BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 27 / 30 septembre 2002


VENTES

Autographe

Catalogue Th. Bodin, n°102, septembre 2002
lesautographes@wanadoo.fr
Site: http://www.lesautographes.com
(< Barbara Roth, Conservatrice Bibl. publique et universitaire, Genève)

109. Gustave FLAUBERT (1821-1880) romancier: L.A.S. (paraphe), [Croisset] Nuit de samedi 2h. [octobre 1847], à Louise COLET; 4 pages in-8. 8000,00 Euros.
BELLE LETTRE SUR LE STYLE ET LE TRAVAIL D'ECRITURE, LORS DE LA REDACTION DE PAR LES CHAMPS ET PAR LES GREVES.
Il lui a renvoyé les livres demandés... "Comment vas-tu, chère amie. Que devient le corps et l'âme? Pégase et le pot au feu? je veux dire l'art et la vie. J'ai été assez vexé pour toi de l'engrossement de Rachel [qui devait jouer la Madeleine de Louise Colet]. Que décides-tu? Si j'ai un conseil à te donner c'est d'attendre qu'elle ait pondu son enfant pour lui donner le tien. – On n'a presque pas d'exemple d'une pièce jouée par elle qui soit tombée. Si sans elle ton oeuvre triomphe avec elle le succès sera plus complet". Mais Flaubert sait qu'il n'est pas un bon juge: "En fait de succès et de chutes à prédire je n'y entends goutte. J'aurais en poche l'Hamlet de Shakespeare et les Odes d'Horace que j'hésiterais à les publier. Mais tout le monde n'est pas tenu d'avoir sur l'intelligence du public le préjugé que j'en ai"
Puis il parle de la rédaction de Par les champs et par les grèves avec Maxime Du Camp... "Sache donc que je suis harassé d'écrire. Le style qui est une chose que je prends à coeur m'agite les nerfs horriblement. Je me dépite, je me ronge. Il y a des jours où j'en suis malade et où la nuit j'en ai la fièvre. Plus je vais et plus je me trouve incapable de rendre l'Idée. – Quelle drôle de manie que celle de passer sa vie à s'user sur des mots, et à suer tout le jour pour arrondir des périodes. – Il y a des fois il est vrai où l'on jouit démesurément mais par combien de découragements et d'amertumes n'achète-t-on pas ce plaisir. Aujourd'hui par exemple j'ai employé 8 heures à corriger cinq pages et je trouve que j'ai bien travaillé. Juge du reste – c'est pitoyable. – Quoi qu'il en soit j'achèverai ce travail qui est par son objet même un rude exercice. Puis l'été prochain je verrai à tenter St Antoine. Si ça ne marche pas dès le début je plante le style là, d'ici à de longues années. Je ferai du grec, de l'histoire, de l'archéologie, n'importe quoi toutes choses plus faciles enfin. Car je trouve trop souvent, bête la peine inutile que je me donne. Voici donc ce que nous faisons. Ce livre aura XII chapitres. J'écris tous les chapitres impairs, 1, 3 etc. Max tous les pairs. C'est une oeuvre quoique d'une fidélité fort exacte sous le rapport des descriptions, de pure fantaisie et de digressions. Écrivant dans la même pièce il ne peut se faire autrement que les deux plumes ne se trempent un peu l'une dans l'autre. L'originalité distincte y perd peut-être. Ce serait mauvais pour tout autre chose. Mais ici l'ensemble y gagne en combinaison et en harmonie. – Quant à le publier ce serait impossible. Nous n'aurions je crois pour lecteur que le procureur du roi à cause de certaines réflexions qui pourraient bien ne pas lui convenir. Quand il sera recopié et corrigé je te prêterai mon exemplaire"...
La lettre s'achève plus tendrement, avec une réflexion sur le bonheur: "Adieu, ma vieille amie. Dis-moi que tu es sinon heureuse du moins calme. Le bonheur est un mensonge dont la recherche cause toutes les calamités de la vie, mais il y a des paix sereines qui l'imitent, et qui lui sont supérieures peut-être. Adieu encore je te serre tendrement les mains – en dedans – et t'embrasse sur l'âme."

Fac-similé partiel dans le catalogue et sur le site.
[Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, p.474-476.]

Ouvrages

Les Oeuvres de Gustave Flaubert, préface et notes de M. Nadeau, éd. Rencontres, 18 volumes, 1964.
200 Euros.
Librairie E. Brunet, 70 rue Ganterie, 76000 Rouen. Tél. 02 35 98 63 06.

ACQUISITION DE LA BMR

La Bibliothèque municipale de Rouen vient d’acquérir un volume intitulé Gustave Flaubert, Lettres inédites, par André Doderet. Cette plaquette de 27 pages, de format in-8, imprimé à Paris par L. Pochy, reprend une publication de la Revue de Paris du 15 juillet et du 1er août 1919. Il s’agit là d’une rareté bibliophilique, puisque l’ouvrage a fait l’objet d’un "tirage unique à 15 exemplaires réservés à l’auteur de la notice et non mis dans le commerce". C’est sans doute la raison pour laquelle cet ouvrage ne se trouve pas, sauf erreur, à la BnF (il n’est en tout cas pas répertorié dans le catalogue informatisé, ni dans aucune bibliographie que nous avons pu consulter). L’exemplaire acquis par la BmR, portant le n° 8, a été "offert à Maurice Martin du Gard", avec cet envoi: "un bibelot pour le rayon/ d’honneur de sa bibliothèque/ naissante/ [signature] adoderet/ octobre 1919".
L’ouvrage était proposé par Jean-Edouard Gautrot, expert-libraire, dans son catalogue de juin 2002.
Dans ce volume, André Doderet publie 17 lettres inédites de Flaubert, dont 13 sont adressées à Mme Jules Sandeau, née Pauline Portier (1821-1885). L’auteur explique, dans sa notice, comment il a pu en obtenir une copie dans la collection de Louis Loviot, et il remercie Caroline Franklin Grout, la nièce de Flaubert, pour lui avoir donné l’autorisation de publier cet ensemble.
Toutes ces lettres ont été reprises ensuite dans la Correspondance publiée chez Louis Conard en 9 volumes (1926-1933). Elles ne sont plus aujourd’hui inédites, mais l’ouvrage ajoute un chaînon manquant dans la longue histoire de la transmission des lettres de Flaubert.

FLAUBERTIEN/NES

Nouvelles des chercheurs/euses.

Stéphanie Dord-Crouslé

"Recrutée par le CNRS sur un programme de recherche intitulé "Le savoir en question au temps de Flaubert: littérature et discours catholique du Concordat (1801) à l'encyclique Rerum novarum (1891)", j’élargis mes horizons... tout en restant fidèle à Flaubert!
En ce qui le concerne, j’essaye pour le moment de terminer la rédaction des notes du Voyage en Orient, que m’a confiée Claudine Gothot-Mersch pour le prochain tome de la Pléiade. Je verrai ensuite à remanier et rendre publiable la partie génétique de ma thèse de doctorat. Le chantier suivant pourrait être de constituer, à partir de tous les renseignements disponibles, une banque de données complète et évolutive des notes de lecture de Flaubert. Elle comprendrait: 1-le titre, l'auteur et l'édition de l'ouvrage pris en note; 2-la date de sa lecture par Flaubert avec mention des éléments permettant la datation (correspondance, carnets ou autre source); 3-la description matérielle du manuscrit; 4-la ou les destinations des notes, sachant que le réemploi est une constante de la bibliothèque flaubertienne, qu'un ouvrage lu dans un but précis peut finalement ne pas être utilisé et que certaines lectures sont déconnectées de toute finalité documentaire patente (du moins pour nous aujourd'hui, car il se peut que Flaubert ait eu un projet en corrélation avec cette lecture, projet avorté qui n'a pas laissé d'autre trace par ailleurs); 5-le lieu actuel de conservation du manuscrit, lorsqu'il est connu, avec les possibilités d'accès; 6-la liste de ses transcriptions intégrales ou partielles, et des études qui lui ont été consacrées.
Mais on ne sait jamais vraiment ce que l’avenir réserve; et des projets encore très vagues aujourd’hui pourraient voir le jour plus rapidement que prévu, par exemple un travail sur Flaubert et Du Camp, proposé par un des membres de mon laboratoire, Sarga Moussa."

Galina Modina

Professeur à l'Université de Vladivostok, Gallina Modina a été invité par le Centre Flaubert pour un séjour de trois semaines à Rouen (juin-juillet 2002), dans le cadre d'une convention entre les deux universités. Gallina Modina prépare un ouvrage sur La Tentation de saint Antoine de 1849. Elle remercie Gisèle Séginger pour son aide et pour sa bienveillance.

Yvan Leclerc

A obtenu un an renouvelable de délégation au CNRS. Pendant ce temps, il est rattaché au Centre d'études des correspondances et journaux intimes des XIXe et XXe siècles, Université de Bretagne occidentale, dirigé par Pierre-Jean Dufief, qu'il remercie pour son soutien. Ces deux années seront consacrées à aider Jean Bruneau à terminer l'édition de la Correspondance dans la Bibliothèque de la Pléiade. On peut donc annoncer que, sauf accident, le manuscrit du t. V sera remis à l'éditeur fin 2004.

RECHERCHE

"Le ciel était rose..."

Manuel Fernández Barea cherchait un texte de GF qu’il avait appris par coeur quand il était enfant (voir Bulletin n°26). Jean-Benoît Guinot l’a retrouvé.

"Le ciel était rose, la mer tranquille et la brise endormie. Pas une ride ne plissait la surface immobile de l'Océan, sur lequel le soleil, à son coucher, versait sa couleur d'or; bleuâtre vers les côtés seulement, et comme s'y évaporant dans la brume, partout ailleurs la mer était rouge, et plus enflammée encore au fond de l'horizon, où s'étendait dans toute la longueur de la vue une grande ligne de pourpre. Le soleil n'avait plus ses rayons: ils étaient tombés de sa face, et noyant leur lumière dans l'eau, semblaient flotter sur elle. Il descendait en tirant à lui du ciel la teinte rose qu'il y avait mise, et à mesure qu'ils dégradaient ensemble, le bleu pâle de l'ombre s'avançait et se répondait sur toute la voûte. Bientôt il toucha les flots, rogna dessus son disque rond, s'y enfonça jusqu'au milieu. On le vit un instant, coupé en deux moitié par la ligne de l'horizon; l'une dessus sans bouger, l'autre en dessous qui tremblotait et s'allongeait, puis il disparut complètement, et quand, à la place où il avait sombré, son reflet n'ondula plus, il sembla qu'une tristesse tout à coup était survenue sur la mer."
Par les champs et par les grèves, chapitre XI. Ed Adrianne Tooke, Droz, 1987, p.591

Salammbô

"En faisant des recherches sur Salammbô, je suis tombée sur votre site. J'ai une petite fille de 10 ans que j'ai appelée Salammbô. J'ai vu qu'un autre parent dont la fille portait le même prénom vous demandait des renseignements. Ma question est la suivante: y a-t-il un moyen de savoir combien de petites filles portent ce prénom, en France, voire ailleurs? Par exemple, je connais à Montréal, Québec, une jeune fille qui s'appelle Tanit.
En espérant une réponse de votre part, je vous remercie d'avance,
Caroline Mitchell."

Réponse au Bulletin, qui transmettra.




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales