BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 51/ 15 janvier 2004



VOEUX

"Or donc, puisque n’avons jà bronché (estant ferrés à glace, ie suppose) ni jà courbé nostre eschine sous le linteau d’aulcune boutique, ecclise, confrayrie, servition quelconque, guardons (ce est mon souhait de nouvel an pour tous deux) ceste sempiternelle superbe amour de Beaulté, et soyons, de par toute la bande des grands que ie invoque, ainsy tousiours labourant, tousiours barytonnant, tousiours rythmant, tousiours calophonisant et nous chéryssant.
À Dieu, mon bon, adieu mon peton, adieu mon couillon (gausche).
Gustavus Flaubertus, Bourgeoisophobus."

(Lettre à Bouilhet, 26 décembre 1852, Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.II, p.217; citation choisie par Danielle Girard.)


MANUSCRITS

Les lectures d'Emma

http://flaubert.univ-rouen.fr/bovary.htm/bovary_6/accueil-0.html

Danielle Girard propose un parcours génétique concernant l'éducation d'Emma (Madame Bovary, première partie, ch.6).
On y trouve:
L'image des manuscrits et leur transcription.
Les gravures issues des livres personnels de Flaubert.
Des images, des textes pour illustrer les lectures d'Emma auxquelles il est fait allusion dans les scénarios ou les brouillons.
6 petits textes montrant Flaubert en train d'écrire ou de "gueuler" ses œuvres.
Quelques pistes d'exploitation pédagogique pour les élèves de lycée: le programme de seconde comprend l'étude d'une séquence sur "le travail de l'écriture", ce qui implique "l'analyse des rapports entre sources, projets, brouillons, textes et variantes".

Les brouillons de l'ensemble du chapitre seront mis progressivement en ligne. Pour le moment vous trouverez les deux premiers paragraphes (11 folios pour aboutir... à 4 lignes!).

Ce travail est fait en collaboration avec le Centre Flaubert de l'Université de Rouen, la Bibliothèque municipale de Rouen et la Ville de Canteleu.

Contact: Danielle Girard

AGENDA

Jusqu’au 22 février 2004, BnF, site François-Mitterand

Les Goncourt, du Journal à l'Académie

(Commissaires: Michèle Le Pavec, Eric Walbecq.)
Sont exposés, entre autres documents, l'ensemble des manuscrits du Journal, dont l’un est ouvert à la page du 11 mai [1859], relatant une visite de Flaubert à la recherche d’une "masse à assommer, à peu près carthaginoise", ainsi que la lettre par laquelle il invite les frères à une lecture de son roman, qui eut lieu le 6 mai: "Je commencerai à hurler à 4 heures juste" ([30 avril ou premiers jours de mai 1861], Corr., t.III, p.152).

Du 21 au 31 janvier, Cherbourg, Lisieux, Alençon, Flers

La Légende de saint Julien l’Hospitalier, théâtre/vidéo, Elan bleu compagnie

21, 22 et 23 janvier 2004, 20h45, Le Trident, salle Vox, avenue de Paris, Cherbourg-Octeville, 20h45 (réservation: 02 33 88 55 50).
27 janvier 2004, 20h, Théâtre de Lisieux, 2, rue au Char, (02 31 61 12 13).
29 janvier 2004, 20h30, Théâtre d’Alençon, 2 av. de Basingstoke, (02 32 29 16 96).
31 janvier 2004, 20h30, Forum de Flers, rue du Collège (02 33 64 21 21).

Vendredi 23 janvier 2004, Paris

Séminaire de l’équipe Zola, ITEM/CNRS.
Jacques Neefs, "La brièveté narrative, Flaubert, Zola, Maupassant".

Centre Censier, 13 rue de Santeuil, 75005, Paris, salle 410, 4e étage, 9h30 à 12h30.
Contact: Danièle Coussot (01 44 32 18 89; daniele.coussot@ens.fr)
Coordination: Philippe Hamon (philippe.hamon@univ-paris3.fr)

VENTE

Catalogue Demarest, décembre 2003

19 rue Drouot, 75009, Paris.
Tél. 01 47 04 01 – Fax 01 47 70 31 74.
autographes.demarest@club-internet.fr

Flaubert, LAS à Alice Pasca, [fin août ou septembre 1868], 1.350 euros.
(Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. IV, p. 918, à la date du [5? Avril 1875].)

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages

Julian Barnes, Quelque chose à déclarer, trad. Jean-Pierre Aoustin, Mercure de France, 2004.
Voir le compte rendu de l’édition originale par Vanessa Guignery sur notre site, rubrique "Comptes rendus"

http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/crendus.php#barnes_something

Le Nouvel Observateur publie un entretien avec Julian Barnes et un article sur son livre:
http://www.nouvelobs.com/articles/p2044/a229275.html
http://www.nouvelobs.com/articles/p2044/a229277.html
(liens signalés par Jean-Benoît Guinot).

Philippe Willemart, L'Education sentimentale chez Proust, L´Harmattan, 2003.
Pourquoi "Education Sentimentale"? Référence explicite au roman de Flaubert du même nom, Philippe Willemart a voulu à la fois souligner la filiation flaubertienne de Marcel Proust déjà amplement illustrée par Mireille Naturel dans son Proust et Flaubert et contrebalancer la psychologie voire la psychanalyse sauvage aux recettes faciles qui inonde nos librairies. Concurrence sans doute inutile mais qui prétend montrer que la lecture des grands textes littéraires comme celle de Le Côté de Guermantes peut aider le lecteur à mieux vivre ses passions, surtout celles de l'amour et du pouvoir, comment comprendre la tendresse et l'amitié, comment intégrer le passé dans la vie d'aujourd'hui.
En second lieu, les pages qui suivent indiquent une nouvelle voie dans les rapports entre psychanalyse et littérature. Articulant deux concepts peu connus, l'inconscient génétique et l'inconscient esthétique de Rancière, l'auteur détecte dans la prose proustienne des objets qui bien que banals comme le paillasson, structurent le plaisir et la jouissance du texte.
Enfin, partant des présupposés de la critique génétique, la lecture tient compte des Cahiers qui serviront de prototexte au troisième volume de La Recherche qui permettent d'en discerner les processus de création.
[Quatrième de couverture.]

Philippe Willemart (http://planeta.terra.com.br/arte/ms_psicanalise/) enseigne la littérature française à l’Université de São Paulo où il dirige le Laboratoire du Manuscrit Littéraire.

Articles

Pierre Cubaud et Yvan Leclerc, "Bouvard 618, Pécuchet 598: étude de statistique textuelle sur Bouvard et Pécuchet", Revue Flaubert, n°3, 2003, en ligne sur notre site, Revue Flaubert 3 >>>
A partir du constat quantitatif que les occurrences de "Bouvard" sont plus nombreuses que celles de "Pécuchet" dans le roman, un scientifique et un littéraire tentent de comprendre, avec leurs outils respectifs, les raisons de ce déséquilibre. Les citations renvoient au texte intégral colorisé du roman, consultable par chapitres ou en entier (1 Mo).

Stéphanie Dord-Crouslé, compte rendu du livre d’Eric Le Calvez, La Production du descriptif. Exogenèse et endogenèse de "L’Education sentimentale", Amsterdam/ New York, NY, Rodopi, 2002, coll. "Faux Titre", dans Genesis, n°21, 2003, p.194-196.

Louis Forestier, ""Bref, c’est mon disciple", le cas Flaubert-Maupassant", Romantisme, n°122, "Maîtres et disciples", 2003-4, p.93-105.
Genèse et formes, en particulier épistolaires, d’une "relation passionnelle, faite d’acceptation et de tensions, d’attirance et de haine".

Shelly Charles, "Pigault-Lebrun: tonner contre! Les mauvaises lectures de Flaubert", Littérature, n°131, Larousse, septembre 2003, p. 18-36.
(article signalé par Paul Paumier, Veille électronique, Université de Rouen)
Flaubert lecteur de Monsieur Botte de Pigault-Lebrun et de La Maison blanche de Paul de Kock. Ces deux auteurs dans Bouvard et Pécuchet. Rôle structurant de l’oeuvre de Pigault-Lebrun dans le roman de Flaubert: "thèmes et procédures comiques, figures burlesques d’hommes à projets, structure répétitive de l’expérience et de l’échec" (p.31), importance des citations.
(On déplore: 1) les oeuvres de jeunesse de Flaubert citées dans l’éd. Conard de 1910; 2) des graphies fantaisistes: Louise Collet, Louis Bouillet.)

LECTURE

(< Jean-Benoît Guinot)

Alexander McCall Smith<, Les Larmes de la girafe, 10/18, 2003, p.144.

Mma Ramotwe est une détective exerçant ses talents à Gaborone, capitale du Bostwana. Elle discute d'une affaire avec son assistante Mma Makutsi:
" - Oui, reprit-elle. C'est l'histoire toute simple d'un homme dont la femme s'ennuie. Une histoire très classique. J'ai lu dans un magazine qu'en France les gens adorent qu'on leur raconte ce genre de choses. Ils ont là-bas un roman qui parle d'une Française du nom de Mma Bovary qui se trouve exactement dans la même situation. C'est un livre très connu. L'histoire d'une femme qui vit à la campagne et qui n'est pas contente parce qu'elle est mariée à un homme terne.
- Mais c'est mille fois mieux d'avoir un mari terne! protesta Mma Makutsi. Cette Mma Bovary est bien bête. Les hommes ternes font de très bons maris. Ils restent toujours loyaux et il n'y a pas de risque qu'ils partent avec une autre."




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales