BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 60 / 27 septembre 2004


AGENDA

(< Jean-Benoît Guinot)

Paris, Théâtre de la Gaîté-Montparnasse, à partir du 16 septembre 2004

Chère Maître, de Peter Eyre, d’après la correspondance de George Sand et de Gustave Flaubert, mise en scène Sandrine Dumas. Avec Marie-France Pisier et Thierry Fortineau.

Théâtre de la Gaîté-Montparnasse, 26, rue de la Gaîté, Paris, 14e.
Tél. 01 43 22 16 18.

Séminaire Flaubert 2004-2005

CNRS. ENS. ITEM, programme Flaubert
4, rue Lhomond - 75005 - PARIS. Tél. 01 44 32 18 93.

Coordination: Jacques Neefs
Flaubert, esthétique et politique

Samedi 20 novembre 10h00 – 13h00 (salle des Conférences)
Jacques Neefs «Egalité de tout…»

Samedi 11 décembre 10h00 – 13h00 (salle des Conférences)
Claude Mouchard «L’oeuvre démocratique»

Samedi 15 janvier 10h00 – 13h00 (salle des Conférences)
Philippe Dufour «Une idée esthétique du politique»

Samedi 19 mars 10h00 – 13h00 (salle des Conférences)
Gilles Philippe «Comment interpréter la querelle sur le style de Flaubert (1919-1921)?» 

Samedi 21 mai 10h00 – 13h00 (salle des Résistants)
Travaux en cours. Présentation des travaux des doctorants

Samedi 11 juin 10h00 – 12h30/ 14h30 – 17h 00 (salle des Résistants)
Journée d’études, avec Jacques Rancière (le programme sera communiqué ultérieurement)

Le séminaire est ouvert à tous. Les séances ont lieu à l’ENS. Salle des Conférences: 46, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle des Résistants: 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.

LA BIBLIOTHEQUE DE FLAUBERT

La bibliothèque conservée à l’Hôtel de Ville de Canteleu s’est enrichie de deux nouveaux ouvrages ayant appartenu à Flaubert:
Paramelle, L’Art de découvrir les sources, Paris, 1859. [Vente d'Antibes, n°277.] Ouvrage annoté par Flaubert, consulté pour Bouvard et Pécuchet. (Achat à la Librairie Teissèdre-Céline Poisat, Paris, 2003.)
Félix Frank, Le Poème de la jeunesse. 1865-1875. I.Heures fleuries. II.Soleils couchés. III.Forces vives, Michel Lévy, 1876. Imprimé sur la page de garde: "Exemplaire de M. Gustave Flaubert" (vente à l'hôtel Drouot du 19 décembre 2003, don).

RECHERCHE

Réponses aux questions posées dans le Bulletin n°59.

Flaubert/Offenbach

(< Sylvie Giraud)

L'aphorisme de Flaubert ("L’amour est comme l’opéra. On s’y ennuie mais on y retourne") se trouve dans le Carnet de voyage n°2, f° 48v°, avec cette indication: "au ballet d'Ozai, 30 av[ril] 1847, Blois" (Par les champs et par les grèves, éd. Adrianne J.Tooke, Droz, 1987, p. 734).

La Commune et L'Education sentimentale

< (<Ryszard Engelking)

La citation exacte est: "Si l'on avait compris l'Education sentimentale, rien de tout cela ne serait arrivé" (Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Hachette, 1883, t. II, chapitre XXVIII, «Louis Bouilhet», p. 474).

Le poids de Flaubert?

(< Alexandre Zviguilsky, président de l’Association des Amis d’Ivan Tourguéniev, www.tourgueniev.info)

«Sur le poids de Flaubert, je suis affirmatif, il pesait bien en 1873 224 livres (soit 112 kg) contre 220 livres (soit 110 kg) pour Tourguéniev. La chose est attestée dans une lettre de George Sand à sa fille Solange Clésinger du 19 avril 1873 (Correspondance, éd. Lubin, t.23, p.486-487): «Depuis quelques jours j’ai été absorbée par Flaubert et Tourgueneff partis ce matin. […] Tu ne persuaderas pas Plauchut qu’il n’est pas un sylphe depuis qu’il s’est trouvé en présence de Tourgueneff et Flaubert qui, à eux deux, pèsent 444 livres!»

Trois remarques:
1) Sand tient ces renseignements fraîchement acquis de la bouche des intéressés lors de leur séjour à Nohant (Flaubert, du 12 au 19 avril 1873, Tourguéniev, du 16 au 19 avril).
2) La date «janvier 1873» a été mal lue par M. et Mme Levasseur [le mot «avril», précédé d’une barre verticale, a sans doute été pris pour «janvier»].
3) Flaubert était bien plus gros que Tourguéniev car, à ma connaissance, il mesurait 1, 83m contre 1, 91m pour le Russe.
Ces statistiques comparées ont dû amuser George Sand et sa famille qui les ont épinglées sur le montant d’une porte.»

Question

Geoffrey Wall (auteur de Flaubert: A Life, Faber 2001) serait reconnaissant à celle ou à celui qui pourrait lui donner des informations concernant l'article de Jules Janin sur le marquis de Sade, publié dans la Revue de Paris en novembre 1834. (Nous savons que Flaubert a découvert Sade en 1839 par Janin.)

VENTES

Catalogue Thierry Bodin, n°111, septembre 2004

infos@lesautographes.com

94. Gustave Flaubert (1821-1880) romancier. L.A., Mercredi 2 h. [«2 décembre 1846» (date de la main de Louise Colet)], à Louise Colet; 3 pages in-8, adresse («Me Aglaé D» biffée).
Magnifique lettre d'amour et de confidences, où Flaubert trace son portrait moral. «Je suis triste - je m'ennuie je m'embête. Je n'ai pas une idée dans la tête - sans ce bon Max [Du Camp] ce serait à en périr. Me voilà rentré dans ma vie plate et monotone qui n'a quelque douceur que par son uniformité, quelque grandeur peut-être que par sa persévérance. Sitôt que je romps à mon train ordinaire et que je veux m'y remettre j'en éprouve une amertume sans fonds. Aujourd'hui par exemple c'est quelque chose d'analogue à l'ennui des écoliers après une vacance. Tout le temps se passe à rêver au plaisir qu'on a eu et on regrette de ne l'avoir pas mieux employé. Il y a 24 heures nous étions en voiture - nous descendions - nous nous promenions à pied dans le bois»... Il regrette ces moments dont la douceur n'a pas été assez savourée: «ils reviennent au coeur, flambants, colorés, tranchant sur le reste comme une broderie d'or sur un fonds sombre - je repense sans cesse à la voiture et au soleil passant à travers les rideaux jaunes tu avais les lèvres et les paupières d'un rose vif... - Ne me dis jamais que je ne t'aime pas puisque tu me fais éprouver des mélancolies que je n'avais jamais eues. Je sens plus la douleur que le plaisir mon coeur reflète mieux la tristesse que la joie voilà pourquoi sans doute je ne suis pas fait pour le bonheur ni peut-être pour l'amour. Je comprends bien combien je dois te paraître sot, méchant, parfois fou, égoïste ou dur. Mais rien de tout cela n'est ma faute. Si tu as bien écouté Novembre tu as dû deviner mille choses indisables qui expliquent peut-être ce que je suis. Mais cet âge-là est passé. Cette oeuvre a été la clôture de ma jeunesse. Ce qui m'en reste est peu de chose, mais tient ferme. - Voilà pourquoi je me suis débattu longtemps contre l'idée d'avoir un enfant. Quel triste être sortirait de moi. Il ne voudrait seulement pas téter et demanderait à mourir avant d'avoir vécu - je suis né ennuyé c'est là la lèpre qui me ronge - je m'ennuie de la vie, de moi, des autres - de tout à force de volonté j'ai fini par prendre l'habitude du travail. Mais quand je l'ai interrompu, tout mon embêtement natif revient à fleur d'eau, comme une charogne boursoufflée - étalant son ventre vert, et empestant l'air qu'on respire. J'ai cherché à éviter les passions. Elles sont venues. Quand je ne suis plus dans l'exercice de l'une d'elles - quand je t'ai eue qques jours par exemple et que je reviens ici rien ne pourra te donner l'idée de ce qui se passe en moi»… Il l'embrasse en la quittant: «Adieu mille tendresses mais j'ai le coeur serré comme avec un cordon».
10.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, p.409. La Pléiade imprime «fond».]

Paris, Drouot, 1er octobre 2004

Bernard Perras expert.

Hérodias, Ferroud, 1892, reliure de Meunier.
2000/ 3000 euros.
L’Education sentimentale, Lévy, 1870, EO.
1800/2200 euros.
Correspondance Sand et Flaubert, Calmann-Lévy, [1904], EO sur Hollande.
2000/ 3000 euros.
Trois Contes, Charpentier, 1877, EO sur Hollande.
5000/ 6000 euros.
Salammbô, Lévy, 1862, EO.
600/ 800 euros.
La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, EO.
200/ 300 euros.
Madame Bovary, Lévy, 1857, EO.
1200/ 1500 euros.
<(< Eric Walbecq)

Catalogue Bertran, Rouen, [septembre 2004]

202. Ensemble de sept lettres dactylographiées ou manuscrites concernant la cession de la bibliothèque de Flaubert à l’Institut de France, et son transport vers la Normandie.
1100 euros.

203. La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, EO.
450 euros.

204. Le Candidat, Charpentier, 1874, EO.
330 euros.

205. L’Education sentimentale, Lévy, 1870, EO.
1500 euros.

206. Lettre de M. Gustave Flaubert à la Municipalité de Rouen, Lévy, 1872.
335 euros.

207. Salammbô, Lévy, 1863, EO.
535 euros.

682. Madame Bovary¸ pré-originale dans la Revue de Paris, 1856, avec une lettre de Flaubert à Paul de Saint-Victor (fac-similé).
7500 euros.

Paris, Drouot, 20 octobre 2004

Bernard Loliée expert

9. Lettre inédite à Tourgueneff, datée Croisset près Rouen, 7 août [1876].
1500/ 2000 euros.

10. Lettre à Louise Colet, [12 septembre 1853], Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t.II, p.428-430. Jean Bruneau mentionnait la coupure de l’édition Conard (n.1, p.430), faute d’avoir eu accès à l’autographe. On peut rétablir aujourd’hui le passage censuré: «Ce sujet bourgeois me dégoûte - et il me faut une masturbation opiniâtre pour y bander!»

Librairie L'oiseau-Lire

Rue du Hautbois 36, B-7000 Mons (Belgique).
Téléphone et télécopie: (32) (0)65 31 28 73
www.loiseaulire.com
Courriel: courrier@loiseaulire.com

Extrait du dernier catalogue en ligne de la Librairie. 
45. Flaubert (Gustave) — Madame Bovary. Moeurs de province. Douze compositions par Albert Fourié gravées à l'eau-forte par E. Abot et D. Mordant. Paris, A. Quantin, 1885. In-8° demi maroquin olive à coins, dos à 5 nerfs, soulignés de roulettes dorées, formant des compartiments à caissons décorés de fers dorés avec, au centre une pastille rouge mosaïquée, encadrés d'un double filet doré, tranches dorées (Pagnant), 406 p., bien complet des 12 eaux-fortes hors texte. Carteret et Vicaire, Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, III, col. 724.
Prix: 400 euros.

70. Flaubert (Gustave) — La légende de Saint Julien l'Hospitalier. Illustrée de vingt-six compositions originales dessinées et gravées par M.-E. Hunter. Paris, Aux dépens d'un amateur, 1934. In-4° sous chemise et étui, 75 p., un des 90 exemplaires numérotés sur vélin, on joint le prospectus avec la note de l'éditeur.
Prix: 200 euros.
(< Olivier Leroy)

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages

(< Jean-Benoît Guinot)
Gonzague Saint Bris, L'éducation gourmande de Flaubert, La Martinière, 2004
«Doué d’un formidable appétit pour la vie, d’une sensualité fougueuse et d’une grande voracité, Gustave Flaubert est considéré, après Honoré de Balzac et Alexandre Dumas, comme le troisième grand mangeur du XIXe siècle des lettres.» (annonce).
256 pages, ISBN: 2830707613, 38.00 euros (249.26 F)
http://www.lamartiniere.fr/editeurs/index.cfm?ed=3&isbn=2830707613


Le Bovarysme et la littérature de langue anglaise
Actes du colloque de l’Equipe de recherches sur les aires culturelles (ERAC) organisé à l’université de Rouen les 13 et 14 décembre 2002.
Dirigé par Nicole Terrien et Yvan Leclerc.

La notion centrale de bovarysme retenue comme outil d’analyse a permis de mettre en relief, au-delà de ressemblances thématiques, une interrogation récurrente du texte littéraire sur le rôle de la lecture dans la définition de sa propre identité. Le roman de Flaubert et son héroïne constituent alors plus qu’une référence, une véritable déclaration de connivence entre auteur et lecteur/lectrice qui situe le roman au coeur d’un incessant processus de création/recréation, plus tard explicité par Umberto Eco comme celui de «l’oeuvre ouverte». A l’intertextualité affirmée se joint une dimension métatextuelle donnant au roman une portée autocritique qui dépasse le niveau du simple divertissement, sans pourtant nier la nécessaire facette ludique.
Ce que les études ici réunies ont montré, c’est que la critique littéraire la plus contemporaine n’est pas une construction in abstracto, mais bien une théorisation s’appuyant sur la trame même du récit romanesque, au-delà des modes, des époques ou des limites géographiques.
Ouvrage 24 x 16 cm, 240 pages, ISBN: 2-87775-371-9

Table des matières
Nicole Terrien, Avant-Propos
Yvan Leclerc, Bovarysme, histoire d’une notion
Delphine Jayot, Destin du bovarysme et effets de lecture
Thierry Goater, Eustacia Vye, le bovarysme incarné en Wessex
Noëlle Benhamou, D’Emma à Edna: l’influence de Flaubert sur L’Eveil de Kate Chopin
Véronique Alexandre, Présence du bovarysme à l’américaine dans deux romans de Edith Wharton: The Custom of the Country et The Age of Innocence
Cynthia Griffin Wolff, Lost Lady Dreams
Annie Rizk, Eros et Cosmos chez Flaubert et D.H. Lawrence, ou la chair du texte
Philippe Romanski, De Madame Bovary à Lady Chatterley’s Lover: stuff(ed)
Lorie-Ann Duech, Joyce/Flaubert: le rythme de la folie
Suzanne Fraysse, Madame Bovary est-elle une mauvaise lectrice?
Tony Williams, Under Flaubert’s Shadow: Madame Bovary and The French Lieutenant’s Woman
Nicole Terrien, The French Lieutenant’s Woman, ou le «bovarysme vrai»
Vanessa Guignery, Flaubert’s Parrot de Julian Barnes, ou le perroquet infidèle de Madame Bovary
Vanessa Guignery, Oranges et pommiers: figures du bovarysme dans Boating for Beginners
Danielle Wargny, Emma, version BD, version GB
Françoise Palleau, David Markson et le bovarysme

Prix public: 19 euros
+ Frais d’expédition: 3.51 euros pour le premier volume, 1.22 euros par volume suivant
A adresser au
Service des Publications de l’Université de Rouen
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex (France)
accompagné du règlement par chèque bancaire ou CCP libellé à l’ordre de M. l’Agent Comptable de l’Université de Rouen
Tél.: 02.35.14.65.31 et 02.35.14.63.43 - Fax. 02.35.14.63.47

Comptes rendus

Flaubert, Correspondance, éd. Giovanni Bonaccorso, Nizet, 2001, t.I et II (1830-1861).
CR par Eric Le Calvez, Nineteenth-Century French Sudies, 32, nos 3-4, spring-summer 2004, p.407-412.

Matthew MacNamara, La Textualisation de Madame Bovary, Amsterdam/New York, Rodopi 2003.
CR par Jeanne Bem, Romanische Forschungen, Vittorio Klostermann Frankfurt am Main, 2004, 2, p.264-266.

Eric Le Calvez, La Production du descriptif. Exogénèse et endogenèse de L’Education sentimentale, Amsterdam/ New York, Rodopi 2002.
CR par Jeanne Bem, Romanische Forschungen, Vittorio Klostermann Frankfurt am Main, 2004, 3, p.417-419.




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales