BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 86 /  4 octobre 2006


AGENDA

Théâtre

(< Jean-Benoît Guinot)
Bouvard et Pécuchet, le sabir de Serge Added.
Production de la compagnie Théâtre'Théâtre, Reims.
«Bouvard et Pécuchet sont deux personnages tout droit sortis de notre littérature. Voilà les deux célèbres copistes empruntés à Flaubert plongés dans notre société. On reconnaît le goût de Serge Added pour les jeux de langage; les mots sont ici le moteur même de la dramaturgie dans une pièce drôle et enlevée. Les personnages, qui se savent personnages, ont néanmoins des traits on ne peut plus humains. Ils incarnent notre penchant irrésistible pour le mimétisme langagier, des mots attrapés on ne sait où, cueillis au vol des conversations ou de la pression de la mode. Tout comme nous ils s’interrogent: qui suis-je? et quel est ce monde qui m’entoure? Tout comme nous ils savent que leur vie a une durée limitée; mais pour eux c’est pire: ils n’ont droit qu’à une heure trente.» (Présentation de l’auteur/metteur en scène.)
Affiche du spectacle:
https://nakala.fr/nakala/data/11280/3639b26b

Calendrier:
Répétitions:
du 25 septembre au 15 octobre 2006: accueil en résidence au Havre - Théâtre des Bains-Douches, tél. 02 35 47 63 09.
du 16 au 31 octobre 2006: accueil en résidence à Caen - théâtre Actéa, &tél. 02 31 93 30 40.

Représentations:
09 novembre 2006 - Cormontreuil (Marne), tél. 03 26 82 05 53.
13 novembre 2006 - Fismes (Marne), tél. 03 26 48 05 89.
21 novembre 2006 - Troyes (Aube), tél. 03 25 43 32 10.
05 décembre 2006 - Sedan (Ardennes), tél. 03 24 27 09 75.
18, 19 et 20 janvier 2007 - Reims (Marne), tél. 03 26 47 53 41.
16, 17 et 18 février 2007 - Strasbourg (Bas-Rhin) - Le Taps Scala, tél. 03 88 23 79 30.
février 2007 - Caen (Calvados) - Théâtre Puzzle.
mai 2007: Nontron (Dordogne), tél.  05 53 80 68 63.
juillet et août 2007 - Houlgate (Calvados), tél. 02 31 28 52 56.
octobre 2007: Le Havre (Seine-Maritime) - théâtre des Bains-Douches, tél. 02 35 47 63 09.
novembre 2007: Boulogne sur Mer - La faïencerie (Pas-de-Calais), tél. 03 21 87 73 05.
novembre 2007: Lalinde (Dordogne).

Soutenance de thèse

Vendredi 13 octobre 2006, Faculté des Lettres de Rouen, Mont-Saint-Aignan.
(salle Danielle Roussel, 14h).

Liliane Bertrand soutiendra sa thèse sur Le statut littéraire de la Normandie chez Flaubert et Maupassant.
Jury : Francis Lacoste, Bordeaux III. Yvan Leclerc, Rouen (dir.). Francis Marcoin, U. d’Artois.

Séminaire Flaubert 2006-2007.

Première séance le 16 décembre 2006.
Agenda en ligne:
http://www.item.ens.fr/contenus/seminaire/flaubert_07.html

VENTES

Vente Renaud-Giquello à l’hôtel Drouot, 18 octobre 2007

(Bernard Loliée expert)
http://www.gazette-drouot.com/annonceurs/renaud/pdf/2006/181006_giquello.pdf
[taille du fichier: 4,4 Mo]

10. Lettre à Ernest Feydeau, dimanche 5 août [1860].
Estimation 1200/1500 euros. Première page de la lettre reproduite dans le catalogue.
Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p.100-101.

11. Lettre à Ernest Feydeau, vendredi [30 mars? 1860]
Estimation 2000/2500 euros.
Partiellement inédite. Incomplète dans Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p.84. À paraître dans le Supplément du t.V.
(< Eric Walbecq, BnF)

VIENT DE PARAITRE

Ouvrages

Philippe Chardin, «Identifications cryptées et “ressouvenirs inconscients”: Proust et
Flaubert», dans Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Champion, 2006, p.65-78 (chapitre 5).


Éric Le Calvez, Gustave Flaubert. Un monde de livres, Textuel, coll. «Passion», 2006, 49 euros.
http://www.editionstextuel.com/index.php?cat=020301&id=311

(< Olivier Leroy)
Jean-Bernard Pouy, Anne Blanchard et Serge Bloch, L'Encyclopédie des cancres: Des rebelles et autres génies, Gallimard Jeunesse, août 2006, 19,95 euros.
On y retrouve notre petit Gustave qui, malgré son indiscipline et ses fautes d'orthographe, est devenu le Grand Flaubert!
http://www.alapage.com/-/Fiche/bibliotheque/2070572390/?donnee_appel=GOOGL

Ouvrages collectifs

(< Aurélie Barjonnet)
Jeanne Bem, Uwe Dethloff (dir.), avec la collaboration d'Aurélie Barjonet, Nouvelles lectures de Gustave Flaubert. Recherches allemandes, Tübingen, Narr, 2006, 212 p., 10 ill. ISBN: 3-8233-6245-3, 48 euros.
http://www.narr.de/index2.html?http://www.narr.de/mcgi/shop/produkt2.cgi?aref=3460
ou
http://www.amazon.de/Nouvelles-lectures-Flaubert-Recherches-allemandes/dp/3823362453/ref=sr_11_1/028-9671183-1699756?ie=UTF8

Sommaire
Jeanne Bem et Uwe Dethloff: Préface.
Jacques Neefs: Flaubert, le comique des idées.
Christine Ott: Diététique littéraire et poétique alimentaire chez Flaubert.
Jörg Dünne: Le vésicatoire et l’ascèse: Flaubert, Schopenhauer, Nietzsche.
Jeanne Bem: Le désir de réel et les images mentales. À propos de Madame Bovary.
Sabine A. Narr: Transgressions médiatiques: relation entre texte et image chez Flaubert.
Annette Clamor: À la recherche de l’autre: les oeuvres de jeunesse de Flaubert comme «mise en abyme» de la constitution du moi artistique.
Dorothea Kullmann: Narratologie et histoire littéraire (à propos de Madame Bovary).
Andrea S. Landvogt: Caricature et citation: l’exemple de Madame Bovary.
Gisela Haehnel: Charles Bovary – un personnage «dévalorisé».
Harald Nehr: La signification du «rien». À propos du style de L’Éducation sentimentale.
Aurélie Barjonet: Flaubert dans la recherche, la presse et l’édition allemandes (1985-2005).
Aurélie Barjonet: Bibliographie de la recherche allemande sur Flaubert (1985-2005).
Index.

Articles

Julian Barnes, «Madame Bovary, c’est moi», Le Nouvel Observateur, n°2185, 21-27 septembre 2006, p.120-124 (traduction par Vanessa Guignery).
http://www.nouvelobs.com/articles/p2185/a317235.html
La version anglaise est parue dans The Guardian du 30 septembre 2006.
http://books.guardian.co.uk/review/story/0,,1882799,00.html
À l’occasion du cent cinquantenaire de Madame Bovary, Barnes réécrit la fin de «son» roman à la première personne, non sans prendre à parti son auteur («Il ne m’aimait pas»): pour se tirer d’affaire, elle s’est vendue à Maître Guillaumin, n’a jamais pensé à se suicider mais a eu seulement l’imprudence de manger des champignons vénéneux: «Les champignons ne contenaient pas assez de poison. J’ai survécu. Je suis navrée de gâcher l’histoire, mais les faits sont les faits.» Elle habite désormais à Cany-Barville (la ville natale de Bouilhet!). Elle y survit avec ses souvenirs, comme une autre.

(< Gilles Cléroux)
Henri Mitterand, «Les pantoufles de la bonne...: la sémiologie de la dérision dans L’Éducation sentimentale», dans La pensée du paradoxe. Approches du romantisme, hommage à Michel Crouzet, Fabienne Bercegol et Didier Philippot (dir.), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p.475-483.

Étienne Garcin, «Djalioh, monstre du romantisme», dans La pensée du paradoxe. Approches du romantisme, hommage à Michel Crouzet, Fabienne Bercegol et Didier Philippot (dir.), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p.535-543.
[Sur Quidquid volueris.].

Catherine Gautschi-Lanz, «Bovarysmes», dans Le roman à table. Nourritures et repas imaginaires dans le roman français. 1850-1900, Genève, Slatkine Érudition, 2006, p.178-186.
(Partie III, chapitre 2: «Dyspepsies et autres pathologies»).

René Schérer, «Une monstruosité sainte; L’hospitalité essentielle; L’hospitalité absolue», dans Zeus hospitalier. Éloge de l’hospitalité, Paris, La Table ronde, 2005 (Coll. La petite vermillon), p.251-262
2e partie, «Constellations», chapitre VIII, sections 6, 7 et 8: sur La Légende de saint Julien l’Hospitalier). Essai déjà paru chez Armand Colin en 1993.

Maria Dolores Vivero Garcia, «La pièce (dé)montée». Étude sémantique d’une description de Madame Bovary, Poétique, n°146, avril 2006, p.157-164.

RECHERCHE

Palmes de Salammbô

Réponse à Adrien Delcour (voir le Bulletin 85).

À propos de la signification des palmes dans Salammbô, nous avons reçu deux réponses complémentaires, l’une de Jeanne Bem, l’autre de Gisèle Séginger.

Jeanne Bem
«Ma source est la Bible Osty. En allemand, le dimanche des rameaux se dit Palmensonntag. Jésus se rend à Jérusalem au moment de la Paque juive et les palmes font partie de la célébration. La foule les utilise spontanément pour fêter Jésus. Mais des 4 Evangiles, c'est seulement dans Jean 12,13 qu'il est question de branches de palmier. A cet endroit Osty renvoie a Apocalypse 7,9, qui a son tour renvoie aux deux livres des Maccabées, 1 Mac 13, 51 et 2 Mac 10, 7. Il ressort de cette dernière occurrence que les branches de palmier accompagnent une fête qui est un rituel de purification. Par glissement, Flaubert utiliserait le symbole des palmes en optant pour un sens antithétique de l'acception reçue - la palme récompense du guerrier vainqueur. Au passage, j'ai remarque dans 2 Mac chap. 9 la description d'un roi frappé d'une horrible maladie qui ressemble à celle d'Hannon.»

Gisèle Séginger
«Lorsque Jésus entre triomphalement à Jérusalem, il est accueilli par les habitants qui coupent des «rameaux de palmiers». Ce qui sera commémoré par la fête des rameaux, début de la semaine sainte, et dans certaines régions méridionales, en Italie, je crois, on utilise les palmes et non les rameaux d'olivier pour cette fête. Chez les orthodoxes, la fête des rameaux s'appelle fête des Palmes. Il y a d'autres éléments christiques dans l'oeuvre. Bref, il semblerait que ce soit, dans le monde méditerranéen, un signe pacifique, en effet.»

«Bauce»

Question de Sylvain Entressangle, Hachette Multimédia, Département Référence

«Quelqu'un pourrait-il m'indiquer le sens exact du mot "bauce" employé par Flaubert dans Madame Bovary (III, 3): "Les avirons carrés sonnaient entre les tolets de fer; et cela marquait dans le silence comme un battement de métronome, tandis qu'à l'arrière la bauce qui traînait ne discontinuait pas son petit clapotement doux dans l'eau."
Ce terme ne se trouve dans aucun des dictionnaires, y compris techniques, que j'ai pu consulter. Le gouglage sur Internet ne "remonte" que cette seule occurrence, toujours tirée de Madame Bovary. Les traductions en anglais donnent "rudder", c'est-à-dire gouvernail; faut-il comprendre que la bauce serait alors le safran du gouvernail? Ce serait étonnant, car le propre d'un safran de gouvernail n'est-il pas de "traîner dans l'eau"! D'ailleurs, y a-t-il besoin d'un gouvernail sur une barque manoeuvrée aux avirons? ("Puis, crachant dans ses mains, il reprit ses avirons.", ibid.) Merci d'avance pour votre aide!»

Réponse au Bulletin, qui transmettra.

Voyage en Orient, Bibl. de la Pléiade

Stéphanie Dord-Crouslé, auteur des notes et des cartes dans l'édition du Voyage en Orient [établissement du texte et préface par Claudine Gothot-Mersch], nous prie d'insérer le message suivant:
«L'édition du Voyage en Orient parue en juin dans la collection Folio (voir le Bulletin Flaubert n° 83 du 6 juin 2006) comporte quelques légères imperfections matérielles qui n'ont pas échappé à la vigilance des lecteurs. En particulier, deux cartes se révèlent fautives, ce dont je porte l'entière responsabilité:
p.740: le bateau qui transporte Flaubert au départ de Marseille ne passe pas au nord de la Corse, mais bien entre la Corse et la Sardaigne, comme Flaubert l'indique p.70;
p.744: la ville d'Éphèse n'est pas directement sur la côte, mais à quelques kilomètres à l'intérieur des terres.

Cette édition étant destinée à figurer bientôt dans la Bibliothèque de la Pléiade, on serait éminemment reconnaissant aux lecteurs qui auraient remarqué semblables bévues de les signaler: écrire au Bulletin qui transmettra!»




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales