BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 82 /  3 mai 2006


SITE DU CENTRE FLAUBERT

Texte intégral des comptes rendus contemporains de Madame Bovary et de Salammbô, mis en ligne par Emmanuel Vincent, avec l’aide de la Région Haute-Normandie (Valorisation du Patrimoine normand, IRSHS).

Textes de Madame Bovary, saisis par Emmanuel Vincent:
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/madame_bovary

Textes de Salammbô, saisis par Virginie Basquin:
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/salammbo

Dans la rubrique «Dérivés»:
Claude Cambe, «Nabokov, Lolita»
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/general_cit_03.php

Jérôme Pintoux, «Flaubert chez Yourcenar»
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/general_cit_05.php

AGENDA

(< Jean-Benoît Guinot et Michèle Leroux-Baron)

«Bouvard et Pécuchet veulent écrire un livre»

Emission radiophonique sur France Culture.
Trois volets de 1h30mn dans le cadre de Surpris par la nuit à 22h30 par Stéphane Bouquet et Tanguy Viel.
Réalisation: Gaël Gillon.

Série consacrée à la littérature, l'ensemble des émissions est conçu comme une enquête mi-sérieuse mi-ludique sur la fabrique du texte littéraire. Calquant leur méthode sur celle de Flaubert, Bouvard (Stéphane Bouquet) et Pécuchet (Tanguy Viel) vont consulter ouvrages et spécialistes pour savoir comment s'y prendre pour écrire un livre.

Intervenants: Jean-Christophe Bailly, Pierre Bergounioux, Johan Faerber, Dominique Fourcade, Eric Laurrent, Christine Montalbetti, Dominique Meens, Pierre Michon, Yael Pachet, Jean Rolin, Tiphaine Samoyault, Sébastien Smirou, François Vergne.

mardi 4 avril 2006, 22h30
Bouvard et Pécuchet veulent écrire un livre (1/3)
Comment commencer
Quand est-ce que ça commence? De quoi a-t-on besoin? Faut-il s'asseoir à sa table? Faut-il une table? Un crayon? Un ordinateur? Ou bien commence-t-on en marchant, en pensant? Et qu'est-ce qu'on pense? Faut-il donc être inspiré? Avoir des choses à dire? Faut-il se souvenir ou collecter les choses vues? Une dernière chose avant de commencer:est-ce qu'on fait un plan?

mercredi 5 avril 2006, 22h30
Bouvard et Pécuchet veulent écrire un livre (2/3)
Comment faire une phrase
Et maintenant qu'on commence vraiment, quelle première phrase? Et d'ailleurs quel temps fait-il? Est-ce la nuit? Est-ce le jour? Aujourd'hui, hier ou demain? Et à quel temps? Y a-t-il un personnage? Faut-il lui donner un nom? Et faut-il des chapitres inutiles? Des mots inutiles? Et l'adjectif? Il en faut un peu, beaucoup, pas du tout? Le mot juste existe-t-il?

jeudi 6 avril 2006, 22h30
Bouvard et Pécuchet veulent écrire un livre (3/3)
Comment finir
La rhétorique est-elle utile pour peaufiner un texte? A quoi sert la métaphore? Et faut-il connaître catachrèse, hypotypose, épanorthose et compagnie? Comment sait-on qu'une phrase est finie? Et le livre en entier? Combien de corrections? Aucune ou beaucoup? Et même à l'infini? Et une fois que le livre est fini, on fait quoi?
http://www.fabula.org/actualites/article13878.php

Archives:
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/surpris/fiche.php?diffusion_id=40117
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/surpris/fiche.php?diffusion_id=40118
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/surpris/fiche.php?diffusion_id=40119

Pour réécouter les émissions:
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/SURPRIS/SURPRIS20060404.ram
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/SURPRIS/SURPRIS20060405.ram
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/SURPRIS/SURPRIS20060406.ram

Lundi 12 juin 2006, 18 h 30. Auditorium du Louvre, Paris

L'hallucination artistique: un ailleurs du réalisme
Par Jean-François Chevrier, Ensba, Paris

Dans le cadre du cycle intitulé «Réalisme, réalismes: actualités d'un débat esthétique», l'auditorium du Louvre organise une conférence portant sur l'hallucination artistique et ses apports au domaine artistique.
Etudiée par la psychiatrie comme le phénomène déterminant de la discipline, l'hallucination est l'expérience des ambiguïtés d'une perception altérée par la vision.
La notion d'hallucination artistique, définie par Flaubert en 1866, permet de reconsidérer les relations entre l'exigence d'actualité du réalisme (Courbet) et l'intériorisation du fantastique, qui caractérise l'art d'imagination depuis le néo-romantisme (Redon) jusqu'au surréalisme (Miró).
http://www.fabula.org/actualites/article14092.php

VENTES

Autographes Demarest, mars 2006

autographes.demarest@club-internet.fr

113. Lettre à la baronne Lepic, «Vendredi matin 15» [décembre 1871]
«Ma chère baronne, / Vous devez me trouver le plus oublieux et le plus grossier des hommes! – chaque jour j’ai envie d’aller vous faire une petite visite. Mais je passe quatre ou cinq heures par jour à l’Odéon; après quoi je vais à l’imprimerie. – Et le soir, j’écris des billets, je suis surchargé de travail et d’ennuis.»
1350 euros.
[Lettre inédite, à paraître dans le t. V de la Corr., Bibl. de la Pléiade, 2007.]
(< Eric Walbecq)

Vente Gérard Nordmann, Christie’s, 27 avril 2006.

Flaubert, lettre à Feydeau, lundi 18 [juillet 1859]
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p. 30-31.]
(< Eric Walbecq, Bernard Fichera)

Catalogue Les Autographes, Thierry Bodin, n°117, avril 2006

http://www.lesautographes.com

Gustave Flaubert .L.A.S., jeudi 2 h. [5 février 1863?, à Eugène Fromentin]; sur 1 page in-8 (un bord un peu froissé). [Le 31 janvier, Flaubert avait proposé un rendez-vous à Fromentin pour lui parler de Dominique.] Il annonce à son «cher confrère» qu'il sera libre ce soir et demain soir... «Voulez-vous venir deviser au coin de mon feu. Nous serons seuls et tranquilles. Je réclame l'exécution de votre promesse»...
800 euros.
[Lettre inédite, à paraître dans le t.V de la Corr., Bibl. de la Pléiade, 2007.]

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages

(< Jean-Benoît Guinot)
David P. Barash, Madame Bovary's Ovaries: A Darwinian Look at Literature
http://www.amazon.com/gp/product/0385338023/102-4405660-8108130

(< Aurélie Barjonet)
Antoine Billot, Monsieur Bovary, Gallimard, coll. «L’un et L'autre», 2006. 286 pages. 17,50 euros.
Chacun connaît Emma Bovary, mais qu’en est-il de son mari, ce Charles Bovary que Flaubert semble se complaire à ridiculiser? «Monsieur Bovary» était-il vraiment ce cocu pitoyable, ce praticien incompétent?
«Une dizaine de cahiers manuscrits en mauvais état mais cependant lisibles furent découverts au début de ce siècle dans le grenier d'une maison des alentours de Ry. Ces dix cahiers à couverture brune ne portaient aucune indication précise quant à l'identité de celui qui les avait écrits; en guise de signature on ne trouvait guère qu'une lettre majuscule, un "B" énigmatique, dont la silhouette rebondie se répétait invariablement en haut et à droite de chaque page.
Pourquoi "B" ne serait-il pas l'un des acolytes silencieux du narrateur de Madame Bovary, l'un de ceux qui, à sept reprises seulement et toutes dans le premier chapitre – quand le héros principal s'appelle Charles Bovary puisque Emma Rouault n'existe pas encore –, fait entendre sa voix diluée dans le "nous" d'un sujet pluriel?»
Antoine Billot.

Frederick Brown. Flaubert: a biography, Little, Brown and Co, New York, 2006.
http://www.twbookmark.com/books/89/0316118788/index.html
Extrait du livre: «Flaubert in 1848»:
http://www.findarticles.com/p/articles/mi_qa4021/is_200507/ai_n14825182

(< Jean-Benoît Guinot)
Jonathan D. Culler. Flaubert: the uses of uncertainty.
Davies Group. PO Box 440140. Aurora, Colorado. 2006
(réédition de l'ouvrage publié à Cornell University Press en 1974)

Bernard Fichera, Lettres inédites de Mademoiselle Marie-Sophie Leroyer de Chantepie à Gustave Flaubert, Fragments du journal intime, 2006 (ouvrage hors commerce, imprimé pour quelques amis et pour la Bibliothèque royale de Belgique).
Neuf lettres fictives, datées de 1858 à 1869, alternent avec des fragments de journal intime, tout aussi imaginaires, et d’une grande justesse de ton. Extraits: «J’étais et je demeure continûment accablée par tant d’afflictions si semblables à celles d’Emma» (p.10). «La vieille fille que je suis peut tout entendre, et vos audaces apportent un souffle d’air vivifiant à ma misérable existence» (p.18). «Vous serez libéré de cette misérable hystérique qui sollicitait vos conseils et refusait de les suivre et de se soigner. Mais avez-vous plus fervente admiratrice de votre oeuvre que cette créature des bords de Loire?» (p.46).

Bernard Marcoux, L’arrière-petite-fille de Madame Bovary, Montréal, Editions Hurtubise HMH Itée, 2006.
http://www.hurtubisehmh.com/ouvrages/f_ouvrage.asp?ouvID=1475
«Tel une certaine Madame Bovary d’un autre siècle, Béatrice, une femme mariée, fin trentaine, dont le mari est à l’étranger, prend pour amant un homme de 12 ans plus jeune qu’elle. Malgré une première grossesse inattendue, les amants choisissent de laisser place à l’amour durant les quelques mois qui précèdent le retour du mari et la naissance de l’enfant.
Voici un roman qui célèbre l'amour, l'art et la beauté, dans une langue particulièrement soignée. Non univoque, il n’est pas seulement triste, comme beaucoup de romans à la mode, ou alors seulement comique. Il ne se cantonne pas dans un genre, il mêle drôlerie et tristesse, moments comiques et moments touchants, se rapprochant davantage de la réalité du quotidien.» (4e de couverture.)

Ouvrage collectif

(< Jean-Benoît Guinot)
Texte et discours: catégories pour l’analyse, Jean-Michel Adam, Jean-Blaise Grize, Magid Ali Bouacha (éds.), Dijon, Editions universitaires de Dijon, coll. «Langages», 2004.
C’est sur un texte littéraire, l’incipit de Salammbô, que s’appuie l’étude de Jean-Daniel Gollu et Joël Zufferey. A partir des trois principales opérations référentielles (désignation, définition, contextualisation), ils mettent en évidence la stratégie adoptée par Flaubert pour ancrer son roman historique. Afin de construire l’accessibilité cognitive des objets retenus - souvent éloignés de l’univers de référence du lecteur -, sont mobilisées différentes structures langagières, aux ressources pragmatiques fortes, tels le présentatif, l’apposition ou la comparaison.
http://www.fabula.org/revue/document1301.php

Articles

(< Gilles Cléroux)
Luc Dellisse, Le Feu central. Neuf écrivains-clés du XIXe siècle, essai, L’Harmattan, 2005. 20 euros.
Un chapitre consacré à «Flaubert en République» (p.109-130). Flaubert mû par «l’horreur de la réalité vivante», rencontrant idéalement «cette période de réification» qu’est le Second Empire.

(< Pierre-Claver Billy Mongui)
Sainte-Beuve, «Mes chers amis...», édition préfacée et annotée par Michel Brix, Grasset, coll. «Cahiers rouges», 2006, 431 pages.
Cet ouvrage présente un choix d’articles de Charles Augustin Sainte-Beuve portant sur neuf écrivains du XIXe siècle, dont Flaubert. Le titre du volume, «Mes chers amis…», ne dénote pas la teneur des articles. S’il suggère en apparence des relations cordiales entre le critique et les auteurs en question, le contenu dépasse le cadre panégyrique. Michel Brix souligne à ce sujet que «Sainte-Beuve était moins un ami qu’un critique, et c’est pour cette raison qu’il a agacé certains de ses contemporains».
Les deux articles de Sainte-Beuve sur Flaubert sont donnés (p. 133-199). Le premier sur Madame Bovary avait flatté Flaubert; le second fait suite à la publication de Salammbô et s’inscrit aujourd’hui dans le contexte de ce qui est devenu la querelle «archéologico-littéraire».

(< Gillian Pink)
Kris Vassilev, «Le Père absent et le problème de la croyance dans Un Coeur simple» in Nineteenth-Century French Studies, vol. 34, nos 1 & 2 (Fall-Winter 2005-2006), p. 89-106.




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales