en 1847 le plus beau salon de la dite maison était meublé & tendu... Vous rappelez-vous m’avoir donné d’excellentes notes sur les angoisses qu’éprouve à faire un portrait un peintre esthétiqueur? J’en ai profité autant que j’ai pu. Mais j’aurais besoin, maintenant, que vous me fissiez en termes techniques la description des mauvaises qualités de ce portrait [...]. Je voudrais m’étendre un peu sur l’effet cocasse & lamentable que produit ce tableau à qqu’un [sic] qui s’y connaît. Notez que mon artiste n’est pas un âne.»
Superbe exemplaire en maroquin doublé de Marius Michel. Il provient de la bibliothèque Paul Voûte (1938, n° 299). Portrait de Flaubert gravé à l’eau-forte, ajouté au tome I.
86. Flaubert (Gustave). La Tentation de saint Antoine. Paris, Charpentier et Cie, 1874. Grand in-8, demi-maroquin orangé à gros grain avec coins, filet doré, dos orné avec fleur dorée et mosaïquée répétée dans les entre-nerfs, tête dorée, non rogné (V. Champs). Estimation: 2.500/ 3.500 €.
87. Flaubert (Gustave). Trois contes. Paris, Charpentier, 1877. In-12, maroquin rouge, important décor de tiges fleuronnées et de doubles filets droits et courbes, réseau d’entrelacs au milieu de chaque côté, médaillon ovale laissé en réserve au centre, dos orné d’une longue tige fleurie «passant sous les nerfs», doublure de maroquin vert foncé, jeu de filets dorés droits et courbes dans les angles avec fers à la rosace, gardes de moire ardoise, tranches dorées, non rogné, couverture (S. David). Estimation: 15.000/ 20.000 €. Édition originale.
Le recueil comprend Un coeur simple, La Légende de saint Julien l’Hospitalier et Hérodias. Un des 12 premiers exemplaires sur chine. Ex-libris autographe de Joris-Karl Huysmans, à l’encre bleue, sur un feuillet de papier ordinaire placé entre la couverture et le faux-titre.
88. Flaubert (Gustave). Trois contes. Paris, Charpentier, 1877. In-12, maroquin bleu foncé, plats ornés d’un décor à répétition de gros fers dorés et mosaïqués citron et bleus, dos orné du même décor dans les caissons, doublure de maroquin bleu orné de multiples encadrements de filets dorés autour d’un listel noir, filets dorés, gardes de soie bleue, doubles gardes de papier marbré, tranches dorées sur témoins, couverture et dos, chemise demi-maroquin à bande et étui (Noulhac). Estimation: 4.000/ 5.000 €. Édition originale. Un des 100 exemplaires sur hollande, second papier après 12 chine.
89. Flaubert (Gustave). Madame Bovary. Moeurs de province. Paris, Charpentier et Cie, 1876. In-12, maroquin vert, dentelle dorée, dos orné aux petits fers, dentelle intérieure, doubles gardes de papier marbré, tranches dorées sur marbrure, étui (Petit-Simier). Estimation: 1.200/ 1.500 €. Édition définitive, suivie des réquisitoire, plaidoirie et jugement du procès intenté à l’auteur devant le tribunal correctionnel de Paris. Frontispice et 6 figures dessinées et gravées à l’eau-forte par Émile Boilvin.
90. Flaubert (Gustave). Bouvard et Pécuchet. Oeuvre posthume. Paris, Alphonse Lemerre, 1881. In-12, maroquin chaudron, encadrement d’un filet doré et d’un jeu de six filets dorés, dos orné de filets dorés, doublure de maroquin bleu gris orné d’un double encadrement de filets dorés, roulette et filets dorés intérieurs, fleurons aux angles, gardes de soie brochée, doubles gardes de papier marbré, tranches dorées sur témoins, couverture, étui (Marius Michel). Estimation: 4.000/ 5.000 €. Édition originale. Un des 55 exemplaires sur papier de Hollande.
311. Zola (Émile). Lettre autographe à Gustave Flaubert, signée Émile Zola, datée Médan, 30 novembre [18]78, 4 pages sur un bifeuillet in-8 (210x 136 mm) à l’encre noire sur papier vergé, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Estimation: 3.000/ 4.000 €.
Lettre très amicale à Flaubert dans laquelle il est question de Nana et de L’Assommoir.

Vente passée

(< Olivier Leroy)
Catalogue Montignac-Lascaux, 20, 21, 22 et 23 août 2018
https://gallery.mailchimp.com/7fe11335dd10b5c41b7d29dfa/files/82b20e34-1067-4b68-9365-d28286553077/08_2018_MONTIGNAC_liste.pdf
1351. Flaubert (Gustave), Fragment inédit sur la vie du château de Blois, publié par René Descharmes. Blois, G. Migault, 1907. In-8, 1/2 maroquin brun à la bradel, titre en long, couvertures conservées (S. David). Première édition d’un fragment inédit, consacré à Blois, écrit par Flaubert et destiné à être placé en tête de son ouvrage Par les champs et par les grèves, publié à titre posthume en 1881, et qui, dans cette édition, commence par une ligne de points. Bel exemplaire enrichi d’un E.A.S. de l’éditeur, René Descharmes, sur la couverture. Coins frottés. Estimation: 400/ 500 €.

VIENT DE PARAÎTRE

Éditions

Atsuko Ogane a transcrit et présenté deux ensembles de notes de Flaubert, prises en vue de La Tentation de saint Antoine de 1849.
Notes sur les Psaumes (1846-1847)
http://flaubert.univ-rouen.fr/manuscrits/psaumes.php

Notes sur la Bibliothèque orientale de Barthélemy d’Herbelot de Molainville (vers 1849)
http://flaubert.univ-rouen.fr/manuscrits/dherbelot.php
Sur le folio 6, Flaubert a relevé ceci:
«Homaï
Homai ou Humaï est l’oiseau que nous appelons oiseau de Paradis
les Persans l’appellent Bad-Khour à cause qu’il ne vit et ne se repaît que d’air
et du vent.
son ombre sur la tête de quelqu’un est pronostic de fortune
Homaï signifie noble heureux excellent, auguste (455)»

Dans le cadre d’un mémoire de Master 1 de Lettres modernes, des étudiant.e.s de l’université de Rouen Normandie ont transcrit pour le site Flaubert, avec une méthode dite «semi-diplomatique» (en relevant les ratures et les ajouts mais sans respecter la disposition de la page), plusieurs manuscrits des oeuvres de jeunesse:
Chronique normande du Xe siècle (mai 1836)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
La Femme du monde (juin 1836)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Tristan Guiot
Bibliomanie, Le Colibri, 12 février 1837
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
Fac-similé du texte imprimé: page 1/ page 2 (coll. Bibliothèque municipale de Rouen). Transcription du texte imprimé
Rêve d’enfer (mars 1837)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
Une leçon d’histoire naturelle. Genre commis, Le Colibri, 30 mars 1837
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
Fac-similé du texte (coll. Bibliothèque municipale de Rouen). Transcription du texte imprimé
Agonies (20 avril 1838)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Tristan Guiot
La danse des morts (15 mai 1838)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
Ivre et mort (15 juin 1838)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan
Smar [Smarh] (14 avril 1839)
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Camille Clément-Le Roux
[Souvenirs, notes et pensées intimes 1840-1841], retitré [Cahier intime 1840-1841] dans l’éd. de la Pléiade
Manuscrit numérisé sur Gallica. Transcription par Joséphine Gehan

Ouvrages

Yves Chevrel et Yen-Maï Tran-Gervat, Guide pratique de la recherche en littérature, Presse Sorbonne nouvelle, coll. «Les Fondamentaux de la Sorbonne nouvelle», 2018.
[Yves Chevrel signale aux lecteurs de ce Bulletin que Flaubert y est l’auteur le plus cité, juste devant... Zola!]

Klaus-Werner Haupt, Okzident und Orient. Die Faszination des Orients im langen 19. Jahrhundert, Weimarer Verlagsgesellschaft, 2018.
https://www.verlagshaus-roemerweg.de/Weimarer_Verlagsgesellschaft/Klaus-Werner_Haupt-Okzident_und_Orient-EAN:9783737402200.html
[Un chapitre est consacré à Flaubert: «Gustave Flaubert und sein Delenda Carthago», p.137 et suiv.]

(< Jeanne Bem)
Murielle Joudet, Isabelle Huppert – Vivre ne nous regarde pas,Capricci, 228 pages
[Le sous-titre de ce livre est emprunté à Flaubert.]
«Le long chapitre sur l’adaptation par Claude Chabrol de Madame Bovary en 1991 a fonction de pivot. Joudet considère que Huppert – avec, mais aussi sans Chabrol – n’a jamais cessé de tourner autour de Bovary, et ce chapitre qui mêle le film et le livre, le cinéaste et l’écrivain, l’actrice et le personnage, est celui qui, le mieux, dessine l’image d’une femme qui, obstinément, s’absente ou se retire, se désintéresse de soi, en somme ne vit qu’en tournant le dos à la vie», Emmanuel Burdeau, «Isabelle Huppert, “Madame Bovary, c’est elle”», Mediapart, 24 juin 2018.
Murielle Joudet: «J’essaye de me rappeler à quel moment je me suis dit que Madame Bovary serait le fil rouge (le film rouge?) du livre, à quel moment j’ai projeté le roman de Flaubert sur tous les films dont je parle. […] Pour moi, le déclic, ça a été: Bovary = Huppert. […] L’idée était donc de dire que Huppert appartient à la littérature française du XIXe, qu’elle traverse les siècles pour venir nous parler, pour mobiliser des motifs et des thèmes sans âge: l’insatisfaction féminine, la médiocrité asphyxiante du milieu, les rêves qui doublent la réalité, le déni face au réel. Elle n’en peut plus de s’ennuyer, elle n’en peut plus de demander au monde des choses qu’il ne peut pas lui offrir, alors elle fait n’importe quoi pour vivre quelque chose (j’appelle ça «ses bêtises»), pour traverser des intensités. En écrivant, je passais mon temps à me dire: «On a sous-estimé l’ennui.» L’ennui nous meut énormément: on se lance dans des histoires d’amour ou des entreprises absurdes pour s’en déprendre, on devient acteur, on écrit un livre… On peut regarder une partie de la filmographie de Huppert depuis ce prisme, dès la première réplique de sa carrière, dans Faustine et le bel été de Nina Companeez, où elle dit à sa copine: «Tu n’as pas peur de t’ennuyer?» Pareil dans Les Valseuses: «Je m’emmerde, j’étouffe.» Et puis ça prend une tournure métaphysique avec Chabrol, dans Violette Nozière, Une affaire de femmes, qui sont des variations autour de Bovary, et ça continue avec Breillat, Bozon, Verhoeven…»

Revue

(< Michel Pierssens)
Histoires littéraires, janvier-février-mars 2018, n°73. Dossier Flaubert.
Jean-Paul Goujon: Présentation, p.5
Jean-Paul Goujon: Lettres inédites d’une inconnue à Flaubert, p.7-25
Sylain Matton: Notes sur l’amitié de Flaubert et Maurice Bouchor d’après leur correspondance inédite, p.27-31
Steve Murphy: Quia pulvermacher es ou je n’en suis pas moins Homais, p.33-48.

Articles

Pierre-Marc de Biasi, «Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertexualité, genèse», D. Delas (dir.), La question de l’intime. Génétique et biographie, PULIM, collection «L’un et l’autre en français», 2018.
http://www.pulim.unilim.fr/index.php?option=com_booklibrary&task=view&id=909&Itemid=9&catid=0

Stéphanie Dord-Crouslé, «L’avenir de l’humanité selon Bouvard et Pécuchet», Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 02/07/2018.
https://serd.hypotheses.org/1889. Lire en ligneTélécharger le PDFVoir la vidéo de la communication – Disponible aussi sur HAL-SHS.

Éric Le Calvez, «“Cache ta vie”: Flaubert et les biographèmes», dans Christophe Ippolito (dir.), La Littérature et la Vie, Paris, Classiques Garnier, coll. «Rencontres», n° 351, série «Littérature des XXe et XXIe siècles», n°32, 2018, p.187-201.
https://classiques-garnier.com/la-litterature-et-la-vie.html
Résumé – Les biographèmes, traces biographiques que l’écrivain insère dans son oeuvre, se rencontrent chez Gustave Flaubert mais restent indétectables à la lecture. Ils peuvent se situer à un niveau scénique, au niveau des personnages, de façon thématique, et relever du détail ou des comparaisons.

(< Benoît Melançon)
Alexis Lussier, «La dernière tentation de saint Antoine. Mimétisme et psychasténie d’après Roger Caillois», Études françaises, 54, 2, 2018, p.73-91.

PÉDAGOGIE

(< Philippe Lavergne)
Un extrait de Madame Bovary (deuxième partie, chap. XII) a été donné à la session de l’épreuve anticipée de français en Polynésie (séries ES/S). Extrait figurant dans «Objet d’étude: Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours»
http://www.site-magister.com/sujets46.htm#PolES

SUR LA TOILE

Svetlana Hailliot: Événement culturel à Moscou: spectacle Bovary au Théâtre Vakhtangov, 2018
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/mb_theatre_moscou_2018.php

Project Gutenberg. Oeuvres complètes de Gustave Flaubert, tome 5
La Tentation de saint Antoine, Paris, Quantin, 1885
http://www.gutenberg.org/ebooks/57373

(<Sébastien Bailly, Benoît Melançon)
Malaria Bovary
Emma la bourgeoise de province s’ennuie terriblement dans son couple, sa famille. Elle s’ennuie, mais elle s’ennuie... Jusqu’au jour où une catastrophe de fin du monde s’abat sur son pays normand: une épidémie de fièvre zombie! Le scénariste de bande dessinée Ronan Le Breton, en résidence d’écriture financée par la région Île-de-France du 1er janvier au 30 juin 2018, s’est attaqué au classique de Flaubert. C’est la saison #1 de Pulp Littérature Remix lisible en ligne… Explications ici. Il s’en est pris aussi à Germinal et aux Misérables.

(< Benoît Melançon)
«Flaubert, ce grand perfectionniste et fin observateur», Radio Canada, 13 août 2018, avec Manon Dumais et Alain Farah
https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/medium-large/segments/chronique/83041/gustave-flaubert-ecrivain-madame-bovary-l-education-sentimentale

Patrick Boucheron, «Il est imprudent de ne pas lire» [sur Madame Bovary]
«‒ Quelle est votre définition d’un chef-d’oeuvre?
‒ Un grand livre est un livre qu’on a envie de relire tout le temps ou qu’on a envie de ne jamais relire. J’avais 19 ans quand j’ai ouvert Belle du Seigneur, d’Albert Cohen, pour la première fois et je ne suis pas sorti de chez moi pour pouvoir poursuivre ma lecture. La vie s’était alors absentée autour de moi, le plus important était de parvenir aux dernières pages. J’ai un rapport ébloui et inquiet à Belle du Seigneur car j’ai décidé de ne jamais le relire. Avec ce livre, j’ai envie d’avoir 19 ans à tout jamais. En revanche, je relis tout le temps par fragments Madame Bovary, de Flaubert, car j’ai envie de vieillir avec lui, ou avec elle. Il existe aussi des chefs-d’oeuvre qu’on ne peut pas ne pas avoir lus, car même si on ne les a jamais lus, ils ont fait advenir un monde dans lequel on vit: c’est le cas de Don Quichotte, de Cervantès. Le chef-d’oeuvre est pour moi soit un livre qu’on ne relira pas, soit un livre qu’on ne cessera jamais de relire, mais dans les deux cas, on les lira toujours pour la première fois» (Le Journal du Dimanche, 9 août 2018).
https://www.lejdd.fr/culture/livres/patrick-boucheron-il-est-imprudent-de-ne-pas-lire-3726560

(< Benoît Melançon)
Les Papous dans la tête, France-Culture, 17 février 2018
«Une histoire de samedi soir, le samedi soir d’Emma Bovary, imaginé par Lucas Fournier»
https://www.franceculture.fr/emissions/des-papous-dans-la-tete/montez-dans-le-manege-des-papous
source=Twitter#Echobox=1534759142

Patrick Moreau, «Oui à la liberté de l’artiste, non aux tentatives de censure», Le Devoir, 30 juillet 2018
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/533432/oui-a-la-liberte-de-l-artiste-non-aux-tentatives-de-censure

(< Benoît Melançon)
Pierre-Marc de Biasi, «L’Éducation sentimentale, ou la défaite du courage», France-Culture, Les Chemins de la philosophie, 20 juin 2018
https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/tous-des-heros-34-leducation-sentimentale-ou-la-defaite-du-courage

(< Gilles Cléroux)
Tombe virtuelle de Flaubert sur le site «Find a grave»
https://www.findagrave.com/memorial/4325/gustave-flaubert

Benoît Melançon, «Quelques arpents de Voltaire sur le Canada - L’Histoire nous le dira #44» [avec quelques secondes de Flaubert]
https://www.youtube.com/watch?v=UG7MrJn17NY

LECTURES

(< Benoît Melançon)
«Ce matin-là, deux infirmières, au pied de mon lit-brancard, faisaient des mots fléchés. Je me suis concentré pour les écouter, les comprendre. L’une a dit: “Madame Bovary en quatre lettres?” Elles ne trouvaient pas. Mes yeux se fermaient. Réveille-toi! ai-je pensé. J’ai fait un geste, qu’elles ont vu. J’ai entendu: “Il veut nous dire quelque chose, le petit monsieur?” J’ai fait oui de la tête et montré leurs mots fléchés du doigt. “Vous voulez nous aider, c’est ça?” J’ai fait de nouveau oui. L’une a pris mon ardoise et mon feutre, rangés avec les Lettres à Milena, les deux se sont approchées. “Alors, vous avez une idée? Madame Bovary en quatre lettres? Nous, on cale…” D’une main tremblante, j’ai écrit: “Emma”. Et dessous: “C’est son prénom.” M’étais-je déjà senti aussi heureux d’avoir lu un roman et de n’avoir pas oublié son titre? En tout cas, j’étais réveillé et j’ai pensé: Merci Flaubert.» (Philippe Lançon, Le Lambeau, Gallimard, 2018, p.202-203)


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales