BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 81 /  28 mars 2006


SUR LA TOILE

En ligne sur le site du Centre Flaubert

Le texte intégral des comptes rendus contemporains de L’Education sentimentale (1869).
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education
Textes saisis par Carine Houlière et mis en ligne par Emmanuel Vincent, avec le soutien du Conseil Régional de Haute-Normandie.

A venir, dans quelques semaines: l’intégralité des comptes rendus contemporains de Madame Bovary et de Salammbô. Rappel: ceux de Trois contes sont déjà en ligne:
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/trois_contes

Sur le site de Télérama

(< Michèle Leroux-Baron)
Un coeur simple, lu par Chloé Réjon:
http://www.teleramaradio.fr/article.php3?id_article=119

VENTES

Christie’s, 6 avril 2006, London, South Kensington

http://www.christies.com/LotFinder/search/LFA.asp?eid=4108026

Photographies d’Etretat par Elger Esser (né en 1967), inspirées par la lettre de Maupassant à Flaubert concernant l’excursion géologique de Bouvard et Pécuchet.
«Elger Esser's Cap d'Antifer-Étretat series comprises fifteen photographs representing a visual journey along the coast of Normandy between Le Havre and Fécamp. This journey that Esser takes us on is intended to parallel that made by two men in Gustave Flaubert's unfinished satire on human stupidity, Bouvard and Pécuchet (1880s). In writing the novel and struggling with an accurate visual description of the location, Flaubert asked his friend and disciple Maupassant (a native of the region) to suggest an ideal location and describe it in detail. One hundred and thirty years later, Esser has picked up his camera and continued on in Maupassant's footsteps.
The present work, included in Esser's Cap d'Antifer-Étretat series, depicts old basins left behind by French oyster catchers disposed of along the picturesque shores of the Normandy coast.»
15.000/20.000 GB Pounds.
(< Marlo Johnston)

Vente Pierre Bergé, 7 avril 2006

Catalogue:
http://www.pba-auctions.com/images/catalogues/ventes_2006/pdf_2006/070406_pba.pdf

92. Madame Bovary, Michel Lévy, 1857, EO.
Exemplaire du seul tirage de luxe sur papier vélin fort. Reliure contemporaine signée de Cuzin. Suite des sept eaux-fortes gravées par le peintre Emile Boivin pour l’édition Lemerre, en épreuves sur Hollande.
16.000/18.000 euros. (< Jean-Benoît Guinot)

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages (< Jean-Benoît Guinot)
Francis Claudon, Sylvie Jouanny, Sophie Élias, Nora Parola-Leconte, La modernité mode d'emploi, Kimé, mars 2006.
Extrait du sommaire:
«L'antique et le moderne dans la Correspondance de Flaubert.»
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=9782841743902

François Fédier, L'art en liberté. Aristote, Baudelaire, Proust, Flaubert, Cézanne, Kant, Matisse, Heidegger, Pocket, Collection «Agora», mars 2006.
Présentation de l'éditeur:
«Ces cours et conférences de François Fédier constituent une introduction qui fera date dans la compréhension de l'art. Son originalité consiste à présenter l'art en le repensant entièrement depuis son origine dans la Grèce antique des poètes et des philosophes. C'est là que s'est élaboré le concept d'art par rapport à ceux de science, de pratique, de liberté et de politique qui doivent eux-mêmes être réexaminés grâce à l'éclairage phénoménologique qu'apporte ici François Fédier. Ces textes permettent ainsi à tout lecteur de s'initier à un regard dont la singularité est de nous permettre d'appréhender la présence de l'art dans sa sidérante simplicité. C'est à travers un incessant va-et-vient entre penseurs et artistes, d'Aristote à Proust, de Cézanne à Kant ou d'Heidegger à Matisse, que se fait l'apprentissage de ce libre regard qui ne considère pas uniquement l'art à partir de la philosophie mais aussi la pensée philosophique à partir de la pensée poétique.»
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=9782266154727

Michel Lafon, Benoît Peeters, Nous est un autre. Enquête sur les duos d'écrivains,Flammarion, mars 2006.
Extrait du sommaire:
«Flaubert et Du Camp, L'agglomération de deux monades.»
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=978208210553

Dominique Rabaté, Le Chaudron fêlé. Ecarts de la littérature, José Corti, mars 2006.
Présentation de l'éditeur:
«Ce livre se place sous l'égide de Flaubert. Dans une page célèbre de Madame Bovary, le narrateur note: "comme si la plénitude de l'âme ne débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides, puisque personne, jamais, ne peut donner l'exacte mesure de ses besoins, ni de ses conceptions, ni de ses douleurs, et que la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles". Ce texte magnifique me sert à reposer, une fois encore et dans la lignée de Poétiques de la voix, la vieille et lancinante question: Qu'est-ce que la littérature? Moins pour y répondre que pour faire résonner ce chaudron fêlé. Pour y faire entendre, dans une série d'écarts, l'écho d'un presque rien qui unit et sépare la "parole humaine" et ce que la littérature en fait. Une imperceptible fêlure décolle le discours de lui-même, fabrique un texte où le vide ne se comble jamais. Là où la métaphore défaille, cette fêlure produit le désir d'une métonymie dont le mouvement doit pourtant rester suspendu. A partir de Flaubert, c'est la dynamique de ces écarts que j'invite à suivre, dessinant ainsi un pan qui me paraît primordial de la littérature française d'aujourd'hui, à la recherche d'un romanesque d'un nouveau genre, un romanesque sans roman. Avec le Flaubert d'Un coeur simple, c'est au presque rien d'une vie médiocre qu'il revient de clore ce livre. Le chaudron (de la parole, de la littérature) est imparfait, mais il demeure l'instrument pour commuer le vide en paradoxale plénitude. Il désigne toujours ce qui nous donne envie, sous les étoiles, de danser.
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=9782714309174

Edith Wharton, Les règles de la fiction, suivi de Marcel Proust, Viviane Hamy, mars 2006.
Présentation de l'éditeur:
«Wharton publie The Writing of Fiction en 1925 afin d'établir ce qui constitue selon elle les principes rationnels, naturels et permanents d'une fiction bien construite. Elle suscite notre désir violent de plonger dans les oeuvres qu'elle analyse (celles de Balzac, Flaubert et Stendhal qu'elle met au premier rang, celles de Thackeray, Eliot, Hawthorne, Dostoïevski, etc.). Son projet s'affine au fur et à mesure, les "personnages" étant les éléments fondamentaux du roman, comme la "situation" est fondamentale pour le temps plus court de la nouvelle: "La nouvelle, plus que le roman, est la descendante des épopées et des ballades anciennes..." La joie que lui procure la découverte de Marcel Proust lui permet de "refuser" Joyce, de mieux dire sa colère à l'encontre de ce qu'elle considère comme "un fatras boursouflé de pornographie (de la sorte la plus grossièrement potache)... Proust meurt en 1922 alors qu'Ulysses est publié à Paris par Sylvia Beach. Témoin d'un monde en décomposition, qu'elle a décrit dans ses livres, Wharton oppose ces deux figures majeures de la "modernité", mais sans pressentir le génie de Joyce.»
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=9782878582239

Articles

Yvan Leclerc, «Les relations avec les chercheurs. Expertise auprès de la Bibliothèque municipale de Rouen pour les acquisitions récentes concernant Flaubert», Le FRAB [fonds régional d’acquisition pour les bibliothèques] au service d’une politique culturelle en région? [actes du colloque national des 23 et 24 janvier 2003, Le Havre], coédition Agence régionale du livre et de la lecture de Haute-Normandie et Fédération française pour la coopération des bibliothèques, des métiers du livre et de la documentation, 2006, p.68-78.

(< Jean-Benoît Guinot)
Sylvie Triaire, «Quand Flaubert trame des merveilles, un nain sort du pâté, un saint du cadre. Du cadre au vitrail dans La Légende de saint Julien l'Hospitalier», dans Une étrange constance. Les motifs merveilleux dans les littératures d’expression française du Moyen Âge à nos jours, Francis Gingras (dir.), Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, (coll. «République des Lettres»), 2006, 280 p.
Ce volume publie les actes du colloque international qui s'est tenu du 3 au 5 octobre 2002 à l'Université Western Ontario (London, Ontario), et qui se proposait de mettre en présence différentes approches du merveilleux à travers les siècles et dans les littératures d'expression française. Il a permis de voir comment les motifs merveilleux déjà identifiés pour la littérature française du Moyen Age ont été réactualisés depuis leurs diverses occurrences dans la littérature médiévale jusqu'à leur traitement contemporain, en France et ailleurs dans le monde.
http://www.fabula.org/actualites/article13599.php
et
http://www.ulaval.ca/pul/catalogue/arts-lettres/2-7637-8302-3.html

LECTURE

(< Jean-Benoît Guinot, Eric Walbecq)

«9425 phrases dans L'Education sentimentale en version américaine»
Libération, 22 mars 2006

«9425, c'est le nombre de phrases de l'édition américaine de poche de L'Education sentimentale de Gustave Flaubert. Le livre contient exactement 154.313 mots, ce qui est plus que dans 90% des livres de la base numérisée d'Amazon. com. Donc, c'est du dense.
Le roman du normand a également un "Fog index" de 10,7 – qui mesure la difficulté d'un livre: celui-ci est considéré comme abordable par la moyenne des lecteurs, puisque 68% des ouvrages de la base Amazon sont plus difficiles à lire. Curieusement, Finnegans Wake, de James Joyce, qui fait partie des romans du XXe siècle parmi les plus ardus, est du genre très accessible puisque selon le calculateur du site, 60% des autres sont plus compliqués. A se demander si tout ça est bien fiable…
Moins étonnant, 91% des livres sont moins abordables que The Lincoln Lawyer de Michael Connelly. Autre gadget: on peut aussi savoir quels sont les cent mots les plus utilisés dans le roman, en l'occurrence dans le Connelly, c'est "Roulet" (nom propre Louis Ross Roulet) et "know" qui reviennent le plus souvent. Fin du fin, ces mots son cliquables et Amazon renvoie sur les pages dans lesquels ils sont utilisés.
Cette précision métronomique revient à Text Stats, un logiciel développé par le libraire en ligne. Amazon le propose en parallèle de son service "Search inside the book", qui permet de feuilleter en ligne quelques pages d'un livre. Grâce à des accords avec les éditeurs, Amazon a en effet obtenu de numériser leurs fonds pour donner à l'internaute l'accès à quelques pages, la couverture, la table des matières et la quatrième de couverture. En France, le service s'intitule "Cherchez au coeur" mais ne propose pas encore la fonctionnalité décoiffante de produire des statistiques, qui calcule même le nombre de mots pour un dollar (22,203 dans le cas du Connelly) et le nombre de mots au poids (13,778 mots pour 30 grammes pour le Connelly)… Gadget ou outil pour comprendre encore mieux un auteur, son oeuvre et ses influences? Le problème reste que ce logiciel fait totalement abstraction du sens et du style.»
http://www.amazon.com/gp/product/sitb-next/0192836226/ref=sbx_txt/103-4884133-2989447?%5Fencoding=UTF8#textstats


«Je vais m'en payer une bosse.» Des années entières dans les livres avec Maurice Nadeau, par Claire Devarrieux.
Libération, jeudi 23 mars 2006.

Extrait:
«Y a-t-il des brouilles, des moments où Flaubert ne vous plaît plus?
- Pour Flaubert, c'est le contraire. Ce bourgeois que je détestais, cet anticommunard, je me suis mis à le comprendre et à l'aimer à mesure que je l'ai lu et que le temps passait. Et puis à mesure que d'autres en parlaient. Sartre m'a éclairé beaucoup sur Flaubert. Il n'était pas du tout l'idiot de la famille, il en fait un retardé, c'est très curieux. Et je me suis mis à l'aimer à travers sa correspondance. Elle fait partie de son oeuvre, il ne le pensait peut-être pas.»
http://www.liberation.fr/page.php?Article=369149

RECHERCHE

Claude Cambe répond à Claudine Gothot-Mersch (voir Bulletin Flaubert 80):

«Il n'a jamais été question de mon côté de remettre en cause le rôle de quiconque (commentateurs, documentalistes ou chercheurs). Internet, qui bénéficie de l'apport de millions de contributeurs, ne constitue qu'un outil supplémentaire, et, en tant que tel, ne permet que de se débarrasser de certaines tâches secondaires et fastidieuses pour pouvoir se consacrer à l'essentiel. Et cet essentiel, nous sommes tous d'accord, demeure hors de portée des machines et n'est certes pas dans l'identification de telle ou telle citation.
Internet permet de croiser des données provenant de divers domaines, mais aussi de se confronter aux autres d'une manière plus visible et plus large qu'auparavant. Mon intervention aura ainsi permis à M. Serge Zenkine de se manifester et d'indiquer une édition précieuse à la communauté flaubertienne, prouvant, s'il était nécessaire, la vitalité de la recherche russe. Il semble que, par là-bas, ça "casse-pète d'intensité intellectuelle" (comme aurait dit Gustave).
Même si la réaction de Mme Claudine Gothot-Mersch me paraît excessive, je lui présente mes excuses pour l'avoir blessée - bien involontairement. Et je profite de l'occasion pour lui témoigner toute mon admiration.»




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales