BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

[BULLETIN FLAUBERT n° 60 / 27 septembre 2004]

Catalogue Thierry Bodin, n°111, septembre 2004

infos@lesautographes.com

94. Gustave Flaubert (1821-1880) romancier. L.A., Mercredi 2 h. [«2 décembre 1846» (date de la main de Louise Colet)], à Louise Colet; 3 pages in-8, adresse («Me Aglaé D» biffée).
Magnifique lettre d'amour et de confidences, où Flaubert trace son portrait moral. «Je suis triste - je m'ennuie je m'embête. Je n'ai pas une idée dans la tête - sans ce bon Max [Du Camp] ce serait à en périr. Me voilà rentré dans ma vie plate et monotone qui n'a quelque douceur que par son uniformité, quelque grandeur peut-être que par sa persévérance. Sitôt que je romps à mon train ordinaire et que je veux m'y remettre j'en éprouve une amertume sans fonds. Aujourd'hui par exemple c'est quelque chose d'analogue à l'ennui des écoliers après une vacance. Tout le temps se passe à rêver au plaisir qu'on a eu et on regrette de ne l'avoir pas mieux employé. Il y a 24 heures nous étions en voiture - nous descendions - nous nous promenions à pied dans le bois»... Il regrette ces moments dont la douceur n'a pas été assez savourée: «ils reviennent au coeur, flambants, colorés, tranchant sur le reste comme une broderie d'or sur un fonds sombre - je repense sans cesse à la voiture et au soleil passant à travers les rideaux jaunes tu avais les lèvres et les paupières d'un rose vif... - Ne me dis jamais que je ne t'aime pas puisque tu me fais éprouver des mélancolies que je n'avais jamais eues. Je sens plus la douleur que le plaisir mon coeur reflète mieux la tristesse que la joie voilà pourquoi sans doute je ne suis pas fait pour le bonheur ni peut-être pour l'amour. Je comprends bien combien je dois te paraître sot, méchant, parfois fou, égoïste ou dur. Mais rien de tout cela n'est ma faute. Si tu as bien écouté Novembre tu as dû deviner mille choses indisables qui expliquent peut-être ce que je suis. Mais cet âge-là est passé. Cette oeuvre a été la clôture de ma jeunesse. Ce qui m'en reste est peu de chose, mais tient ferme. - Voilà pourquoi je me suis débattu longtemps contre l'idée d'avoir un enfant. Quel triste être sortirait de moi. Il ne voudrait seulement pas téter et demanderait à mourir avant d'avoir vécu - je suis né ennuyé c'est là la lèpre qui me ronge - je m'ennuie de la vie, de moi, des autres - de tout à force de volonté j'ai fini par prendre l'habitude du travail. Mais quand je l'ai interrompu, tout mon embêtement natif revient à fleur d'eau, comme une charogne boursoufflée - étalant son ventre vert, et empestant l'air qu'on respire. J'ai cherché à éviter les passions. Elles sont venues. Quand je ne suis plus dans l'exercice de l'une d'elles - quand je t'ai eue qques jours par exemple et que je reviens ici rien ne pourra te donner l'idée de ce qui se passe en moi»… Il l'embrasse en la quittant: «Adieu mille tendresses mais j'ai le coeur serré comme avec un cordon».
10.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.I, p.409. La Pléiade imprime «fond».]

Paris, Drouot, 1er octobre 2004

Bernard Perras expert.

Hérodias, Ferroud, 1892, reliure de Meunier.
2000/ 3000 euros.
L’Education sentimentale, Lévy, 1870, EO.
1800/2200 euros.
Correspondance Sand et Flaubert, Calmann-Lévy, [1904], EO sur Hollande.
2000/ 3000 euros.
Trois Contes, Charpentier, 1877, EO sur Hollande.
5000/ 6000 euros.
Salammbô, Lévy, 1862, EO.
600/ 800 euros.
La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, EO.
200/ 300 euros.
Madame Bovary, Lévy, 1857, EO.
1200/ 1500 euros.
<(< Eric Walbecq)

Catalogue Bertran, Rouen, [septembre 2004]

202. Ensemble de sept lettres dactylographiées ou manuscrites concernant la cession de la bibliothèque de Flaubert à l’Institut de France, et son transport vers la Normandie.
1100 euros.

203. La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, EO.
450 euros.

204. Le Candidat, Charpentier, 1874, EO.
330 euros.

205. L’Education sentimentale, Lévy, 1870, EO.
1500 euros.

206. Lettre de M. Gustave Flaubert à la Municipalité de Rouen, Lévy, 1872.
335 euros.

207. Salammbô, Lévy, 1863, EO.
535 euros.

682. Madame Bovary¸ pré-originale dans la Revue de Paris, 1856, avec une lettre de Flaubert à Paul de Saint-Victor (fac-similé).
7500 euros.

Paris, Drouot, 20 octobre 2004

Bernard Loliée expert

9. Lettre inédite à Tourgueneff, datée Croisset près Rouen, 7 août [1876].
1500/ 2000 euros.

10. Lettre à Louise Colet, [12 septembre 1853], Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t.II, p.428-430. Jean Bruneau mentionnait la coupure de l’édition Conard (n.1, p.430), faute d’avoir eu accès à l’autographe. On peut rétablir aujourd’hui le passage censuré: «Ce sujet bourgeois me dégoûte - et il me faut une masturbation opiniâtre pour y bander!»

Librairie L'oiseau-Lire

Rue du Hautbois 36, B-7000 Mons (Belgique).
Téléphone et télécopie: (32) (0)65 31 28 73
www.loiseaulire.com
Courriel: courrier@loiseaulire.com

Extrait du dernier catalogue en ligne de la Librairie. 
45. Flaubert (Gustave) — Madame Bovary. Moeurs de province. Douze compositions par Albert Fourié gravées à l'eau-forte par E. Abot et D. Mordant. Paris, A. Quantin, 1885. In-8° demi maroquin olive à coins, dos à 5 nerfs, soulignés de roulettes dorées, formant des compartiments à caissons décorés de fers dorés avec, au centre une pastille rouge mosaïquée, encadrés d'un double filet doré, tranches dorées (Pagnant), 406 p., bien complet des 12 eaux-fortes hors texte. Carteret et Vicaire, Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, III, col. 724.
Prix: 400 euros.

70. Flaubert (Gustave) — La légende de Saint Julien l'Hospitalier. Illustrée de vingt-six compositions originales dessinées et gravées par M.-E. Hunter. Paris, Aux dépens d'un amateur, 1934. In-4° sous chemise et étui, 75 p., un des 90 exemplaires numérotés sur vélin, on joint le prospectus avec la note de l'éditeur.
Prix: 200 euros.
(< Olivier Leroy)

[BULLETIN FLAUBERT n° 59 / 3 septembre 2004]

Catalogue Thierry Bodin, n°117, juillet 2004

http://www.lesautographes.com

Gustave Flaubert (1821-1880) romancier:
L.A.S. «ton G.», Mercredi matin [6? décembre 1871, à Philippe Leparfait, fils adoptif de Louis Bouilhet]; 3 pages et demie in-8 (pet. fente au pli réparée).
1.000 euros.
Sur ses efforts pour faire représenter Mademoiselle Aïssé de Louis Bouilhet (jouée à l'Odéon le 6 janvier 1872). «Sois calme! Oui, ils ont un traité pour la reprise de Ruy-Blas le 25 janvier. Après des dialogues inextricables, voici ce qui a été convenu il y a 15 jours entre Chilly & moi. [...] On jouera Aïssé quand même. Puis le 20 janvier on lanternera le père HUGO avec les décors pendant 15 jours, puis j'irai, moi faire une démarche près de lui pour obtenir encore 15 jours ou un mois. Depuis lors, comme la D[irec]tion croit de plus en plus à Aïssé, elle est maintenant en pourparlers pour louer la salle des Italiens, où l'on continuerait Aïssé pendant qu'on jouerait Ruy-Blas. Rassure-toi. On ne peut pas d'ailleurs arrêter une pièce tant qu'elle n'est pas descendue à un certain chiffre. Nous avons pour nous la Société des Auteurs dramatiques, où Chilly à propos de la reprise de Ruy Blas a été secoué par Al. Dumas [...] Enfin, fouts-moi la paix je fais tout pour le mieux»... Il parle des répétitions, du souffleur qu'il a manqué d'étrangler, des décors, puis précise: «C'est à nous (à l'Odéon) que le père H[ugo] pourrait peut-être faire un procès. Mais il n'osera de peur qu'on ne le traite de corsaire il redoute extrêmement la petite presse qui lui est fort hostile & puis merde Il fallait qu'Aïssé fut jouée maintenant.»... Il réitère sa recommandation de le laisser tranquille et donne de nouveaux détails sur la salle...
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. IV, p. 428-429.]

[BULLETIN FLAUBERT n° 57 / 25 mai 2004]

Catalogue Librairie de l’Echiquier, avril 2004

Frédéric Castaing
CASTAING.Frederic@wanadoo.fr

44. Flaubert, L.A.S. à Laporte du [12 juin 1874].
3.500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.810.]

L’Autographe S.A., Geneva

Switzerland.
Tel: +41 22 348 77 55. Fax: +41 22 349 86 74
http://www.autographe.org

Catalogue n°54, mai 2004 (vente aux enchères par correspondance)

67. FLAUBERT Gustave (1821-1880) - L.A.S., 1 p. in-8 sur son typique papier bleuté; Croisset, 24 IV [1871].
(Estimation: 1.800 francs Suisse; prix de départ 1.200.)
Les affaires d'Ernest Commanville allant de mal en pis, Flaubert cherche auprès d'un ami des informations pouvant aider l'époux de sa nièce bien-aimée, Caroline. "Mon cher ami - écrit-il à Félix-Archimède POUCHET - Je vous présente mon neveu... qui aurait besoin de renseignements scientifiques sur le bois de chêne. Pouvez-vous lui indiquer ce qu'il faudrait lire?...". Flaubert ira très prochainement rendre une visite à son correspondant.
Commanville possédait une scierie et commerçait en bois. A son retour d'Angleterre, après la guerre de 70, Caroline raconte comment les affaires de son mari "...commencèrent à s'embrouiller. Il avait cru à la hausse des bois... La guerre fit baisser les marchandises... obligé de réaliser, il dut vendre en subissant de grosses pertes...", etc. Quant à Félix-Archimède POUCHET, il avait été le professeur de sciences naturelles de Flaubert au collège de Rouen; plus tard, il enseigna à l'Ecole de médecine de cette ville; en 1859, il fut en vive polémique avec Pasteur au sujet de la "génération spontanée".
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. IV, p. 308.]

Privat - L'art de voir

162 Bd Haussmann. 75008 Paris.
Tel 01.45. 62. 25.64.
E-mail : advprivat@aol.com.

Catalogue 35-2004.
N° 84. FLAUBERT (Gustave). Lettre à la Municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet, Michel Lévy, 1872. In-8, 230 X 155 mm, un f. non ch.-20 pp. et un f.non ch. Peau de buffle havane, titre doré sur le premier plat dans un cadre incisé irrégulièrement avec deux petits cercles d'or se répétant aux angles, doublure peau de buffle olive, garde de porc poncé bronze, charnière en gouttière, couverture conservée, chemise à dos de buffle titré en long, étui bordé (Sün Evrard).
2300 Euros.

Edition originale de cette fulminante lettre à la municipalité de Rouen qui avait refusé un monument (gratuit) à l'ami d'enfance de Gustave Flaubert, le poète Louis Bouilhet (1822-1869). Sans la correspondance de Flaubert, le nom de Louis Bouilhet serait sans doute bien oublié. Selon le mot de Catulle Mendès, il "tenta d'être grand, sembla l'être, le fut presque." Robert Sabatier, qui lui consacre une longue notice plutôt bienveillante, rappelle cependant que le Général de Gaulle, dans une conversation privée, cita ses Vers à une femme (La Poésie du XIXe siècle II-64).
La reliure de Sün Evrard est datée de 1995. Les remarquables réalisations de cette grande créatrice d'origine hongroise sont rares sur le marché du livre ancien.

12-13 mai 2004, Pierre Bergé, Drouot

Vente passée
Catalogue en ligne, PDF
http://pba-auctions.com/images/catalogues/ventes_2004/pdf_2004/12b-05-04.pdf

135. Flaubert. L.A.S. à Ivan Tourgueneff, 21 mai [1871].
3.000/4.000 euros.
[Lettre publiée par Alexandre Zviguilsky, Cahiers Tourguéniev, 1998, n°22, p.160-161.]

441. Lettres à George Sand, Charpentier, 1884. Un des 50 ex. sur Hollande.
750 euros.

442. La Légende de saint Julien l’Hospitalier, Ferroud, 1895. 26 compositions de Luc-Olivier Merson, gravées à l’eau-forte par Géry-Bichard. Un des 200 ex. de tête sur vélin d’Arches.
750 euros.

443. Madame Bovary, pré-originale dans La Revue de Paris.
300 euros.

De particulier à particulier

Flaubert, Dictionnaire des idées reçues. Texte établi d'après le manuscrit original avec une introduction et un commentaire par E.L. Ferrère, Conard, 1913, 95 pages. Couverture brochée, restaurée, pages en parfait état.
35 euros, port compris.

S’adresser directement à Louis Lacoupelle, 9155 route de Cagnes, 06610 La Gaude, tél. 04 93 24 44 16, louislac@free.fr

[BULLETIN FLAUBERT n° 56 / 29 avril 2004]

Hartung und Hartung, Munich, 4-6 mai 2004

Karolinenplatz 5a. D-80333 Munich. Tél. (49) 89 28 40 34. Fax 49 89 28 55 69.

2873. Manuscrit complet du voyage dans les Pyrénées et en Corse, 274 pages en 19 cahiers. Nombreuses corrections.
20.000 euros.
[Ce manuscrit n’a pas refait surface depuis 1931; voir la Note sur le texte de Claudine Gothot-Mersch dans les OEuvres de jeunesse, Bibl. de la Pléiade, p. 1439 et suiv.]

2874. Documents au sujet du voyage en Orient. 2 manuscrits et 7 documents officiels. Ordre de mission du ministère de l’agriculture et du commerce. Passeports. Carte de membre de la Société Orientale. Manuscrit en latin sur le Saint-Sépulcre. Notes relatives aux questions sur lesquelles Flaubert était censé enquêter.
2.500 euros.

2875. Manuscrits en latin et en français sur Pline, Histoires naturelles. Extraits et commentaires en marge. 34 pages. Notes sur les animaux, les plantes, les aliments, les maladies (l’épilepsie), les remèdes, les effets constipants du sang de chauve-souris, les aphrodisiaques, la teinture des cheveux, la danse. Documentation pour Salammbô, vers 1857.
3.000 euros.

2876. Poème "Erreur des yeux", daté février 1852. 7 lignes sur papier bleu plié.
800 euros.
[Copie d’un poème de Bouilhet, recueilli dans Festons et Astragales.]

2877. Poème "A une femme maigre", (1852?), quatrain ironique sur papier bleu plié. [Copie d’un poème de Bouilhet.]
800 euros.

2878. Poème "A Mme XXX qui avait une Vénus de Milo dans son boudoir" (1852?). 7 lignes sur papier bleu plié.
800 euros.

2879. Poème "Quand des femmes de Tyr…", (1860?), 3 strophes de 6 vers.
1.200 euros.
[Le catalogue précise qu’il s’agit d’un poème inspiré par les travaux orientaux pour Salammbô. En fait, il s’agit de la copie d’un poème d’Alfred Le Poittevin; la date proposée serait donc à revoir..]

2880. Exemplaire de Salammbô, Michel Lévy, 1863, avec envoi: "A Madame H. Cornu humble hommage de son très affectionné Gustave Flaubert - un des vingt-cinq exempl. tirés sur papier de Hollande".
1.600 euros.

Vente Massol, Mercredi 5 mai, Drouot, Salle 4 à 14 heures

Tel/Fax: +33 (0)1 45 67 42 35 Mob: 06 11 80 31 58.
E-mail: dpetitot@wanadoo.fr

http://catalogues.gazette-drouot.com/catalogue.asp?CATALOGUE=3534&PAGE=1&

134. FLAUBERT (Gustave). Salammbô. Paris, Ferroud, 1921, 2 vol.in-12, maroquin marron, dos à nerfs, orné de fleurs dor. dent. int. dor. tr. dor. couv. conserv. dos frotté (Septier).
Avec 17 compositions h.t. dont 2 frontispices gravés à l'eau-forte, 15 en-têtes et 15 culs-de-lampe par Gaston Bussière.
Exemplaire de Monsieur F. Ferroud numéroté sur Japon contenant deux états des eaux-fortes dont un état avec remarque et un état en noir des en-têtes et culs-de-lampe.
80/120 euros.

135. FLAUBERT (Gustave). Un coeur simple. Paris, Ferroud, 1913, in-8, maroquin vert, dos à nerfs, dent. int. gardes de soie, tr. dor. couv. conserv. sous étui (René Aussourd).
Avec 22 Compositions d'Auguste Leroux, gravées à l'eau-forte par E. Decisy.
Exemplaire sur Japon impérial (n°65. F. Ferroud), contenant 3 états des eaux-fortes, dont l'eau-forte pure. Notre exemplaire est enrichi de 2 aquarelles de Fred Money et de 2 lettres de la nièce de Flaubert à Ferroud l'éditeur (facsimilé?).
150/200 euros.

[BULLETIN FLAUBERT n° 55 / 30 mars 2004]

Vente du 1er avril 2004, Piasa, , Paris

(Thierry Bodin expert)
Livres et Manuscrits Autographes, Documents Historiques
http://www.artweb.fr/fr/etudes/piasa/home.html

Lot n°165: Gustave FLAUBERT. L.A.S., Lundi 11 h. du soir [28 février 1870, à son ami Jules Rohaut]; 1 page in-8.
Il n’aura pas le temps de s’occuper de Régnier, et craint d’oublier. "Mon ami le plus intime après notre pauvre Bouilhet, Jules Duplan, que vous avez vu chez moi est en train de mourir. De plus, j’apprends par une lettre de ma belle-soeur que mon frère à une fluxion de poitrine. N’en dites rien à personne de peur que ça n’arrive aux oreilles de ma mère. Je suis accablé de tous les côtés"…
350/ 400 euros.

Lot n°166: Gustave FLAUBERT. L.A.S., Croisset Lundi soir [24 novembre 1873, à son ami Jules Rohaut]; 1 page in-8.
"Votre très aimable lettre de ce matin m’apprend une nouvelle que Me Régnier m’avait fait pressentir. Très bien! recevez-en mes félicitations! Comme j’attends Carvalho de vendredi à dimanche prochain, il me sera impossible de vous bénir "au pied des autels" le 29 courant. Mais j’espère que dès les premiers jours de ma rentrée dans Paris, vous et Me Rohaut vous viendrez communier en une "agape fraternelle" au Parc Monceau? la légitimité (en fait d’état civil) étant tolérée par ma philosophie"… Il ajoute: "Depuis le mois de mai, j’ai travaillé comme 36 boeufs – et suis, pour le quart d’heure, un peu éreinté"…
400/ 500 euros.

Lot n°167: Gustave FLAUBERT. L.A.S., dimanche [Paris 17 mai 1874, à Jules Rohaut]; 1 page in-8 (petits trous marg, lég. fente).
A propos du Sexe faible de Louis Bouilhet, que Flaubert a proposé à Duquesnel, directeur de l’Odéon. "J’emporte vos notes qui me semblent curieuses. J’en ferai mon profit. Je laisse chez mon portier un St Antoine pour vous. Venez le prendre. Duquesnel malgré sa promesse ne s’est nullement hâté de lire le Sexe Faible. Il m’écrira à Croisset ce qu’il en pense! Je le crois, entre nous, très mal disposé? J’ai écrit à Chennevières pour le prier de faire recommander la chose par Mr de Beauplan. Il faudrait que ledit Duquesnel fût persuadé de l’intérêt indirect que Chennevières porte à cette pièce ou plutôt à sa réussite"…
400/ 500 euros.

Lot n°168: Gustave FLAUBERT. L.A.S., jeudi 2 h. [Croisset 14 septembre 1876?], à son ami Edmond Laporte; 1 page in-8.
Il s’inquiète de ne plus avoir de nouvelles de son ami, et lui demande de s’en expliquer: "Samedi à 10 h du soir j’ai trouvé votre carte chez mon portier – et depuis lors pas de nouvelles de Laporte! Je m’attendais dimanche à votre visite! personne. Quand vous verra-t-on? il m’ennuie de vous!" Il ajoute: "Je bûche ma petite nouvelle [Un coeur simple], qui va bien lentement – et les jours s’écoulent, Dieu merci"...
400/ 500 euros.

Lot n°169: Gustave FLAUBERT. 2 L.A.S., lundi soir 9 h. et mardi soir [Paris 8 et 9 mai 1877, à son ami Jules Rohaut]; 2 pages et demie in-12.
Il voudrait le voir pour causer avec lui, mais demande où, quand et comment. "Je suis accablé de travail, parce que je finis des lectures avant de m’en retourner à Croisset, dans une quinzaine. – Mes après-midi se passent à la Bibliothèque nationale et mes soirs chez moi"…
"Je viens d’envoyer la lettre à Mr R. – elle était superbe et je n’ai rien modifié. Mais le ministère va changer? et vous? J’ai de meilleures nouvelles de Me Régnier, par Me Philippe qui est arrivée de Mantes à Rouen hier au soir. Tout cet après-midi a été employé par moi et par Philippe au débrouillement des paperasses de notre pauvre Bouilhet"…
400/ 500 euros.
[Autre hypothèse de datation, proposée par Jean-Benoît Guinot: on pourrait rapprocher cette lettre à Jules Rohaut de celle à George Sand, datée du [21 mai 1870]: "J’ai eu à débrouiller le reste des papiers de mon pauvre Bouilhet, dont j’ai commencé la notice" (Corr., t.IV, p.190). Flaubert envisageant alors de rentrer à Croisset le 8 mai, la présente lettre pourrait dater des 25 et 26 avril 1870.]

Lot n°170: Gustave FLAUBERT. Carte de visite avec 2 lignes autographes, Croisset [mi-juin 1878], à Ernest Renan; 1 page in-16.
Sur sa carte de visite (où il a rayé l’adresse 240 Faubg St Honoré) et noté "Croisset", Flaubert "présente ses respects à Me Renan et félicite l’Académie". [Renan a été élu à l’Académie Française le 13 juin 1878.]
200/ 250 euros.

Lot n°171: Gustave FLAUBERT. L.A.S., [Croisset] samedi 4.– soir [4 octobre 1879], à son ami le chimiste Auguste Houzeau; 1 page in-8.
La mère de Flaubert ne sera pas à Croisset demain, ce n’est donc pas la peine qu’il vienne: "ce serait une course vaine, au point de vue chimique. Mais le bon Lapierre doit dîner ici lundi probablement"... Qu’ils s’entendent entre eux "pour venir ensemble prendre un modeste repas du soir [...] le jour de la semaine prochaine qu’il vous plaira"...
350/ 400 euros.

Lot n°172: [Gustave FLAUBERT]. 3 L.A.S.
Eugène Le Poittevin (Étretat 1er septembre 1858, à un ami), Louise Pradier (à Roqueplan), Maurice Schlesinger (17 mai 1842, à Léopold Cheradam).
80/ 100 euros.

Catalogue 34-2004 de Privat- L'art de voir

(< Jean-Benoît Guinot)

162, Bd Haussmann. 75008 Paris. Tél.01.45.62.25.64. Fax 01.49.53.05.25.
E-mail advprivat@aol.com

N°113: Flaubert (Gustave), Par les champs et par les grèves. Pyrénées. Corse. Louis Conard, 1927. In-8, 140 X 208 mm, 480 pp. Maroquin vert olive, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, cadre intérieur, couverture et dos conservés (Andréas).
800 euros.
Exemplaire unique. Ce volume des Oeuvres complètes de Flaubert, dans l'édition définitive tirée par l'Imprimerie Nationale, est agrémenté de 22 aquarelles originales, par Feder, dont 5 en marge et 17 hors-texte sur feuillet de papier vergé. Certaines sont signées, beaucoup, naturellement, sont relatives à la Bretagne: Quimperlé, Saint-Malo, Belle-Isle, Fouesnant, costumes. Né à Odessa en 1886, Adolphe Feder, naturalisé français, est un peintre de paysages apprécié, qui connut un destin tragique. Il fut tué par l'ennemi durant l'Occupation. Petites traces d'adhésif en coin de la dernière page.

N°114: Flaubert (Gustave), Trois contes. Illustrations de André-E. Marty gravées sur bois en couleurs par Gérard Angiolini. La Maison Française, 1948. In-4, 274 X 220 mm, 246 pp. et 4 ff. non chiffrés. Demi-chagrin poli havane clair à coins, dos à 4 nerfs ornés de fleurons dorés, tête dorée, non rogné, couverture et dos conservés (R. et E. Mathivet).
450 euros.
L'illustration d'André-E. Marty comprend 28 compositions gravées sur bois en couleurs, dont 4 hors-texte et un frontispice à thème cynégétique. Imprimé par Coulouma. De la collection Le Florilège des chefs d'oeuvre français. Tirage limité à 800 exemplaires sur velin Corvol. Réalisé pour le compte de la French and European Publications de New York. Envoi autographe signé par l'artiste.

Vente Drouot le 19 mars 2004

( < Eric Walbecq)
[Vente passée]
Dominique Gomez expert, 01 40 16 16 69.

N° 63. Flaubert (Gustave), Madame Bovary, EO, 1re émission.
Ex. enrichi d'une lettre autographe 1p in-8 de Camille Lemonnier relative à l'oeuvre de Flaubert et d'une pensée autographe de Emile Ollivier: "Ce que j'apprécie le plus en Flaubert ce sont les lettres qu'il a inspirées à George Sand."

Catalogue Autographes Demarest, avril 2004.

autographes.demarest@club-internet.fr

N°189. Flaubert (Gustave), L.A.S. à Jeanne de Tourbey, [3? juin 1865].
3.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p.444.]

[BULLETIN FLAUBERT n° 53 / 4 mars 2004]

Les Autographes, catalogue février 2004, n°108

infos@lesautographes.com/ http://www.lesautographes.com

116. Gustave Flaubert (1821-1880) romancier:
L.A.S. "Gve Fbt", Mercredi matin [octobre 1871], à son "Cher vieux" [Charles d'Osmoy]; 2 pages in 8.
A propos de Mademoiselle Aïssé, pièce de Louis Bouilhet [qui sera créée en janvier 1872]. "Perrin [directeur de la Comédie Française] n'a pas voulu d'Aïssé. Il trouve la pièce dangereuse pour les Français. Si B. vivait m'a-t-il dit, il l'aurait reçue avec enthousiasme parce qu'il y souhaiterait des changements que l'auteur seul peut faire. Bref, elle sera jouée à l'Odéon après la pièce de Charles-Edmond [Chojecki] dans le mois de décembre probablement"... Pour la distribution, "il a bien fallu accepter pour le chevalier Berton fils. Quant aux rôles secondaires, je suis bien embarrassé et plus que jamais j'aurais besoin de toi"... Flaubert voudrait avoir l'avis de son ami sur deux ou trois points de la pièce: "il s'agit de coupures importantes, ces MM. de l'Odéon vont en faire d'absurdes. Je suis bien embêté". Il va apporter Le Sexe faible [autre pièce de Bouilhet qui ne sera jamais représentée] à Perrin; il presse d'Osmoy de venir à Croisset afin qu'ils puissent causer tranquillement, et s'exclame: "Ils veulent me donner Mlle Colombier pour Mme de Tencin [...] Je suis sûr qu'ils vont vouloir faire des économies sur la mise en scène. Ton autorité serait prépondérante. Tout le monde dit que tu vas devenir Ministre des Beaux-Arts. Beaucoup même le croient (sic)"... [Le comte d'Osmoy, collaborateur de Bouilhet et Flaubert pour Le Château des Coeurs, a été élu député en février 1871].
1.200 euros.

[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.397, incomplète, datée [vers le 18 octobre 1871], date probable.]

Vente publique

(< Olivier Leroy)
Librairie Alain et Evelyne Morel de Westgaver, le samedi 13 mars 2004 à 14h, Salle "Laetitia", 48, Avenue des Grenadiers, 1050 Bruxelles (Belgique)
Tél.: 32 (0)2 640 22 53/ 32 (0)479 33 95 38 - Fax: 32 (0)2 644 27 81
E-mail: morel_de_westgaver@brutele.be

Numéro du catalogue: 222 - Flaubert, Gustave, Oeuvres complètes illustrées. Edition du Centenaire. Paris, Librairie de France, 1923-1924, 12 volumes grand in-8 carré, reliure de l'éditeur, têtes dorées. Illustrées par Félix Valloton, René Piot, Antoine Bourdelle, Pierre Laprade, Georges Dufrenoy, André Dunoyer de Segonzac... Dos passés.
Prix de départ: 125 euros.

Numéro du catalogue: 223 - [Fred-Money] Flaubert, Gustave, Un coeur simple. Illustrations en couleurs de Fred-Money. Paris, A. Ferroud - F. Ferroud, 1928, in-12, broché, non rogné. Frontispice et cinq hors-texte. Edition tirée à 1500 exemplaires numérotés. Un des 200 sur vélin blanc, contenant deux états dont un en noir (nº 127). Exemplaire très frais.
On y joint: Flaubert, Gustave - La Légende de saint Julien l'Hospitalier. Illustrations en couleurs de Maurice Lalau. Paris, A. Ferroud - F. Ferroud, 1927, in-12, broché. Edition tirée à 1500 exemplaires numérotés. Un des 200 sur vélin blanc, contenant deux états dont un en noir (nº 181). Ensemble 2 volumes.
Prix de départ: 40 euros.

AUTOGRAPHEN

(< Alexandre Zviguilsky, président de l’Association des Amis de Tourguéniev)
Aus allen Gebieten
Auktion, am 23. und 24. März 2004, im Opernpalais
Berlin. Unter den Linden 5
Tel. 00 49 (30) 20 21 4750. Telefax 00 49 (30) 20 21 4978
Katalog 679

J. A. STARGARDT
Antiquariat. Gegründet 1830 in Berlin
Seit 1885 im Besitz der Familie Mecklenburg
12163 Berlin. Brentanorstrasse 52
Telephon 00 49 (30) 8 82 25 42. Telefax 00 49 (30) 8 82 24 66
info@stargardt.de / www.stargardt.de

81. Flaubert, Gustave, 1821-1880. E. Manuskript. Nach 1850. 2 S. folio. Minimale Montagespuren. (1.200.)
Ausformulierte Exzerpte aus zwei Werken der Mediziner Pierre-Honoré Bérard und François-Achille Longet, überschrieben: "De la faim et de l’inanition/ Cours de physiologie/ 7e Livraison P. Berard" et "De la faim et de la soif/ Longet (traité de physiologie…)"
Siehe die Abbildung auf Seite 33. – Die ersten Bände der erwähnten Werke erschienen 1818 und 1850. 1851 begann Flaubert mit den Vorarbeiten zu seinem Roman "Madame Bovary".

[Ventes aux enchères
J. A. STARGARDT
Librairie d’ancien fondée en 1830 à Berlin et appartenant depuis 1885 à la famille Mecklenburg
81. Flaubert, Gustave, 1821-1880. Manuscrit autographe après 1850. 2 p. folio. Traces de reliures (1.200.)
Notes sur deux ouvrages des médecins Pierre-Honoré Bérard et François-Achille Longet, intitulés:
"De la faim et de l’inanition/ Cours de physiologie/ 7e Livraison P. Berard" et "De la faim et de la soif/ Longet (traité de physiologie…)"
Voir la reproduction à la page 33. Les premiers volumes des ouvrages mentionnés parurent en 1818 et 1850. En 1851, Flaubert commença ses préparations pour son roman Madame Bovary.]
[Trad. Peggy Mardoc.]

[BULLETIN FLAUBERT n° 51 / 15 janvier 2004]

Catalogue Demarest, décembre 2003

19 rue Drouot, 75009, Paris.
Tél. 01 47 04 01 – Fax 01 47 70 31 74.
autographes.demarest@club-internet.fr

Flaubert, LAS à Alice Pasca, [fin août ou septembre 1868], 1.350 euros.
(Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. IV, p. 918, à la date du [5? Avril 1875].)

[BULLETIN FLAUBERT n° 50 / 18 décembre 2003]

Hôtel Drouot, 17 décembre 2003

Pierre Bergé et associés
(< Eric Walbecq)

181 - Album de dessins de Caroline Flaubert, soeur de Gustave. 54 dessins.
7.500 euros [vente passée].

Autographes

Les Neufs Muses, catalogue "Terre des hommes" [2003]
muses@noos.fr

Catalogue entièrement consacré au thème du voyage.
104 - Manuscrit autographe "Guerres puniques" [vers 1845-1846].
22 p. in-folio. Notes sur Victor Duruy, Histoire des romains et des peuples soumis à leur domination, Hachette, 1843-1844.
14.000 euros.

105 - Manuscrit autographe "Le Koran" [vers 1846].
22 p. in-folio. Voir la lettre à Emmanuel Vasse de Saint-Ouen du [15 septembre 1846].
14.000 euros.

Arts et Autographes
9, rue de l’Odéon, 75006 Paris
Tél 01 43 25 60 48. Fax 01 40 51 03 98.
autographes@wanadoo.fr

Catalogue n°23 [2003]
7863 - Flaubert à Zola, "Jeudi soir, minuit" [1878]. Début de la lettre reproduit.
4.000 euros.
[En fait, lettre de Flaubert à Edmond Laporte du [31 mai 1877], Club de l’Honnête Homme, t.XVI, p.52-53.]

Livres

Librairie Elisabeth Brunet
70, rue Ganterie, 76000 Rouen
Tél. 02 35 98 63 06. Fax 02 35 70 65 65.

379 - FLAUBERT, Gustave: Salammbô.
P., Michel Lévy Frères, 1863, in-8 rel. demi-maroquin chocolat, dos à nerfs, titre or, mouillure claire angulaire aux titres et faux-titres, rares piqûres. Edition originale, avant les corrections à effraya et Scissites.
350 euros

380 - FLAUBERT, Gustave: La Tentation de Saint-Antoine.
Deuxième édition. P., Charpentier Cie, 1874, in-8 rel. demi-maroquin glacé, dos à nerfs, titre or, tête dorée, couv. crème conservée, étui. Petit accroc au dos, pâles rousseurs, néanmoins bel exemplaire. Année de l'originale.
300 euros

381 - FLAUBERT, Gustave: Bouvard et Pécuchet.
P., La Nouvelle Revue, 1881, in-8 demi-chagrin rouge à coins, couvertures de livraisons.
Rare édition pré-originale posthume des six livraisons réunies en volume, avec chacune de leurs couvertures, telles que pâmes dans La Nouvelle Revue.
Ne figure pas à la BNF.
La Nouvelle Revue
, bimensuelle, avait été créée par Juliette Adam (rare femme à avoir dirigé une revue?) en 1879. Cette même année, signant encore Juliette Lamber, elle avait envoyé à Flaubert, plongé dans Bouvard et Pécuchet, un ex. dédicacé de Grecque. Dans sa dernière lettre (à ce jour publiée) à Juliette Adam, datée du 16 avril 1880, Flaubert terminait par ces mots: "Vous recevrez ma visite avant un mois, et comme mon abominable bouquin se termine, nous aurons à causer sérieusement." Flaubert meurt subitement le 8 mai 1880. La Nouvelle Revue commencera la publication de Bouvard et Pécuchet le 15 décembre suivant et continuera les 1er et 15 janvier 1881, 1er et 15 février et 1er mars, mois de la parution du roman en volume chez Lemerre. Outre Bouvard et Pécuchet, la revue publiera en 1883-1884 la pré-originale des Lettres de Flaubert à G. Sand et en 1905, les Lettres de Flaubert à sa nièce Caroline. C'est aussi là qu'avait paru l'étude de Maupassant "Gustave Flaubert dans sa vie intime" et plus tard, Pierre et Jean.
(Cf. La Bibliothèque de Flaubert, ss la dir. d'Y. Leclerc, PUR éd.; Descharmes & Dumesnil, Autour de Flaubert. Mercure de France; le vol. 16 des OEuvres complètes: Correspondance, lettre n°3640, p. 352, Club de l'Honnête homme éd.)
2.200 euros.

382 - FLAUBERT, Gustave: Par les Champs et par les grèves (Voyage en Bretagne) accompagné de Mélanges et de fragments inédits.
Paris, Charpentier et Cie, 1886, in-12 rel. demi-maroquin, dos à nerfs, titre or, date en pied, plats bordés (joli papier glacé), couvertures conservées, des piqûres. Préface aux Dernières chansons de L. Bouilhet. Lettre au Conseil municipal. Fragments du roman Novembre. Smahr (Vieux mystère), A bord de la Cange (Voyage en Orient). La Danse des morts. Etude sur Rabelais. Edition en très grande partie originale.
300 euros.

383 - FLAUBERT, Gustave: Lettres inédites à Maxime Du Camp. Me Frédéric Fovard, Mme Adèle Husson, et l'Excellent Monsieur Baudry, publiées par Auriant. Sceaux, Palimugre éd., 1948, in-8 br. carré. Tirage limité à 495 ex., 1 des 450 numérotés sur vélin de Rives. 2e tirage, partiellement coupé.
35 euros.

384 - FLAUBERT, Gustave: Lettres à Maupassant.
Commentées par Georges Normandy. Portrait de Flaubert en front.
P., Editions du Livre Moderne, 1942, in-12 br., mention de mille, certaines pages fortement jaunies.
20 euros.

385 - [FLAUBERT] - Flaubert, documents iconographiques.
Introduction, et notes de René Dumesnil. Genève, Pierre Cailler Editeur, 1948, in-8 br.
40 euros.

386 - [FLAUBERT] - Flaubert par ses Amis.
[Rouen], Impr. de la Vicomte, s.d., plaq. in-12 agrafée de 11 pp. et 2ff. bl., couv. impr. Sans être parvenu à identifier l'auteur de ces pages malveillantes, André Dubuc supposait qu'elles avaient été publiées vers 1907 à une centaine d'exemplaires, à l'occasion de l'érection de la statue de Flaubert par Bernstamm. (Cf. Un petit libelle rouennais contre Flaubert dans Les Rouennais et la famille Flaubert, Société des Amis de Flaubert, 1980).
30 euros.

387 - [FLAUBERT] - DU CAMP, Maxime: Le Salon de 1857. P., Libr. nouvelle, 1857, in-12 rel. demi-chagrin, dos à nerfs, titre or, filets dorés, couv. remontées conservées. Index in fine [malgré Courbet, Fromentin et Millet, mauvaise année… pour les beaux-arts!].
45 euros.

Librairie Bertran
Rouen, 110, rue Molière, 76000 Rouen
Tél./fax 02 35 70 79 96. etienne.bertran@wanadoo.fr

102 - La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, EO
450 euros.

103 - Le Candidat, Charpentier, 1874, EO
330 euros.

104 - Lettre à la Municipalité de Rouen […], Lévy, 1872, EO
105 - Madame Bovary, Lévy, 1857, EO premier tirage avec la faute à Senart
2.700 euros.

107 - Salammbô, Lévy, EO premier tirage
640 euros.

Les Neufs Muses, catalogue "Terre des hommes" [2003]
muses@noos.fr

106 - Salammbô, Le Livre, 1923.
Illustration gravée sur bois par Schmied.
1.200 euros.

[BULLETIN FLAUBERT n° 49 / 4 décembre 2003]

Vente Ebay

Devoir d'écolier signé: "Rédaction de zoologie", 3 pages.
Vente d'un manuscrit autographe aux enchères.
En marge, le jeune Flaubert a écrit: "Famille des ruminants", "genre dromadaire", "genre lama", "genre giraffe", "genre cerf".

Vendeur: trocmalin
Début: 29-Nov-03 17:17:45 Paris Fin: 06-Déc-03 17:17:45 Paris
Prix: Commence à 150,00 EUR.
Contact: 0235887760 ou christophe.werbowy@9online.fr
http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=3257290974

Librairie Pierre Saunier

(22, rue de Savoie, 75000 Paris)

184- FLAUBERT (Gustave). L'Education sentimentale. Histoire d'un jeune homme. Paris, Michel Lévy frères, 1870; 2 volumes in-8, demi-chagrin marron, dos à nerfs ornés, filets et caissons à froid, tranches jaspées, étui (reliure de l'époque). 427 & 331 pp.
4.000 Euros
Edition originale. Envoi a.s.: à mon ami le poëte Coppée, Gustave Flaubert. Coppée a 28 ans et vient juste de publier ses Intimités. Pâles rousseurs acceptables, habituelle mention de deuxième édition au titre du tome 2, sinon bel exemplaire, agréablement relié à l'époque.
(< Emmanuel Vincent)

L'autographe S.A., Renato Saggiori

1, rue des Barrières, CH-1204 GENEVE.
Tel.: + 41 22 - 348 77 55. Fax: + 41 22 - 349 86 74.
E-mail: autographe@autographe.org

Vente sur offres n°53.
88. FLAUBERT Gustave (1821-1880) L'illustre romancier français - L.A.S. "Gve Flaubert", 1 p. in-8 sur papier bleu; "Mardi soir - 10 heures" [Croisset, vers juillet 1855?].
1500 francs suisses.
http://www.autographe.org/
Missive inédite, faisant probablement suite à celle que Flaubert adressa en juin 1855 au "Cher Monsieur Cloquet", l'éminent médecin Jules CLOQUET (1790-1882), ancien élève du docteur Achille Flaubert, père de l'écrivain. "... J'accepte avec grand plaisir votre bonne invitation. Vous savez comme je vous aime...", lui écrit-il. Il exprime sa joie de rendre visite à ce couple qu'il affectionne tout particulièrement, etc. "... Dites à Mme Cloquet... tout ce que vous pouvez trouver... de meilleur."!
Dans un message du 17 (ou du 24) juin précédent, Gustave Flaubert s'était empressé de féliciter le Docteur Cloquet pour sa nomination à l'Institut et lui promettait de se rendre à Paris "... d'ici à trois semaines...", peut-être pour y visiter l'Exposition.
On ne connaît qu'une douzaine de lettres de G. F. au Dr Cloquet. La nôtre, restée inédite jusqu'à ce jour, pourrait bien aussi dater de la fin du mois de septembre 1862, après que l'écrivain, étant à Paris pour assister aux répétitions d'un drame de son ami Louis Bouilhet, eut renvoyé au Docteur Cloquet une thèse concernant probablement l'avant-dernier chapitre de Salammbô. A noter enfin que c'est accompagné du Dr Cloquet que le jeune Flaubert âgé de dix-huit ans avait visité, en été 1840, le sud de la France et la Corse, voyage ayant donné matière à son premier ouvrage intitulé Par les champs et par les grèves [en fait: récit de voyage Pyrénées-Corse].
Intéressant témoignage d'une longue amitié!
(< Marlo Johnston, Marie-Dominique Nobécourt-Mutarelli)

[BULLETIN FLAUBERT n° 48 / 13 novembre 2003]

Hôtel Drouot, 18 novembre 2003

Vente Piasa, Thierry Bodin expert

[Toutes les lettres sont en 1 p. in-8 sauf le n°191, 1 p. in-12; toutes sont inédites, sauf la n°188.]

185. Gustave Flaubert. L.A.S., [Paris,] samedi matin [2 mai 1857, à son ami Jules Duplan].
"Il me fait deuil mon cher bon, de partir sans vous avoir dit adieu. Voici une Revue et un petit livre dont je vous remercie. Je vous ai attendu jeudi soir avec le citoyen Gleyre"… Ils se reverront vers le milieu de juillet: "Ne vous embêtez pas trop et pensez quelquefois à un vieux roquentin qui vous aime moult"…
450/500 euros.

186. Gustave Flaubert. L.A.S., Croisset, dimanche [mai 1865?, à Jeanne de Tourbey]. [Fac-similé.]
"Je ne savais plus où vous étiez ma chère et vraie amie quand Bouilhet m’a montré de vous un petit mot où il était question de votre esclave indigne." On lui a dit qu’elle était en Allemagne, dans le midi, "je ne sais où?", et il s’ennuyait de ne pas avoir de nouvelles
"de cette charmante personne qui a nom Jane de Tourbey. Comment va-t-elle? Ah! c’est moi qui l’embrasserai de bon coeur dans trois semaines! Elle serait bien gentille de m’écrire une longue lettre, elle qui n’est pas fatiguée d’écrire." Il lui envoie toutes ses tendresses…
600/700 euros.

187. Gustave Flaubert. 2 L.A.S., [Paris, février 1870, à son amie Jeanne de Tourbey].
> 4 h. [après le 12 février 1870] "Impossible, ma belle et chère amie! J’ai une extinction de voix complète, une grippe affreuse. – Avec fièvre. Je me suis donné trop de mal pour la représentation de l’Odéon. J’ai fait trop de courses! Je suis exténué"…
> Jeudi, 3 h. [17 février 1870] Il est malade et la remercie de sa sollicitude, mais il n’a besoin de rien: "Forget me serait inutile et les bonbons ne me serviraient pas." Il voudrait la voir, mais ne le peut pas "parce que je suis hideux avec mon emplâtre sous l’oeil. – Cela me forcera à manquer le mariage et le dîner du bon Troubat. Ma grippe se passe – et je me remets un peu de mon extrême lassitude." Il viendra la voir dès qu’il pourra se montrer. "D’ici là, mille tendresses, ma chère belle amie. Tout à vous corps et âme"…
600/700 euros.

188. Gustave Flaubert. L.A.S., rue Murillo 4, parc Monceau mercredi soir [10? janvier 1872, à Alexandre Dumas fils].
"Que devient votre lettre qui devait paraître dans un journal du Havre? pouvez-vous me l’envoyer? J’en aurais besoin – pour m’en autoriser. La mienne sera, sans doute, publiée dans le Nouvelliste vers le milieu de la semaine prochaine". Il lui rendra visite "dès que je serai un peu moins ahuri"… [La Lettre de M. Gustave Flaubert à la municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet sera refusée par Le Nouvelliste de Rouen, et paraîtra dans Le Temps du 28 janvier 1872.]
400/500 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.454.]

189. Gustave Flaubert. L.A.S., [Paris, vers le 20 février 1872, à Jeanne de Tourbey, comtesse de Loynes].
Il prie sa "chère belle amie" de ne pas oublier son protégé Jules Rohaut, qui "a écrit dans les petits journaux sous le nom de Jules Dementhe. Recommandez-le à vos amis les grands journalistes. C’est un garçon plein d’esprit – et qui peut rendre des services. Il est au courant de la boutique"… Il la remercie de la soirée de la veille: "Comme votre dîner d’hier était bon! Comme vous étiez jolie! Quelle bonne soirée! Comme je vous aime!"…
500/600 euros.

190. Gustave Flaubert. 2 L.A.S., [Paris, juin 1872 et s.d., à Jeanne de Tourbey, comtesse de Loynes].
> Jeudi soir, 9h. [13? juin 1872]. Il viendra la voir samedi ou dimanche, et la remercie: "Comme le billet que je reçois est gentil et bon! Comme je vous aime! Oui, votre pauvre vieil ami a été fortement secoué. Il en reviendra! Mais c’est dur." Il baise "vos deux belles mains infiniment"… [Flaubert a été "secoué" par la mort de sa mère, le 6 avril.]
> Mardi, 2 h. "Je vous dis adieu, ma chère amie. J’aurais bien voulu aller vous embrasser mais je suis exténué et de plus j’ai un re-clou au visage"…
600/700 euros.

191. Gustave Flaubert. L.A.S., [Paris, ] jeudi [fin avril-début mai 1875, à l’éditeur Georges Charpentier].
"Homme occupé. […] Zola m’avait dit que vous tiriez présentement la 3e de Saint Antoine (est-ce vrai?) et j’étais venu chez vous pour vous dire de surveiller les corrections. Mais je n’avais pas besoin de la liste des dites corrections que je vous renvoie. De même Zola m’a dit avoir vu chez vous un article du Pays sur Salammbô?"… [La troisième édition de La Tentation de saint Antoine a paru le 17 juin 1875.]
300/400 euros.

192. Gustave Flaubert. 2 L.A.S., [mai-juin 1879, à Jeanne de Tourbey, comtesse de Loynes].
> Croisset, mercredi [14 mai]. Il n’est pas allé la voir, n’ayant passé à Paris que quelques heures, et "votre escalier m’a fait peur!" Mais il y retourne dans quinze jours, et compte y rester une partie du mois de juin. Il termine: "D’ici là, je vous embrasse bien fort – Votre vieil amoureux Gve Flaubert".
> [Paris] Vendredi midi [6 ou 13 juin 1879]. Il compte venir chez sa "chère belle" demain, "vous demander à déjeuner (c'est-à-dire m’asseoir devant votre table. Ne me donnez presque rien. – Ou autrement je pioncerais sur les bouquins, à la bibliothèque). Ce sera le moyen d’être seuls et de pouvoir un peu causer"…
600/700 euros.

Livres anciens, Catalogue n°12

Librairie Ancienne J. Marc Dechaud 10 rue de Chinon, 37220 Crissay sur Manse.
Tél/fax: 02 47 97 01 40.
(< Jacques-Rémy Dahan)

262. Flaubert (Gustave), Le Candidat. Comédie en quatre actes. Paris, Charpentier et Cie, 1874. 1 vol. in-16, demi-basane marbrée, dos à nerfs. Reliure postérieure. Couvertures imprimées vertes conservées. (3) ff., 165 pp. Exemplaire non rogné en gouttière et en queue. Edition originale peu commune. Envoi autographe signé de Flaubert "à ce bon Ludo [?]" (la fin du nom du dédicataire a disparu dans une brûlure circulaire). Fac-similé de l'envoi.
500 euros.

VENTES: LES PRIX

(< Jean-Benoît Guinot)

Stéphanie Hockliffe, Le Monde, 9 novembre 2003
Des lettres autographes d'écrivains à tous les prix

Marché de l'art. Si la correspondance d'Apollinaire a pu atteindre 60.979 euros pièce, celle de Zola ou de Flaubert s'acquiert pour moins de 1.000 euros. Six courriers de Céline sont mis en vente le 14 novembre.

Sujet de fascination, la correspondance des personnes célèbres suscite toujours beaucoup d'attention. Cet engouement s'explique par la multiplicité des intérêts liés à l'objet en lui-même. La missive passionne car elle est une pièce ancienne de collection, que l'on garde comme une antiquité à part entière ou que l'on préserve pour ses qualités artistiques et sa calligraphie originale. Elle est le témoignage indéniable d'une époque, de ses moeurs, de sa mentalité, elle renseigne et dévoile la vie quotidienne ou privée plus ou moins secrète de son auteur. Avec le temps, elle devient un véritable document historique.
En dehors de ces valeurs sentimentales, intellectuelles, historiques, l'aspect matériel est indéniable. La valeur marchande des lettres apparaît avec les premières ventes publiques dès les années 1830. Investir dans les lettres d'écrivain se révèle à la fois rentable et passionnant. Or le seul coup de coeur ne peut dicter la façon d'acheter. L'expert Alain Nicolas (auteur d'Autographes, Editions Maisonneuve et Larose, 54,88 euros) conseille au néophyte de s'adresser aux librairies spécialisées reconnues. En effet, choisir des lettres d'écrivain sur un catalogue aux prix fixés est plus facile pour commencer une collection que de chercher à s'approvisionner lors de ventes aux enchères, terrain privilégié des connaisseurs expérimentés.
Les courriers d'écrivain se répartissent en lettres ou pièces autographes, signées (les plus chères de toutes) ou non, en textes dactylographiés ou en écrits d'une autre personne. Plusieurs critères permettent d'estimer une lettre: son auteur, son destinataire (célèbre ou non), sa date (déterminante ou non dans la vie de l'auteur), sa longueur, la nature de son contenu, sa signature, son état de conservation. S'ajoute à cela la mode du moment, élément aléatoire capable d'augmenter ou de faire chuter les prix. En raison de l'unicité de chaque pièce et de la multiplicité des éléments divers présents, établir une cote de ces missives reste difficile.
La lettre d'écrivain permet de faire connaissance avec l'auteur, à ne pas confondre avec le narrateur de ses romans, surtout lorsque ceux-ci sont rédigés à la première personne. Certains auteurs célèbres sont des valeurs stables. La correspondance de Marcel Proust se négocie entre 2.000 et 8.000 euros. Sa missive adressée à Jean Rostand, mise en vente par l'étude Beaussant-Lefèvre, est partie à 6.500 euros, le 26 septembre. Comparativement, des lettres de contemporains comme Paul Eluard et Edmond Rostand ont été respectivement vendues à 780 euros (23 mai 2002, étude Piasa) et 150 euros (26 septembre 2003, étude Rossini).

Erotisme
Les dernières ventes montrent des prix variés pour des écrivains de même époque. Des lettres de Gustave Flaubert ont été acquises de 500 à 7.000 euros (27 mai 2003, Beaussant-Lefèvre), un courrier de Victor Hugo est parti à 1.200 euros (3 décembre 2002, Piasa) et un autre d'Emile Zola à 650 euros (11 décembre 2002, Piasa). Une lettre de George Sand a été cédée à 400 euros tandis qu'un échange entre elle et Gustave Flaubert s'est envolé à 7.500 euros (27 mai 2003, Beaussant-Lefèvre).
En outre, la rareté de certains écrits enflamme les prix. Les lettres de Pierre Corneille, Molière, Marivaux ou Rimbaud, entre autres, sont recherchées et convoitées, comme l'affirme Alain Nicolas, qui a établi une liste d'écrivains rares. Ainsi, une lettre de Rimbaud adressée à sa mère a été emportée pour 48.784 euros le 15 janvier 2001 (Piasa).
Mais la pièce la plus appréciée semble avoir été une lettre érotique de Guillaume Apollinaire, adjugée à 60.979 euros (26 mai 1999, Beaussant-Lefèvre). L'érotisme attire donc et accorde de la valeur supplémentaire, surtout si un ou plusieurs dessins illustrent le courrier sulfureux en question.

Tempérament inattendu
Six lettres autographes de Louis-Ferdinand Céline envoyées à Lucienne Delforge seront mises en vente le 14 novembre par l'étude Beaussant-Lefèvre. L'estimation de chaque pièce, de longueur diverse, varie de 800 à 6.000 euros. La fourchette de prix des pièces déjà vendues par lots ou à l'unité se situe entre 400 et 4.000 euros. Les lettres proposées ici s'éloignent de la vision pessimiste de l'écrivain, manifeste dans ses romans. Au lieu de mort, il parle de ses sentiments à la pianiste aimée. Belles, délicates, ces lettres d'amour sont aussi très rares.
D'une manière générale, à travers ces mots tracés sur le papier le lecteur cerne le caractère d'un défunt, et peut interpréter les signes par une étude graphologique afin de découvrir un tempérament inattendu. En somme, clé magique d'un monde secret, la simple lettre rend possible tout voyage dans le passé.

[BULLETIN FLAUBERT n° 46 / 7 octobre 2003]

Catalogue de Thierry Bodin

Les Autographes n°106, septembre 2003
infos@lesautographes.com

103. Gustave Flaubert: manuscrit autographe, L’île de Chiloé [de Judith Gautier]; 3 pages in-12. Flaubert a recopié ce joli texte de Judith Gautier, et l’a signé: "Me Catulle-Mendès = Judith Gautier". C’est un poème en prose, publié dans La Renaissance littéraire et artistique du 1er juin 1872, évocation poétique de l’île de Chiloé [située sur la côté méridionale du Chili]: "Là, depuis des siècles du monde, il pleut. Lentement une pluie chaude descend avec un cliquetis monotone. Les flots doux de l’Océan pacifique déferlent sans bruit; leur azur pâlit sous la brume, près des rives molles de cette île mélancolique et tiède"… 750 Euros.

Vente à l'hôtel Drouot, 22 octobre 2003

Renaud-Giquello, Bernard Loliée expert.
(< Eric Walbecq)

14. LAS à Maurice Schlésinger, 17 décembre [1859], en partie inédite.
Est. 1800/2200 euros.

15. LAS à Maupassant, 25 novembre [1879], en partie inédite.
Est. 1500/1800 euros.

16. LAS à Mme de Loynes, 28 juillet [1876], inédite.
Est. 2000/ 2500 euros.

Catalogue Arts et Autographes, n°22, septembre 2003.

Jean-Emmanuel Raux, 9 rue de l'Odéon, 75006 Paris.
autographes@wanadoo.fr

7368. George Sand, apostille autographe adressée à Flaubert, 1er octobre [1867].
381 euros.

Catalogue de la Librairie de l'Abbaye, n°315, septembre 2003

Abbaye-PINAULT@wanadoo.fr

LAS à une princesse (sans doute la Princesse Mathilde). Mercredi 6h ½, s.d.
Amusant refus à une invitation.
1300 euros.

Catalogue de la Librairie Monogramme, septembre 2003.

monogram.autographe@wanadoo.fr

44. LAS, mardi [6 avril 1858?], inédite.
1200 euros.

Catalogue Pierre Berès, n°92, septembre 2003.

rarebooks@pierre-beres.com

363. Madame Bovary, 1857, envoi à Lamartine: "à Mr de Lamartine/ offert par l'auteur/ son tout dévoué/ Gve Flaubert."
400.000 euros.

364. Madame Bovary, 1857, envoi à Laurent-Pichat: "au poëte Laurent-Pichat, souvenir d'amitié/ Gve Flaubert".
65.000 euros.

365. Madame Bovary, 1857.
30.000 euros.

370. Salammbô, 1863, exemplaire de Barbey d'Aurevilly, avec annotations, commentaires et soulignures.
35.000 euros.

372. Salammbô, Lemerre, 1879, envoi à Léonie Brainne: "à ma chère amie Me Brainne/ 29 avril 1880/ Gve Flaubert".
12.000 euros.

373. L'Education sentimentale, 1870.
50.000 euros.

376. Le Candidat, Charpentier, 1874. Exemplaire de Léon Hennique.
350 euros.

377. La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874. Un des 75 ex. numérotés sur papier de Hollande.
9.500 euros.

378. La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874. Ex. sur papier de Hollande n°1, à Henry Meilhac, avec envoi et trois coquilles corrigées de la main de Flaubert.
15.000 euros.

379. Trois contes, Charpentier, 1877. Un des 12 exemplaires numérotés sur papier de Chine, avec lettre autographe de Flaubert. Reliure de Marius Michel.
75.000 euros.

Vente d'un particulier

Particulier vend les OEuvres complètes de Gustave Flaubert, éd. du Centenaire, Paris, Librairie de France, 1921-1924, 12 vol. in-4. Relié demi-maroquin grenat avec coins, dos à nerfs, couvert et dos conservés. En parfait état. Ex libris André Pasquet puis André Maurois, de l’Académie française. Belle édition épuisée.
Proposition d’achat à envoyer directement à Jean Marcilly, Manoir de La Vergne, 16500 Abzac.

[BULLETIN FLAUBERT n° 45 / 16 septembre 2003]

(< Hugues Pradier)

A Saint-Benoît-des-Prés

A SAINT-BENOIT-DES-PRES, 2 rue Saint-Benoît 75006 Paris. Tél. 01 40 20 43 42 - fax 01 40 46 91 40 - saintbenoit@wanadoo.fr

FLAUBERT, Gustave. La Tentation de Saint Antoine. Paris, Charpentier et Cie, 1874.
In-8, (8)-296 pp. Demi-maroquin à coins un peu postérieur, dos lisse orné, tête dorée, couverture conservée (Durvand).
Edition originale. Très originale reliure de Durvand, qui a utilisé le même papier peigne pour les plats et les gardes.Vicaire III-728.
1200 euros.

Catalogue Thierry Bodin, n°105, juin 2003

N°107. Gustave Flaubert, L.A.S., mardi soir [été 1874?, à son ami Edmond Laporte]; 1 page in-8. Sur son travail de documentation sur Bouvard et Pécuchet: "Pourriez-vous voir dans l’astronomie populaire d’Arago, qque chose qui serait à mon usage, relativement à l’apparence, à la COULEUR des étoiles. Guilmin est là-dessus un peu sommaire. J’ai pris à la Bibliothèque de Rouen la liste des livres archéologiques. Ce n’est pas énorme. J’en ai même expédié deux, en une heure. Nous piocherons jeudi"… Il ajoute en post-scriptum: "La chaleur est revenue. A partie de demain, je me rebaigne. Apportez votre caleçon, si le coeur vous en dit." Il demande enfin quelles sont les planètes que l’on voit vers la fin du mois d’août.
1.200 euros.
[Celle lettre figurera dans le t. V de la Correspondance en Pléiade, à la date du [26 septembre 1876]. Nous pensons qu’elle concerne Hérodias.]


(< Olivier Leroy)

Vente publique 27 septembre 2003 à 14h, par A. & E. MOREL de WESTGAVER

(successeurs de la Librairie Simonson), à la Salle Laetitia, 48, avenue des Grenadiers à 1050 Bruxelles (Belgique)
Tél. (32) (0)2.640.22.53 - Fax (32) (0)2.644.27.81 - Mobile (32) (0)479.33.95.38 - E-mail morel_de_westgaver@brutele.be - Correspondance: 24, rue Henri Marichal à 1050 Bruxelles (Belgique)

Numéro du catalogue: 292
[Bussière, Gaston] FLAUBERT, Gustave La Légende de saint Julien l'Hospitalier. Vingt compositions dessinées et gravées par Gaston Bussière. Paris, Librairie des Amateurs, A. Ferroud - F. Ferroud, 1912, in-12, demi-maroquin bleu nuit à coins, dos orné à quatre nerfs, tête dorée, couverture et dos conservés (Ch. Lanoë).
20 eaux-fortes.Edition limitée à 1000 exemplaires numérotés. Un des 95 sur japon contenant deux états des eaux-fortes, dont l'avant-lettre avec remarque (nº 85). (Quelques légères petites griffes). On y joint: FLAUBERT, Gustave - Madame Bovary. Illustrations de Pierre Noël. Paris, Librairie Gründ, "Mazarine", 1941, in-8 carré, broché. Édition tirée à 3200 exemplaires numérotés. Un des 200 de tête sur Arches accompagné d'une suite (nº CLXXXVIII). Ensemble 2 volumes. Prix de départ: 50 euros.

Numéro du catalogue: 330
[Lydis, Mariette] FLAUBERT, Gustave, Madame Bovary "Moeurs de Province". Lithographies originales de Mariette Lydis. Paris, Éditions Vialletay-Vairel, 1949, in-4, en feuilles, couverture, sous chemise demi-chagrin à bandes.
30 compositions hors-texte en noir. Edition limitée à 224 exemplaires numérotés. Un des exemplaires destinés aux collaborateurs et marqués "Exemplaires d'Artiste" auquel la suite des planches refusées dans la justification semble manquer. Tous les exemplaires ont été signés par l'artiste. Couverture défraîchie, quelques brunissures ou piqûres, chemise légèrement frottée. Prix de départ: 150 euros.

Numéro du catalogue: 334
[Mahn, Berthold] FLAUBERT, Gustave, Madame Bovary. Illustrations de Berthold Mahn gravées à l'eau-forte par Louis Maccard. Paris, Editions Littéraire de France, s. d., grand in-8 carré, broché, couverture grise rempliée, sous chemise et étui cartonnés.
Compositions hors et in texte. Edition limitée à 418 exemplaires numérotés. Un des 30 hors commerce (nº XXV). Étui endommagé. Prix de départ: 70 euros.

Numéro du catalogue: 390
FLAUBERT, Gustave, La Tentation de saint Antoine. Paris, Charpentier et Cie, 1874, in-8, demi-chagrin noir, dos à cinq nerfs, tête dorée, couverture non conservée.
Édition originale. Dumesnil et Demorest, 219. Talvart et Place, VI, 7. Rousseurs éparses, discrète trace de cire blanche. Prix de départ: 100 euros.

[BULLETIN FLAUBERT n° 44 / 26 juin 2003]

Catalogue Demarest, mars 2003

Autographes Demarest, 19 rue Drouot, 75009 Paris
ndemare@club-internet.fr

167 - Flaubert Gustave. LAS de Croisset, dimanche [26 mai 1867, à Mme Jules Cloquet, femme du professeur de médecine]. 1.250 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t. III, p.644.]

Hôtel Drouot, 16 juin 2003

[Vente passée.]

12 - Flaubert Gustave. LA à Louise Colet, [Croisset, 14 octobre 1846]. 5.000 euros.
[Corr., éd. Jean Bruneau, Pléiade, t. I, p.388-391.]

13 - Flaubert Gustave. LAS à Tourgueneff, [janvier 1879]. 4.000 euros.

Catalogue de la Galerie Arts et Autographes

(publié sur le site Internet de France Antiques)
Galerie Arts et Autographes, Jean-Emmanuel Raux, 9, rue de l'Odéon, 75006 PARIS.
Tel.: 33 (0)1 43 25 60 48. Fax: 33 (0)1 40 51 03 98

Lot n°6127. FLAUBERT Gustave [Rouen, 1821 - Croisset, 1880], écrivain français. Lettre autographe signée. "Lundi, 7 h"; 1 page in-8° sur papier bleu.
"Mon Bonhomme, j'ai un eczéma en plein visage avec des douleurs violentes aux épaules. Je soigne mon domestique qui a un rhumatisme articulaire [...]. Tu vois qu'il m'est impossible d'aller chez toi. Si tu as absolument besoin de me parler, que M. Feydeau m'écrive ou vienne me trouver, à tout hasard. J'ai à peine la force de t'embrasser." 2.300 euros.
(< Thierry Savatier)

Catalogue de la librairie du Bois, n°35, 2003


GF, Le Candidat, 1874. EO, 1/2 chagrin vert de Lobstein Laurenchet. Ex libris de PG Castex
"à Me Bouthié/ Gve Flaubert."1.000 euros.
Mme Bouthié jouait dans Le Candidat le rôle de Félicité, bonne de Gruchet.
(< Eric Walbecq)

[BULLETIN FLAUBERT n° 42 / 22 mai 2003]

Drouot, 27 mai 2003. Vente Beaussant Lefèvre

A. Nicolas expert
http://www.beaussant-lefevre.auction.fr

Lot n°25:
FLAUBERT (Gustave). Manuscrit autographe intitulé Cabinet des fées & voyages imaginaires. - Féeries (analyses de). [Vers 1862-1863]. Au total environ 33 pp. sur 19 ff. in-folio, montés sur onglets et reliés en un volume, bradel demi-maroquin grenat à coins (Semet & Plumelle).
Importantes notes de lecture révélant l'intérêt de Flaubert pour la littérature merveilleuse.
Au début de 1862, ayant presque achevé Salammbô, Flaubert commença de lire la collection du Cabinet des fées. Il parcourut ensuite un grand nombre de vaudevilles, féeries et comédies, s'attachant à mieux connaître ce genre littéraire malgré la lourdeur d'un grand nombre des oeuvres qu'il recouvre, ce qui lui fait écrire aux Goncourt, le 12 juillet 1862: "Quel pensum! [...] On n'a pas idée du poids de ces fantaisies". De juillet à décembre 1863, il se servit de ces matériaux pour rédiger une féerie, Le Château des coeurs, en collaboration avec Louis Bouilhet et Charles d'Osmoy; cette pièce ne fut pas présentée sur scène mais parut dans La Vie moderne en plusieurs livraisons du 24 janvier au 8 mai 1880.
Cabinet des fées et Voyages imaginaires: Flaubert a relevé ce qui constitue la grammaire du merveilleux en littérature, indiquant notamment des cas d'inversion ("Le Monde à l'envers: les chameaux & les éléphants y sont très petits, les fourmis très grosses, etc."; "La reine a un harem d'hommes"), des associations d'idées ("Mon chat ayant fait disparaître la lumière en fermant les yeux..."), des allégories morales ("L'amitié s'oppose aux mariages: dès qu'on le marie, le génie tranquille fait place au génie inquiet..."), ou des scènes d'épouvante: "Ils (les vieillards) avaient de longues barbes qui descendaient jusqu'à leurs pieds et à l'extrémité de chaque brin pendait une dent de boeuf, ce qui faisait au moindre de leurs mouvements un cliquetis difficile à exprimer. Mais ce qui rendait cette vue plus hideuse était que la pesanteur de toutes ces dents ouvrait à ces vieillards la bouche avec tant de violence que leur grimace était au-dessus des plus horribles...". Il dresse par ailleurs des listes de noms exotiques et résume nombre d'anecdotes et récits représentatifs.
Féeries: pour plus d'une trentaine de récits fabuleux de la littérature populaire, Flaubert précise ce qui l'a marqué ou note un résumé de l'histoire. Il ajoute en marge droite des remarques critiques par lesquelles il livre son opinion personnelle: dans La Poudre de Perlinpinpin, "Rien de spécial, & nul emploi de fantastique... Cela pourrait faire plus d'effet si le meurtrier avait regret ou remord...". Il se montre souvent peu amène pour le manque d'imagination ou d'audace qui se cache souvent derrière des effets d'artifice: dans Les Quatre parties du monde, "Un chien devenu homme ressemble à un caniche... Pas développé, il aurait dû en garder les instincts...".
Provenance: succession de Mme Franklin-Grout-Flaubert (vente de Paris, 18 novembre 1931, n°116).
8 000/ 10 000 euros.

Lot n°26:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée à sa "bonne Laure" [Laure de Maupassant. Paris], 2 septembre [1869]. 2 pp. in-8.
"La mort est plus forte que tout".
"Hélas, non! Je n'irai pas à Étretat. A peine si j'aurai le temps d'aller à Dieppe passer un dimanche. Je manque de parole à Du Camp, au père Cloquet et à Me Sand. Mais la mort est plus forte que tout. Celle de Bouilhet qui a bouleversé ma vie a dérangé mes projets de vacances [Louis Bouilhet est mort le 18 juillet 1869]. J'ai à m'occuper maintenant 1° de ses affaires, 2° de mon roman et 3° de mon emménagement rue Murillo. Toutes les douleurs se tiennent. Comme j'ai pensé à mon pauvre Alfred [le frère de Laure] dans ces derniers temps! mais quand je l'ai perdu j'étais plus jeune &, partant, plus robuste qu'aujourd'hui!
Je me sens très vieux & fatigué jusque dans la moelle des os...".
"Tu reviens sans doute à Rouen vers le commencement d'octobre? Je serai forcé d'être à Croisset, au milieu de novembre, pendant une huitaine de jours. Alors je pourrai te voir.
J'ai grand besoin de passer avec toi un long après-midi, au coin du feu..."
1000/ 1200 euros.

Lot n°27:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée [à Alexandre Dumas fils. Dieppe], "vendredi soir 11 heures" [10 mars 1871]. 1 p. in-8.
La guerre franco-allemande de 1870.
"Encore un accroc! J'apprends à l'instant que j'ai à Croisset 40 Prussiens (vous lisez bien, c'est quarante). Ils y séjourneront jusqu'à dimanche soir, or, comme j'ai besoin d'aller dans ce lieu empesté (& d'y rester quatre ou cinq heures) avant de me mettre en route, je ne partirai de Dieppe que lundi! Donc faites le voyage de Bruxelles sans moi, car je n'ose plus vous prier de m'attendre. Je vous ferais droguer jusqu'à mercredi, puisque je ne serai prêt à partir de Rouen que ce jour-là..."
Flaubert devait partir avec Alexandre Dumas fils pour Bruxelles, où résidait la princesse Mathilde depuis le début de novembre 1870. Finalement, Dumas rejoignit Flaubert à Rouen le 16 mars, et ils voyagèrent ensemble jusqu'à Bruxelles en repassant par Paris.
600/ 800 euros.

Lot n°28:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée à son "bon" [Ernest Feydeau. Croisset], "mercredi soir" [novembre 1872, probablement le 15]. 3 pp. in-8 avec bordure de deuil.
L'oraison funèbre de Théophile Gautier.
"Comme renseignements sur Théo, adresse-toi à Olivier de Gourgot, un ami de son fils qui connaît à fond toute la partie bibliographique - quant à la biographie, prends les renseignements auprès des soeurs et d'Arsène Houssaye. Il y a une étude de Ste Beuve, mais tu la connais, sans doute.
Fais bien valoir qu'il a été exploité & tyrannisé dans tous les journaux où il a écrit. Girardin, Turgan et Dalloz ont été des tortionnaires, pour notre pauvre vieux, que nous pleurons. Moi, je ne me console pas de sa perte! Depuis que je sais que je ne [le] verrai plus, j'ai un redoublement d'amertume qui me submerge.
Un homme de génie, un poète qui n'a pas de rentes & qui n'est d'aucun parti politique..., il est forcé pour vivre d'écrire dans les journaux, voilà ce qui lui arrive. - C'est là, selon moi, le sens dans lequel tu dois faire ton étude. Quand on écrit la biographie d'un ami, on doit la faire du point [de vue] de sa vengeance. Je finirais par un petit remerciement à l'adresse du sieur Vacquerie".
Théophile Gautier était mort le 21 octobre 1872.
Avec un post-scriptum paillard.
"Il y aura encore de beaux jours pour notre belle Patrie! Ouïs cette anecdote que m'a narrée, tantôt, mon médecin de Croisset. Il venait d'être appelé près d'un moutard de 7 ans affligé d'un paraphimosis, résultant de masturbation exercée sur lui par une femme de 40 ans! Ladite villageoise recueille des petits malheureux dont elle fait à la fois des domestiques & ses godemichets, car c'est en frottant sur son clitoris, supposition du docteur, la guiguitte du pauvre gamin, qu'elle l'a élevé jusqu'à la grosseur d'une pine d'âne - que je te souhaite".
Ce passage n'a pas été reproduit dans l'édition de la correspondance de Flaubert donnée dans la Pléiade par Jean Bruneau qui n'a pas eu la lettre originale en main (tome IV, 1998).
1500/ 2000 euros.

Lot n°29:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée à un "cher ami" [Ivan Tourguéniev. Croisset], 30 juillet [1875]. 2 pp. 1/2 in-8.
Lettre pathétique.
"Ma dernière lettre était "lugubre", dites-vous, cher ami! Mais j'ai lieu d'être lugubre car il faut vous dire la vérité: mon neveu Commanville est absolument ruiné! Et moi-même je vais me trouver très entamé? Ce qui me désespère, là-dedans c'est la position de ma pauvre nièce! Mon coeur (paternel) souffre cruellement.
Des jours bien tristes commencent: gêne d'argent, humiliations, existence bouleversée.
C'est complet, & ma cervelle est anéantie. Je me sens désormais incapable de quoi que ce soit. Je ne m'en relèverai pas, mon cher ami! Je suis attaqué dans les moëlles! Quelles journées nous passons!... Nous ne pouvons pas vous recevoir maintenant! Et Dieu sait pourtant qu'une embrassade de mon vieux Tourguéneff me déserrerait le coeur!...
Depuis longtemps je n'écris plus à Mme Sand. Eh bien, dites-lui que je pense à elle plus que jamais. Mais je n'ai pas la force de lui écrire.
Il va falloir rassembler nos épaves. Ce sera long, que nous restera-t-il? Pas grand chose! Voilà le plus clair. J'espère pourtant pouvoir garder Croisset. Mais les beaux jours sont finis, & je n'ai en perspective qu'une vieillesse lamentable.
Ce qui me rendrait le plus grand service, ce serait de crever..."
Provenance: Collection Viardot (timbre sec).
4000/ 5000 euros.

Lot n°30:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée à son "cher ami" [Ivan Tourguéniev. Croisset], "lundi 16" [août 1875]. 2 pp. 1/2 in-8.
Lettre poignante sur sa détresse matérielle.
"Comme vous êtes bon, mon cher Tourgueneff, votre billet de ce matin m'a fait du bien mais vous n'avez pas compris la situation! Il ne s'agit pas d'une perte d'argent" mais bien d'une ruine. C'est la ruine, complète, pour mon neveu Commanville, et pour moi, considérable. Ma nièce Caro abandonne tout ce qu'elle peut donner aux créanciers de son mari, & quand nous aurons vendu le reste, c'est à peine s'il nous restera de quoi vivre, très chétivement... Peut-être, moi, ne perdrais-je pas tout ce que je possède?
Le pire de ma situation, c'est que fort probablement il me faudra abandonner le pauvre Croisset où je vis depuis trente ans! Vous voyez que mon existence est bouleversée, mon cher ami, & que c'est un désastre complet. Je doute que jamais je puisse retravailler? & pourtant j'aurais besoin de travailler pour gagner de l'argent! Mais je suis impropre à quoi que ce soit. Ah! Si une maladie m'emportait, quelle simplification! Jusqu'à présent j'avais cru que la mort était le pire des maux; non! Le pire c'est de voir l'humiliation de ceux qu'on aime.
D'ici à une quinzaine, il y aura du nouveau. C'est à dire que l'on saura si la faillite sera déclarée, après quoi, j'irai sans doute à Concarneau, car j'ai besoin de prendre l'air! Depuis quatre mois ma pauvre nièce & moi nous vivons dans une solitude abominable, à cause des angoisses qui la remplissent, & il faut que je sorte d'un pareil milieu coûte que coûte. Ah! ce qui serait beau, ce serait de venir me voir là-bas, à Concarneau! Mais le voyage est long & je n'ose vous le proposer?..."
Provenance: Collection Viardot (timbre sec ex-libris).
4000/ 5000 euros.

Lot n°31:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée à son "vieux Bab" [Edmond Laporte. [Paris], "dimanche 1 h. de nuit" [8 septembre 1878]. 2 pp. in-8, estampille "EL".
Une intercession en faveur d'un ami: "Bardou [sic] sort d'ici, où il a dîné. Je l'ai pris, dans mon cabinet seul à seul, & lui ai reparlé de vous, en insistant le plus possible pour que ça en finisse. Voici sa réponse: je te promets que je pense à ta recommandation..."
Edmond Laporte, que Flaubert surnommait "el bab", expression arabe signifiant "la porte", était alors à la recherche d'un emploi. Flaubert s'était adressé à Agénor Bardoux, ministre de l'Instruction publique depuis 1877, qui allait bientôt intervenir en la faveur de Laporte et lui permettre de trouver un poste dans l'administration.
Le Château des coeurs: "Autre histoire, il s'engage à faire recevoir la fameuse féerie! D'ici à 8 jours, je lui donnerai le ms que je croyais à Croisset, & que j'ai retrouvé dans le bas de mon armoire depuis qu'il est parti. Si ça réussissait, ce serait une fortune pour votre géant [il se surnomme ainsi lui-même]... L'histoire de la féerie forcément va me faire aller souvent chez B[ardoux], & j'activerai votre affaire. Pas de nouvelles de d'Osmoy. Il a un enfant très malade. Comme il est en tiers dans "Le Château des coeurs", nous allons nous retrouver..."
Le Château des coeurs, féerie écrite par Flaubert en collaboration avec Louis Bouilhet et Charles d'Osmoy, ne fut pas présentée sur scène mais parut dans La Vie moderne en plusieurs livraisons du 24 janvier au 8 mai 1880.
L'oeuvre du marquis de Sade: "Enfin, j'ai trouvé un bonhomme qui possède toutes les éditions du Vieux! [Ce terme, entre Flaubert et son ami Laporte, désignait Sade.] Avec une lettre de recommandation, nous irons chez lui quand vous voudrez!".
Bouvard et Pécuchet: "Je continue à lire démesurément mais je n'avance pas! Parce que je ne sais comment présenter ma critique historique. Espérons que mon entendement se débouchera..." Flaubert évoque ici ses recherches pour le passage de Bouvard et Pécuchet consacré à l'histoire.
1000/ 1200 euros.

Lot n°32:
FLAUBERT (Gustave). Lettre autographe signée [à Guy de Maupassant. Croisset], "mercredi" [22 janvier 1879]. 2 pp. in-8.
Extraordinaire lettre à Maupassant, son fils spirituel.
Sur le naturalisme, Zola, Daudet, Tourguéniev.
"Ma vie n'est pas drôle, mon cher ami, & cet hiver est particulièrement rude... Si je ne vais pas à Paris, c'est que je n'ai pas le sol. Voilà tout le mystère, & que je n'ai pas non plus de logement, puisque je laisse le mien à ma nièce... Parlez-moi de la pièce. Quand passe-t-elle?"
"J'ai lu les comptes-rendus de L'Assommoir dans Le Figaro, Le Gaulois, & La France... Je suis content du succès pécuniaire pour Zola, mais ça ne consolide pas le naturalisme (dont nous attendons toujours la définition), & ça ne pose pas notre ami comme auteur dramatique. A lui maintenant de faire une pièce, dans son système".
L'Assommoir de Zola avait été adapté pour la scène par William Busnach et Octave Gastineau, et venait d'être monté pour la première fois, le 18 janvier 1879 au théâtre de l'Ambigu-comique.
"J'ai vu que Daudet en avait lu une à l'Odéon tirée de Jack. Quels industriels que tous ces gaillards-là! Que n'en suis-je un moi-même! Mais le coeur me manque".
"Le pauvre Tourgueneff est recloué par la goutte. Allez le voir, vous lui ferez plaisir. Dans 25 jours, il part pour la Russie, où son frère vient de mourir..."
Flaubert évoque également les affaires politiques du moment.
8000/ 9000 euros.

Lot n°44:
MAUPASSANT (Guy de). Lettre autographe signée à une "chère madame et amie" [la nièce de Flaubert, Caroline Commanville]. S.l., [1880]. 1 p. 1/2 in-12.
Le monument à la mémoire de Flaubert.
"Le sous-comité se réunit vendredi prochain à 2 heures chez Tourgueneff. Comme il m'est impossible d'aller vous voir d'ici là, je vous serais infiniment obligé de vouloir bien m'envoyer un résumé de tout ce qui a été fait jusqu'ici... montant de la souscription, engagements pris, &c &c.
Hugo fait le mort. Tourgueneff lui a écrit et il n'a pas répondu. C'est le dit Hugo qui, par des prétentions et des chicanes indignes de lui, a arrêté les travaux du comité des Monuments à Mme Sand. Pourvu qu'il ne recommence pas..."
Flaubert était mort en mai 1880. Un comité s'était organisé rapidement pour ouvrir une souscription afin d'élever un monument à sa mémoire. Formé d'Edmond de Goncourt, Charles Lapierre, Tourguéniev, Maupassant, Zola, Cladel, Arsène Houssaye, Alphonse Daudet, il parvint difficilement à réunir une somme suffisante, et le monument ne fut inauguré qu'en 1890
1500/ 2000 euros.

Lot n°58:
SAND (Aurore Dupin, dite George). Lettre autographe signée à Gustave Flaubert. Nohant, 21 septembre 1866. 7 pp. 1/2 in-8, fente à un pli.
Joyau extrait d'une des plus belles correspondances de la littérature française.
"... Et toi, mon bénédictin, tu es tout seul, dans ta ravissante chartreuse, travaillant et ne sortant jamais?... Il faut à monsieur des Syries, des déserts, des lac asphaltite [mer Morte], des dangers et des fatigues!" Il s'agit ici d'une allusion à Salammbô.
"Et cependant on fait des Bovary où tous les petits recoins de la vie sont étudiés et peints en grand maître. Quel drôle de corps qui fait aussi le combat du sphinx et de la chimère!" C'est ici une allusion à un passage de la Tentation de saint Antoine.
"Vous êtes un être très à part, très mystérieux, doux comme un mouton avec tout ça. J'ai eu de grandes envies de vous questionner, mais un trop grand respect de vous m'en a empêché, car je ne sais jouer qu'avec mes propres désastres, et ceux qu'un grand esprit a dû subir pour être en état de produire, me paraissent choses sacrées qui ne se touchent pas brutalement ou légèrement.
Sainte-Beuve qui vous aime pourtant prétend que vous êtes affreusement vicieux. Mais peut-être qu'il voit avec des yeux un peu salis... Moi je présume que l'homme d'intelligence peut avoir de grandes curiosités. Je ne les ai pas eues, faute de courage, j'ai mieux aimé laisser mon esprit incomplet, ça me regarde et chacun est libre de s'embarquer sur un grand navire à toutes voiles ou sur une barque de pêcheur.
L'artiste est un explorateur que rien ne doit arrêter et qui ne fait ni bien ni mal de marcher à droite ou à gauche. Son but sanctifie tout. C'est à lui de savoir après un peu d'expérience quelles sont les conditions de santé de son âme. Moi je crois que la vôtre est en bon état de grâce puisque vous avez plaisir à travailler et à être seul malgré la pluie".
"Savez-vous que... nous avons eu... du beau soleil en Bretagne? Du vent à décorner les boeufs sur les plages de l'océan, mais que c'était beau, la grande houle... Pour le reste, c'est une fameuse balançoire que la Bretagne. Nous nous sommes pourtant indigérés de dolmens et de menhirs, et nous sommes tombés dans des fêtes où nous avons vu tous les costumes qu'on dit supprimés et que les vieux portent toujours.
Eh bien, c'est laid, ces hommes du passé avec leurs culottes de toile, leurs longs cheveux, leurs vestes à poches sous les bras, leur air abruti, moitié pochard, moitié dévôt.
Et les débris celtiques, incontestablement curieux pour l'archéologue, ça n'a rien pour l'artiste, c'est mal encadré, mal composé, Carnac et Erdeven n'ont aucune physionomie.
Bref la Bretagne n'aura pas mes os, j'aimerais mille fois mieux votre Normandie cossue, ou, dans les jours où l'on a du drame dans la trompette, les vrais pays d'horreur et de désespoir. Il n'y a rien, là où règne le prêtre et où le vandalisme catholique a passé, rasant les monuments du vieux monde et semant les poux de l'avenir..." George Sand venait de faire un voyage en Bretagne du 8 au 19 septembre 1866.
Elle évoque ensuite Le Château des coeurs, une "féerie" écrite par Flaubert, Louis Bouilhet et Charles d'Osmoy, et conclut ainsi: "Vous êtes ma première visite aux vivants, au sortir d'un ensevelissement complet de mon pauvre moi. Vivez! Voilà mon oremus et ma bénédiction. Et je t'embrasse de tout mon coeur".
6000/ 7000 euros.

Drouot, 27-28 mai 2003. Vente Piasa

T. Bodin expert.
http://www.auctionconsult.com/piasa

Lot n°651:
Gustave Flaubert (1821-1880). L.A.S., Croisset Jeudi [23 avril 1863, à Jules Rohaut]; 2 pages in-8.
Il a reçu ses deux articles. "Si j’avais moins de considération pour vous je vous écrirais une lettre pompeuse et poncive. Mais je me borne à vous remercier très cordialement pour votre protestation & pour votre sympathie. Vous m’avez vengé et vanté"... Lui faire des compliments, ce serait s’en faire à soi-même. "Or c’est une tâche dont vous vous êtes acquitté merveilleusement"... Il ajoute en post-scriptum sous la dictée de Louis Bouilhet: "Bouilhet actuellement étendu comme ung veau sur un divan & en train de vacher vous rumine mille choses agréables avec ses fromages respectueux".
450/500 euros.

Lot n°652:
Gustave Flaubert. L.A.S., Lundi 7 heures [mars 1864?, à Jules Rohaut]; 1 page in-12.
"Pas du tout! - Faites comme vous l’entendrez. C’est très bien superbe, excellent. Votre article m’a charmé & ému (sic) et si vous continuez à m’appeler Monsieur, je ne vous salue plus"...
250/300 euros.

Lot n°653:
Gustave Flaubert. L.A.S., Samedi 1 heure [18 avril 1868, à Jules Rohaut]; demi-page in-8.
""Une attaque trop vive" non! C’est tout le contraire! Ils veulent me nommer Président d’une future société de gens de lettres!"... Il l’attend lundi pour déjeuner.
250/300 euros.

Lot n°654:
Gustave Flaubert. L.A.S., Vendredi [18 février 1870, à Jules Rohaut]; 1 page in-8.
Invitation à la lecture de la féerie Le Château des coeurs (destinée au théâtre de la Gaîté): "MM. Boulet, Taigny & Hubert seront demain chez moi à 1 h. précise, pour entendre la lecture du Château des Coeurs. Voilà. - En êtes-vous?"...
300/350 euros.

Lot n°655:
Gustave Flaubert. L.A.S., Paris Lundi soir [février 1874, à Jules Rohaut]; 1 page in-8.
"Je suis pour le moment dans les dernières retouches du Candidat. Mon ms est à la Censure, on copie les rôles & j’entre en répétition vers la fin de cette semaine, donc votre serviteur est fort occupé"... Il aurait cependant besoin de lui pour un renseignement, et il l’invite à venir chez lui un matin. "Il s’agit (mystère:) de me découvrir un amoureux. - Jeune, beau et romantique!"...
500/600 euros.

Lot n°656:
Gustave Flaubert. L.A.S., Croisset près Rouen 8 juin [1874, à Jules Rohaut]; 1 page in-8.
"Duquesnel qui devait me donner, au bout de 8 jours, une réponse sur le Sexe Faible [la pièce de Louis Bouilhet] ne m’a pas encore écrit!!! Quelles jolies manières! quelles jolies manières! Mais le génie a des excuses, en soi. Je ne vais pas tourmenter Chennevières que je sais être maintenant fort embêté par le prix de Salon. Mais, vous qui faites partie du bâtiment des théâtres ne pourriez-vous pas me dire où j’en suis? Je voudrais être débarrassé de cette histoire avant de m’en aller en Helvétie"...
400/500 euros.

Lot n°657:
Gustave Flaubert. L.A.S., Vendredi matin [juillet 1874?, à Jules Rohaut]; 1 page in-8 (petits trous marg.).
Préparation de Bouvard et Pécuchet. "Dès que vous aurez un peu de temps à vous pensez à moi. Vous m’avez promis des renseignements sur le métier de copiste! J’aurais besoin là-dessus des détails les plus longs & les plus explicites. - Car dans une quinzaine je m’en retourne à Croisset pour me mettre à la besogne". Il demande une note "où tous vos souvenirs spéciaux soient remués. Vous me rendrez, par là, un chouette service"...
500/600 euros.

Lot n°658:
Gustave Flaubert. 2 L.A.S., [à Jules Rohaut]; 1 page in-8 chaque.
Vendredi 11 h. Il l’invite à déjeuner en tête à tête, dimanche. "J’aurais besoin de renseignements que vous pouvez me donner. Connaissez-vous le personnel du journal Le Croque-mort?"...
Dimanche soir 9 h. "Eh bien! puisque vous n’êtes libre qu’à 5 h. 30 venez dîner chez moi demain lundi à 6 heures et demie. Je vous attendrai jusqu’à sept"...
300/400 euros.

Lot n°659:
Gustave Flaubert. L.A.S. "Gve", [Croisset] Mardi soir 11 [février 1879], à Maxime Du Camp; 1 page in-8.
[Flaubert, en glissant sur du verglas, s’était fait le 25 janvier une grave entorse avec fêlure du péroné; il dut s’aliter et souffrit beaucoup pendant plusieurs semaines.] Il décrit à son amis les progrès de sa convalescence: "Aujourd’hui enfin j’ai pu me lever! - & je ne me sers plus du plat-bassin!!! ce soir je dormirai sur le flanc [...] & demain, je recommencerai à travailler. On m’a fait une paire de béquilles! - mais j’aime mieux me mouvoir le genou posé sur une chaise que je pousse devant moi. Il se passera encore un grand mois avant que je puisse descendre mon escalier. - & il me sera impossible d’être à Paris avant le milieu d’avril". Le souvenir d’un certain Hazanin évoqué par Du Camp lui rappelle leur voyage en Egypte: "Ah! Pauvre cher vieux Max! C’était le bon temps! - J’en pleure, quand j’y pense". [Maxime Du Camp précise dans la marge: "Haçanin était un de mes matelots auquel j’ai remis la jambe qu’il s’était cassée à Assouan en mai 1850. Gustave Flaubert m’avait accompagné dans ce voyage".] Son isolement a de bons côtés: "Quant à la Politique, j’ai un avantage sur toi. Car ne voyant personne je n’entends pas dire de bêtises!"... Il lui demande de lui envoyer son "bouquin" par la poste, et termine: "Amitiés au jumeau et à toi toutes mes tendresses"...
1.000/1.200 euros.

Lot n°660:
[Gustave Flaubert]. L.A.S. de son père Achille-Cléophas Flaubert, Rouen 12 décembre 1838, à Charles Vacquerie au Hâvre; 1 page et demie in-4, adresse (un peu froissée).
Prescription du docteur Flaubert au futur mari de Léopoldine Hugo. "Je ne vous ai pas défendu le sirop de digitale d’une manière absolue, je vous ai dit de ne point en abuser"... Il pense qu’une saignée de bras sera utile, et lui recommande de bien suivre son régime...
200/250 euros.

Lot n°721:
Guy de MAUPASSANT (1850-1893). L.A.S., 20 novembre 1878, à Gustave Flaubert; 1 page et demie petit in-8 (cachet de la collection Thorek).
Il s’impatiente et s’inquiète au sujet de sa nomination au ministère de l’Instruction Publique, que lui avait promis le ministre M. Bardoux, un ami de Flaubert: "J’attends, mais j’ai peur d’avoir été encore, sinon oublié du moins négligé". Il demande à Flaubert s’il a des nouvelles: "Je vis dans l’anxiété. Mon bureau ici est un enfer"... Il n’est pas allé voir M. d’Osmoy, car Bardoux lui avait formellement promis que la chose se ferait sous quelques jours: "j’ai pensé qu’il fallait se garder de l’importuner inutilement"... Sa mère est à Paris "fort malade, et nous n’avons pu obtenir une visite ni de Potain ni de Charcot que nous avons demandés"...
On joint une note a.s. de la nièce de Flaubert, Caroline Franklin-Grout, 4 avril 1917 (1 page in-16): "A cette époque Guy de Maupassant était attaché au ministère de la Marine. Il attendait sa nomination à l’Instruction Publique"...
400/500 euros.

Lot n°168:
FLAUBERT (Gustave). La Légende de saint Julien l'Hospitalier. Paris, 1937. Grand in-4° en feuilles, sous couverture et étui de l'éditeur.
Six eaux-fortes par Robert BONFILS, sorties de l'atelier Paul Haasen.
Tiré à 25 exemplaires sur vélin de Rives, celui-ci exemplaire de collaborateur de M. Haasen.
Exemplaire comprenant, non justifiée, une suite supplémentaire des illustrations portant la signature de l'artiste.
Petit accident à l'étui.
180/ 200 euros.

Lot n°169:
FLAUBERT (Gustave). Madame Bovary. Paris, Ferroud, 1905. Petit in-4°, maroquin violine, large cadre de listels mosaïqués ornant les plats, fleurons aux angles, dos à nerfs mosaïqué, doublure de maroquin mauve ornée d'un large encadrement mosaïqué, gardes de moire brodée à motif floral, tranches dorées, couverture conservée, chemise et étui (G. Levitzky).
Compositions par Alfred de RICHEMONT.
Tiré à 810 exemplaires numérotés, celui-ci exemplaire nominatif sur japon comprenant, non justifiés, deux états supplémentaires des eaux-fortes, dont l'eau-forte pure. Joint: le prospectus.
800/ 1 000 euros.

Lot n°170:
FLAUBERT (Gustave). La Tentation de saint Antoine. Paris, Ferroud, 1907. Petit in-4°, maroquin lavallière, large encadrement de filets dorés et dentelle mosaïquée ornant les plats, dos à nerfs orné du même décor, doublure de maroquin rouge ornée d'une large dentelle mosaïquée, gardes de moire brodée à motif floral, tranches dorées, couverture illustrée conservée, chemise et étui (G. Levitzky).
Compositions par Georges ROCHEGROSSE, gravées en couleurs par Eugène DECISY.
Tiré à 350 exemplaires, celui-ci (n°14), sur grand japon impérial, un des 60 de tête comprenant deux suites supplémentaires de toutes les illustrations, dont une en couleurs.
Exemplaire enrichi:
- d'un billet autographe signé de G. Rochegrosse à l'éditeur Ferroud,
- d'un billet autographe signé d'E. Decisy au même,
- d'un tirage de l'illustration de couverture,
- de l'aquarelle originale signée de Rochegrosse (hors-texte p. 32-33)
- et d'un tirage sur chine d'un portrait de Rochegrosse au crayon.
1 500/ 2 000 euros.

L’Autographe S.A, Genève; catalogue 52, mai 2003

En ligne sur le site www.autographe.org, vente sur offres (enchères par correspondance jusqu’au 30 mai 2003).

L'AUTOGRAPHE S.A.
(R. SAGGIORI)
1, rue des Barrieres
CH-1204 GENEVE
Tel.: + 41 22 - 348 77 55
Fax: + 41 22 - 349 86 74
E-mail: autographe@autographe.org

N°89. À félix duquesnel, [Paris], samedi soir [2 décembre 1871].
Lettre à Félix Duquesnel l’invitant à ne rien décider pour ce qui est du costume de Mademoiselle Aïssé, personnage central de la pièce de Louis Bouilhet. Il espère en effet trouver à Rouen le vrai portrait d’elle (celui que possède son ami Clogenson): "... Il pourra vous servir de modèle. C’est un grand portrait à l’huile..." Quand aux autres costumes, il faudra attendre encore quelques jours les dessins d’Eugène Giraud. Inédite. Est. 2.000 francs suisses. Départ: 1.500 SFr.

[BULLETIN FLAUBERT n° 41 / 9 mai 2003]

Catalogue Vrain, 2003

jcvrain@wanadoo.fr
(< Elisabeth Brunet, libraire à Rouen)

36. Manuscrit autographe "La Reconnaissance de Sacountala"
(voir description dans le Bulletin n°28)

Vente publique Alain & Evelyne MOREL de WESTGAVER

(< Olivier Leroy)
17/05/2003 à 14h, Salle Laetitia, 48 avenue des Grenadiers, 1050 Ixelles (Belgique)
Tél. (32) (0)2.640.22.53 - Fax (32) (0)2.644.27.81 - Portable (32) (0)479.33.95.38 –
E-mail morel_de_westgaver@brutele.be
Correspondance: 24 rue Henri Marichal, 1050 Ixelles (Belgique)

Lot 143: FLAUBERT, Gustave - Oeuvres complètes. Paris, Société Française d'Editions d'Art, 1900, 8 volumes in-8, demi-chagrin brun à coins, dos à cinq nerfs, têtes dorées, couvertures et dos conservés.
Estimation: 100 euros.
Portrait en frontispice du volume I. Talvart et Place, VI, p. 14. Edition en partie originale. Dos passés, rousseurs.

Lot 190: [Pléiade] - Album Flaubert. Iconographie réunie et commentée par Jean Bruneau et Jean A. Ducourneau. 360 illustrations. -- Album Sand. Iconographie réunie et commentée par Georges Lubin. 480 illustrations. Paris, Gallimard, NRF, "Bibliothèque de la Pléiade", 1972-1973, 2 volumes in-12, reliures de l'éditeur, jaquettes, rhodoïds, étuis.
Estimation: 50 euros.

Rodolphe CHAMONAL

5, rue Drouot, 75009 Paris
Tél. 01.47.70.84.87 - Fax 01.42. 46.35.47
E-mail chamonal@club-internet.fr

FLAUBERT (Gustave). Madame Bovary. Moeurs de province. Paris, Michel Lévy [Typ. de Mme Ve Dondey-Dupré], 1857, 2 volumes in-12, maroquin cerise, dos à faux-nerfs, bordure int. rehaussée de filets et point. dorés, couv. vertes impr. cons., deux filets sur les coupes, coiffes guill., non rogné, tr. dorées sur témoins [rel. mod.], infime manque de pap. au coin sup. des deux premiers ff. du tome I, le dos de la couv. du tome II est cons. (lég. rest.).
1) 4 ff. n. ch. et pp. [5] à 232. - 2) ff. n. ch. et pp. [233] à 490. Sans le catalogue de l'éditeur in-fine.
Clouzot p. 121. Edition originale avec la faute à Senart.
Exemplaire enrichi d'une lettre autographe signée de Gustave Flaubert, datée de "Croisset, dimanche [?], [1878]". Elle est adressée à une "confrère" qu'il n'a pu voir à Paris, mais dont il "partage [les] angoisses".
Un grand classique, recherché avec les couvertures.
Prix: 10.000 euros.

Librairie Laurent COULET

166, boulevard Haussmann, 75008 Paris
Tél. 01.42.89.51.59 - Fax 01.42.89.14.81
E-mail libr.coulet@easynet.fr

Flaubert, Gustave. Madame Bovary. Moeurs de province. Paris, Lévy Frères, 1857. In-12 de (2) ff., 232 pp., (233)-490 pp., demi-maroquin rouge à coins, dos à nerfs, têtes dorées, non rognés, couvertures conservées(Devauchelle).
Prix: 4.000 euros.
Edition originale.

Librairie WALDEN

7, rue des Terrasses, 14000 Caen
Téléphone/ Fax: 02.31.85.90.62 - 06.16.57.31.21
E-mail librairie-walden@wanadoo.fr

Gustave Flaubert. Premières oeuvres. Paris, Fasquelle, 1914-1920. Quatre vol. in-8, broché. Un des ex. de tête sur hollande (seul papier).
Prix: 460 euros.
Donne entre autres la première version de L'Education sentimentale. Bon exemplaire, à toutes marges. Quelques légères déchirures aux couvertures, sans gravité. Clouzot, 122, "recueil important".

Maxime DU CAMP. En Hollande. Lettres à un ami par Maxime Du Camp suivies des catalogues des musées de Rotterdam, La Haye et Amsterdam. Paris, Poulet-Malassis, 1859. Edition originale.
Prix: 200 euros.

Richard BUDD

The Coach House, Glebelands, Merriott, Somerset. TA 16 5RE England
Tel. 01460 78297
E-mail: richardbudd@btconnect.com

Flaubert (Gustave). Album Flaubert. Iconographie réunie et commentée par Jean Bruneau et Jean A. Ducourneau. Illustrations. Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1972. First Edition. Fine copy in dust-wrapper.
Price: 50 pounds

Flaubert (Gustave). Oeuvres. Texte établi et annoté par A. Thibaudet et R. Dumesnil. Bibliothèque de la Pléiade, NRF, Paris, 1946-1952. Two volumes. Extremities of second volume a little rubbed otherwise in nice condition.
Price: 30 pounds

Fabien MARCHAND

6, Beverhoutplein, 9000 Gent (Belgique)
Tél. 00 (0)9 223 83 99 / Portable 00 (0)475 63 40 16
E-mail: fabien.marchand@pandora.be

Revue de Paris, n°34 et 35, préoriginale de Madame Bovary
2.000 euros.

Elisabeth BRUNET

70, rue Ganterie, 76000 Rouen
Tél. 02 35 98 63 06.

Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Charpentier, 1874, 2e éd. (2e tirage de l'originale; le premier tirage, à 2.000 exemplaires, avait été épuisé en moins d'une semaine). Bon état, intérieur frais, sans rousseurs.
230 euros.

[BULLETIN FLAUBERT n° 40 / 17 avril 2003]

Catalogue Charavay, n°834, avril 2003

(< Eric Walbecq)

47097. [Flaubert] Lettres à.
1°) Commanville, époux de la nièce de Flaubert. L.A.S., Rouen 5 mars 1869, 3 p.in-8.
200 Euros.
Curieux document relatif aux placements financiers ou opérations en bourse de Flaubert.
"fin octobre 1851 il n'était pas possible pour quelqu'un de sérieux de perdre de l'argent sur les trois six… de 1850 à 1852 les opérations d'exportation pour la Californie ont eu beaucoup de vogue. Les recherches de gisements aurifères ont commencé en 1848, ayant été fructueuses des gens de tous pays accoururent en foule, on manquait absolument de tout – le commerce européen en eut promptement connaissance et on fit des expéditions très nombreuses. La quantité énorme des marchandises expédiées fut cause de grands désastres…" Il donne des renseignements sur le commerce du Guano en 1851.
[Cette lettre se rapporte en fait à la documentation pour L'Education sentimentale.]

2°) Husson Adèle, l'amie de Maxime Du Camp. L.A.S. "Votre jumeau" (s.l.n.d., après 1866). 4 p.in-16.
160 Euros.
"Mon cher Jumeau voici un petit renseignement… Voici la chose telle qu'un habitant du quartier me la dicte. Vers la fin du règne de Napoléon 1er la rue portait le nom du chemin neuf. Sous le ministère Thiers vers 1832, on la nomma rue de l'Empereur. En 1866 rue Lepic… Comment êtes vous? Le chef d'oeuvre avance-t-il? Quand vous verra-t-on? Vous êtes bien le plus vilain ami qui se puisse voir… Mille tendresses et plus encore… Votre jumeau bien ennuyé de vous."

Ventes passées

(< Eric Walbecq)

Catalogue vente 28 mars 2003, étude Bergé, Giraud Badin expert
Madame Bovary, E.O., maroquin rouge janséniste, couv. et dos cons, reliure de Aussourd.
Joint, Las de GF, 1 p. in 8, écrite à Croisset, apparemment en 1878 selon une note au crayon bleu. Elle est adressée à sa "chère confrère... Les feuilles n'annoncent pas encore votre 1ère? Charpentier m'a dit que le jour n'en était pas encore fixé.

[BULLETIN FLAUBERT n° 38 / 20 mars 2003]

Vente du 27 mars 2003, hôtel Drouot

Piasa, Bodin expert
http://www.artweb.fr/fr/etudes/piasa/home.html

Lot n° 251:
Gustave FLAUBERT. L.A.S., [25? novembre 1862], à son éditeur Michel Lévy; 1 page in-8.
Au sujet de l’édition originale de Salammbô, dont il a été tiré des exemplaires sur Hollande.
Il demande à Michel Lévy de lui envoyer immédiatement "ce que vous pourrez d’exemplaires sur papier de Hollande, les grands les attendent". Il lui demande également 50 autres exemplaires "que je me débarrasse de mes envois au plus vite", et lui achète 25 exemplaires...
500 / 600 Euros.

Lot n° 252:
Gustave FLAUBERT. L.A.S., Lundi matin [fin août ou septembre 1868], à la comédienne Mme Pasca; 1 page in-8.
Jolie lettre à l’un de ses trois "anges".
Il passera prendre "Ma chère belle" jeudi matin, pour aller déjeuner chez les Charpentier. "Je ne songe pas à autre chose qu’à Fanny Lear!... [Fanny Lear, comédie de Meilhac et Halévy créée par Mme Pasca le 28 août 1868] Ah! si j’étais jeune, beau, riche! etc. Donc, à jeudi, adorable personne"...
On joint 1 L.A.S. de Madame Pasca à Émile Augier (2 pages in-8 à son chiffre).
600 / 700 Euros.
(Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.918, à la date [5? avril 1875].)

Lot n° 253:
Gustave FLAUBERT. L.A.S., [Croisset] Mardi 5 h. [1876?, à son ami Edmond Laporte]; 1 page in-8.
Intéressante lettre de documentation pour Bouvard et Pécuchet.
"Monsieur & cher confrère! espèce de tribade! Vieux Bab! Je crois que vous vous trompez? car je trouve dans mes notes extraites du Moniteur. Elections générales de la Garde Nationale fixées au 18 mars 1848. Et maintenant ça me gênerait beaucoup pour mon plan, qu’il en fut autrement". Il évoque "la surveillance sur les instituteurs par les curés" dans la loi Falloux, ainsi qu’une circulaire qui donne les mêmes droits aux colonels de gendarmerie... Il invite avec insistance son ami à Croisset: "vous m’embêtez en ne venant pas lundi comme vous m’aviez promis. Il y a très longtemps que vous n’avez pas couché ici. [...] Ma nièce & moi nous vous attendons pour embellir notre solitude"...
600 / 800 Euros
(Corr., Club de l’Honnête Homme, t.XVI, p.69, à la date [août 1878].)

Lot n° 254:
Gustave FLAUBERT. L.A.S. "Gve", [Croisset] Mardi soir 11 [février 1879], à Maxime Du Camp; 1 page in-8.
[Flaubert, en glissant sur du verglas, s’était fait le 25 janvier une grave entorse avec fêlure du péroné; il dut s’aliter et souffrit beaucoup pendant plusieurs semaines.] Il décrit à son ami les progrès de sa convalescence: "Aujourd’hui enfin j’ai pu me lever! – & je ne me sers plus du plat-bassin!!! ce soir je dormirai sur le flanc [...] & demain, je recommencerai à travailler. On m’a fait une paire de béquilles! – mais j’aime mieux me mouvoir le genou posé sur une chaise que je pousse devant moi. Il se passera encore un grand mois avant que je puisse descendre mon escalier. – & il me sera impossible d’être à Paris avant le milieu d’avril". Le souvenir d’un certain Hazanin évoqué par Du Camp lui rappelle leur voyage en Égypte: "Ah! Pauvre cher vieux Max! C’était le bon temps! – J’en pleure, quand j’y pense". [Maxime Du Camp précise dans la marge: "Haçanin était un de mes matelots auquel j’ai remis la jambe qu’il s’était cassée à Assouan en mai 1850. Gustave Flaubert m’avait accompagné dans ce voyage".] Son isolement a de bons côtés: "Quant à la Politique, j’ai un avantage sur toi. Car ne voyant personne je n’entends pas dire de bêtises!"... Il lui demande de lui envoyer son "bouquin" par la poste, et termine: "Amitiés au jumeau et à toi toutes mes tendresses"...
1000 / 1200 Euros.
(Corr. Flaubert-Du Camp, éd. Yvan Leclerc, Flammarion, 2000, p.421.)

Lot n° 255:
[Gustave FLAUBERT]. Mèche de cheveux liée par un fil blanc, conservée par Louise Colet, dans une enveloppe in-12.
Au crayon sur l’enveloppe, Henriette Bissieu (la fille de Louise Colet) a noté au crayon: "cheveux de G. Flaubert"; suit cette note à la plume: "J’atteste que c’est bien l’écriture de la fille de Made Lse Colet ma mère".
300 / 350 Euros.

Lot n° 256:
[Gustave FLAUBERT]. L.A.S. de son père Achille-Cléophas Flaubert, Rouen 12 décembre 1838, à Charles Vacquerie au Hâvre [sic]; 1 page et demie in-4, adresse (un peu froissée).
Prescription du docteur Flaubert au futur mari de Léopoldine Hugo. "Je ne vous ai pas défendu le sirop de digitale d’une manière absolue, je vous ai dit de ne point en abuser"... Il pense qu’une saignée de bras sera utile, et lui recommande de bien suivre son régime...
200 / 250 Euros.

Lot n° 194:
Louis BOUILHET. L.A.S., [novembre 1851, à Louise Colet]; 3 pages in-4 (petits trous).
Intéressante lettre à Louise Colet. Louise lui a demandé de l’aider à travailler sur une comédie et des vers, et s’il en est profondément honoré, il a pris du retard: "J’en suis honteux – mais Gustave [Flaubert] vous dira quelle vie est la mienne; plongé jusqu’au cou dans les travaux les plus ineptes, je n’ai que la tête de libre, et encore! [...] Vous excuserez l’indiscrétion dont je me rends coupable, en gardant, chez moi, le manuscrit de votre comédie"... Elle lui a demandé de corriger ses vers, ce qui le flatte mais dont il se sent indigne: "Au fond, je suis l’homme le plus incapable de faire de la critique. Que ne me laissez vous respirer librement et franchement votre poësie? Ce métier de pédant, je le fais tous les jours – et si je hazarde quelques remarques sur votre comédie, ce sera par pure obéissance". Il préfère lui parler de "la charmante pièce de vers que vous m’avez envoyée", qu’il aime beaucoup, mais à laquelle il apporte une correction: "il n’y a pas de galanterie dans l’art". Il admire ses ressouvenirs payens, et sera heureux de lui présenter ses hommages lors de son prochain séjour à Paris...
250 / 300 Euros.

Autographenhandlung J.A. Stargardt

Autographenhandlung J.A. Stargardt, Brentanostr. 52, D-12163 Berlin.
Phone: 49 (30) 8 82 25 42. Fax.: 49 (30) 8 82 24 66. Mail: info@stargardt.de
(< Pierre Janin, Christoph Oberle)

75. FLAUBERT, Gustave, 1821-1880. E.Br.m.U. (Paris) o.D. 2 S. gr.-8°. Ein wenig unfrisch, kleiner Faltenriss.
(300.-)
An "Cher confrère" mit der Bitte, in dessen "collection complète de L’Artiste" nachschlagen zu dürfen. "... est-il indiscret de vous demander si: / Je puis aller chez vous me livrer à ce travail ou (ce qui me serait plus commode) si vous pouvez me prêter successivement plusieurs volumes à la fois – Je vous les rendrais deux jours après... Vendredi soir – / Je me suis présenté chez vous hier, dans l’après midi. J’y serais retourné ce matin sans un rhumatisme qui me cloue dans mon fauteuil..."

Salon de la Bibliophilie au Louvre, chez Pierre Saunier

(< Eric Walbecq)

L'Education sentimentale, EO, reliure modeste de l'époque
"à mon ami le poète Coppée / Gve Flaubert"

Catalogue vente de la Bibliothèque de P.-G. Castex

Drouot 13 mars 2003, J. Benelli expert

Le Candidat, 1/2 maroquin noir. EO enrichie d'un envoi autographe signé à Me Bouthié.

[BULLETIN FLAUBERT n° 37 / 6 mars 2003]

Catalogue T. Bodin, n°104, février 2003

http://www.franceantiq.fr/slam/autographes/Cat.asp?AUTEUR=flaubert&IdTable=Bodin0203
(avec fac-similé de la p.1)

Gustave Flaubert (1821-1880) romancier. L.A.S., Paris 8 août [1871, à Ernest Feydeau]; 2 pages et demie in-8 (qqs fentes et déchirures bien réparées, sans manque).
2.000 Euros.
Très intéressante lettre sur la situation en France après la guerre de 1870, et contre la bêtise. [...] "La Bêtise française continue son petit bonhomme de chemin. Les bons bourgeois ne vont plus voter et semblent par leur conduite vouloir faire revenir le gouvernement paternel de la Commune. Quant à une conspiration militaire, les uns affirment qu'elle est imminente, les autres en nient la possibilité. Pour moi, je n'y crois pas. On est, pour le moment, las de l'action. Mais j'ai peur, que dans 3 ou 4 ans un parti patriote ne pousse la France à une vengeance trop prompte. Alors MM les allemands nous prendront la Bourgogne, et feront un petit royaume d'Austrasie. Quant à la littérature, mon bon, Magniard & Gustave Lafargue fleurissent derechef. & on monte une féerie de Mr Clairville. On a renversé la colonne & brûlé Paris. Mais Villemessant [directeur du Figaro] est indestructible, & la Sottise éternelle. Moi, mon bon vieux, comme si de rien n'était, je prends des notes pour mon St Antoine. Que je suis bien décidé à ne pas publier quand il sera fini. Ce qui fait que je travaille en toute liberté d'esprit. Jeudi prochain, pour me distraire j'irai à Versailles pour voir travailler le conseil de guerre [qui juge les Communards]. Ensuite, je passerai trois ou quatre jours à St Gratien [chez la princesse Mathilde] puis je regagnerai ma cabane". La subvention de l'Odéon va être supprimée; il ne sait donc quand on jouera Mademoiselle Aïssé (la pièce de son ami Louis Bouilhet)...
[Corr., éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.IV, p.360-361.]

[BULLETIN FLAUBERT n° 36 / 19 février 2003]

Catalogue Librairie Valette, janvier 2003.

11 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Tél.: 01 43 26 45 64
(< Eric Walbecq)

Salammbô, Michel Lévy, 1863, EO, reliure de Marius Michel.
Un des 25 exemplaires sur Hollande, seul grand papier.
Envoi autographe: "à mon très cher Frédéric Baudry/ souvenir de son vieux/ Gve Flaubert/ un des 25 exempl. tirés sur papier de Hollande." Fac-similé de la dédicace dans le catalogue.
25.000 Euros.

Librairie Rodolphe Chamonal

5 rue Drouot, 75009 Paris
Tél: 01.47.70.84.87 - Fax: 01.42.46.35.47 - e-mail: chamonal@club-internet.fr
(< Olivier Leroy)

DU CAMP (Maxime), Le Livre posthume. Mémoires d'un suicidé recueillis et publiés par Maxime Du Camp. Paris, Victor Lecou, 1853. In-12 de 2 ff. n. ch. et 331 p., plein maroquin aubergine, dos à nerfs, caissons de filets à froid, titre or, filet à froid en encadrement sur les plats, tranches jaspées (reliure de l'époque), quelques rousseurs, pâles et très éparses; les gardes de la reliure ont été retirées.
Edition originale. Bel exemplaire relié à l'époque en maroquin aubergine, enrichi sur le faux-titre de cet envoi de l'auteur: "A Georges Le Roy/ souvenir affectueux/ Maxime Du Camp". Ex-libris du dédicataire sur le premier contreplat.
2.500 Euros.
(Clouzot p. 91. Voir Edouard Maynial, "Flaubert et son milieu". Nouvelle Revue Critique, 1927, p. 69 à 73.)

[BULLETIN FLAUBERT n° 33 / 9 janvier 2003]

(< Thierry Savatier)

Catalogue de Thierry Bodin, décembre 2002

mailto:infos@lesautographes.com

N°262. Lettre de G. Sand à Flaubert du 21 décembre [1867], 8 pages, dont la première reproduite dans le catalogue.
5.000 Euros.

Catalogue de la Librairie de l'Abbaye, n°314

N°102. Lettre de Maupassant du 19 novembre 1890 dans laquelle il sollicite la délivrance d'un "permis de circulation de Paris à Rouen et retour, afin d'aller à l'inauguration du monument élevé à la mémoire de Gustave Flaubert", 1 page.
2.700 Euros.

Dans le même catalogue, le lot n°53 signalé dans le dernier Bulletin Flaubert (n°32) (sans date et sans mention du destinataire dans le catalogue) se confond avec la lettre qui se trouve dans le tome IV de la Correspondance, Bibl. de la Pléiade,p. 343. La note de Jean Bruneau laisse penser qu'il n'avait pas eu l'autographe sous les yeux. Le texte du catalogue présente des variantes mineures, peut-être dues à des erreurs de lecture ("Csse", par exemple, désigne sans aucun doute la princesse Mathilde, compte tenu du contexte).

[BULLETIN FLAUBERT n° 32 / 6 décembre 2002]

11 décembre 2002, Drouot-Richelieu

Etude Piasa, Alain Nicolas expert.
(< Eric Walbecq, BnF)

308. Flaubert. Lettre autographe signée [à Jeanne de Tourbey], Croisset, [3? juin 1865], 2p. 1/2 in-8.
Estimation: 500:/600 Euros.
[Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t.III, p.444.]

557. Flaubert. Salammbô, Paris, Lévy, 1863. In-8, demi-maroquin brun, dos orné, tr.mouchetées (Rel. de l'époque). EO.
Estimation: 300 Euros.

La Bouquinerie, François Gaspari, Grenoble

tél.: 04.76.46.15.32.
http:www.livre-rare-book.com/Matieres/dd/1247.html
(< Emmanuel Vincent, doctorant, Rouen)

(Référence du lot: GAS-1873)
Flaubert,.La Tentation de Saint-Antoine. Paris, Charpentier et Cie, 1874. In-8, demi-toile bleue à coins à la bradel du temps, dos lisse orné d'un fleuron doré, pièce de titre brune, couverture conservée, 296 pp.
La couverture est un peu usée est recollée, l'exemplaire est non rogné, grand de marges et présente quelques rousseurs typiques de la période qui n'altèrent pas le texte.
EO enrichie d'une lettre autographe de Flaubert à un ami reliée en début d'ouvrage et dans laquelle il décommande un dîner "pour cause littéraire" et renouvelle son invitation. (Il n'y a que 87 grands papiers; Clouzot, 121).
Prix: 1220 Euros.

Catalogue de la Librairie Bertran

110 rue Molière, 76000 Rouen. Telfax 02 35 70 79 96.
(<Catriona Seth)

Bouvard et Pécuchet, Charpentier 1921 et Librairie de France, 1923. Exemplaire de l'illustrateur Naudin. On joint le volume illustré par Naudin.
330 Euros.
La Tentation de saint-Antoine, Charpentier, 1874. EO. Un des 75 exemplaires sur Hollande, n°56.
2.700 Euros.
Le Candidat, Charpentier, 1874. EO.
330 Euros.
Lettre de M. Gustave Flaubert à la Municipalité de Rouen au sujet d'un vote concernant Louis Bouilhet, Lévy, 1872. EO.
335 Euros.
Par les champs et par les grèves. (Voyage en Bretagne). Accompagné de mélanges et fragments inédits, Charpentier, 1886. EO posthume.
230 Euros.
Salammbô, Lévy, 1863. EO premier tirage.
640 Euros.

[BULLETIN FLAUBERT n° 31 / 26 novembre 2002]

Vente hôtel Drouot, mardi 19 novembre 2002

Cabinet Baron Ribeyre et associés, Maryse Castaing expert.
N° 88. Flaubert, Las, 7 février, 1 p. in 8°.
Estimation: 350 /400 euros
"... en lisant votre très intéressant volume sur l'archéologie celtique et gauloise vous indiquez p. 148 que M. de Longperier a signalé à la société des antiquaires de France, l'existence de monuments celtiques en Algérie... seriez vous assez bon pour me dire dans quel recueil je puis trouver son travail..."

Vente hôtel Drouot, mardi 3 décembre 2002

Etude Piasa, Thierry Bodin expert.
(<Thierry Savatier)
Autour de Louise Colet. Plusieurs lots (n°42 à 54) concernant Louise Colet et en particulier une enveloppe autographe de Flaubert à Louise Colet, [15 août 1852].
Estimation: 200/ 250 Euros.
L’adresse est écrite de la main de Flaubert: "Madame Colet/ rue de Sèvres 21/ Paris". Le cachet postal porte la date: Rouen 15 août 52, et fournit la trace d'une lettre inconnue de Flaubert à Louise Colet. On joint une enveloppe autogr. de Louis Bouilhet à Louise Colet (Rouen 21 sept. 1852).

Vente catalogue de la librairie de l'Abbaye

(< Eric Walbecq, BnF)
Las Gve Flaubert, Croisset, jeudi, s.d., 1 p. in 8° sur papier bleu.
700 Euros
"...Vous m'avez promis de m'écrire (...) j'attends toujours votre lettre..." reproche Flaubert à son correspondant, avant de préciser: "...J'en ai reçu une de la Csse m'annonçant son retour à St Gratien, et où elle me disait qu'elle me donnerait très prochainement de plus amples nouvelles. Je les "espère". Comment lui écrire? sous quelle adresse ? "...demande-t-il.

Mentions légales