BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 44 / 26 juin 2003


AGENDA

11-12 juillet 2003, Opéra de Marseille

Bob Wilson, création de La Tentation de saint Antoine, d’après Gustave Flaubert.

Tél. 04 91 99 02 50.

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages

Jean Borie, Une forêt pour les dimanches. Les Romantiques à Fontainebleau, Grasset, 20 euros.
Oberman, L’Education sentimentale, Les Carriers de l’énigmatique Victor de Maud’huy et Manette Salomon des frères Goncourt ponctuent ce livre où Jean Borie revisite les rochers de Fontainebleau. Hommage à des paysages qui n’ont pas inspiré que les peintres, de la solitude romantique aux prosaïques dépaysements hebdomadaires du réalisme, l’histoire d’une "forêt d’illusions".
(Libération / Livres, 19 juin 2003, p.IV.)


Philippe Hamon, Dictionnaire thématique du roman de moeurs, 1850-1914, Presses Sorbonne Nouvelle, 2003, 30 euros.
Instrument de travail présenté sous forme de fiches de lectures par thèmes. Ont été retenus les oeuvres en prose appartenant à la littérature de moeurs contemporaines, et relevant du réalisme-naturalisme "sérieux". De Flaubert, ont été dépouillés logiquement les deux Educations, Par les champs…, Madame Bovary. Moeurs de province [et non provinciales, p.541], Trois contes, Bouvard et Pécuchet. Excellent ouvrage: on regrette simplement que l’index final des oeuvres ne renvoie pas aux pages des entrées thématiques.


Gilles Philippe, Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française: 1890-1940, Gallimard, "Bibliothèque des idées", 2002.

(< Naoko Kasama)
En parcourant essais littéraires, ouvrages linguistiques et manuels de composition française, Gilles Philippe retrace l'histoire d'une doxa qui veut que la valeur littéraire d'une oeuvre se mesure essentiellement à ses qualités grammaticales.
Flaubert est de loin l'écrivain le plus mentionné dans cet ouvrage. En effet, son nom s’impose quand on parle du style indirect libre (ch. 3) ou des manuels stylistiques louant le "travail" des écrivains (ch. 5). De plus, le chapitre 2 est entièrement consacré au grand débat littéraire sur la grammaire de notre auteur, querelle qui aboutit au célèbre article de Proust, "À propos du "style" de Flaubert", dont GP reconstitue le contexte historique par une documentation tout à fait remarquable.
Ainsi l'auteur aborde-t-il les thématiques flaubertiennes pour atteindre le phénomène général du "moment grammatical". Les chercheurs-spécialistes de Flaubert pourront, quant à eux, faire le chemin inverse et voir dans ce "moment grammatical" une phase cruciale dans l'invention d'un discours, aujourd’hui largement confirmé, sur la modernité langagière de l'écrivain.

Résumé de l’analyse publiée sur le site, en "Débats critiques"
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/crendus.php#Philippe


Henri Scepi, Salammbô de Flaubert. Paris: Gallimard, 2003 (Foliothèque; 112)
ISBN: 2-07-041910-X- 10, 50.
(< Paul Pommier, Veille électronique, Université de Rouen)

Propose une étude approfondie et critique de cette oeuvre et de ses multiples facettes, ainsi qu'un dossier (bibliographie, chronologie, variantes, témoignages, extraits de presse, histoire et contextes, commentaires).
[Livres Hebdo n°502 du 21 février 2003, p.101.]

Table des matières:
Introduction: le plus lointain et le plus proche. I. - Une quête de l'ailleurs. II. -L'Histoire à l'épreuve de la fiction. III. - Poétique du roman. IV. - Une rhétorique de l'excès. V. - Des mythes et des religions.
Le commentaire d'Henri Scepi renvoie à l'édition de Pierre Moreau (Folio, 1970), établie sur la deuxième édition du roman (Lévy, 1863), ainsi qu' HS le signale en bibliographie (p.214). L'édition critique de référence est désormais celle procurée par Gisèle Séginger en GF Flammarion (2001) qui donne, comme il se doit, la dernière édition revue et corrigée par Flaubert (Lemerre, 1879).
Il aurait été souhaitable que l'auteur reparte des manuscrits pour transcrire les quelques extraits de scénarios (p.170-178), au lieu de reproduire l'édition du Club de l'Honnête Homme (t.II, 1974), pas toujours fiable.
Le titre du célèbre essai de Proust est cité à deux reprises d'une façon erronée (p.160 et 217). Il faut lire: "A propos du "style" de Flaubert".

Articles

Bulletin Flaubert-Maupassant, n°11, 2002
Adrianne Tooke, "Flaubert et les arts picturaux: de l’image au texte"
Martine Alcobia, "L’inscription de la peinture dans le roman de Flaubert L’Education sentimentale. Les personnages féminins et leurs univers"
Jean-François Delesalle, "Jules Adeline, témoin et zélateur de Gustave Flaubert" [Jules Adeline (1845-1909), graveur. Auteur du célèbre portrait de Saint-Polycarpe, illustrateur de Madame Bovary, Quantin, 1885.]
Thierry Poyet, "Gide, lecteur de Flaubert"
Eric Walbecq, "Quelques documents inédits autour de Flaubert et de la Princesse Mathilde" [lettres échangées entre décembre 1871 et janvier 1872 à l’occasion de la restitution à la Princesse Mathilde d’une aquarelle de sa main ayant appartenu à Sainte-Beuve. Flaubert joue le rôle d’intermédiaire. Extrait d’une lettre inédite de Flaubert à Paul Chéron. Fac-similés et transcriptions des documents.]

Yukiko Arahara, "Entre science et religion. Les investigations géologiques de Bouvard et Pécuchet", Résonances, 2002, [revue d’études françaises et francophones écrites par les étudiants de l’Université de Tokyo (campus de Komaba), résumés en français], p.116/180.
Aperçu de la géologie au XIXe siècle. Théories de la terre.

Jeanne Bem, "L’écriture du désert chez Flaubert, avant et après son voyage en Orient", dans Le désert, un espace paradoxal, actes du colloque de l’Université de Metz (13-15 septembre 2001), Berne, Peter Lang, 2003, p.349-358.
Le désert comme "métonymie de l’Orient". Expérience du "rien" pourtant beaucoup représenté. Avant le voyage, le jeune Gustave enchaîne les images clichées et s’y projette par élan lyrique; après, il cherche l’image transformatrice de réel dans une écriture expérimentale (celle du Voyage en Orient) qui radicalise la parataxe.

Jeanne Bem, "La rumeur ethnographique dans le texte de Madame Bovary", Bulletin annuel de la Société de Langue et littérature françaises de Chûbu, Japon, 2003, p.129-139.
Madame Bovary comme "ethnologie du proche". A propos du livre de Jean-Marie Privat, Madame Bovary: Bovary Charivari. Essai d’ethno-critique, CNRS Editions 1994: "Il apparaît ainsi que les inscriptions ethnographiques "flottent" dans le texte de Madame Bovary et que, loin de fonder une inébranlable cohérence, elles présentent un sens opaque, énigmatique. […] Chez Flaubert, il ne reste que des fragments de la coutume, les débris épars d’une culture en déshérence."

Aurelio Berardi, "Scriptor athleticus", Fransk Nyt (revue danoise), "Le corps, le sport, la langue", n°235, Marts 2003, p.30-34.
Paradoxe de Flaubert, "écrivain sportif". Dans la vie: s’adonne à la natation avec le professeur Fessard, à l’escrime, aux "luttes d’équitation" en Egypte. Dans l’oeuvre: Jockey Club, acrobates, danseuses de cordes, nage de Mathô, gymnastique de Bouvard et Pécuchet, le style comme exercice musculaire. Etude qui croise "savoir littéraire et savoir athlétique", esthétisme et athlétisme. Belle formule pour désigner Maupassant: "fils sportif de Flaubert".

Michel Brix, "Mal du siècle et bovarysme", La Vie romantique. Hommage à Loïc Chotard, éd. André Guyaux et Sophie Marchal, PU de Paris-Sorbonne, 2003, p.93-106.
"Le "mal du siècle" procède de cela même que l’on nommera, après le premier roman de Flaubert, "le bovarysme". Le "bovarysme" replacé dans la filiation des mésusages des livres. Bovarysme et mythe de Pygmalion, narcissisme.

Dominique Bussillet, Flaubert entre Trouville et Paris. Cabourg, Cahier du temps, 2003.
176 p. ISBN: 2-911855-53-1. 12 euros.
L'auteur a rattaché les grands moments de la vie de G. Flaubert aux lieux qu'il a habité: à Trouville il découvre l'amour, à Paris il connaît la renommée littéraire et, entre les deux villes, à Croisset il travaillera jusqu'à ses derniers jours.
(<Paul Paumier)

Stéphanie Dord-Crouslé, "Le darwinisme de Flaubert", dans L’idée de "race" dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe-XIXe siècles), actes du colloque de Lyon (16-18 novembre 2000, textes réunis et présentés par Sarga Moussa, L’Harmattan, 2003, p.285-297
Transformisme de Lamarck; évolutionnisme darwinien à travers les filtres conceptuels de Spinoza, Haeckel et Spencer. Champ sémantique du mot "race" dans la correspondance. "Dans les systèmes scientifiques, l’écrivain retient donc essentiellement ce qui entre en résonance avec ses propres conceptions, quitte à gauchir les premiers. Enfin, son usage personnel du terme "race" est révélateur de ce que, même hors de toute fiction littéraire, le problème scientifique, objet de débats, est aussi (et peut-être d’abord) pour Flaubert un objet à réinventer, une matière à rêver, bref, un aliment de l’imaginaire" (p.296-297).

Naoko Kasama, "En deçà de la littérature. Grammaire et enseignement vers la première moitié du XIXe siècle", Résonances, revue citée, p.150/185.
A partir des fautes que Deschamps relève dans Madame Bovary à sa publication, NK esquisse une histoire de la grammaire scolaire. "Flaubert fait bien partie de la génération pour qui l’écriture ne peut plus se passer d’un manuel de grammaire." Pourtant, conflit entre grammaire (de l’écrit codé) et rhétorique (des parlers).

Francis Lacoste, "L’Orient de Flaubert", Romantisme, n°119, 2003, p.73-84.
L’Orient comme "espace d’une expérience individuelle et d’une révélation d’ordre esthétique". Relecture critique du livre d’Edward Saïd, L’Orientalisme: l’Orient crée par l’Occident, Seuil, 1997, à partir de la position personnelle et historique de Flaubert. La Méditerranée, monde clos, sans marée, atemporel, comme métaphore de l’oeuvre d’art.

Yvan Leclerc, "Flaubert: la lettre comme seul discours critique", Lettre et Critique, actes du colloque de Brest, 24-26 avril 2001, textes rassemblés et présentés par Pierre-Jean Dufief, Publications du Centre d’Etude des Correspondances et Journaux Intimes des XIXe et XXe siècles, U. de Bretagne occidentale, 2003, p.111-122.

Thierry Poyet, "Flaubert-Maupassant: le couple au masculin. Complicité et héritage face aux femmes", dans Le couple littéraire. Intertextualité et discours des sexes, Aisthesis Verlag, Bielefeld, 2003, p.229-243.
Couple père/fils littéraire. Similitudes dans les relations féminines: attachement ambivalent à la mère, fréquentation des prostituées, misogynie du célibataire artiste, "négation de la féminité comme marque d’estime et de respect intellectuels" (p.237), pratique de l’amitié virile.

Dominique Rabaté, "Le Conteur dans Un Coeur simple", Littérature, n°127, septembre 2002, p.86-104.
(< Matthieu Desportes)
Le numéro de février dernier de Littérature proposait un bel article de Dominique Rabaté sur Un Coeur simple, aussi fin qu'enthousiaste, où son auteur, en marge d'une étude de Walter Benjamin ("Le Conteur"), se pose d'avantage en lecteur du récit flaubertien qu'en exégète.
Un coeur simple, considéré comme un texte "du retrait de la voix narrative" (absence de la voix de Félicité, ou pauvreté verbale de la servante), est malgré tout ressenti comme un "théâtre sonore" dans l'écriture de Flaubert, par l'abondance des exclamatives et des phrases "qui font système". D. Rabaté s'appuie en outre sur une lecture des manuscrits pour voir comment l'auteur oppose la surdité progressive de Félicité et le verbiage croissant du perroquet (rappelons que dans les premiers états du texte, Loulou est muet, puis acquiert au contact de la domestique des rudiments de langue). "Loulou prend la parole que Félicité perd, comme si la parole changeait de lieu" pour s'énoncer.
La neutralité de paroles coïncide aussi avec une neutralité de temps qui voit s'opposer un flux monotone (l'existence à Pont-l'Evêque) à des effets de "bric-à-brac" rendus par les inventaires de dates qui entrelardent le récit. Au-delà, c'est une opposition de deux temporalités génériques qui se révèle sous la plume de Flaubert, celle du conte et celle du roman. On est alors "entre la mémoire éternisante du romancier et la mémoire brève du narrateur [ou du conteur]" (Benjamin). Ainsi, Un coeur simple "par son passé simple inaugural s'ouvre dans la fermeture quand la fin du texte réouvre le récit".
Un coeur simple, enfin, par la monotonie des événements narrés, apparaît comme "un texte du presque rien" (mais en aucun cas du rien), et comme un texte de la mélancolie (non de la neurasthénie). Il coïncide avec "le caractère indécidable de la vie de Félicité", qui passe quant à elle "de la bonne aliénée à sa condition par son prénom [on se rapportera à l'article du Dictionnaire des idées reçues] à la transcendance inscrite aussi dans son prénom [la félicité, au sens spinoziste du terme].
Comme son personnage central, Un coeur simple est "un conte mélancolique qui atteint à la joie".
L'essai de Walter Benjamin qui sert de guide à D. Rabaté vient de reparaître dans le recueil Ecrits français, éd. Jean-Maurice Monnoyé, Gallimard, coll. "Folio essais", n°418, sous le titre "Le Narrateur".

Adriana Santoro, "Gustave Flaubert ‘milanese’", dans Stendhal, l’Italie, le voyage. Mélanges offerts à V. Del Litto, textes rassemblés par Emanuele Kanceff, Bibl. du voyage en Italie, n°64, p.497-508.
Passage de Flaubert à Milan pendant le Voyage en Italie de 1845.

Roman dérivé

Miquel Angel Riera, L'île Flaubert. Trad. du catalan par Denise Boyer et Nuria Oliver. Gardinne (Dordogne): Fédérop, 2003. 232 p. ISBN: 2-85792-144-6. 19 €.
Un professeur célibataire et timoré s'installe sur une île, rebaptisé du nom de son projet. Au fil du récit, l'histoire de ce personnage se dévoile et s'il est isolé sur cette île, c'est pour mieux défier le passage du temps et duper la mort. Sa propre déchéance physique lui montrera qu'il ne peut pas en être ainsi.
(<Paul Paumier)

Bibliographie

Bibliographie Flaubert, "Biblio 13", acquisitions de l'équipe Flaubert de l'Institut des Textes et Manuscrits Modernes, de mai 2002 à mai 2003, et répertoire des publications en ligne, par Martine Mesureur-Ceyrat.
Cette liste peut être consultée sur le site de l'ITEM http://www.item.ens.fr/contenus/equiprojet/EQPaccueil.htm

Les publications imprimées recensées sont consultables au "Centre Flaubert de l'ITEM", 4, rue Lhomond, 75005 Paris (sur rendez-vous auprès de Martine Mesureur-Ceyrat, tél. 01 44 32 18 93, courriel Martine.Mesureur-Ceyrat@ens.fr)

[Dans une bibliographie en langue française, on utilisera "en ligne", de préférence à "online", en un seul mot.]

LECTURE

Hector Malot, Le Roman de mes romans (1896), rééd. Cahiers Robinson, n°13, 2003
(UFR de Lettres modernes, Université d’Artois, 9 rue du Temple, 62030 Arras Cedex, 14 euros) marcoin@univ-artois.fr

"De temps en temps je retournais rue de Grenelle [résidence de Louis Bouilhet] […] où ne venait jamais Flaubert occupé à ce moment à écrire un roman, qui, me disait Bouilhet, "allait fiche Balzac à bas", ce qui me faisait rire un peu, car je ne savais pas que ce roman serait Madame Bovary, qui, si elle n’a pas "fiché Balzac à bas", méritait cependant les éloges enthousiastes de Bouilhet. Nous discutions. Et après beaucoup de paroles je m’en revenais chez moi en rapportant de temps en temps un pain de savon qui était le bénéfice le plus pratique de ces longs entretiens: par Flaubert, Bouilhet se trouvait en relation avec Madame Louise Colet, et comme celle-ci écrivait dans un journal de mode, qui payait sa collaboration en partie avec des produits de parfumerie, elle chargeait ses amis de les écouler à moitié prix; j’en profitais, car si la parfumerie ne me disait rien, il n’en était pas de même du savon" (p.19-20)

SUR LA TOILE

Site du Centre Flaubert

Hommage à Jean Bruneau: Article nécrologique du Monde. Quelques mots sur sa tombe. Bibliographie (en ligne le 27 juin). Livre d’or ouvert (hommages de Jean-Benoît Guinot, Adriana Santoro Dolcini, Stéphanie Dord-Crouslé, Matthieu Desportes [ce dernier hommage en ligne le 27 juin]).
Accès sur la page d’accueil du site.

Cédérom pédagogique

Présentation d’un cédérom pédagogique consacré à Madame Bovary, niveau collège et lycée
http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/lettres/ressourc/coeur/bovary.htm

RECHERCHE

Réponses au Bulletin, qui transmettra

Aux urnes

Matthieu Desportes
"Une question peut-être complètement stupide m'est venue en relisant des lettres de Flaubert concernant l'écriture et la parution de Trois Contes et son dégoût pour les contemporains, sa haine du politique, etc. (récurrente et réjouissante rengaine)...
Mais voilà, est-ce qu'on sait si Flaubert votait? A-t-on un moyen de le trouver sur une liste électorale quelconque?"

"Moeurs de…"

Philippe Hamon cherche s’il existe, avant Madame Bovary, un roman sous-titré "moeurs de…".

Félicité

Matthieu Desportes cherche, si cela existe, des domestiques romanesques ou théâtrales avant Madame Bovary ou avant Un coeur simple prénommées Félicité, justifiant l’entrée à ce prénom dans le Dictionnaire des idées reçues.

VENTES

Catalogue Demarest, mars 2003

Autographes Demarest, 19 rue Drouot, 75009 Paris
ndemare@club-internet.fr

167 - Flaubert Gustave. LAS de Croisset, dimanche [26 mai 1867, à Mme Jules Cloquet, femme du professeur de médecine]. 1.250 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t. III, p.644.]

Hôtel Drouot, 16 juin 2003

[Vente passée.]

12 - Flaubert Gustave. LA à Louise Colet, [Croisset, 14 octobre 1846]. 5.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t. I, p.388-391.]

13 - Flaubert Gustave. LAS à Tourgueneff, [janvier 1879]. 4.000 euros.

Catalogue de la Galerie Arts et Autographes

(publié sur le site Internet de France Antiques)
Galerie Arts et Autographes, Jean-Emmanuel Raux, 9, rue de l'Odéon, 75006 PARIS.
Tel.: 33 (0)1 43 25 60 48. Fax: 33 (0)1 40 51 03 98

Lot n°6127. FLAUBERT Gustave [Rouen, 1821 - Croisset, 1880], écrivain français. Lettre autographe signée. "Lundi, 7 h"; 1 page in-8° sur papier bleu.
"Mon Bonhomme, j'ai un eczéma en plein visage avec des douleurs violentes aux épaules. Je soigne mon domestique qui a un rhumatisme articulaire [...]. Tu vois qu'il m'est impossible d'aller chez toi. Si tu as absolument besoin de me parler, que M. Feydeau m'écrive ou vienne me trouver, à tout hasard. J'ai à peine la force de t'embrasser." 2.300 euros.
(< Thierry Savatier)

Catalogue de la librairie du Bois, n°35, 2003


GF, Le Candidat, 1874. EO, 1/2 chagrin vert de Lobstein Laurenchet. Ex libris de PG Castex
"à Me Bouthié/ Gve Flaubert."1.000 euros.
Mme Bouthié jouait dans Le Candidat le rôle de Félicité, bonne de Gruchet.
(< Eric Walbecq)




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales