BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 91 /  7 février 2007

Il y a 150 ans jour pour jour, le 7 février 1857, Flaubert était acquitté mais blâmé pour avoir publié Madame Bovary.
Les attendus du jugement sont en ligne sur le site de la BM de Lisieux, après le réquisitoire de Pinard:
http://www.bmlisieux.com/curiosa/epinard.htm

AGENDA

Amis de Flaubert et de Maupassant
Programme des activités pour l’année 2007
Hôtel des sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, 76000 Rouen

Samedi 12 mai 2007
Colloque: Lieux réels et imaginaires dans Madame Bovary

Dimanche 13 mai 2007
Voyage d’étude: De Tostes à… Yonville-l’Abbaye

Samedi 15-dimanche 16 septembre 2007
À l’occasion des Journées du patrimoine et de la «nuit blanche» de Rouen:
Marathon Bovary: lecture intégrale de Madame Bovary
Lycée Corneille, salle des actes, Rouen.

Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 novembre 2007
Colloque international organisé par le Centre Flaubert de l’Université de Rouen
et par les Amis de Flaubert et de Maupassant
Madame Bovary, 150 ans et après... Bilan et perspectives

VENTES

Catalogue Les Neuf Muses [janvier 2007}
neufmuses@orange.fr
12. Lettre à Louise Colet du 9 octobre 1852. 10.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.II, p.171-172.]

15. Madame Bovary, Michel Lévy, 2e édition, 1858. 2.500 euros.
Envoi autographe «à Monsieur Febvre, hommage de sympathie pr l’homme & d’admiration pr l’artiste. Gve Flaubert».
Frédéric Febvre (1833-1916) était acteur à l’Odéon, où Louis Bouilhet avait fait représenter Madame de Montarcy (novembre 1855) et Hélène Peyron (novembre 1858).

VIENT DE PARAITRE

Editions

(< Olivier Leroy)
Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, illustré par Serge Bloch et Pascal Lemaître, Nathan, 2006, 144p.

Ouvrages

(< Jean-Benoît Guinot)
Susannah Patton , A Journey into Flaubert's Normandy, Roaring Forties Press, 2006. 
Sur le site Amazon.

Adaptations

(< Jean-Benoît Guinot)
Voyage en Orient, lu par Daniel Mesguich, éd. Télérama et De Vive Voix.
http://www.decitre.fr/bibliotheque/fiche.aspx?code-produit=9782846840729

RECHERCHE

Réponse à la question de Claude Courouve, auteur du Dictionnaire français de l'homosexualité masculine, concernant le «système Cordier» (voir Bulletin Flaubert, n°90).
Antonio Álvarez de la Rosa, professeur à l'Université de La Laguna, pense qu’il s’agit d’Alphonse Cordier (1820-1897), conseiller municipal de Rouen, conseiller général et sénateur, mentionné à plusieurs reprises dans la Correspondance (voir surtout la lettre à Louise Colet du 21 août 1853, Bibl. de la Pléiade, t.II, p.405-406). Il est cité dans un scénario de Sous Napoléon III: «Cordier: le malin qui s’enfonce» (Carnet 17, f. 2). Dans son édition des Carnets de travail, Pierre-Marc de Biasi fait également l’hypothèse que ce Cordier pourrait renvoyer au vaudevilliste Éléonore de Vaulabelle, dit Jules Cordier (Balland, 1988, p.716), mais nous n’avons aucune preuve que Flaubert l’ait connu.


Correspondance de Flaubert, Bibl. de la Pléiade, t.V
L’annotation du t.V et dernier de la Correspondance de Flaubert, à paraître dans la Bibliothèque de la Pléiade, est terminée. Quelques questions n’ont cependant pas trouvé de réponse, malgré nos recherches. Nos lecteurs peuvent-ils nous aider? Remerciements assurés sur papier Bible.

Lettres de 1877
Je dépasse les grossièretés de Sainte-Beuve vis-à-vis de Taine! – ce qui prouve en faveur de ce brave garçon.
De quelles grossièretés s’agit-il?

Mon idée à moi, est que les Eaux dégraissantes de Carlsbad vous ont été funestes? – J'ai relativement au Banting des opinions arriérées, – mais que je crois rationnelles –.
Une note du Supplément Conard précise: «Le régime de Banting (du nom d’un malade soigné par Harvey) consiste à supprimer de l’alimentation des obèses les aliments gras et les féculents, et à ne permettre les hydrocarbures qu’en petite quantité.» Nous n’avons pas trouvé l’origine de cette définition. Par ailleurs, le terme «Banting» se trouve dans les plans et scénarios de Bouvard et Pécuchet (ms g 10, f° 45; éd. Alberto Cento, p. 31).

Tu peux dire aussi au même [à Ernest Commanville] «Dérouet, mon neveu», puisqu'il a épousé ma nièce, que les élagueurs ont commencé aujourd'hui leur besogne.
D’où vient l’expression «Dérouet, mon neveu», entre guillemets dans la lettre de Flaubert?


Lettres de 1878
Quant à Henri Martin, c'est un pur idiot. J'ai lu de lui, cet hiver, des scènes historiques sur la Fronde, genre Vitet, qui sont d'un joli tonneau. Qu'on soit la lune d'un soleil, très bien. – Mais l'être d'un lampion comme Vitet, c'est se mettre plus bas que les chandelles à 36.
Sens de l’expression «chandelles à 36»? Variation sur «36 chandelles»?

[Madame Michelet] doit avoir «des regrets peu éthérés» (c'est bien naturel, après tout). Son mari [Jules Michelet] a fait un livre sur L'Oiseau. Mais il n'était peut-être pas suffisamment Rempailleur? Suis-je assez ignoble, hein? –
Sens de «Rempailleur»? Mot obscène? Il ne se trouve pas dans le Dictionnaire de la langue verte de Delvau (1883).

J'aurais voulu voir l'orgie finale avec le malaga! Malaga, un nom romantique.
Flaubert fait-il allusion à un emploi particulier du nom «Malaga»?

J'ai reçu votre Théâtre dont je vous remercie; j'en approuve la Préface, en vous disant comme Mac Mahon à l'officier nègre: «Continuez!»
Le mot est célèbre: peut-on donner une référence datée?

Il est bien de se souvenir des «Vieux dans l'ombre» comme dirait le père Hugo.
Nous n’avons pas trouvé cette expression dans l’oeuvre de Hugo.

Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier), Revanche posthume. Étude conjugale, Paris, Charpentier, 1878, paru le 19 juin, d’après la Bibliographie de la France du 20 juillet.
L’ouvrage n’est pas conservé à la BnF. Flaubert remercie l’auteur pour sa «belle dédicace». S’agit-il de la dédicace de l’oeuvre (sinon, c’est un envoi, mais l’exemplaire de Flaubert n’a pas été retrouvé).

Lettres de 1879
Quant à ta migraine d'hier, pourquoi t'avises-tu de recevoir Casse-Robine, – dont la légèreté est capable de tuer un rhinocéros?
Sens de «Casse-Robine»? Mot obscène? Il ne se trouve pas dans le Dictionnaire de la langue verte de Delvau (1883).

Mais nous ne ferions rien, dans ce monde, si nous n'étions guidés par des idées fausses. C'est une remarque de Fontenelle, que je ne trouve point sotte.
Pas trouvé dans Fontenelle.

Oui, si vous étiez là, bien que vos mains soient, dites-vous, abîmées de moustiques, il les baiserait, et malgré les ampoules de vos joues, il couvrirait de caresses cette royale et belle figure qui vous appartient. – Avec votre permission il serait encore plus tendre pour le «gentilhomme». Ah! si Martin était là, que dirait-il…
Le «gentilhomme»? «Martin»?

Je connais l'article de Poupard-Davyl contre Daudet. Mais est-ce que tout cela regarde le public!
De quel article s’agit-il? La lettre est du 8 octobre 1878.

Je ne défends nullement le Darwinisme, n'ayant pour cela aucune compétence. Seulement je maintiens qu'il est innocent de Lebiez, tout comme le catholicisme l'est de Mingrat ou de Lacolonge.
Qui est Lacolonge?


Lettres de 1880
Sarah Bernhardt me semble gigantesque! Et «les pères de famille» pétitionnant pour les congrégations! L'époque est farce, décidément.
L'escapade de mon amie Sarah Bernhardt la complète. Mais je crois qu'on commence à en être tanné. Elle prétend qu'elle gagne annuellement 30 mille fr. avec sa peinture! Est-il possible de se foutre du public comme ça!
La pétition des pères de famille? L’escapade et les gains de Sarah Bernhardt? La lettre date du 22 avril 1880.

Lettre à Léon Hennique, à propos de son roman Les Hauts faits de M. de Ponthau.
p. 303.  «J'en ai bu une pleine coupe.» Eh oui! c'est vrai! – Ex[emple]: Léger, Papavoine, et l'Homme des environs de Gênes qu'on appelait La Hyène.
Notes sur les noms propres?

Et Lagier, qui va publier «ses confidences», comme Lamartine! Allons, la France se relève.
Pas d’oeuvres connues de Suzanne Lagier.

Te souviens-tu que tu m'avais promis de te livrer à des recherches dans Barbey d'Aurevilly (département de la Manche). C'est celui-là qui a écrit sur moi cette phrase: «Personne ne pourra donc persuader à M. Flaubert de ne plus écrire?»
Nous n’avons pas trouvé cette phrase dans les articles de Barbey d’Aurevilly consacrés à Flaubert, mais certains jugements sont assez proches, au moins dans l’esprit, par exemple celui qui concerne La Tentation de saint Antoine: «Nous n’avons qu’à prier le ciel de l’arracher à la voie littéraire – si cela peut s’appeler une voie littéraire – dans laquelle il s’est engagé et morfondu» (Le Constitutionnel du 20 avril 1874). La phrase exacte de Barbey citée par Flaubert se trouve-t-elle ailleurs?

SITE DU CENTRE FLAUBERT

Biographie

Inventaire après décès de Caroline Fleuriot, mère de Gustave Flaubert, 15 avril 1872.
Transcription d’Eric Mardoc et d’Olivier Leroy.
http://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/mere_inv.pdf


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Matthieu Desportes, de Jean-Benoît Guinot et de Joëlle Robert. Il vous tiendra informé(e), selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement et y faire paraître des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnées et vos messages à :

Yvan Leclerc yvan.leclerc@univ-rouen.fr
Professeur à l'Université de Rouen
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
F. - 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Tél. Secrétariat département: 02 35 14 61 67
Tél. Centre Flaubert: 02 35 14 69 01

Mentions légales