BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 52 / 12 février 2004


SUR LA TOILE

Nouveautés sur le site du Centre Flaubert

Manuscrits
Voir le document
Notes inédites de Flaubert sur la Bibliothèque orientale ou Dictionnaire universel contenant généralement tout ce qui regarde la connaissance des peuples de l'Orient... par Berthélemy d'Herbelot de Molainville, Paris, Compagnie des libraires, 1697.
Flaubert a lu cet ouvrage au moment où il préparait La Tentation de saint Antoine (première version, 1849): il est mentionné dans une liste de titres conservée dans les brouillons de La Tentation (Bibliothèque nationale de France, N.A.F. 23671, f°145 r°). Ce manuscrit a figuré à la "Vente après décès de Mme Franklin Grout", Antibes, 28-29-30 avril 1931, n°40. Il se compose de 11 feuillets (format 29,5 x 22,5 cm) non paginés, écrits au recto et au verso, soit 22 pages que nous numérotons de 1 à 22. Ces feuilles volantes sont placées dans un papier plié en deux, servant de chemise, et portant l'indication du titre. L'ordre que nous proposons est conjectural.
Nous remercions chaleureusement le collecteur privé qui a bien voulu nous confier la publication de ce dossier et qui en a réalisé le scannage. Les pages ont été mises en ligne par Albena Vatchena (service audiovisuel, U. de Rouen).
Quoique d’une lecture relativement aisée, ce manuscrit mériterait une transcription intégrale, que nous serions heureux de publier. Il paraît nécessaire de se référer à l’édition consultée par Flaubert, pour restituer la graphie des noms propres.

Biographie
Actes concernant la famille Flaubert, transcrits par Olivier Leroy
Contrat de mariage entre Ernest Commanville et Caroline Hamard
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/act1864.php

Dépôt de deux testaments olographes attribués à Caroline Fleuriot, mère de Gustave Flaubert
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/testa72.php

La mère de Flaubert a rédigé son testament en trois temps:
le 20 mars 1871, elle lègue à sa petite-fille Caroline tous ses biens de Croisset;
le 18 juin 1871, elle ajoute un codicille: "Je désire que mon fils Gustave Flaubert conserve la jouissance sa vie durant du cabinet de la chambre à coucher et du cabinet de toilette qu'il occupe dans la maison d'habitation située à Croisset par moi léguée à M[a]d[am]e Commanville ma petite-fille par mon testament du 20 mars dernier./ en conséquence je fais [un mot barré, illisible] don et legs par préciput de la dite jouissance pour lui personnellem[ent] et tant qu'il ne se marierara [sic] pas."
le lendemain, 19 juin 1871, elle lègue à sa femme de chambre Caroline Hebert une rente annuelle de trois cents francs.

Après la mort de Madame Flaubert et l’ouverture du testament, très défavorable à la famille d’Achille Flaubert, Julie, son épouse, commente les dernières volontés de sa belle-mère: "Elle avait fait un testament au mois de juin dernier par lequel elle laisse 300 francs de rente à sa vieille femme de chambre puis sa propriété de Croisset dans la part de Mme Commanville pour le prix d’acquisition 90.000 francs – avec l’obligation de laisser à Gustave la jouissance des 3 appartements qu’il a toujours occupés, sa vie durant à moins qu’il ne se marie, il serait temps […] si cela nous convenait nous pourrions attaquer ce qu’elle a fait et mettre Gve à la porte sans le moindre scrupule, on nous blâmerait peut-être mais ça ne serait pas lourd à porter. […] Mais ce qui est déplorable c’est qu’on ne trouve pas de registres ni reçus trop peu de choses pour être renseignés entièrement. Mon beau-frère a plusieurs fois pris, par 15.000, 10.000, 5.000 francs, etc. pas de comptes ni reçus il ne se rappelle pas" (lettre inédite du 30 avril [1872], à un destinataire non identifié, Musée Flaubert et d’Histoire de la médecine, Rouen; copie aimablement communiquée par Arlette Dubois, que nous remercions.)

Livre d’or pour Jean Bruneau
Hommage de KIM Yongeun
http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/livror.php

Débats critiques
Eric Le Calvez, La production du descriptif. Exogenèse et endogenèse de L’Education sentimentale, Amsterdam/ New York, NY, Rodopi, 2002, 392 p. (coll. "Faux Titre" 224)
Compte rendu par Stéphanie Dord-Crouslé, paru dans Genesis, n°21, 2003, p.194-196.
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/crendus.php#lecalvez

Correspondance
Travaux en cours pour le t.V (Bibl. de la Pléiade)
Micro-chronologie de l’année 1878 (outil pour la datation des lettres à paraître), établie par Yvan Leclerc, revue et corrigée par Jean-Benoît Guinot.
http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/chr78.htm

AGENDA

Rémy Markowitsch, Bibliotherapy, Palais de Tokyo, Paris, 12 février-25 avril 2004

Installation, dans le cadre de l'exposition de groupe Playlist (commissariat général: Nicolas Bourriaud)
Rémy Markowitsch, né en 1957 à Zurich, vit et travaille à Berlin. L’oeuvre de Rémy Markowitsch est bibliophile. Elle est tout entière pénétrée par l’exploration du livre et des archives du savoir. Collectionner, lire et choisir sont les principales activités de l’artiste qui, pour "Playlist", réactualise le projet Bibliotherapy inauguré en 2001 avec Michael Lin.
Bibliotherapy est une installation complexe qui allie à la sculpture, la vidéo et la peinture, et prend comme point de départ Bouvard et Pécuchet. Rémy Markowitsch a ainsi filmé 25 personnes lisant chacune à leur tour le roman de Gustave Flaubert. Parallèlement, il montre une projection de l’inventaire complet de la bibliothèque de Flaubert, de tous ces livres qui sont la source de la parodie du roman d’apprentissage encyclopédique qu’est Bouvard et Pécuchet et dont la plupart sont cités dans le roman même. La lecture ininterrompue d’un roman du savoir raté et la mise en scène de ces sources questionnent le rôle de l’écrit et de ces "greffes de savoir" dans nos sociétés contemporaines.

Précédentes installations:
2003: "Bibliotherapy meets Bouvard et Pécuchet, Robinson Crusoe and Der Grüne Heinrich" (en collaboration avec Michael Lin), Kunstmuseum Luzern, Lucerne.
2001: "Bibliotherapy" (en collaboration avec Michael Lin), Villa Merkel, Esslingen-Am-Neckar, Allemagne

L'ouvrage Bibliotherapy sera aussi présenté dans l'installation de l'artiste ainsi que dans la librairie de l'institution. [L’inventaire complet de la bibliothèque, projeté lors de l’exposition, est emprunté à l’ouvrage La Bibliothèque de Flaubert, PU de Rouen, 2001.]

Palais de Tokyo,
Site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
F - 75116 Paris
Tél: +33 1 4723 5401
www.palaisdetokyo.com
contact@palaisdetokyo.com

Lundi 15 mars 2004, Paris

Séminaire général de l’ITEM/CNRS
ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, 17h 30-19h 30, salle des Actes

Tony Williams: "Une édition génétique en ligne: l’Histoire en question dans L’Education sentimentale".

VIENT DE PARAITRE

(< Jean-Benoît Guinot)

Gisèle Séginger, "La Tunisie dans l'imaginaire politique de Flaubert", Nineteenth Century French Studies (University of Nebraska), Volume 32, Number 1&2, Fall-Winter 2003-2004

Résumé:
En écrivant un roman sur Carthage (Salammbô), cité perdue et encore peu connue faute de fouilles archéologiques, Flaubert prend ses distances par rapport aux conceptions rationalistes de l'histoire qui se développent à partir du XVIIIe siècle puis surtout au XIXe siècle. Il représente une civilisation disparue dont le présent ne provient pas, mettant ainsi au jour les discontinuités de l'histoire alors que les pensées dialectiques se multiplient à son époque. Salammbô n'est pas un roman historique mais un roman sur l'histoire, sur ses représentations. La Tunisie antique est un espace critique, un espace révélateur non parce que Flaubert y projette le présent mais parce qu'il fait apparaître l'illégitimité des représentations historiques et politiques de son temps. Une pensée critique (mais implicite) est donc à l'oeuvre dans le roman. Explicite dans la Correspondance et les avant-textes du roman (en particulier dans le chapitre explicatif que Flaubert voulait placer au début du roman, avant de renoncer à sa publication) elle s'efface au cours du travail mais se réinscrit dans l'organisation des événements, au niveau de la poétique du roman. Flaubert réussit alors un coup de force: il donne à sa pensée apolitique de l'histoire l'apparence - et seulement l'apparence - d'une vérité naturelle et impersonnelle, l'illusion qu'on peut - si on le veut - échapper au politique. Oeuvre contre la politique, comme le sera aussi d'une autre façon L'Education sentimentale, Salammbô montre néanmoins la prégnance du politique non seulement dans la pensée de Flaubert (repérable au stade de la genèse) mais aussi dans la poétique de l'oeuvre. (in French) (GS)




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales