BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 57 / 25 mai 2004


BIOGRAPHIE

Evénement: la date d’entrée de Flaubert au Collège royal de Rouen

Tous les biographes la cherchaient depuis un siècle; Olivier Leroy vient de la découvrir. On hésitait entre 1831 et 1832, sans pouvoir préciser le mois. On saura désormais que Flaubert est entré au collège le 15 mai 1832. La date figure dans un document conservé aux archives départementales de la Seine-Maritime, intitulé "Etat moral des élèves royaux, communaux, pensionnaires et demi-pensionnaires présens [sic] au Collège Royal de Rouen".
La rentrée s’effectuant en octobre, Flaubert a rejoint sa classe pour le dernier trimestre de l’année scolaire (mai-août). On remarquera que de fin 1836 à fin 1837, il est précisé que l’élève Gustave se destine à la médecine.
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/colleg.php

Autres actes

Nouveaux actes accessibles à partir de la page d’accueil "Biographie"
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/index.php
Acte de naissance de Gustave Flaubert
Acte de décès de Gustave Flaubert

Autres actes concernant la famille Flaubert (nouveautés)
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/actes.php
Acte de naissance d'Achille Flaubert, frère de Gustave.
Acte de naissance d'Emile Cléophas Flaubert, frère de Gustave.

AGENDA

Samedi 12 juin 2004, Paris

Séminaire de l’Equipe Flaubert.
Salle des Résistants, ENS, 45, rue d'Ulm.

"De l'usage des notes"
10h à 13 h: exposé de Roger Chartier (sous réserve), et table-ronde sur " Les notes de Bouvard et Pécuchet " réunissant Stéphanie Dord-Crouslé, Anne Herschberg Pierrot, Claude Mouchard, Jacques Neefs.

14 h 30 à 17 h: table-ronde sur "L'annotation collaborative" réunissant Pierre-Marc de Biasi, Daniel Fekete, Jean-Louis Lebrave.

(< Martine Mesureur-Ceyrat, CNRS-ITEM, Equipe Flaubert
4, rue Lhomond, 75005 Paris, Tél. 01 44 32 18 93
Martine.Mesureur-Ceyrat@ens.fr)

Mardi 29 juin 2004, Université de Rouen

14h 30, salle Danielle Roussel, bât. A, 3e étage.

Kamel Hamdi soutiendra sa thèse sur "Le traitement de 1848 dans L’Education sentimentale et dans Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert".
Membres du jury: Mohamed Ali Drissa (La Manouba, Tunis), Francis Lacoste (Bordeaux), Yvan Leclerc (directeur, Rouen), Gisèle Séginger (Strasbourg).

VENTES

Catalogue Librairie de l’Echiquier, avril 2004

Frédéric Castaing
CASTAING.Frederic@wanadoo.fr

44. Flaubert, L.A.S. à Laporte du [12 juin 1874].
3.500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.810.]

L’Autographe S.A., Geneva

Switzerland.
Tel: +41 22 348 77 55. Fax: +41 22 349 86 74
http://www.autographe.org

Catalogue n°54, mai 2004 (vente aux enchères par correspondance)

67. FLAUBERT Gustave (1821-1880) - L.A.S., 1 p. in-8 sur son typique papier bleuté; Croisset, 24 IV [1871].
(Estimation: 1.800 francs Suisse; prix de départ 1.200.)
Les affaires d'Ernest Commanville allant de mal en pis, Flaubert cherche auprès d'un ami des informations pouvant aider l'époux de sa nièce bien-aimée, Caroline. "Mon cher ami - écrit-il à Félix-Archimède POUCHET - Je vous présente mon neveu... qui aurait besoin de renseignements scientifiques sur le bois de chêne. Pouvez-vous lui indiquer ce qu'il faudrait lire?...". Flaubert ira très prochainement rendre une visite à son correspondant.
Commanville possédait une scierie et commerçait en bois. A son retour d'Angleterre, après la guerre de 70, Caroline raconte comment les affaires de son mari "...commencèrent à s'embrouiller. Il avait cru à la hausse des bois... La guerre fit baisser les marchandises... obligé de réaliser, il dut vendre en subissant de grosses pertes...", etc. Quant à Félix-Archimède POUCHET, il avait été le professeur de sciences naturelles de Flaubert au collège de Rouen; plus tard, il enseigna à l'Ecole de médecine de cette ville; en 1859, il fut en vive polémique avec Pasteur au sujet de la "génération spontanée".
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. IV, p. 308.]

Privat - L'art de voir

162 Bd Haussmann. 75008 Paris.
Tel 01.45. 62. 25.64.
E-mail : advprivat@aol.com.

Catalogue 35-2004.
N° 84. FLAUBERT (Gustave). Lettre à la Municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet, Michel Lévy, 1872. In-8, 230 X 155 mm, un f. non ch.-20 pp. et un f.non ch. Peau de buffle havane, titre doré sur le premier plat dans un cadre incisé irrégulièrement avec deux petits cercles d'or se répétant aux angles, doublure peau de buffle olive, garde de porc poncé bronze, charnière en gouttière, couverture conservée, chemise à dos de buffle titré en long, étui bordé (Sün Evrard).
2300 Euros.

Edition originale de cette fulminante lettre à la municipalité de Rouen qui avait refusé un monument (gratuit) à l'ami d'enfance de Gustave Flaubert, le poète Louis Bouilhet (1822-1869). Sans la correspondance de Flaubert, le nom de Louis Bouilhet serait sans doute bien oublié. Selon le mot de Catulle Mendès, il "tenta d'être grand, sembla l'être, le fut presque." Robert Sabatier, qui lui consacre une longue notice plutôt bienveillante, rappelle cependant que le Général de Gaulle, dans une conversation privée, cita ses Vers à une femme (La Poésie du XIXe siècle II-64).
La reliure de Sün Evrard est datée de 1995. Les remarquables réalisations de cette grande créatrice d'origine hongroise sont rares sur le marché du livre ancien.

12-13 mai 2004, Pierre Bergé, Drouot

Vente passée
Catalogue en ligne, PDF
http://pba-auctions.com/images/catalogues/ventes_2004/pdf_2004/12b-05-04.pdf

135. Flaubert. L.A.S. à Ivan Tourgueneff, 21 mai [1871].
3.000/4.000 euros.
[Lettre publiée par Alexandre Zviguilsky, Cahiers Tourguéniev, 1998, n°22, p.160-161.]

441. Lettres à George Sand, Charpentier, 1884. Un des 50 ex. sur Hollande.
750 euros.

442. La Légende de saint Julien l’Hospitalier, Ferroud, 1895. 26 compositions de Luc-Olivier Merson, gravées à l’eau-forte par Géry-Bichard. Un des 200 ex. de tête sur vélin d’Arches.
750 euros.

443. Madame Bovary, pré-originale dans La Revue de Paris.
300 euros.

De particulier à particulier

Flaubert, Dictionnaire des idées reçues. Texte établi d'après le manuscrit original avec une introduction et un commentaire par E.L. Ferrère, Conard, 1913, 95 pages. Couverture brochée, restaurée, pages en parfait état.
35 euros, port compris.

S’adresser directement à Louis Lacoupelle, 9155 route de Cagnes, 06610 La Gaude, tél. 04 93 24 44 16, louislac@free.fr

VIENT DE PARAITRE

Edition

Edmond et Jules de Goncourt, Correspondance générale (1843-1862), éd. établie, présentée et annotée par Pierre-Jean Dufief, t.I, Champion, 2004. 110 euros.
Ce tome présente 11 lettres des frères Goncourt à Flaubert, et 29 lettres dans le sens inverse, Pierre-Jean Dufief, déjà éditeur de la correspondance croisée chez Flammarion, ayant pris l’heureuse initiative de restituer "dans toute sa richesse et sa polyphonie" l’activité épistolaire totale, en alternant lettres envoyées et reçues.

Articles

Jeanne Bem, "La forêt de Flaubert. Retour sur un épisode de L’Education sentimentale", dans Orients littéraires. Mélanges offerts à Jacques Huré, réunis par Sophie Basch, André Guyaux et Gilbert Salmon, Champion, 2004, p. 53-60.
Lectures de la forêt de Fontainebleau, à la fois mythe littéraire (Sand-Musset), topos rhétorique (locus amoenus), lieu légendaire, représentation de l’inconscient. "Ainsi, dans l’épisode de Fontainebleau, Flaubert opérerait un subtil et imperceptible tissage entre roman et conte, mythe et légende, idylle et épopée, dont l’effet sur les personnages serait de les désindividualiser temporairement (de là la plasticité de Rosanette), de façon à faire vivre au lecteur une expérience d’estrangement qui touche à l’archétypal et au pulsionnel" (p.59-60).

Pierre-Marc de Biasi, "Flaubert, une proximité filiale", Magazine littéraire, n°431, mai 2004, dossier "George Sand".
Où l’on verra comment Flaubert, "à son insu, se rapproche des thèses de Marx" pendant la rédaction de L’Education sentimentale, sous "l’impact" de Sand.
La correspondance croisée entre Flaubert et Sand, parue chez Flammarion en 1981, n’est pas due au biologiste, prix Nobel et académicien François Jacob (p.40, n.1), mais au regretté Alphonse Jacobs.

William Marx, "Valéry, Flaubert et les oiseaux qui marchent. Généalogie d’une image", Revue d’Histoire littéraire de la France, octobre-décembre 2003, n°4, p.919-931.
Valéry a pu emprunter l’image qui ouvre le "Cimetière marin" ("Ce toit tranquille où marchent des colombes") à La Tentation de saint Antoine de 1849: "des colombes marchent ensemble" (éd. Conard, 1910, p. 470).

Kazuhiro Matsuzawa, "L’illusion de la désillusion: essai d’interprétation génétique de L’Education sentimentale", Colloque international Le Texte et ses genèses, textes réunis et présentés par Kazuhiro Matsuzawa, Graduate School of Letters Nagoya University, 2004, p.77-86.
L’auteur revient sur la collusion entre sentiment et argent dans la genèse de l’avant-dernier chapitre de L’Education sentimentale. "Lu à rebours, le récit d’amour est ainsi travaillé du dedans par la présence secrète du problème d’argent qui en altère la belle apparence" (p.83). - Article hélas parasité par de nombreuses coquilles. La discussion qui a suivi l’exposé, transcrite ici brute d’oralité, aurait gagné à être réécrite.

Jean-Marie Privat, "Emma à Ry. Notes de recherche". ethnographiques.org [en ligne] n°5 (avril 2004).
http://www.ethnographiques.org/documents/article/ArPrivat.html
Résumé:
Le village de Ry (Normandie) passe pour avoir servi de modèle au bourg de Yonville tel que Flaubert le décrit dans Madame Bovary, moeurs de province (1857). Ce lieu est devenu un véritable site littéraire depuis la création par un horloger-bijoutier de la Galerie Bovary: plus de deux cents automates miniatures organisés selon le principe des saynètes figurent les principaux épisodes du roman. Nous nous interrogeons sur les présupposés culturels de cette imitation artisanale de la fiction littéraire. Nous essayons aussi de comprendre les modes de participation des visiteurs à l'univers romanesque ainsi concrétisé (un peu à l'image d'une crèche...). Nous évoquons enfin les problèmes de localisation du mythe, de médiation culturelle et de confusion intéressée entre fiction et réalité.

Norioki Sugaya, "Flaubert et la critique littéraire au Japon: Flaubert contre Rimbaud", Bulletin de la Section française, Faculté des Lettres, Université Rikkyo (Tokyo, Japon), n°33, 2004.
Mise au point sur l’histoire des traductions de Flaubert au Japon. Analyse de "l’effet Flaubert" dans le domaine de la critique littéraire japonaise, qui se partage en deux grands courants: une critique du sublime formulée par Hideo Kobayashi (1902-1983) et inspirée de Rimbaud, et une critique attentive aux processus de formation et au travail de l’écrivain, élaborée à partir de Flaubert par Mitsuo Nakamura (1911-1988).

Gilles Visy, "Emma et Chabrol. Adaptation et dérision d’un bovarysme très bourgeois", en ligne sur le site Cadrage, mars 2004.
http://www.cadrage.net/dossier/bovary.htm

Fiction

(< Jean-Benoît Guinot)

Alexis Stamatis, Bar Flaubert.
Translated from the Greek by David Connolly.
La traduction française vient de paraître chez Alteredit. ISBN 2846330581. 21 euros.

Yiannis Loukas is editing his father’s autobiography. Going through the family archives, he discovers the manuscript of an aspiring novelist named Loukas Matthaiou. While reading it, Yiannis feels as if someone has put to paper his innermost thoughts. But who was the writer of this amazing story, and what happened to him? Following in the tracks of this elusive stranger, Yiannis’s life takes an unforeseen turn. He finds that everyone who met Matthaiou was permanently affected by his charismatic personality. Driven by his quest for Matthaiou, he needs to find what drove Matthaiou himself. It is the beginning of a journey full of love, denial and danger, where fiction is not that distant from reality. The answers will be found at Bar Flaubert.
"The blurb says "he is one of the leading young Greek writers of his generation", and you can see why. He is daring, assured, clever but compassionate… and he is shaping up for the big league. It’s a post-modernist novel, undeniably a powerful and very skilful piece of work. I found myself reading on compulsively, believing what I read, and wanting more" - Scotland on Sunday on Stamatis’s first novel The Seventh Elephant.

Alexis Stamatis is an award-winning poet and novelist. Arcadia published his début novel, The Seventh Elephant, in 2000. He lives in Athens.
http://www.arcadiabooks.co.uk/Arc_F_Forthcoming_Titles_main.htm

LECTURE

Jean de Tinan, Penses-tu réussir? [1897], La Table Ronde, coll. La Petite Vermillon, 2003.
"Malgré tout ce que l’on pourrait dire, il n’y a rien de moins truqué que mon livre, - un livre "sur rien" comme disait Flaubert - c’est tout simple, je vous assure […]" (p.33).

ADAPTATION

Madam Bovari d'après Gustave Flaubert,
mise en scène de Jonas Vaitkus, Théâtre national de Vilnius.
Tél.: (00 370) 26 29 771.

Article dans Libération du 30 avril 2004
Lituanie. Adapter Flaubert au théâtre reste une gageure.
Bovary s'ennuie à Vilnius, par Jean-Pierre Thibaudat.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=201251&AG

"[…] Peut-on adapter Madame Bovary? On se pose toujours ce genre de question lorsque le spectacle qui en résulte n'est pas convaincant. Ce qui est le cas. Il y a pourtant un beau décor, qui décline astucieusement l'idée de l'éventail - madame Bovary en porte un d'une blancheur immaculée - et tout ce que cet objet suggère en matière de dissimulation et de séduction.
Il y a aussi de bons acteurs, comme Rimantas Bagdzevicius qui interprète, avec une bonhomie teintée d'inquiétude, Sarlis Bovari (Charles Bovary), l'infortuné mari et médecin de province qui, lorsque sa femme Emma s'évanouit, s'écrie "vite, un docteur!". Ce n'est pas dans le livre, mais la réplique fait mouche. Aveu d'impuissance plus qu'idée-force, un acteur représente l'auteur, avec une fadeur peu conforme aux "affres" de l'écriture et du "gueuloir" où "l'ogre de Croisset" testait ses textes à voix haute.
Fausse route.
Trop longtemps, la mise en scène reste illustrative. Jonas Vaitkus raconte l'histoire du roman, alors que c'est l'écriture de Flaubert qu'il faudrait traduire. Une gageure. Emma mourante, Flaubert écrit: "Elle ne haïssait personne, maintenant; une confusion de crépuscule s'abattait en sa pensée, et de tous les bruits de la terre Emma n'entendait plus que l'intermittente lamentation de ce pauvre coeur, douce et indistincte, comme le dernier écho d'une symphonie qui s'éloigne." Comment traduire cela sur une scène? Le théâtre est impuissant, face à cette "confusion de crépuscule".
Après l'entracte, Vaitkus comprend qu'il fait fausse route, il met le théâtre au centre du théâtre et fait mourir Emma dans les bras d'un acteur, vieux beau ringard à souhait. Puis, pour finir, laisse le dernier mot à Flaubert. Mais comment dit-on "confusion de crépuscule" en lituanien?"




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales