BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 29 / 22 octobre 2002


AGENDA

Jeudi 24 octobre 2002, Paris

Sorbonne, salle Louis Liard
Colloque "La littérature, entre philosophie et sciences sociales"
Joseph Jurt, "Flaubert et le savoir historique", 15h.

2002-2003 Séminaire Flaubert, Paris

ITEM/CNRS - DEA de Paris 8
4, rue Lhomond, 75005, Paris. Tél. 01 44 32 18 93/ 01 44 32 18 80
Le séminaire est ouvert à tous.
Les séances ont lieu de 10 h à 13 h à l'ENS, 45, rue d'Ulm, 75005, Paris, Salle des Actes
Les effets "Flaubert".
Coordination: Jacques Neefs

Samedi 7 décembre 2002
Jacques Neefs: "Flaubert, l'art du roman"

Samedi 11 janvier 2003
Philippe Hamon: "Le naturalisme et Flaubert"

Samedi 22 mars 2003
Claude Mouchard: "Flaubert-Baudelaire, la prose"

Samedi 17 mai 2003
Présentation des travaux en cours

Samedi 14 juin 2003
Journée d'études: "Flaubert, effets et références"
Le programme sera publié ultérieurement.

VIENT DE PARAITRE

Editions

Gustave Flaubert, Par les champs et par les grèves, préface et commentaires par Pierre-Louis Rey, Pocket, 2002.
Préface: Par les champs… dans le genre du récit de voyage; lieu d'élaboration d'une esthétique "tournée vers la force naturelle" et de la technique descriptive; lecture rétrospective des oeuvres à venir (naissance de l'attention au détail, du couple d'explorateurs qui se retrouvera dans Bouvard et Pécuchet, du style indirect libre). Historique de la publication posthume, jusqu'à la vente du manuscrit de Flaubert à l'hôtel Drouot, en 1999, que PLR n'a pas pu consulter. Il publie le texte du manuscrit de Maxime Du Camp (conservé à l'Institut), mais seulement les chapitres impairs, rédigés par Flaubert. Carte de la Bretagne, avec mention des étapes. Le dossier terminal se compose de deux ensembles: 1) la Bretagne vue par des "touristes", comme on commençait à dire à l’époque, ou par des autochtones (Arthur Young, Chateaubriand, Stendhal, Balzac, Renan, Proust); 2) trois descriptions canoniques de Flaubert: la pièce montée, la cathédrale de Rouen, la forêt de Fontainebleau. Bibliographie élargie aux ouvrages sur la Bretagne.
Deux lacunes dans cette bibliographie: il manque l'édition critique par Adrianne J.Tooke, Droz, 1987, donnée généralement comme référence, et l’étude fondamentale de Raymonde Debray Genette, "Voyage et description: Par les champs…", dans Métamorphoses du récit, Seuil, Poétique, 1988.

Gustave Flaubert, L'Education sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, Le Livre de Poche classique, 2002.
Préface - Titre énigmatique: éducation du sentiment ou par le sentiment? Roman d'apprentissage perverti, "dont l'objet ultime serait la désillusion" (p.11). Histoire du mot "sentimental", à forte charge péjorative. Les deux Education sentimentale. Genèse: premiers scénarios, qui intègrent in extremis la dimension historique; longue hésitation entre 1862 et 1864 (PMB ne mentionne pas Le Château des cœurs, entre Salammbô et L'ES, étape pourtant non négligeable dans la représentation ludique des clichés sociaux). Documentation. Roman impersonnel et pourtant "engagé" ("Sartre a tort d'en déduire que Flaubert est nihiliste", p.31). Traitement vertigineux de la temporalité: trous, échos, prémonitions. Dualité de l'écrivain, à la fois dans son personnage et en dehors. Incompréhension et condamnation des contemporains.
Dossiers génétique (chronologie de la rédaction) et thématique (l'histoire dans L'ES).
La bibliographie mentionne la première édition de L'ES (Lévy, 1869, datée 1870), mais pas la seconde édition originale (Charpentier, 1879, datée 1880), de sorte que le lecteur ignore quelle version a été retenue pour l'établissement du texte.
Dans la préface de cette édition, PMB reprend de nombreux passages de sa postface à une autre édition du même roman, parue à L'Ecole des Lettres, Seuil, 1993. La "chronologie de la rédaction" se trouve déjà intégralement dans les Carnets de travail, Balland, 1988, p.309 et suiv.; le dossier thématique est extrait d'une étude publiée dans un ouvrage collectif, P.-M. de Biasi, J. Body, F. Hincker, Un thème, trois œuvres. L'Histoire, Belin, coll. "Dia", 1989, p.87 et suiv.

Adaptation

Madame Bovary, film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert: DVD avec dossier comprenant notamment cinq séquences commentées par Chabrol, un extrait de l’émission télévisée "Bonnes adresses du passé" consacré à Croisset. MK2, 36, 30 Euros, avec le roman en Folio classique.
(< Magazine littéraire, n°412, septembre 2002.)

LECTURE

Catherine Cusset, Le Problème avec Jane, Gallimard, coll. "Folio", 1999, rééd. 2001.
Jeune professeur de Lettres dans une université américaine, Jane, spécialiste de Flaubert, se voit refuser par plusieurs éditeurs une étude sur le romancier. Elle reçoit, un jour, un mystérieux manuscrit racontant sa propre vie. Dès lors, elle n’aura de cesse de découvrir qui, dans son entourage très proche, peut en être l’auteur. Ce roman passionnant raconte, comme l’avait fait David Lodge dans Un tout petit monde, ce que peut être le milieu universitaire, et il nous intrigue jusqu’à la dernière page, puisque le lecteur devra attendre la fin pour découvrir qui est l’auteur et l’expéditeur du manuscrit reçue par Jane.
(< Claire Contois)

DEBAT CRITIQUE

(< Catriona Seth)
J'ai été vivement intéressée par le compte-rendu des différents brouillons et hypothèses au sujet du parcours en fiacre autour de Métro Flaubert de Philippe Bonnefis [voir Bulletin n°27]. J'y ai notamment appris que dans un brouillon Emma et Léon passaient devant la Madeleine. Il s'agit certes de l'église où furent baptisés les enfants Flaubert et où furent célébrées les funérailles de Caroline mais c'est aussi et surtout la paroisse familiale. Pour ceux qui connaissent Rouen, l'église donne sur l'Hôtel-Dieu. Passer devant la Madeleine, c'est aussi passer devant la maison paternelle…
Autre petit point. Une jeune mariée défunte célèbre, Léopoldine Hugo, n'a pas, sauf erreur, été inhumée dans sa robe de mariée qui se trouve, je crois, au Musée Victor Hugo de la Place des Vosges.

RECHERCHE

Sur une lettre de Flaubert à Laure de Maupassant

(< Jacques Bienvenu, président de l'Association des Amis de Maupassant, Marseille)

Dans La Revue illustrée du 15 décembre 1897, Adolphe Brisson évoque une lettre inédite que Flaubert aurait écrite à la mère de Guy de Maupassant après la lecture de Boule de suif (article repris dans Maupassant, OEuvres poétiques complètes, éd. Emmanuel Vincent, Publications de l'Université de Rouen, 2001, p.314):
"Gustave Flaubert avait lu ce chef-d'oeuvre. Et, tout aussitôt, il avait écrit à Mme de Maupassant, qui se trouvait malade en Corse, une lettre débordante d'enthousiasme, et qu'elle n'a pas livrée au public. Flaubert dit à sa chère soeur Laure le bien qu'il pense du petit, la satisfaction que lui cause son début et l'heureux présage qu'il en augure pour l'avenir. C'est une révélation. Encore deux ou trois morceaux comme celui-là et messieurs les critiques devront compter avec Guy! Son affaire est dans le sac."
Brisson venait d'avoir une longue entrevue avec Laure de Maupassant, qui lui confia ce jour-là des manuscrits de poèmes de Guy. Il a publié ces poèmes dans des articles parus juste après l'entrevue du mois de novembre, et il ne fait pas de doute que les termes qu'il souligne dans la lettre de Flaubert ne sont pas inventés. Il les a lus, et il est même possible que Laure lui ait confié aussi cette lettre. La question se pose alors de situer cette lettre par rapport à celle que Flaubert a écrite dix jours après la lecture du manuscrit de Boule de Suif, et qui a été publiée (lettre 141; ce numéro et les suivants renvoient à l'édition de la Correspondance Flaubert-Maupassant, éd. Yvan Leclerc, Flammarion, 1993). Aucun des passages soulignés par Brisson ne se retrouvant dans cette lettre, j'avais d'abord pensé, en me référant à Brisson, qui précisait que la lettre avait été envoyée "aussitôt" après la lecture par Flaubert de Boule de Suif (faite le 1er février), qu'elle aurait pu précéder la lettre 141 écrite le 11 février. Mais cette hypothèse se heurte tout de suite à une objection, car rien n'indique dans la lettre 141 que Flaubert vient d'écrire à Laure, et tout confirme, au contraire, que ce sont ses premières impressions qui suivent la lecture de la célèbre nouvelle. Il me semble donc beaucoup plus vraisemblable que Flaubert écrive à Laure après sa relecture de Boule de Suif dans Les Soirées de Médan. Brisson pensait que Flaubert était mort à la parution de ce recueil, ce qui peut expliquer qu'il y a confusion pour lui entre la lecture du manuscrit et la lecture du recueil. Mais il existe d'autres arguments en faveur d'une lettre postérieure à la lettre 141. Le 14 mars, Flaubert dit à son disciple qu'il a reçu une lettre "exquise" de Laure (156). Entre le 16 et le 19 avril, il relit Boule de Suif et il écrit à Maupassant: "Tâche d'en faire une douzaine comme ça et tu seras un homme" (161), qui fait écho à: "Encore deux ou trois morceaux comme celui-là..." de la lettre citée par Brisson. Il semble donc que cette dernière lettre soit une réponse de Flaubert à la lettre "exquise" de Laure (à laquelle il a certainement répondu) et qu'elle fut écrite probablement après le regain d'enthousiasme qu'avait suscité en lui la relecture de Boule de Suif dans Les Soirées de Médan. L'expression de Flaubert "chère soeur Laure" est très significative, car elle représente le point culminant de ce que j'ai appelé dans mes travaux antérieurs "le roman familial" qui unit Flaubert, Guy, Laure et son frère Alfred Le Poittevin. Je renvoie, à ce propos, à ma communication "La lettre volée" dans Alfred le Poittevin, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, une affaire de famille littéraire, actes du colloque des 27-28 octobre 2000, dir. Yvan Leclerc, Publications de l'Université Rouen, à paraître fin 2002.




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales