BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 84 /  23 juin 2006

BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE DE ROUEN

Présentation d’un don de Claude Digeon, par Christelle Quillet.

Claude Digeon, professeur honoraire à l’Université de Nice, a fait don à la bibliothèque municipale de Rouen de souvenirs de Flaubert. Ceux-ci lui avaient été transmis par Jacques Lambert à l’occasion de leur collaboration à l’édition du supplément de la correspondance de l’écrivain. Le don comprend une mèche de cheveux que Jacques Lambert dit être de Louise Colet, trois papiers pliés contenant chacun un bouquet de fleurs séchés, et une photographie de madame Roger des Genettes.
La mèche de cheveux est d’un joli roux clair, maintenue par un petit ruban rouge.
Les trois bouquets de fleurs se sont plus ou moins bien conservés dans leur forme initiale; les fleurs sont en bon état cependant. Elles sont protégées dans un papier plié, chacun comportant une mention manuscrite indiquant la date et l’occasion du présent. Le premier est ainsi décrit: «bouquet du 25 novembre 1846 soirée du français (Mithridate Rachel)». Le second comprend la mention suivante: «Bouquet de mardi 10 novembre 1846 Porte Saint-Martin». L’écriture manuscrite a été identifiée comme celle de Louise Colet par Yvan Leclerc.
Le troisième comporte des dates au crayon bleu «1846-48 R», d’une écriture différente.
Ce don est à la disposition des chercheurs: biographes de Louise Colet et biologistes ont désormais un sujet d’étude commun!

AGENDA

29 juin 2006, Université Stendhal-Grenoble 3

L’Idiot de la famille de Jean-Paul Sartre
«…que savons-nous - par exemple - de Gustave Flaubert?»

Journée d’étude organisée par Julie Anselmini et Julie Aucagne, salle C008
10h30 - Accueil
10h45 - Gilles Philippe (Grenoble 3) - Introduction
11h - Julie Anselmini (Grenoble 3) - «Les stratégies argumentatives dans L’Idiot de la famille»
11h40 - Marielle Macé (CNRS) - «Penser par cas. Sartre et les exemples»

14h - Grégory Cormann (Liège; ITEM-CNRS) - «Le problème du temps vécu dans L’Idiot de la famille»
14h40 - Jean Bourgault (Sotteville-lès-Rouen; ITEM-CNRS) - «Réinventer l’art d’écrire: littérature et phénoménologie dans L’Idiot de la famille»
15h30 - Julie Aucagne (Grenoble 3) - «Achille-Cléophas Flaubert et les métamorphoses du regard chirurgical»
16h10 - Jean-François Louette (Paris IV) - «Les revanches de la bêtise»

É.CRI.RE / Traverses 19-21
Université Stendhal-Grenoble 3
UFR de lettres classiques et modernes
1180, avenue centrale
Domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères
B.P. 25
38040 Grenoble cedex 9
04 76 82 41 37
Contact: julie.aucagne@wanadoo.fr / julie.migraine@tiscali.fr

Arte, 5 juillet à 1h10

(< Michèle Leroux-Baron)

Nadia et Sarra
Zoom sur Nadia et Sarra, dernier volet de la collection de trois téléfilms consacrée par Arte aux relations mère-fille. Nadia est une belle femme brune qui aime la littérature et fait lire Madame Bovary à ses élèves du lycée de Tunis. Comme l’héroïne de Flaubert, elle cultive les mondes imaginaires pour retenir un goût de vivre qui part en lambeaux. Notre journaliste Emmanuelle Bouchez revient sur l’oeuvre de la cinéaste tunisienne Moufida Tlatli qui offre un portrait radical, cru, touchant, d’une femme à la dérive vers les abysses de la dépression.
http://www.teleramaradio.fr/article.php3?id_article=397

VENTES

Vente Piasa, Richelieu-Drouot, 19 et 20 juin (Thierry Bodin expert)

162. Lettre de Flaubert à Philippe Leparfait, Dieppe Neuville, mardi 28 [juillet 1874].
400/500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.841-842.]
(< Eric Walbecq, BnF)

Librairie La Poussière du Temps

16, rue de Tournon, 75006 Paris
Tél. 01 43 26 49 54
ptemps@club-internet.fr

Dossier Richepin, comprenant des coupures de presse. L’une de ces coupures, tirée de L'Illustration du 19 mai 1888 (d'après la table manuscrite de Paul Beuve) présente un article non signé intitulé «Chez M. Jean Richepin». Un extrait concerne Flaubert. Il nous a été aimablement communiqué par Francis Teboul.
«... Dans un coin, le portrait de Flaubert, de Liphart, avec une carte de visite fichée dans le cadre et ces deux lignes au-dessous du nom imprimé:
GUSTAVE FLAUBERT
Crie:
Vive Richepin!
C'était au lendemain de La Chanson des Gueux, après l'aventure de la prison. L'acquitté du procès Bovary ne se consolait pas de l'injure faite aux belles lettres dans la personne du poète au teint de cuivre.
- Si seulement, disait-il, on l'avait exhibé au profit des pauvres, déguisé en Hun de la conquête, pour donner aux Parisiennes le goût de la beauté barbare! Mais voler trente jours d'amour et de liberté à un gars de cette encolure, quand des statisticiens publient des brochures alarmées sur la dépopulation du pays! C'est de la folie, ça n'a pas de nom, c'est à faire rougir d'être Français.
Ces hyperboles que j'ai recueillies moi-même de la bouche du grand homme ne sont évidemment point pour déplaire à M. Jean Richepin...»
[Le procès de Richepin a eu lieu le 15 juillet 1876; jugement confirmé en appel le 26 août suivant.]
(< Eric Walbecq, BnF)

Catalogue Demarest, juin 2006

autographes.demarest@club-internet.fr

131. Lettre à Jeanne de Tourbey du [3? juin 1865].
2825 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p.444.]

Catalogue de la Librairie de l’Abbaye, n°326 [juin 2006]

Abbaye-PINAULT@wanadoo.fr

47. Lettre à «Mon cher bonhomme» [Guy de Maupassant, 24-25 mars 1880].
2.200 euros.
[Flaubert-Maupassant. Corr., éd. Yvan Leclerc, Flammarion, p.237.]

VIENT DE PARAITRE

Articles

Hugo Friedrich, «Flaubert», dans Drei Klassiker des französischen Romans, 1939. Trad. Philippe Dufour, Littérature, n°141, mars 2006, p. 115-139.
Flaubert et «l’objectivité dépersonnalisée» (p.118).

Présentation par Hugues Laroche de Marcel Schwob, «Saint Julien l’hospitalier», préface à La Légende de saint Julien l’Hospitalier de Gustave Flaubert, Paris, Ferroud, 1895; repris dans Spicilège, Mercure de France, 1896.
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/saint_julien.php
http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/saint_julien.pdf

Dérivés

(< Joëlle Robert)

Dans le premier film de Florence Moncorgé-Gabin, Le Passager de l'été, une scène évoque Madame Bovary. L'une des héroïnes - l'institutrice, jouée par Laura Smet - raconte l'histoire d'Emma, qu'elle est en train de lire, et à l'écran apparaît fugitivement une ancienne édition du roman (celle d’Edouard Maynial, Classiques Garnier, 1936).

LECTURE

Eric Marty, Roland Barthes, le métier d’écrire, Seuil, «Fiction & Cie», 2006.
«Il me dit un jour, c’est à Urt, qu’il considère désormais que le discours politique ne peut être que le lieu de la bêtise. Il a l’intention de faire le journal de sa propre bêtise politique. Je l’encourage dans ce sens. Je regrette que Barthes n’ait pas tenu ce journal, véritable projet flaubertien dont je comprends maintenant tout le rôle carnavalesque qu’il aurait pu avoir dans Vita Nova. L’expérience corrosive du Neutre» (p.71).

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Paris-Normandie, 13-14 mai 2006.
Courrier des lecteurs. Docteur P. Roz.
«[…] J’invite les Rouennais à militer pour le bannissement des statues qui ne sont pas à leur place dans la ville. Gustave Flaubert pose en majesté devant l’entrée de l’Hospice Général (devenu CHU) dans lequel il n’a probablement jamais mis les pieds. Cet être mesquin n’aimait pas les médecins et ne connaissait rien à la médecine. Dans Bovary, sa volonté affichée d’altérer la mémoire d’un praticien victime d’une infortune conjugale n’est pas jolie-jolie. Sa description du pouls d’Emma agonisante est inepte. Surtout, la thérapeutique du pied-bot, qu’il vilipende à pleines pages, est en fait une technique novatrice à laquelle l’avenir rendra raison.»




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales