BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

[BULLETIN FLAUBERT n° 163 / 14 novembre 2014]

Ouvrage

Frédéric Berthet, Le retour de Bouvard et Pécuchet, Belfond, 2014.
Compte rendu dans Télérama:
http://www.telerama.fr/livres/le-retour-de-bouvard-et-pecuchet,117896.php

Article

Anne-Gween Bosser et Marc Cavazza, «Madame Bovary en Logique Linéaire», 2014.
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=35
« Ce texte décrit comment, en formalisant un environnement narratif (des événements possibles sous forme d’actions, des personnages, leurs états d’esprit et autres objets du récit), nous pouvons produire et étudier la structure causale de récits: c’est-à-dire lier les événements de l’histoire entre eux dans un diagramme qui permet de visualiser leurs causes et conséquences. Un programme que nous avons écrit peut ainsi reproduire l’enchaînement des actions du roman original... mais aussi créer des histoires alternatives à partir des mêmes conditions initiales.»

Revue

Flaubert, revue critique et génétique
Les pouvoirs de l’image (1)
http://flaubert.revues.org/2219

Sommaire
Anne Herschberg Pierrot, «Présentation»

Flaubert et les arts visuels
Bernard Vouilloux, «Flaubert et Taine devant l’image»
Takashi Kinouchi, «La mémoire des images dans L’Éducation sentimentale»
Bruna Donatelli, «Des vitrines sur le roman: les couvertures de Madame Bovary et Salammbô»

Écrire l’image
Jeanne Bem, «Les dispositifs optiques au XIXe siècle et la production des images dans Madame Bovary»
Arden Reed, «Les taches de Flaubert»
Sabine Narr, «Flaubert et l’image légendaire/légendée»
Gesine Hindemith, «La matière féerique dans Salammbô»
Nathalie Petibon, «La figure de la comparaison chez Flaubert»

Document: Manfred Hardt, «Les images de Flaubert» (4e partie de Das Bild in der Dichtung, 1966). Traduction française et présentation par Philipe Dufour et Nathalie Petibon

[BULLETIN FLAUBERT n° 162 / 9 octobre 2014]

Édition

Gustave Flaubert, Scénarios de La Tentation de saint Antoine. Le Temps de l’oeuvre, présentation, transcription et notes par Gisèle Séginger, Presses des universités de Rouen et du Havre, coll. «Flaubert», 2014.
http://purh.univ-rouen.fr/?q=node/804
La transcription, le classement et la présentation des scénarios de La Tentation de saint Antoine (1849-1874) donnent accès au laboratoire d’une oeuvre qui aborde les grandes questions de son époque sur les religions, la morale et l’origine de la vie. Le lecteur découvrira à la fois les méthodes de travail de l’écrivain, son évolution, et la formation d’une oeuvre atypique, érudite et onirique, qui explore l’inconscient d’un ermite tourmenté de désirs et d’angoisses. C’est un autre Flaubert à la fois romantique et pré-symboliste que les scénarios de La Tentation de saint Antoine laissent entrevoir aux lecteurs de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale.

Ouvrages

Juliette Azoulai, L’Âme et le Corps chez Flaubert. Une ontologie simple, Garnier, coll. «Études romantiques et dix-neuviémistes», série «Flaubert», 2014.
L’oeuvre de Flaubert dans son ensemble est traversée par une exigence ontologique: penser l’âme et le corps sur le mode de l’unité. L’originalité de son écriture est d’opérer une reconfiguration des dualités métaphysiques au sein d’un art moniste.

Flaubert’s oeuvre is marked by an ontological demand: to think of the body and soul as a combined unity. The originality of his writing is the way it operates a reconfiguration of metaphysical dualities at the heart of a monist art.
http://www.classiques-garnier.com

Articles

Stéphanie Dord-Crouslé, «Bouvard, Pécuchet et la “vache désespérée”: le magnétisme entre savoir et farce»; Médecine, sciences de la vie et littérature en France et en Europe de la Révolution à nos jours, sous la dir. de Lise Dumasy-Queffélec et Hélène Spengler, Genève, Droz, 2014, vol.III «Le médecin entre savoirs et pouvoirs», p.127-138.

(< Joëlle Robert)
Luca Pietromarchi, «Flaubert: L’Éducation commerciale", dans La Littérature au prisme de l’économie. Argent et roman en France au XIXe siècle, sous la direction de Francesco Spandri, Classiques Garnier, coll. «Rencontres 90», 2014, p.219-232.

[BULLETIN FLAUBERT n° 161 / 12 septembre 2014]

Articles

(< Douglas Siler)
Julie Kavanagh publie un article (en anglais) sur les «modèles» de Madame Bovary et notamment sur Louise Pradier dans Intelligent Life (magazine culturel de The Economist) de septembre-octobre 2014. Cet article paraît à l’occasion de la sortie prochaine des films d’Anne Fontaine (Gemma Bovary, le 10 septembre) et de Sophie Barthes (Madame Bovary, date non encore fixée). Il sera accessible à partir d’octobre sur le site du magazine:
http://moreintelligentlife.com/
Voir à ce sujet le texte de Douglas Siler sur son site www.jamespradier.com

Éric Le Calvez, «Une lettre quasi inédite de Flaubert. Lettre de Flaubert au Père Didon», 26 novembre [1878] et réponse inédite du Père Didon à Flaubert, 2 décembre [1878]
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=34

(< Benoît Melançon)
Dix-Neuf, Volume 18, Issue 2 (July 2014)
http://www.maneyonline.com/toc/dix/18/2

Introduction: Kate Griffiths, Bradley Stephens, and Andrew Watts: «Multimedia Adaptation and the Pull of Nineteenth-Century France» (p.126-133)
http://www.maneyonline.com/doi/abs/10.1179/1478731814Z.00000000048

Kate Griffiths: «Radio and the Space of Adaptation: Diana Griffiths’s Madame Bovary (Radio 4, 2006)» (p.211-223)
http://www.maneyonline.com/doi/abs/10.1179/1478731814Z.00000000054

Adam Thorpe, «My Nights with Emma (and Thérèse Raquin)» (p.238-246)
http://www.maneyonline.com/doi/abs/10.1179/1478731814Z.00000000056

[BULLETIN FLAUBERT n° 160 / 2 juillet 2014]

Édition

Flaubert, Madame Bovary, suivi des Actes du procès, présentation de Bernard Ajac, dossier par Yvan Leclerc, chronologie par Stéphanie Dord-Crouslé, GF Flammarion, 2014 (réédition en rapport avec le programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire 2014-2015).

Articles

(< François Lapèlerie)
Kathryn Brown, «Egyptian Voyages: Gustave Flaubert, Maxime Du Camp, and Fouad Elkoury», History of Photography, Volume 38, Issue 2, 2014, p.161-172.
http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/03087298.2014.890391#.U6-zxTZOKM9

This article analyses a suite of black-and-white photographs entitled Egyptian Suite produced by the Franco-Lebanese photographer Fouad Elkoury between 1985 and 1990 and published in book format in 1999. This work retraces the journey to Egypt undertaken by Gustave Flaubert and Maxime Du Camp in 1849–50 and calls into question the colonialist assumptions that underpin their textual and photographic records. Through a close reading of individual images, it is argued that Egyptian Suite stages an interplay between authorial control and the randomness of mechanical recording in a way that undermines the colonialist viewpoint of Flaubert and Du Camp’s image of the ‘Orient’. In his visual interrogation of the idea of Egypt advanced in this nineteenth-century account, Elkoury also poses questions about the ontology of photography and reflects on ways in which photography may be conceptualised as an art form.

[Traduction de François Lapèlerie]
Cet article analyse une série de photographies en noir et blanc ayant pour titre Egyptian Suite, prises par le photographe franco-libanais Fouad Elkoury, entre 1985 et 1990. Cette oeuvre revient sur les pas de Gustave Flaubert et de Maxime Du Camp lors de leur voyage en Égypte en 1849-50 et remet en cause les suppositions colonialistes qui fondent leur compte-rendu textuel et photographique. Grace à une lecture minutieuse de chaque image, il est soutenu qu’Egyptian Suite met en scène une interaction entre la volonté de l’auteur et le caractère aléatoire d’un enregistrement mécanique d’une façon qui ébranle le point de vue colonialiste de l’image de «l’Orient» qu’ont Flaubert et Du Camp. Dans son questionnement visuel de l’idée de l’Égypte proposée dans cette description du dix-neuvième siècle, Elkoury pose aussi des questions sur l’ontologie de la photographie et réfléchit sur les voies qui permettraient de conceptualiser la photographie en tant qu’une forme de l’art.

Yvan Leclerc, «Flaubert lecteur de Spencer. De l’éducation intellectuelle, morale et physique dans Bouvard et Pécuchet», Herbert Spencer en France: mise au jour d’une influence, numéro dirigé par Niklas Bender, Arts et savoirs n°4, mai 2014, Centre de recherche LISAA (Littératures, Savoirs et Arts - EA 4120), Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
http://lisaa.u-pem.fr/arts-et-savoirs/arts-et-savoirs-n-4/

Gisèle Séginger, «Flaubert, Spencer et le paradigme évolutionniste», ibid.
http://lisaa.u-pem.fr/arts-et-savoirs/arts-et-savoirs-n-4/


MLN, volume 128, Number 4, Septembre 2013 (French Issue)
Salammbô 150 years
Actes de la journée d’études organisée par Jacques Neefs à l’université Johns Hopkins (Baltimore, États-Unis), le 5 octobre 2012
Isabelle Daunais, «Salammbô, un roman à la limite du roman»
Gisèle Séginger, «Salammbô, une mythologie du vivant»
Agnès Bouvier, «Guerre et religions, guerres de religion»
Göran Blix, «Entre les dieux et les animaux: Salammbô et la bête humaine de Flaubert»
Jacques Neefs, «Allegro barbaro, la violence en prose»
Dominique Jullien, «“Quelque chose de rouge”: on the aesthetics of tableaux vivants in Salammbô»
http://muse.jhu.edu/journals/mln/toc/mln.128.4.html

Compte rendu

Sophie Ménard, «Ambivalences du corps féminin en régime réaliste», compte rendu de Nao Takaï, Le Corps féminin nu ou paré dans les récits réalistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Flaubert, les Goncourt et Zola, Paris, Honoré Champion, coll. «Romantisme et modernités», 2013.
Acta Fabula, Dossier critique 2014, Mai 2014 (volume 15, numéro 5)
http://www.fabula.org/revue/document8710.php
Présentation de l’ouvrage:
http://www.fabula.org/actualites/nao-takai-le-corps-feminin-nu-ou-pare-dans-les-recits-realistes-de-la-seconde-moitie-du-xixe-siecle_57854.php

[BULLETIN FLAUBERT n° 159 / 28 mai 2014]

Ouvrages

Aurélie Gasrel, Madame Bovary, c'est moi, L'Harmattan, 2014.
Présentation de l’auteur: «Premier roman. Il s'agit d'une sorte de suite tragi-comique à l'histoire d'Emma, ou de faux polar aux allures de lamento paranoïaque...»
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=43052

Michel Larivière, Les Amours masculines de nos grands hommes, La Musardine, 2014.
http://www.lamusardine.com/P28023-les-amours-masculines-de-nos-grands-hommes-lariviere-michel.html

(<Jacques-David Ebguy)
Jean-Claude Milner, L’Universel en éclats. Court traité politique 3, Lagrasse, Verdier, 2014. [Analyse de L’Éducation sentimentale,p.145-146.]

(< Paul Paumier)
Luis Pimenta Gonçalves, «Salammbô, les déambulations d’une oeuvre entre littérature et jeu vidéo», Mémoires du livre/ Studies in Book Culture, Vol.5, n.2, printemps 2014
Livre et jeu vidéo/ Book and Videogame, sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo, direction: Marie-Pier Luneau (directrice) et Josée Vincent (directrice), éditeur Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec. ISSN : 1920-602X (numérique)
Résumé
S’inspirant de faits historiques survenus après la première guerre punique, Gustave Flaubert livre, en 1862, avec Salammbô, une fresque haute en couleur et rejoint ainsi le thème de l’orientalisme en littérature. Alors qu’il s’opposait à l’illustration de son roman pour des raisons esthétiques, le sujet sera cependant repris par de nombreux peintres et graveurs. Le dessinateur Philippe Druillet, un peu plus d’un siècle après la publication de l’oeuvre, en livrera en 1978 une première version dans Métal Hurlant, qui se déploiera sur trois volumes au début des années 80. Reprenant le graphisme de la bande dessinée, sortira en 2003 un jeu vidéo intitulé Salammbô. Les périls de Carthage, dont nous étudierons les relations avec les oeuvres qu’il adapte selon les impératifs de la ludiégèse, qui obéissent par ailleurs au gameplay. Dans cet article, nous envisagerons les déambulations de l’oeuvre, par le biais de quelques épisodes choisis. Nous nous interrogerons sur les raisons qui font que tel personnage, tel élément, tel motif est valorisé au détriment d’un autre dans la diégèse de la bande dessiné et du jeu vidéo. Article intégral:
http://www.erudit.org/revue/memoires/2014/v5/n2/1024780ar.html

Răzvan Ventura, Gustave Flaubert – Miracolul absenţei, [Gustave Flaubert
– Le miracle de l’absence], Bucarest, Tracus Arte, 2014.
http://www.tracusarte.ro/?p=2559
Thèse de doctorat consacrée au thème de l’absence dans l’oeuvre de Gustave Flaubert. L’auteur traite toute l’oeuvre flaubertienne, mais aussi sa correspondance, afin d’identifier et d’analyser la manière dont Flaubert nous conduit à une vérité sur-textuelle – celle de l’absence au niveau du contenu (absence des personnages ou de choses), mais
aussi de la forme (l’ellipse narrative).

Martin Vern, Emma bo, un remake, Ilvedition, 2014.
http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/29442/emma-bo--un-remake
Madame Bovary annonce avec une justesse étonnante le développement du désir amoureux et sexuel dans la société moderne. Le roman de Flaubert sert ici de trame à une histoire vraie. Cette fois, on y explore non seulement la solitude conjugale et amoureuse, mais aussi la terrible dépendance de nos contemporains au désir pornographique.

Articles

Hassen Bkhairia, «Flaubert et la haine de la “littérature industrielle”», dans L’écrivain face à la création: préface, traduction et critique. Hommage à Noureddine Lamouch, Publications de l’Université de Gafsa et de l’Association des Compétences Scientifiques, Imprimerie Guétif, Gafsa, 2013, p.123-129.

Francis Lacoste, «Flaubert et le genre préfaciel: la préface aux Dernières chansons de Louis Bouilhet», ibid., p.82-89.

Carlos Patiño Gutiérrez, «Madame Bovary y el proceso judicial contra Flaubert: implicaciones de la libertad en el arte, la filosofía y el derecho», Tejuelo, nº18, 2013, p.76-100.
http://iesgtballester.juntaextremadura.net/web/profesores/tejuelo/vinculos/articulos/r18/06.pdf

[BULLETIN FLAUBERT n° 158 / 7 mai 2014]

Ouvrage collectif

PLAISANCE, rivista di lingua e letteratura francese moderna e contemporanea
Diretta da G.-A. Bertozzi, Roma, anno X, n. 30, 2013
SOMMAIRE
Flaubert: le Passé, le Présent, le Mythe
Sous la direction de Rosa Maria Palermo Di Stefano
Rosa Maria Palermo Di Stefano, Avant-propos          

Stéphanie Dord-Crouslé, L’épisode grammatical de Bouvard et Pécuchet ou comment ériger un champ de ruines avec méthode

Biagio Magaudda, Flaubert, Bouvard et Pécuchet à table

Stella Mangiapane, Entre critique génétique et traductologie: un regard croisé sur le traitement du lexique spécialisé dans six versions italiennes de Bouvard et Pécuchet

Atsuko Ogane, Mise en abyme de la femme fatale: réécriture du Livre de Judith dans Salammbô

Rosa Maria Palermo Di Stefano, La Tentation de saint Antoine entre Pastiches et Improvisations

Florence Pellegrini, Adaptation, réécriture, intermédialité: de L’Éducation sentimentale de 1845 à Toutes les nuits

Articles

(< Benoît Mélançon)
Denise Bottmann, «Gustave Flaubert no Brasil»,
http://seer.bce.unb.br/index.php/belasinfieis/article/view/8490/6460
Cliquer sur le lien: Baixar este arquivo PDF
[Les traductions des oeuvres de Flaubert au Brésil, depuis la première publication en 1932 jusqu’à aujourd’hui.]

Fabrice Chassot , «“La griffe du lion”: Flaubert, lecteur de Candide», dans Nicholas Cronk et Nathalie Ferrand (édit.), Les 250 ans de Candide. Lectures et relectures, Louvain, Peeters, coll. «La République des lettres», 55, 2014.

Kayoko Kashiwagi, «Gustave Flaubert et Léon Bonnat, professeur de l’ENSBA: quelques aspects de l’impressionnisme et du japonisme de Flaubert», dans Les échanges culturels entre le Japon et la France: autour de la collection japonaise d’Emmanuel Tronquois, Kyoto, Shibunkaku, 2014, p.243-261. [Voir l’iconographie dans la version japonaise de l’article, p.86-110.]

Florence Vatan, «Le Sublime et le grotesque dans Bouvard et Pécuchet», dans Le Sublime et le grotesque, éd. Jan Miernowski, Genève, Droz, 2014, p.269-295.
http://www.droz.org/world/en/6033-9782600017848.html

[BULLETIN FLAUBERT n° 157 / 26 mars 2014]

Revue Flaubert, n°13, 2013

«Les dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet»: l’édition numérique du creuset flaubertien.
Actes du colloque de Lyon, 7-9 mars 2012
Numéro dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé
http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=15

Stéphanie Dord-Crouslé
Le creuset flaubertien: l’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet, prologue à l’avènement de «seconds volumes possibles»
[Article complet]

1- Le site http://www.dossiers-flaubert.fr: édition critique numérique

Alexei Lavrentiev, Serge Heiden
Exploration textométrique du corpus des dossiers de Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Pierre-Édouard Portier
Application de la plateforme philologique DINAH à deux projets d’éditions critiques
[Article complet]

Caroline Angé
Éditions de fragments et numérique: les enjeux d’une mise en forme
[Article complet]

2- Les dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet: polyvalence des usages et des fins

Florence Vatan
Vertige et quête de maîtrise: Flaubert et le Dr Charles Le Fèvre
[Article complet]

Sarah Mombert
Les pisse-copie vus de Chavignolles. La presse périodique dans les dossiers de Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Nathalie Petit
Le dossier «Journaux»: de la note documentaire à L’Éducation sentimentale
[Article complet]

Atsushi Yamazaki
Sur quelques aspects chronologiques du dossier «Mysticisme-Magnétisme»
[Article complet]

3- Bouvard et Pécuchet, premier volume: du document à la fiction

Stella Mangiapane
Des mots du savoir aux mots de la fiction. Le lexique de l’agriculture dans le chapitre II de Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Mitsumasa Wada
L’enfant et le positivisme dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert
[Article complet]

François Kerlouégan
«Gardez-vous de l’abus!»: Flaubert et les ouvrages d’hygiène dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Biagio Magaudda
Flaubert, la politique et la question du droit divin
[Article complet]

Atsuko Ogane
Le pèlerinage à la Délivrande, une vision ironique du catholicisme
[Article complet]

Gisèle Séginger
La réécriture de Cuvier: la création du monde entre savoir et féerie
[Article complet]

4- Bouvard et Pécuchet, premier volume: relectures critiques

Florence Pellegrini
«Pour savoir la chimie, ils se procurèrent le Cours de Regnault»: modélisation discursive et savoir disciplinaire dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Bertrand Marquer
«Masticat ridendo mores»: Flaubert et le comique physiologique
[Article complet]

Jacques Neefs
Paroles en l’air, l’espace des dialogues dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Michel Pierssens
Bouvard et Pécuchet remontent le temps. Flaubert et le Digital Turn
[Article complet]

Laurent Demanze
Bouvard et Cie. Les écrivains contemporains à l’ombre de Flaubert
[Article complet]

5- Bouvard et Pécuchet, second volume: circulations

Anne Herschberg Pierrot
Le christianisme et l’esclavage: effets de voix dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Norioki Sugaya
Entre le premier et le second volume de Bouvard et Pécuchet: Flaubert et Raspail
[Article complet]

Taro Nakajima
Le catholicisme intransigeant de Joseph de Maistre: notes de lecture et transferts dans le second volume de Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

6- Bouvard et Pécuchet, second volume: constructions et lectures

Rosa Maria Palermo Di Stefano
Le dossier «Grands écrivains»
[Article complet]

Hugues Marchal
La poésie scientifique dans les pages préparées pour le second volume de Bouvard et Pécuchet
[Article complet]

Stéphane Zékian
L’art de «chercher des poux dans la crinière des lions». Flaubert et la tradition des classiques corrigés
[Article complet]

Pierre-Louis Rey
Phobies et paradoxes littéraires dans la Copie
[Article complet]

Ouvrage

(< Gilles Cléroux)
Gérard Genette, Épilogue, Seuil, 2014.
[Pages consacrées à l'importance du point-virgule dans L'Éducation sentimentale, p.103-105.]

Ouvrage collectif

Rifrazioni d’autore, a cura di Bruna Donatelli, Roma, Artemide, 2013.
[Nous ne signalons que les contributions relatives à Flaubert]

Bruna Donatelli, «Premessa»

Chiara Pasetti, «Incubi in bianco e nero. Odilon Redon interprete di Flaubert e Baudelaire»

Bruna Donatelli, «Gemmazioni: Posy Simmonds rilegge Flaubert»

L’UNIVERSO ONIRICO DI GIANCARLO FERRUGGIA:
Roberta degl’Innocenti, «Seduzione e mistero nell’immaginario di Giancarlo Ferruggia»

Bruna Donatelli, «L’incanto di un volto: ritratti di Emma Bovary»
[Portraits d’Emma Bovary par Giancarlo Ferruggia sur le site Flaubert:
http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/galerie.php?g=mb_ferruggia]

Articles

Richard Brütting, „Emma e i suoi amanti. Ricerche onomastiche in Madame Bovary“. In: il Nome nel testo. Rivista internazionale di Onomastica e Letteratura, XI, 2009 [Atti del XII Convegno internazionale di Onomastica e Letteratura. Sassari], p.239-254.

Richard Brütting,„Rätselhafte Namen in Madame Bovary von Gustave Flaubert“. In: Brütting, Richard: Namen und ihre Geheimnisse in Erzählwerken der Moderne. Hamburg: BAAR, 2013, p.47-90. [Contient: „Emma und ihre Liebhaber“, p.47-71; „Yonville-l’Abbaye: Fehlanzeige? Ortsnamen in Madame Bovary“, p.71-90.]

Takashi Kinouchi, «Flaubert et Hugo: d’une esthétique à l’autre», Flaubert, revue critique et génétique, 2014.
http://flaubert.revues.org/2203

Yvan Leclerc, «Flaubert et la littérature en procès au XIXe siècle. Avec la transcription des pièces d’un dossier inédit relatif au procès de Madame Bovary», dans La plume et le prétoire. Quand les écrivains racontent la justice, sous la direction de Daniel Delas, La Documentation française, coll. «Histoire de la justice», n°23, 2014, p.153-169.

[BULLETIN FLAUBERT n° 156 / 20 février 2014]

Ouvrages

Alain Pagès, Zola et le groupe de Médan. Histoire d’un cercle littéraire, Perrin, 2014.
http://www.editions-perrin.fr/fiche.php?F_ean13=9782262033712
[Flaubert est très présent, parmi les «Médaniens» – des premières rencontres avec Zola aux dîners des Cinq et à la scène qui évoque son enterrement.]

(< Gilles Cléroux)
Federica Sforazzini, L’image, la séduction, la rhétorique: Flaubert en sept essais, Paris, Mimesis, 2013.
4e de couverture:
«Sept essais composent ce livre consacré à l’oeuvre de Flaubert qui souvent s’interrogeait par métaphores sur son esthétique. C’est pour cela qu’on a pensé de commencer par l’analyse des métaphores dans sa Correspondance, où l’homme réfléchit toujours sur l’auteur et sur l’art. Les deux essais suivants concernent Madame Bovary et le quatrième le véritable livre sur rien: Salammbô, le roman où les images prolongent l’exotisme de l’histoire et de la forme. La forme qui devient séduction de mots dans L’Éducation sentimentale, où la rhétorique paralyse les personnages devenus le portrait d’un Occident impuissant. Les tentatives de séduire de la part des personnages principaux ne débouchent sur rien, car ils ne sont pas même capables d’aimer. Ils ne peuvent qu’imiter jusqu’à dégoûter de plus en plus leur auteur qui a généré Hérodias et l’Orient-mirage dont son donjuanisme fait partie.»

Michel Brix, L’entonnoir, ou les tribulations de la littérature à l’ère de la modernité, Paris, Kimé, 2013
4e de couverture
«À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la modernité critique a imposé dans le champ esthétique une série de réorientations, qui nous conduisent aujourd’hui à associer la littérature à des notions comme l’impersonnalité, le culte de la Forme, le pessimisme, la négativité, ou encore l’indifférence voire le mépris vis-à-vis du lecteur. La doxa moderniste nous enseigne que la littérature sert à faire admirer tout à la fois le langage, la littérature elle-même et l’écrivain, et qu’il était illusoire et sacrilège d’imaginer qu’elle pouvait être «utile», c’est-à-dire contribuer à l’amélioration du sort de l’humanité, ou à la guérison de ses maux.
Mais comment se fait-il qu’à partir de Flaubert, certains auteurs se sont ainsi avisés de remettre en question les missions traditionnellement dévolues à la littérature? […]
D’autre part, il est devenu courant, de nos jours, de lire des déclarations assurant que la littérature tend vers sa disparition. Mais le monde peut-il se passer de littérature? Et est-ce que ce ne sont pas, précisément, les penseurs de ladite modernité – de Flaubert à Roland Barthes – qui ont mis la littérature en danger?
Le présent ouvrage s’attache à expliquer l’avènement de la doxa moderniste, à en faire le bilan – en la suivant jusque dans ses errements critiques – et enfin à déterminer dans quelle mesure il serait, ou non, souhaitable de réhabiliter les valeurs dont elle a appelé à se débarrasser.»
[Tout au long de l’ouvrage, on trouve des passages concernant Flaubert, notamment ceux intitulés «Sa Majesté l’Écriture» (p.23-24), «Portrait de l’écrivain en saint Polycarpe» (p.28-31) ou encore «De Flaubert épistolier à Flaubert romancier» (p.160-163)].

Revue

Bulletin Flaubert-Maupassant, n°29, 2014.
«Eau, reflets, fluidités. Festival Normandie-Impressionniste»
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/bulletin/bulletin-flaubert-maupassant-n-29-2013/
[articles concernant Flaubert, en tout ou partie]

Joëlle Robert, «Flaubert canotier»
Yvan Leclerc, «Flaubert: une fenêtre sur la Seine»
Karl Laurent, «Les Peintres de Trouville au temps de la famille Flaubert»
Sonia Anton, «L’eau dans les textes littéraires havrais»
Juliette Azoulai, «Comparaisons métonymiques chez Flaubert: la “vapeur subtile” du monde sensible»
Yvan Leclerc, «Style fluide, style limpide chez Flaubert et Maupassant»

Articles

(< Gilles Cléroux)
Christian Bank Pedersen, «La vérité nue, une littérature froide. Sur Georg Brandes, Gustave Flaubert et la question de la lecture», dans Grands courants d’échanges intellectuels: Georg Brandes et la France, l’Allemagne et l’Angleterre, Actes de la 2e Conférence internationale Georg Brandes, Nancy, 13-15 novembre 2008, Peter Lang, 2010 («Littératures de langue française»; 17), p.143-160.

Florence Godeau, «Henry James et Joseph Roth lecteurs de Flaubert», dans L’écrivain et son critique: une fratrie problématique, sous la direction de Philippe Chardin et Marjorie Rousseau, Éditions Kimé, 2014, p.131-141.

Yvan Leclerc, «L’idéal de la critique selon Flaubert. “Une critique qui s’inquiète de l’oeuvre en soi”», ibid., p.531-540.

[BULLETIN FLAUBERT n° 155 / 21 janvier 2014]

Revue Flaubert n°12, 2012

«Gustave avant Flaubert: les années de jeunesse à l’Hôtel-Dieu de Rouen»
Numéro dirigé par Joëlle Robert.
http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=14
Joëlle Robert, «Présentation»

Joëlle Robert, «Généalogie imaginaire»
Geoffrey Wall, «À l’ombre du père»
Chiara Pasetti, «Hallucinations et création littéraire chez Flaubert»
Yvan Leclerc, «Flaubert au scalpel»
Marshall C. Olds, «Flaubert et le théâtre»
Philippe Dufour, «L’instant indifférent»

[Le numéro 12 de la Revue Flaubert paraît avec plus d’une année de retard, que nous rattraperons en 2014 par la mise en ligne de deux numéros consacrés à Bouvard et Pécuche: le numéro 13, dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé, recueillera les actes du colloque de Lyon des 7-9 mars 2012: «Bouvard et Pécuchet: les “seconds volumes” possibles – Documentation, circulations, édition»;  et le numéro 14, dirigé par Yvan Leclerc, publiera les actes du colloque de Rouen des 7-8 mars 2013: «Bouvard et Pécuchet, roman et savoirs: l’édition électronique intégrale des manuscrits».]

Ouvrage

(< Bertrand Vibert)
Alain Galan, À bois perdu, Buchet-Chastel, 2013.
Le sujet et le personnage principal de ce roman est un «chameau», ou pupitre à deux abattants se refermant sur des casiers. Le narrateur et propriétaire dudit chameau se livre à une enquête qui débouche sur deux copistes de Chavignolles. Ceux-ci, après avoir décidé de se remettre à leur occupation première, en ont d'ailleurs confié la réalisation à Gorgu.

Articles

Hassen Bkhairia, «L’Arabe dans l’oeuvre de Flaubert», janvier 2014. Site Flaubert. En ligne:
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=30

Adriana Santoro, «Echi del Risorgimento italiano nella Correspondance di Gustave Flaubert», Atti del Congresso «L’Unità d’Italia nell’occhio dell’Europa», tomo II, a cura di Emanuele Kanceff, C.I.R.V. I. [Centro Interuniversitario di Ricerche sul «Viaggio in Italia»], Moncalieri, Aprile 2013.

 

[BULLETIN FLAUBERT n° 153 / 14 novembre 2013]

Édition

Gustave Flaubert, Oeuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, 2013.
http://www.la-pleiade.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-de-la-Pleiade/OEuvres-completes-II-III
T.II (1845-1851), édition sous la direction de Claudine Gothot-Mersch avec la collaboration de Stéphanie Dord-Crouslé, Yvan Leclerc, Guy Sagnes, Gisèle Séginger.
Ce volume contient:
Par les champs et par les grèves. Appendices: [Carnets de Bretagne.] Des pierres de Carnac et de l’archéologie celtique. Les Trois Grands Scénarios de «La Tentation de saint Antoine». Listes des bagages. Scénario du début du «Voyage en Orient». Notes concernant l’Égypte (extraits). [Chant de la courtisane.] Ébauche de fiction poétique. Deux anecdotes. Louis Bouilhet, «Kuchiuk-Hanem, souvenir». La Tentation de saint Antoine (version de 1849). Voyage en Orient. L’Atelier de Flaubert: Les Sept Fils du derviche, conte oriental. Ébauches et scénarios de théâtre. Scénarios de récits.

T.III (1851-1862), édition sous la direction de Claudine Gothot-Mersch avec la collaboration de Jeanne Bem, Yvan Leclerc, Guy Sagnes, Gisèle Séginger.
Pierrot au sérail. La Tentation de saint  Antoine (version de 1856). Madame Bovary. Réquisitoire, plaidoirie et jugement du procès intenté à l’auteur. Appendices: L’incipit du roman dans les manuscrits. Transcription de l’épilogue. Épisodes supprimés. Plan d’Yonville. Mémoires de Mme Ludovica. [Voyage en Algérie et en Tunisie.] Les Scénarios. Le «Chapitre explicatif». Résumé de «Salammbô». La Querelle de «Salammbô». Polybe, «Histoire», I, XIV-XVIII. La Guerre des Mercenaires. Salammbô. L’Atelier de Flaubert: Une nuit de Don Juan. La Spirale. Ballet. Scénarios des carnets de travail n°2 et n°19.

Articles

Benoît Dufau, «Flaubert et Lucrèce dans la Correspondance: de la gentillesse à la mauvaise humeur», Flaubert. Revue critique et génétique, http://flaubert.revues.org/2089

Anthony Zielonka, “Gustave Flaubert’s Journey to the Holy Land: Anticipation, Disenchantment and Enduring Fascination”, chapitre 8 du livre Aller(s)-Retour(s), Nineteenth-Century France in Motion, Edited by Loïc Guyon and Andrew Watts, Newcastle-upon-Tyme, G.B., Cambridge Scholars Publishing, 2013, p.125-135.

[BULLETIN FLAUBERT n° 152 / 13 octobre 2013]

Ouvrages

Flaubert hors de Babel, textes réunis par Michel Crouzet et Didier Philippot, Eurédit, 2013 (réédition du dossier «Flaubert», Dix-neuf/Vingt, n°7, mars 1999, numéro épuisé)
http://www.euredit-editions.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=178

Table des matières
Flaubert hors de Babel
par Michel Crouzet et Didier Philippot
Pour une esthétique de Flaubert d’après sa correspondance»
par Thierry Poyet
Sublime et réalisme dans les romans de Flaubert
par Jean-Louis Cabanès
La statue mutilée. Flaubert dans le naturalisme
par Éléonore Reverzy
Flaubert et le mythe du «livre sur rien»
par Didier Philippot
Le projet de Flaubert: «de l’interprétation de l’Antiquité»
par Sylvie Laüt-Berr
Propos de table
par Philippe Dufour
La fête de Félicité
par Jeanne Bem
En marge du dossier médical de Bouvard et Pécuchet: la médecine entre morale et rhétorique
par Christophe Lacaille

Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Fayard, 2013
http://agedescenacles.blogspot.fr
Présentation de l’éditeur:
Le mot «cénacle» n’évoque plus aujourd’hui qu’un groupuscule d’initiés ourdissant quelque complot. Il n’en allait pas de même au XIXe siècle où ce terme désignait un petit cercle d’écrivains et d’artistes rassemblés autour d’une figure charismatique, occupés à poser, à huis clos, les jalons de l’Art de demain. Encensé par les uns et raillé par les autres, le cénacle offrait une alternative aux tentations de la mondanité, de l’académisme, du journalisme et du mercantilisme. Des soirées de Hugo aux Mardis de Mallarmé en passant par les Samedis de Leconte de Lisle et le cercle des Nabis, il devient la sociabilité de référence des écrivains et des artistes qui désirent fonder un mouvement. Après l’époque des salons littéraires et avant l’ère des groupes d’avant-garde, le XIXe siècle s’impose donc comme l’âge des cénacles. Élaboré à partir d’un vaste corpus de journaux intimes, de lettres, d’articles, de satires, de souvenirs, de romans et de poèmes, ce livre cerne les contours du cénacle à la fois comme phénomène historique, objet sociologique et figure de l’imaginaire. Au fil des pages, le lecteur croisera les grandes figures littéraires et artistiques du XIXe siècle (Hugo, Stendhal, Balzac, Courbet, Flaubert, Baudelaire, Manet, Zola, Verlaine, Mallarmé) et s’immergera dans les mouvements qui l’ont marqué (romantisme, réalisme, Parnasse, naturalisme, impressionnisme, symbolisme). En somme, à travers le prisme du cénacle, c’est tout le XIXe siècle que les auteurs éclairent d’un jour nouveau en montrant qu’il fut moins le siècle des génies solitaires que celui des aventures collectives.

Sandra Janssen, Phantasmen: Imagination in Psychologie und Literatur 1840-1930. Flaubert – Čechov – Musil, Göttingen, Wallstein Verlag, 2013, „Wissenschaftsgeschichte“
http://www.wallstein-verlag.de/9783835312548-sandra-janssen-phantasmen.html
[Traduction de la thèse de l’auteur, rédigée en français.]

Alain Vaillant, Le Veau de Flaubert, Hermann, 2013
http://www.editions-hermann.fr/ficheproduit.php?lang=fr&menu=&ref=Fictions+pensantes+Le+Veau+de+Flaubert&prodid=1503
Présentation de l’éditeur:
Et si le secret de Madame Bovary se dissimulait derrière un simple calembour, une burlesque histoire de veau? Le soupçon circule secrètement depuis une quarantaine d’années dans la critique, mais Alain Vaillant mène jusqu’à ses ultimes développements une enquête qui touche à la métaphysique «insciente» de Flaubert et qui révèle la vraie signification de son célèbre «comique qui ne fait pas rire».
L’étude du rire flaubertien s’accompagne d’une méditation historique sur la passion du romantisme pour le comique; esquissant par-delà le XIXe siècle une anthropologie générale du rire, elle convoque les plus grandes autorités intellectuelles, d’Aristote à Freud, mais trouve son meilleur emblème dans la «blague supérieure» de l’ermite de Croisset.
Entre les lignes, on y lira enfin un manuel pratique d’herméneutique littéraire, qui prend joyeusement à rebrousse-poil les gloses sérieuses des «pédagogues tristes» pour dresser l’éloge iconoclaste mais réfléchi de l’art du rire.

Alain Vaillant, professeur de littérature française à l’université Paris-Ouest, est directeur de la revue Romantisme. Il a écrit ou dirigé de nombreux ouvrages (notamment le Dictionnaire du Romantisme, CNRS éditions, 2012) sur le XIXe siècle français, la poétique historique des formes littéraires et le rire en littérature.

Articles

Martin Hervé, «Le saint-poème selon Flaubert: le délire des sens dans La Tentation de saint Antoine», site Flaubert, 2013.
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=26

(< Fabienne Couecou)
Sur Louise Colet:
Maria Teresa Lozano Sampedro, «L’énigme de l’identité de la femme dans un récit d’amour et de mort de Louise Colet: Qui est-elle?», dans Concepción Palacios et Pedro Méndez (éds.), Femmes nouvellistes françaises du XIXe siècle, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, «Espacios Literarios en Contacto», tomo 4, collección dirigida por Àngels Santa, 2013.
http://www.peterlang.com/download/datasheet/74922/datasheet_431409.pdf

Thanh-Vân Ton-That, «Les Historiettes morales de Louise Colet: les expérimentations d’une nouvelliste au carrefour de l’Histoire, de la morale et du romantisme», ibid.

[BULLETIN FLAUBERT n° 151 / 11 septembre 2013]

Éditions

Flaubert, L’Éducation sentimentale, éd. Stéphanie Dord-Crouslé, Flammarion, 2013, nouvelle édition avec une bibliographie mise à jour [première éd. 2001].

Flaubert, Théâtre, Lyon, Les Moutons électriques, coll. «La Bibliothèque voltaïque», 2013.
Présentation de l’éditeur:
Flaubert et le merveilleux, ce fut une longue histoire, qui passa bien entendu par Salammbô et La Tentation de saint Antoine, mais aussi par une longue et étonnante pièce de théâtre — d’un genre que l’on nommait alors une «féerie»: Le Château des cœurs. Flaubert n’eut jamais de chance dans ses entreprises théâtrales: Le candidat, vaudeville, fit un four en 1874; la comédie Le Sexe faible, rédigée d’après un brouillon de son défunt ami Louis Bouilhet, demeura inédite jusqu’en 1927; et Le Château des cœurs, achevé en 1863, ne pouvait pas être produit avec les moyens de l’époque.
Pour autant, il est absurde de négliger totalement ces trois œuvres, et en particulier la féerie de Flaubert, qui demeure dans le domaine des lettres françaises une formidable et passionnante exception, une ample pièce emplie de fantaisie et de merveilleux.
Gustave Flaubert (1821-1880) demeure un véritable monument de la littérature française, et il convient de ne pas négliger au sein de son œuvre les incursions dans le symbolique, le fantastique et le mythologique. Ses trois pièces étant indisponibles de longue date, nous avons décidé de les rééditer sous la forme d’un tirage de luxe, avec préface et notes.
Tirage limité et numéroté (à 99 exemplaires), relié sous couverture rigide toilée grise avec fer or sur le dos. Jaquette originale de Sébastien Hayez.
http://www.fabula.org/actualites/flaubert-the-tre_57762.php

(< Emmanuel Desurvire)
Charles Edmond (Chojecki), Zéphyrin Cazavan en Égypte [1879], rééd. Emmanuel Desurvire, 2013.
Voir la lettre de Flaubert à l’auteur, 8 décembre 1879, Corr., éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Bibl. de la Pléiade, t.V, p.762.
Commande de l’ouvrage auprès d’Emmanuel Desurvire:
www.charles-edmond-chojecki.com

Ouvrages critiques

(< Gilles Cléroux)
Gilles Philippe, Le rêve du style parfait, Paris, Presses Universitaires de France, 2013
Le dernier essai de Gilles Philippe, professeur à l’université de Lausanne, contient de nombreuses allusions à l’oeuvre de Flaubert et notamment deux chapitres et la 2e partie d’un troisième (tous les chapitres ont 2 divisions): «Un idéal (pardon du mot), un idéal de style», p.13-40. Ce chapitre a deux parties intitulées «De quoi Flaubert est-il le nom?» [portant essentiellement sur les styles de Flaubert et de Balzac] et «Portrait du jeune homme en auteur à dictée: Maupassant» [Maupassant disciple ou pas de Flaubert]; «Le défi de Flaubert» [Flaubert admirateur du style de Renan], 2e partie du chapitre «Tombeau d’Ernest Renan», p.54-65; «Flaubert, ou comment s’en débarrasser» [Cocteau et Flaubert], p.189-211. Ce chapitre a 2 parties intitulées: «Le Flaubert bashing de Jean Cocteau» et «Un stylo sans maître?».

Diana Rînciog, Histoire et mentalités dans l’œuvre de Gustave Flaubert (étude sur la Correspondance), 2e édition, préface de Franck Colotte, Iasi, Institutul European, 2013.
http://www.euroinst.ro/titlu.php?id=1332
Sommaire:
L’histoire des mentalités: concepts et méthodes
La correspondance: lecture et interprétation
L’univers de la vie privée dans la vision de Gustave Flaubert
Représentations de la vie publique de l’époque
Réflexions et sentiments sur le monde artistique et philosophique

(< Atsuko Ogane)
Laurent Houssais, George-Antoine Rochegrosse, Les Fastes de la décadence, Mab, Patrimoine du conseil général de l’Allier, 2013.
Catalogue de l’exposition Rochegrosse qui se tient au musée Anne-de-Beaujeu de Moulins du 29 juin 2013 au 5 janvier 2014. Tableaux inspirés de Salammbô, et illustrations pour l’édition Ferroud, 1900.

Fictions

Lucie Clarence, Emma B. libertine, Ma éditions, 2013
http://www.20minutes.fr/livres/1216305-20130831-emma-b-libertine-lucie-clarence-gustave-flaubert-chez-editions-paris-france

Georges Lewi, Bovary21, François Bourin éditeur, 2013
Présentation de l’auteur: «C’est une Bovary du 21e siècle, blogueuse, qui suit chapitre après chapitre le destin initiatique de son aïeule, dont elle pense être la descendante…»

Revue

«Flaubert face à la Revue des Deux Mondes», Flaubert, revue critique et génétique, n°9, 2013, coordonné par Philippe Dufour et Nathalie Petibon.
http://flaubert.revues.org/1894

Article

Federica Casini, «Il Voyage du Rien di Frédéric Moreau. Fine dell’eroe e del mito del viaggio ne L’Éducation sentimentale di Flaubert», Nuova Corrente, n.145, 2010, p.39-62.
http://www.torrossa.it/pages/ipplatform/itemDetails.faces

Comptes rendus

(< Paul Paumier)
Sur la biographie de Michel Winock, Flaubert, Gallimard, 2013:
compte rendu par Jean-Marc Proust sur le site Slate.fr:
http://www.slate.fr/story/76260/flaubert-histoire

compte rendu par Jean-Étienne Caire sur le site Parutions.com:
http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=4&srid=92&ida=15847

[BULLETIN FLAUBERT n° 150 / 19 juin 2013]

Édition

(< Ambroise Perrin)
Madame Bovary au Mur, texte intégral du roman de Gustave Flaubert, affiche 70 x 100cm; édition limitée numérotée, Éditions Bourg Blanc, série «Bovary» proposée par Ambroise Perrin.
Le texte du roman tient sur une seule grande feuille, en caractères 5.7.
www.editionsbourgblanc.com
clips video:
http://www.youtube.com/watch?v=9sNlmtlSqJQ
http://www.dailymotion.com/video/xzbc93_madame-bovary-au-mur_news?search_algo=2

Ouvrage collectif

Salammbô, figure(s) de la fatalité, pour le cent cinquantenaire de Salammbô (1862), textes réunis par Atsuko Ogane, «Recherches sur le mythe de la femme fatale dans Salammbô de Flaubert», JSPS Kakenhi Grant Number 23520406.
Atsuko Ogane, Préface
Gisèle Séginger, Salammbô et les mythes: une figure de femme fatale entre mysticisme et érotisme
Yvan Leclerc, Salammbô: femme fatale et roman de la fatalité
Kosei Ogura, Commentaire sur la conférence de Yvan Leclerc
Atsuko Ogane, Un plan de Salammbô ou un sommaire de l’Histoire de Polybe?
Manuscrits de Salammbô conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, fac-similés et transcriptions par Atsuko Ogane

Articles

(< Gilles Cléroux)
Bertrand Bourgeois, «Assassinat ou mythification d’une héroïne: qui a tué Madame Bovary?», dans Les réécrivains: enjeux transtextuels dans la littérature moderne d’expression française, Bern, Berlin, Bruxelles..., Peter Lang, 2011 («Littératures de langue française»; 17), p.9-22. Henri Raczymow, «Le Flaubert de Proust», NRF, n°603-604, mars 2013, «D’après Proust», p.195-203. Bruno Viard, «Flaubert: l’encrier ou le vagin», dans Littérature et déchirure: de Montaigne à Houellebecq: étude anthropologique, Paris, Classiques Garnier, 2013 («Études de littérature des XXe et XXIe siècles»; 32), p.109-144.
Étude concernant le roman de Philippe Doumenc, Contre-enquête sur la mort d’Emma Bovary, Actes-sud, 2007. (< Atsuko Ogane)
Leclerc Yvan, «Salammbô ou Carthage, entre histoire et fiction»
(traduction japonaise)
https://library.kanto-gakuin.ac.jp/e-Lib/bdyview.do?bodyid=NI30000207&elmid=Body&lfname=008.htm&loginflg=on Ogane Atsuko, «La transition du nom de l’héroïne dans les scénarios généraux de Salammbô»
https://library.kanto-gakuin.ac.jp/e-Lib/bdyview.do?bodyid=NI30000199&elmid=Body&lfname=001.htm&loginflg=on

[BULLETIN FLAUBERT n° 149 / 14 mai 2013]

Ouvrage

Bruna Donatelli, Paradigmi della modernittà. Letteratura, arte e scienza nella Francia del XIX secolo, Roma, Artemide, 2012.

Articles

Damien Dauge, «Flaubert contre le piano: procès esthétique d’un ennemi personnel», dans Danièle Pistone (dir.), Le piano dans la France du Second Empire, «Conférences et Séminaires», Paris, Observatoire Musical français, n°49, 2013, p.81-90.
Dans ses écrits contemporains du Second Empire, Flaubert porte un regard acerbe sur la vogue pianistique qui a le même âge que lui. Le piano se trouve ainsi mis au banc des accusés dans le procès contre la grande Bêtise des temps modernes. Pourtant, aussi déprécié soit-il, le «chaudron» sur lequel nous «battons des mélodies» se voit aussi chargé d’une symbolique poétique, comme image de la parole humaine voire du travail de l’écriture littéraire. Si l’ironie n’a pas le dernier mot, alors la musique fausse et assourdie qui s’échappe de l’instrument n’est sûrement pas aussi insignifiante qu’on pourrait le penser.

Damien Dauge, «Peut-on chantonner du Flaubert? Essai de musicalogie», dans Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire, Paris, Kimé, Les cahiers de marge, 2013, p.235-251.
«Une terreur sans nom glaça les Barbares. Ils ne tentèrent même pas de s’enfuir. Déjà ils se trouvaient enveloppés.» Tels sont les mots tirés de Salammbô qui ouvrent la chanson éponyme d’Arthur H, parue en 2008. Parallèlement, les lecteurs de Flaubert, et en particulier ceux de son roman carthaginois, n’ont pas manqué de noter, très tôt, la dimension musicale de son écriture. On y entend des airs ou des rythmes, on en loue la dimension sonore. Salammbô se trouve ainsi à la fois jugé musical et mis en musique, comme si sa musicalité finissait couronnée de musique, avérée par l’intérêt des musiciens. Mais la coïncidence entre musicalité et mise en musique d’un même texte peut-elle se justifier ? Peut-on comparer la musicalité d’un texte et celle d’une musique? C’est à ces questions que la musicalogie, étude générale de la musicalité, tente de répondre.

(< Hassen Bkhairia)
Kamel Hamdi, «Le projet encyclopédique dans Bouvard: de la pulsion taxinomique à la neutralisation mimétique», L’illusion taxinomique, textes réunis par Pierre-Yves Dufeu et Salah Oueslati, présentés par Kameleddine Gaha, Actes du colloque de l’ISSH de Tunis, UR «Poétique théorique et pratique», Média graphic, 2012, p.167-178.

(< Philippe Dufour)
Fausto Proietti, «Histoire des idées politiques et sources littéraires: L’Éducation sentimentale dans le contexte des jugements historiques sur Juin 1848».
En ligne: http://flaubert.revues.org/1921

Bernard Weinberg, «Réception du réalisme français (1830-1870), chapitre VIII: Flaubert», trad. Philippe Dufour. [French Realism: the Critical Reaction. 1830-1870, Modern Language Association, New York, et Oxford University Press, Londres, 1937, p.159-176.].
L’analyse porte sur les comptes rendus contemporains de Madame Bovary, Salammbô et L’Éducation sentimentale.
En ligne: http://flaubert.revues.org/1924

Comptes rendus

Amélie Schweiger, Flaubert en toutes lettres. L’écriture épistolaire dans la correspondance et dans l’oeuvre, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, coll. «Flaubert», 2012.
Compte rendu de Claudine Gothot-Mersch:
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/schweiger_gothot_mersch.php
Compte rendu de Benoît Melançon:
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/schweiger_melancon.php

Flaubert et la Saint-Polycarpe, Rouen, Élisabeth Brunet et les Amis de Flaubert et de Maupassant, 2013. Compte rendu par Éric Dussert:
http://www.lekti-ecriture.com/blogs/alamblog/index.php/post/2013/05/06/Saint-Polycarpe,-Flaubert-et-le-cochon

Michel Winock, Flaubert, Gallimard, 2013. Compte rendu et entretien par Jean-Louis Ézine, Le nouvel Observateur, 8 mai 2013:
http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20130507.OBS8377/c-est-flaubert-le-patron.html

[BULLETIN FLAUBERT n° 148 / 27 mars 2013]

Édition

Flaubert et la Saint-Polycarpe, Association des Amis de Flaubert et de Maupassant et Librairie Élisabeth Brunet, Rouen, 2013.
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/parution-dossier-de-la-saint-polycarpe
Reproduction à l’identique des lettres et documents divers reçus par Flaubert lors des deux fêtes de la Saint-Polycarpe en 1879 et 1880. Brochure contenant une présentation par Yvan Leclerc. Inventaire, transcriptions, notice et historique par l’Association des Amis de Flaubert et de Maupassant. Iconographie réunie et légendée par Fabien Persil.

Ouvrages

Michel Winock, Flaubert, Gallimard, coll. «Biographie», 2013.
Désormais la biographie de référence, écrite par un historien qui a l’art de raconter une vie et la manière de constamment la resituer dans le contexte de son époque.
Voir le compte rendu de Pierre Assouline dans La République des Livres:
http://larepubliquedeslivres.com/flaubert-sous-le-regard-de-lhistorien/

(< Damien Dauge)
Yumiko Igarashi, Madame Bovary, Isan Manga, 2013.
Adaptation du roman en manga:
http://www.isan-manga.com/actualites/madame-bovary-de-yumiko-igarashi-en-mars-en-librai//

Ouvrage collectif

Thierry Poyet (dir.), Lectures de la correspondance Flaubert-Sand - Des vérités de raison et de sentiment, Clermont-Ferrand: Presses universitaires Blaise Pascal, coll. «Écritures de l’intime: correspondances, mémoires, autobiographies», 2013.
http://www.msh-clermont.fr/spip.php?article35132
Présentation de l’éditeur:
Les relations épistolaires de Flaubert et Sand sont ici analysées sous un jour nouveau. De leurs différences et au-delà de l’incongruité de cette rencontre naissent deux conceptions de l’homme, du monde et de l’art symptomatiques du XIXe siècle.
La rencontre improbable a eu lieu: Flaubert et Sand se sont fréquentés, ils se sont écrit et de leurs échanges littéraires, esthétiques et même philosophiques, nous avons conservé une des correspondances les plus riches. La variété des sujets abordés mais surtout la qualité des réflexions développées appelaient une étude fouillée qui n’avait pas encore été conduite selon la lecture plurielle exigée par l’ouverture d’esprit des deux écrivains. Car Sand et Flaubert, si différents et pourtant si proches pendant quelques années, ont multiplié les occasions de confronter leurs vérités de raison et de sentiment. De leur conversation épistolaire, il reste deux conceptions de l’homme, de l’art et du monde qui offrent une synthèse parfaite du XIXe siècle tant dans son héritage du siècle précédent que dans sa capacité à annoncer le suivant.

Sommaire:
Thierry Poyet – Introduction.
1 Littérature et idéologie
Michel Brix – Littérature et misanthropie
Bernard Hamon – «Ah! chère bon maître, si vous pouviez haïr! C’est là ce qui vous a manqué: la haine.» Deux troubadours en politique.
Gérard Chalaye – La démocratie au risque du christianisme: un débat entre George Sand et Gustave Flaubert (1866-1876).
Caroline Caset – Comme deux précepteurs: Sand et Flaubert.
2 Littérature et théorie
Yvan Leclerc – Flaubert et Sand: asymétries épistolaires.
Isabelle Hoog Naginski – George Sand et Gustave Flaubert, ouvriers de l’art: la pioche, le gueuloir et le sillon.
Monia Kallel – Flaubert, Sand et l’inspiration.
Marianne Charrier-Vozel – La correspondance entre Flaubert et Sand ou la critique sans la théorie.
Françoise Ghillebaert – Doute artistique et recherche stylistique: le duo Sand-Flaubert.
Éric Le Calvez – George Sand et la genèse de L’Éducation sentimentale.
3 Littérature et rencontres
Thierry Poyet – Écrire pour l’Autre, écrire sur l’Autre: un débat entre singularité, amitié et altérité.
Françoise Genevray – Flaubert, Tourgueniev, Sand: trois «amis de lettres».
Leisha Ashdown-Lecointre – Allons au paradis: Flaubert rencontre Sand à la pantomime.
Marie-Pierre Rootering – Les adaptations théâtrales de romans dans la correspondance Sand-Flaubert.
Catherine Masson – De la correspondance à la scène: les coulisses de la pièce George Sand - Gustave Flaubert, échanges épistolaires.

Revue

Flaubert. Revue critique et génétique [en ligne], 8-2012: «Ponctuation et mise en page. Oralité et ordonnancement du discours chez Flaubert»
Sous la direction de Florence Pellegrini avec la collaboration de Déborah Boltz

http://www.fabula.org/actualites/flaubert-revue-critique-et-genetique-en-ligne-8-2012-ponctuation-et-mise-en-page-sous-la-direction_55956.php
Présentation, Florence Pellegrini
Ponctuation et ordonnancement des unités discursives
Anne Herschberg Pierrot, Ponctuation, édition, interprétation: l’exemple du point-virgule dans Bouvard et Pécuchet
Stella Mangiapane, Ponctuation et mise en page dans Madame Bovary: les interventions de Flaubert sur le manuscrit du copiste
Sophie Sarrazin, Le traducteur et les italiques. Omniscience et redressement dans Madame Bovary
Sabine Pétillon et André Petitjean, Le tiret de fin de phrase dans Un cœur simple - un stylème flaubertien?
Rythme et phrasé
Walid Ezzine, L’utilisation des tournures antiques et bibliques dans Salammbô
Karine Germoni, Flaubert, Beckett, Toussaint: d’un phrasé l’autre
Manuscrits/Transcriptions inédites
Geneviève Mondon, Schémas, jeux de ligne et dessins inédits dans les manuscrits de Salammbô

Article

(< Gilles Cléroux)
Jean Cléder, «Entre littérature et cinéma: les affinités électives», Paris, A. Colin, 2012 («Cinéma/Arts visuels»).
Les parties 2 et 3 du chapitre 6 («De l’évolution des espèces: l’adaptation cinématographique du texte littéraire») ont un titre global: «Les adaptations de Madame Bovary: de la fidélité... au changement de paradigmes» (p.149-165), la première porte sur le film de Claude Chabrol, la deuxième sur les films de Vincente Minelli, d’Alexandre Sokourov (Sauve et protège) et de Manoel de Oliveira (Val Abraham).

[BULLETIN FLAUBERT n° 147 / 13 février 2013]

Articles

Yvan Leclerc, «Salammbô ou Carthage, entre histoire et fiction» [avec une lettre inédite de Flaubert à Michelet, première lettre sur la genèse de Salammbô], Journal of Arts and Sciences (The Liberal Arts Association, College of Law, Kanto Gakuin University, Odawara, Japan), n°22, January 2013, p.127-141. [Texte en français et traduction en japonais par Atsuko Ogane.]

Michel Mastrojanni, «En cave avec Flaubert», Le Mastroquet, journal impressionniste du vin.
En ligne: www.mastroquet.com/beaune.php

Atsuko Ogane, «Critique génétique de Salammbô de Flaubert. La formation de la Femme fatale dans les plans et scénarios», Journal of Arts and Sciences (The Liberal Arts Association, College of Law, Kanto Gakuin University, Odawara, Japan), n°22, January 2012, p.1-21. [Texte en japonais et transcriptions des plans et scénarios en français.]

Alberto Paredes, «Madame Bovary NO soy yo», Circulo de poesia, 2012, en ligne
http://circulodepoesia.com/nueva/2012/12/madame-bovary-no-soy-yo/

Alain Vaillant, «Le Lyrisme de l’ironie », dans L’Esthétique du rire, Alain Vaillant dir., Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, coll. «Orbis litterarum », 2012, p.277-306.

[BULLETIN FLAUBERT n° 146 / 15 janvier 2013]

Articles

Emmanuel Delille, «Le Bouvard et Pécuchet d'Henri Ey (1955)», site Flaubert (janvier 2013):
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=24
Commentaire du texte d’Henri Ey, «Bouvard et Pécuchet, psychiatres», L’Évolution Psychiatrique, t.53, fascicule 3, 1988, p.523-526:
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=25

Maaike Koffeman, «Images de la culture française dans la presse périodique néerlandaise du XIXe siècle: Madame Bovary en Hollande». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 49, décembre 2012, p.201-218.
http://www.academia.edu/2284529/Images_de_la_culture_francaise_dans_la_presse_periodique_neerlandaise_du_XIXe_siecle_Madame_Bovary_en_Hollande
Maaike Koffeman enseigne à l’université Radboud, Nimègue, Pays-Bas.

Yvan Leclerc et Joëlle Robert, «Les lettres de Flaubert pendant la genèse de Madame Bovary: archives et entrées “création” dans l’index thématique», Épistolaire [revue de l’AIRE], n° 38, «Archives de la création. Expériences du temps dans les correspondances», Champion, 2012, p.17-32.

[BULLETIN FLAUBERT n° 145 / 20 décembre 2012]

Ouvrage

Ambroise Perrin, Madame Bovary, dans l’ordre, préfaces de Gustave Flaubert et de Jacques Roubaud, Schiltigheim, Éditions Bourg Blanc, 2012.
[Tous les mots de Madame Bovary classés par ordre alphabétique. Do it yourself. Pendant les fêtes, on peut «générer» soi-même, très simplement, ce produit oulipien grâce au texte du roman numérisé par Danielle Girard et Yvan Leclerc et au moteur de recherche installé dans l’édition des manuscrits:
http://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/index_des_mots.php?corpus=bovary
Dans «champ de recherche», sélectionner «texte édité». Cliquer dans la zone «un mot avec troncature». Quand les résultats s’affichent, cliquer sur «mot»: on obtient alors exactement les résultats imprimés dans le livre. La procédure est la même pour Bouvard et Pécuchet à partir de ce lien:
http://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/index_des_mots.php?corpus=pecuchet.]

Revue

Flaubert. Revue critique et génétique [en ligne], dossier n°7, Bouvard et Pécuchet, sous la direction d'Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, Revues.org, 2012.
Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, Présentation
Norioki Sugaya, La densité des mots dans Bouvard et Pécuchet
Atsushi Yamazaki, Quel est le but de tout cela? − Les «causes finales» dans Bouvard et Pécuchet
Taro Nakajima, Apologétique et vulgarisation: les notes de lecture sur les «pamphlets» de Mgr de Ségur
Stéphanie Dord-Crouslé, Notes de lecture et édition du «second volume» de Bouvard et Pécuchet: configurations complexes de l'inachèvement
http://www.fabula.org/actualites/flaubert-revue-critique-et-genetique-en-ligne-dossier-n-7-bouvard-et-pecuchet-sous-la-direction-d_54285.php

Articles

(< Benoît Melançon)
Sharon Deane-Cox, «The Framing of a belle infidèle: Paratexts, Retranslations and Madame Bovary», Essays in French Literature and Culture, 49, novembre 2012, p.79-96.

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Clémentine Gutron, «Salammbô: une leçon d’archéologie par Flaubert» dans Terrains d’écrivains. Littérature et ethnographie, sous la direction de Alban Bensa et François Pouillon, Anacharsis, 2012, p.35-66.

Zuzanna Krasnopolska, Emma a Parigi. Studio sull’effetto di Parigi sulla signora Bovary e sulle sue sopravvivenze letterarie [Emma Bovary et ses survivances européennes à Paris], in «Filologia Antica e Moderna», [revue de l’Università della Calabria, Dipartimento di Filologia] XXI, 38, 2011, p.13-31.

[BULLETIN FLAUBERT n° 144 / 23 novembre 2012]

Traductions

Gustave Flaubert, Madame Bovary, Neu Übersetzt von Elisabeth Edl, Carl Hanser Verlag, Munich, 2012.
www.hanser-literaturverlage.de/buecher/buch.html?isbn=978-3-446-23994-4

Gustave Flaubert, Bücherwahn [Bibliomanie], Neu Übersetzt von Elisabeth Edl, Carl Hanser Verlag, Munich, 2012.

Ouvrages

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Marc Coutieux, «Événement et roman: une relation critique», Amsterdam, New York, Rodopi, 2012 («Faux titre», 371).
Le chapitre II («De Flaubert au naturalisme») est en deux parties: la première s’intitule «Flaubert: rien n’est événement, l’événement n’est rien» (p.55-63), la deuxième «Du naturalisme. La tentation de l’événement» [à propos de Zola].

Soledad Fox, «Flaubert and Don Quijote: the influence of Cervantes on Madame Bovary», Brighton, Sussex academic press, 2011, VIII-200 p. [réimpression avec corrections, 1re édition en 2008].

Thierry Poyet, Bouvard et Pécuchet. Le savoir et la sagesse, Éditions Kimé, 2012.

Revue

Bulletin Flaubert-Maupassant, n° 27, 2012
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/
Les Flaubert et l’argent. Le 20e anniversaire de l’association

Les Flaubert et l’argent
Joëlle Robert, Éditorial
Yannick Marec, Gustave Flaubert, un héritier rouennais du XIXe siècle?
Daniel Fauvel, L’infortuné Hamard
Hubert Hangard, La gestion du patrimoine par Madame Flaubert
Claude Vermeille, Flaubert et Commanville
Arlette Dubois, Les revenus d’un chirurgien en chef d’hôpital au XIXe siècle:
le cas d’Achille-Cléophas Flaubert
Yvan Leclerc, Les droits d’auteur de Flaubert
Thierry Poyet, Flaubert et ses confrères: les questions d’argent et de reconnaissance littéraire dans les années 1870
Joëlle Robert, Madame Bovary et l’argent
Mike Wetherill, Pièces sonnantes mais trébuchantes

Annexe. La feuille d’impôts du père de Flaubert

Le 20e anniversaire de l’association
David Michon, Histoire des Amis de Flaubert de 1880 à 1980
Daniel Fauvel, Les origines des Amis de Flaubert et de Maupassant
Michel Lambart, Ami de Flaubert (55e année) et de Maupassant (20e année). Quelques souvenirs de notre association (1956-1986)

Documents
Lettre autographe de Julie Flaubert, belle-soeur de Gustave, au sujet du testament de Madame Flaubert mère
Jean-Paul Levasseur, Flaubert, «un modèle, l’ami toujours souhaité»

Articles

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Jean-Louis Cornille, «Le manuel d’Emma», dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur et son autre), Amsterdam, New York, Rodopi, 2008 («Faux titre», 319), p.17-28 [à propos de Madame Bovary].

Jean-Louis Cornille, «Décharge Flaubert (la Bible en argot)», dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur et son autre), Amsterdam, New York, Rodopi, 2008 («Faux titre»; 319), p.29-46 [à propos de Hérodias].

Jean-Louis Cornille, «L’hospitalité du texte (Flaubert et Stendhal)», dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur et son autre), Amsterdam, New York, Rodopi, 2008 («Faux titre»; 319), p.47-66 [à propos de La Légende de saint Julien l’Hospitalier].

Jean-Louis Cornille, «Minutes apocryphes (Maupassant et Flaubert)», dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur et son autre), Amsterdam, New York, Rodopi, 2008 («Faux titre»; 319), p.67-76.

Jean-Louis Cornille, «Rappels d’enfance (Rouaud avec Flaubert)» et «Le babil des petites classes (Chamoiseau avec Flaubert), dans Plagiat et créativité II (douze enquêtes sur l’auteur et son double), Amsterdam, New York, Rodopi, 2011 («Faux titre»; 364), p.27-57. [repris ensemble dans «Le babil des petites classes (Flaubert, Rouaud, Chamoiseau)», dans Récits et dispositifs d’enfance (XIXe-XXe siècles), volume coordonné par Suzanne Lafont, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2012 («Collection des littératures», Série «Le Centaure»), p.27-56, référencé dans le Bulletin Flaubert n°143]

Jacques-David Ebguy, «Nommer le plein, faire le vide. La représentation du coup d’État du 2 décembre 1851 dans L’Éducation sentimentale» in Cécile Huchard (éd.), Représenter l’événement historique, Nancy, Éditions Universitaires de Lorraine, 2012, p.63-82.

Helge Vidar Holm, «Time and Causality in Flaubert’s Novels Salammbô and Bouvard and Pécuchet», in The Borders of Europe. Hegemony, Aesthetics and Border Poetics, Editors Helge Vidar Holm, Sissel Laegreid, Torgeir Skorgen, Aarhus University Press, 2012, p.165-180.

Leslie Kaplan, «Une journée à la bibliothèque Sainte-Barbe», Tours et détours en bibliothèque, Enssib, 2012, p.9-17.
[Conversation de l’auteur avec un lecteur de Bouvard et Pécuchet, «un texte qui annonçait, anticipait notre société de consommation».]

Richard Saint-Gelais, «Spectres de Madame Bovary: la transfictionnalité comme remémoration», dans Mapping memory in nineteenth-century French literature and culture, edited by Susan Harrow and Andrew Watts, Amsterdam, New York, Rodopi, 2012, («Faux titre»; 369), p. 97-111.

Mary Orr, «Cultural history in question: Flaubert’s La Légende de saint Julien l’Hospitalier and the genres of collective memory», dans Mapping memory in nineteenth-century French literature and culture, edited by Susan Harrow and Andrew Watts, Amsterdam; New York, Rodopi, 2012, («Faux titre»; 369), p. 259-275.

Carmen Mayer-Robin, «Memory, vision and meaning in La Tentation de saint Antoine: the mechanics of a narrative hallucination», dans Mapping memory in nineteenth-century French literature and culture, edited by Susan Harrow and Andrew Watts, Amsterdam; New York, Rodopi, 2012, («Faux titre»; 369), p. 277-293.

DVD

Vincent Nordon par Gérard Courant, L’Harmattan Vidéo, 2012.
http://www.harmattantv.com/videos/film-(vod-dvd)-2501-Vincent-Nordon-par-Gerard-Courant-DOCUMENTAIRES.html
[Coffret de 3 DVD. Vincent Nordon parle de Flaubert.]

[BULLETIN FLAUBERT n° 143 / 18 octobre 2012]

Ouvrages

Amélie Schweiger, Flaubert en toutes lettres. L’écriture épistolaire dans la correspondance et dans l’oeuvre, Publications des universités de Rouen et du Havre, coll. «Flaubert», 2012.
http://www.univ-rouen.fr/irshs/users/purh/spip.php?article662

(< Mary Donaldson-Evans)
Enid Shomer, The Twelve Rooms of the Nile, NY, Londres: Simon & Schuster, 2012.
Commentaire de Mary Donaldson-Evans pour le Bulletin Flaubert: «À partir d’un fait réel — Gustave Flaubert et Florence Nightingale ont tous les deux voyagé en Égypte en 1850 — l’auteur imagine une rencontre et une amitié naissante entre ces deux personnages historiques si différents et qui ont pourtant tant de choses en commun. Le résultat est un roman plein d’humour et bourré de détails fascinants, non seulement sur la vie des deux protagonistes mais aussi sur l’Égypte du XIXe siècle. Lecture passionnante!»

(< Damien Dauge)
Georges Lewi, Les Nouveaux Bovary. Génération Facebook, l’illusion de vivre autrement?
Montroeuil, Pearson, 2012.
http://www.pearson.fr/livre/?GCOI=27440100172230

Julien Dufresne-Lamy, Dans ma tête je m’appelle Alice, Stock, 2012
http://www.editions-stock.fr/livre/stock-426674-Dans-ma-tete-je-m-appelle-Alice-hachette.html
[Grande lectrice, l’héroïne s’appelle aussi Emma Bovary, dans sa tête.]

Articles

Michel Brix, «Flaubert et Kuchuk-Hanem: un sonnet retrouvé», 2012 [en ligne] site Flaubert:
http://flaubert.univ-rouen.fr//article.php?id=22

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Jean-Louis Cornille, «Le babil des petites classes (Flaubert, Rouaud, Chamoiseau)», dans Récits et dispositifs d’enfance (XIXe-XXe siècles), volume coordonné par Suzanne Lafont, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2012 («Collection des littératures», Série «Le Centaure»), p.27-56.
[Flaubert est traité plus précisément dans le paragraphe intitulé «La scène primitive du roman moderne (Flaubert, Sartre)», p.32-35.]

Stéphanie Dord-Crouslé, Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn et Raphaël Tournoy: «Nouveaux objets éditoriaux. Le site d’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (Flaubert)»; Les Cahiers du Numérique, n°3-4/2011 «Empreintes de l’hypertexte. Rétrospective et évolution», sous la dir. de Caroline Angé, Paris, Lavoisier, 2012, p.123-145 [disponible en ligne sur CAIRN:
http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LCN_073_0123

Sylvie Triaire, «Saturnales. Vies minuscules des enfants flaubertiens», ibid., p.209-234.

Yvan Leclerc, «Flaubert et ses maisons: un exemple de coopération entre conservateurs et chercheurs», Journée d’étude de la Fédération des maisons d’écrivains et des patrimoines littéraires, Rouen, 25 mars 2011. En ligne sur le site de la Fédération des maisons d’écrivains:
http://www.litterature-lieux.com/multimedia/File/journees/Flaubert_et_ses_maisons.pdf

(<Piotr Śniedziewski)
Yvan Leclerc, «Autor to właśnie ja: Gve Flaubert, czyli pisarz-rękopis», [«L’auteur c’est bien moi»: Gve Flaubert ou l’écrivain-manuscrit»], trad. de Piotr Śniedziewski, Poznańskie Studia Polonistyczne. Seria Literacka 2012, n°19, p.257-269.

Gillian Pink, « Les lettres du grenier : nouvel éclairage sur Juliet Herbert, amie de Flaubert », RHLF, juillet 2012, n°3, p.693-708.
[Gillian Pink a traduit le livre d’Hermia Oliver, Flaubert et une gouvernante anglaise, Publications des universités de Rouen et du Havre, coll. « Flaubert », 2011.]

Anthony Zielonka, «Flaubert and the Centrality of Literature: an Analysis of the Correspondence with Mademoiselle Leroyer de Chantepie», Romance Quarterly, vol. 59, n°3, 2012, p.177-188.

[BULLETIN FLAUBERT n° 142 / 11 septembre 2012]

Édition

(< Gilles Cléroux)
Gustave Flaubert, «Un boeuf et une dinde à l'opéra», extrait de Madame Bovary, 2e partie, chapitre XV, dans Petite bibliothèque du chanteur, textes choisis et présentés par Vincent Delecroix, Paris, Flammarion, 2012 (Champs, 1041), p.253-259.

Ouvrages

Monia Kallel, Flaubert et Sand. Le roman d'une correspondance, Presses Universitaires de Provence, collection «Textuelles», 2012.

Jean-François Chevrier, L’Hallucination artistique, L’Arachnéen, 2012.
http://www.editions-arachneen.fr/JFC_hallu_presentation.html
L’un des chapitres introductifs porte sur le réalisme de Flaubert, auquel le titre d’«hallucination artistique» est emprunté.

Articles

Stéphanie Dord-Crouslé, «“Ce Louis-Philippe en littérature”: Flaubert juge de Casimir Delavigne, dans Casimir Delavigne en son temps. Vie culturelle, théâtre, réception, dir. Sylvain Ledda et Florence Naugrette, Eurédit, 2012, p.328-339.

(< Gilles Cléroux)
Thierry Poyet, «Du "Culte du Moi" flaubertien à la définition de l'écrivain», dans Le "Culte du Moi" dans la littérature francophone, sous la direction de Mokhtar Atallah, Paris, L'Harmattan, 2012, p.85-112.

Compte rendu

Bernard Fauconnier, Flaubert, Paris, Gallimard, coll. «Folio biographies», n°90, 2012. Compte rendu par Guillaume Cousin:
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/fauconnier_cousin.php

[BULLETIN FLAUBERT n° 141 / 13 juin 2012]

Ouvrages

(<Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Michel Crouzet, Parcours dix-neuviémiste: Courier, Latouche, Musset, Gautier, Nerval, Flaubert, Hugo, les Goncourt, Barbey d’Aurevilly, Maupassant, Bourget, Paris, Eurédit, 2012, p.151-331. [Recueil d’études déjà publiées dans des actes de colloques ou des revues; sept études sont consacrées à Flaubert.]

(< Guillaume Cousin)
Bernard Fauconnier, Flaubert, Paris, Gallimard, coll. «Folio Biographies», 2012
http://www.fabula.org/actualites/fauconnier-flaubert_51322.php

Articles

(< Gilles Cléroux)
Pierre-Marc de Biasi, «Correspondance et genèse. Indice épistolaire et lettre de travail: le cas Flaubert», dans Genèse et correspondances, textes réunis et présentés par Françoise Leriche et Alain Pagès, Éditions des archives contemporaines, 2012, p.71-108.

Philippe Chardin, «"La bêtise consiste à vouloir conclure": Flaubert et Musil», dans Musil et la littérature: amours lointaines et fureurs intempestives, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2011, p.21-66 (chapitre 1).

Françoise Genevray, «Le triangle Tourguéniev-Flaubert-Sand (1868-1876)», Cahiers Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot, Maria Malibran, n°28, 2004 [publication 2012], p.31-44.

Compte rendu
Gustave Flaubert 7. Flaubert et la peinture, textes réunis et présentés par Gisèle Séginger, Caen, Lettres Modernes Minard, 2010, compte rendu par Joseph Jurt:
http://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=21

[BULLETIN FLAUBERT n° 140 / 20 avril 2012]

Ouvrages collectifs

Epistemocritique, n°10, printemps 2012.
Savoirs de la fiction, fictions du savoir. Spécial agrégation de littérature comparée 2012:
http://www.epistemocritique.org/spip.php?rubrique61
Anne-Gaëlle Weber, «Les objets du savoir romanesque: musées et cabinets de curiosités dans Die Wahlverwandtschaften de Johann Wolfgang Goethe, Mardi d’Herman Melville et Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert»
Gisèle Séginger, «Bouvard et Pécuchet: le monde comme représentation?»
Laurence Talairach-Vielmas, «Cadavres postiches et mécanique des savoirs dans Bouvard et Pécuchet»
Francis Lacoste, «Le savoir médical dans Bouvard et Pécuchet»

«Après le bovarysme», Atelier Fabula
http://www.fabula.org/atelier.php?Bovarysme

Fabula-LHT consacre à la notion de «Bovarysme» un numéro spécial, coordonné par M. Macé. Il s’agit de reconnaître dans la conduite identifiée par Jules de Gaultier une figure importante de l’expérience esthétique (intéressante non en dépit de ses ambivalences, mais à cause d’elles); d’observer ses promesses et ses complaisances; de mettre en valeur sa force de circulation dans des domaines où on ne l’attendait pas.
On observera donc une Emma mélomane, un Derrida conjugal, un Proust apprenti, un Paulhan acrobate, un Michaux en voyage et en colère...; on découvrira la «biographie d’une traduction», celle de Madame Bovary par Eleanor Marx, la fille de Karl; on suivra l’aventure de la notion de bovarysme dans les débats politiques en Haïti et en Amérique latine; on accompagnera une lecture au long cours de Jack London... Acta Fabula consacre également un dossier de comptes rendus au destin de cette notion dans les études littéraires. Partout on mesure ici la force du rapport entre les sujets et les formes qui les emportent, les nourrissent ou les perdent.

Sommaire:
Marielle Macé «Après le bovarysme», présentation
Colette Camelin, «Bovarysme et Tragique»
Jérôme David, «Le premier degré de la littérature»
Matthieu Vernet, «Proust et le bovarysme comme désir d’écriture»
Marielle Macé, «Paulhan: rejoindre une forme»
Laurent Jenny, «Styles d’être et individuation chez Henri Michaux»
Benoît Auclerc, «Le tropisme ou comment ne pas y croire dur comme fer»
Damien Dauge, «Le bovarysme à l’épreuve de la musique»
Barbara Carnaveli, «La vie des autres: bovarysme et media»
Stéphanie Decante, «Politiques du bovarysme en Amérique latine (1910-1960)»
Michael Dash, «Ni français, ni sénégalais: identité haïtienne et bovarysme»

Essai
Christian Salmon, «L’Amour de la vie. Sur un récit de Jack London»

Traductions
Emily Apter, «La Bovary de Marx»
Galen Strawson, «Contre la Narrativité»

Documents
Remy de Gourmont, «Un nouveau philosophe: Jules de Gaultier (1903)»
Per Buvik, «Jules de Gaultier et Gabriel de Tarde (2006)»

Acta fabula
«Emma à la lettre? Lecture du roman, déchiffrement du monde, élucidation de soi», par Agathe Novak-Lechevalier
http://www.fabula.org/revue/document6871.php

«Jules de Gaultier en plein jour & en clair-obscur», par Stefano Lazzarin http://www.fabula.org/revue/document6880.php

Sur: Alice Gonzi, «Jules de Gaultier: la filosofia del bovarismo»
http://www.fabula.org/actualites/a-gonzi-jules-de-gaultier-la-filosofia-del-bovarismo_25603.php

«Du bovarysme fin-de-siècle, lire Jules de Gaultier», par Delphine Jayot
http://www.fabula.org/revue/document6882.php

Sur: Jules de Gaultier, «Le Bovarysme»
http://www.fabula.org/actualites/jules-de-gaultier-le-bovarysme-per-buvik-ed_50225.php,
suivi d’une étude de Per Buvik, «Le Principe bovaryque» http://www.fabula.org/actualites/jules-de-gaultier-le-bovarysme-per-buvik-ed_50225.php.

Articles

(< Gilles Cléroux, BU de Rouen)
Gianni Iotti, «Flaubert et Musset» dans Fortunes de Musset, sous la direction d’André Guyaux et de Frank Lestringant, Paris, Classiques Garnier, 2012, p.73-84.

(< Benoît Melançon)
Françoise Ménand Doumazane, «G. Flaubert, C.F. Ramuz: Lectures en spirale. Ethnogénétique du texte littéraire», Pratiques, 151/152, «Anthropologies de la littérature».

Joëlle Robert, «Flaubert, Louis Bouilhet et le théâtre dans leur correspondance», Correspondance et Théâtre, actes du colloque de Brest, 31 mars-1er avril 2011. Textes réunis et présentés par Jean-Marc Hovasse, Presses universitaires de Rennes, 2012, p.63-72.

(< Catriona Seth)
Jean-Pierre Vidal, «Bouvard et Pécuchet sur “un plateau stupide” de Normandie», Idiots, Figures et personnages liminaires dans la littérature et les arts, sous la direction de Véronique Cnockaert, Bertrand Gervais et Marie Scarpa, Presses universitaires de Nancy, coll. «Ethnocritiques – Anthropologie de la littérature et des arts», 2012.

[BULLETIN FLAUBERT n° 139 / 14 mars 2012]

Édition

Émile Zola, Correspondance, choix de textes et présentation par Alain Pagès, Flammarion, coll. « GF », 2012.
Alain Pagès a retenu plusieurs lettres de Zola à Flaubert, dans lesquelles il est question de la Lettre à la municipalité de Rouen, de l’échec au théâtre des Héritiers Rabourdin et du succès de la pièce tirée de L’Assommoir.
«Eh bien, mon ami, que devenez-vous donc? Vous savez que nous gémissons tous. On vous réclame, on a besoin de vous. Les dimanches sont mortels. Vous me gâtez mon hiver, en venant à Paris si tard. Le pis est que nous ne nous voyons pas les uns les autres, car vous n’êtes pas là pour nous réunir.» (3 janvier 1877, p.170.)

Ouvrages

(< Benoît Melançon)
Gilles Philippe, Le français, dernière des langues. Histoire d’un procès littéraire, Paris, Presses universitaires de France, coll. «Perspectives critiques», 2010.
Compte rendu par Éric Bordas: «Flaubert, une fois encore, domine, voire obsède le travail de Gilles Philippe.»
http://www.fabula.org/revue/document6796.php

Marlo Johnston, Guy de Maupassant, Paris, Éditions Fayard, 2012
Cette monumentale biographie de 1300 pages retrace presque au jour le jour la vie de Guy de Maupassant, afin de la libérer des légendes qui courent sur son compte depuis sa mort et de rendre pleinement justice à cet homme complexe, d’une curiosité universelle.
Marlo Johnston, chercheuse indépendante de nationalité anglaise, a puisé dans de nombreuses archives publiques et privées au cours de plus de quinze années, découvrant des ébauches de manuscrits inédits et quantité de lettres.
Les spécialistes et lecteurs de Flaubert y trouveront une mise au point précise et complète sur les rapports entre le «maître» et son «disciple» (émancipé).

Revues

Revue Flaubert, n°11, 2011
«Fictions du savoir, savoir de la fiction dans Bouvard et Pécuchet»
http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=12
Numéro spécial, en rapport avec la question de littérature comparée à l’agrégation de Lettres modernes en 2012
Sylvie Thorel-Cailleteau, Bouvard et Pécuchet: la question du genre
Tomoko Mihara, Le savoir, l’autorité et le public dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert
Biagio Magaudda, Le savoir politique dans le chapitre VI de Bouvard et Pécuchet: apports livresques et fiction
Juliette Azoulai, L’Éthique de Spinoza dans Bouvard et Pécuchet: un vertige philosophique et littéraire
Yvan Leclerc, Notes de cours sur Bouvard et Pécuchet, fictions du savoir et savoirs de la fiction

«Bouvard et Pécuchet et les savoirs», Arts et savoirs, numéro 1, février 2012
Revue en ligne du Centre de recherche LISAA (Littératures, Savoirs et Arts – EA 4120), Université Paris-Est/ Marne-la-Vallée
Numéro coordonné par Gisèle Séginger
http://lisaa.univ-mlv.fr/arts-et-savoirs
Dans Bouvard et Pécuchet, Flaubert déconstruit discours et représentations. Il élabore une œuvre paradoxale: la critique devient une puissance d’invention et de mise en forme, une force qui s’allie curieusement à l’imaginaire. Ainsi le roman se libère-t-il de la «colle» romanesque – sentiments, amour, aventures, actions – qu’un Huysmans ne tardera pas à critiquer dans Là-Bas. Pourtant cette œuvre préserve encore une part de narrativité. Écrire un roman dans lequel les événements majeurs sont des controverses, faire rire avec des théories, tel est le pari difficile de Flaubert qui réoriente le roman dans une voie bien peu balzacienne. Il n’y a que des manières de voir, écrit-il en pleine période naturaliste. Avec Bouvard et Pécuchet il invente une forme nouvelle de roman philosophique qui met en question le rapport de la représentation au réel.
Ce numéro aborde la fiction des savoirs à partir du texte, des manuscrits, des scénarios et des notes documentaires. Ses auteurs s’interrogent sur l’objectif de l’œuvre, sur la puissance critique de la fiction, sur la portée philosophique d’un roman qui n’épargne pas les philosophies, sur la valeur cognitive de la fiction, sur la transformation du genre romanesque et de la conception du personnage. De la quête balzacienne de l’absolu à la revue des idées modernes, le genre romanesque connaît une véritable révolution. Du réel à la bibliothèque, le centre de gravité se déplace. Roman philosophique confronté à la profusion des discours et des représentations, Bouvard et Pécuchet invente une archéologie de la modernité en farce.
Sommaire
Introduction, par Gisèle Séginger
Pierre Campion, Bouvard et Pécuchet, le roman impossible des savoirs
Gisèle Séginger, Bouvard et Pécuchet: croyances et savoirs
Francis Lacoste, Espace et savoirs dans Bouvard et Pécuchet
Niklas Bender, Bouvard et Pécuchet: une mise en scène comique des savoirs
Norioki Sugaya, La poétique documentaire de Bouvard et Pécuchet. Visibilité des savoirs et arrangement scénarique
Taro Nakajima, Notes de lecture et généalogie des idées. Le discours apologétique de Jeufroy et la pensée maistrienne
Stéphanie Dord-Crouslé, La place de la fiction dans le second volume de Bouvard et Pécuchet

Flaubert. Revue critique et génétique, n°6, 2011
«Flaubert et la traduction», sous la direction de Agnès Bouvier, Ildikó Lőrinszky et Loïc Windels
http://www.fabula.org/actualites/flaubert-revue-critique-et-genetique_49659.php

Articles

Jean-François Castille, «La poétique du paragraphe dans l’écriture réaliste de Flaubert et Maupassant»
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5771

[BULLETIN FLAUBERT n° 138 / 9 février 2012]

Ouvrages collectifs

Flaubert. Éthique et esthétique, Anne Herschberg Pierrot (dir.), PUV, coll. «La Philosophie hors de soi», 2012.
http://www.fabula.org/actualites/anne-herschberg-pierrot-dir-flaubert-ethique-et-esthetique_48985.php

Flaubert, l’empire de la bêtise, Anne Herschberg Pierrot (dir.), Nantes, Cécile Defaut, 2012.
http://www.fabula.org/actualites/a-herschberg-pierrot-dir-flaubert-l-empire-de-la-betise_48890.php

Article

Florence Pellegrini, «Si nous écrivions la vie du duc d’Angoulême? Genèse d’une histoire défectueuse, dans Fiction et histoire, textes réunis par Zbigniew Pryzchodniak et Gisèle Séginger, Presses universitaires de Strasbourg, 2012.

[BULLETIN FLAUBERT n° 137 / 6 janvier 2012]

Édition

Gustave Flaubert, Il Dizionario dei Luoghi Comuni con testo originale, nouvelle édition critique de Marie Thérèse Jacquet, Edizioni B.A. Graphis, 2011.
Édition bilingue du Dictionnaire des idées reçues et de l’apparat critique.

Ouvrage

Gilles Henry, Dans les pas de Gustave Flaubert, Orep Éditions, 2011
http://www.orepeditions.com/article-762.html

Ouvrages partiellement consacrés à Flaubert

Emmanuel Desurvire, Charles Edmond Chojecki, patriote polonais..., Lulu.com, 2011, 2 volumes.
Flaubert a rencontré Charles-Edmond en Égypte.
Table des matières en ligne:
http://www.charles-edmond-chojecki.com/x_livre.htm

Jérôme Pintoux, Interviews d’outre-tombe: confessions des classiques du Lagarde et Michard, Paris, JBZ et Cie, 2011.
Plusieurs interviews de Flaubert figurent dans cet ouvrage.
http://www.eyrolles.com/Accueil/Livre2/9782755609103/

(< Olivier Leroy)
Roberto Calasso, La Folie Baudelaire, Gallimard, coll. «Du monde entier»,
2011
http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-112620-la-folie-baudelaire.htm#330399
Présentation de l’éditeur:
«... [L’auteur] nous introduit, enfin, dans un monde réel ou fantasmé peuplé par des personnages comme Ingres, Delacroix, Manet, Courbet, Sainte-Beuve, Flaubert, Rimbaud, Mallarmé, Lautréamont, Degas, Valéry...»

Mona Ozouf, La cause des livres, Gallimard, coll. «Blanche», 2011
http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-111081-la-cause-des-livres.htm#326744
Critique de Jean-Paul Enthoven, Le Point du 20 octobre 2011:
«Chacun des articles ici rassemblés est, en soi, un bijou. On y rencontre Henry James et Tocqueville, George Sand et Voltaire, Flaubert et Louis Guilloux, le jeune Sartre et Mme de La Fayette, des staliniens dessillés, des amis historiens, des épistolières d’envergure, des intempestifs, des rebelles, des instituteurs et tant d’autres, plutôt classiques, heureusement fédérés par le bon plaisir d’une femme intelligente...»

William Styron, Des havanes à la Maison Blanche, Gallimard, coll. «Du monde entier», 2011
http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-113048-des-havanes-a-la-maison-blanche.htm#332538
Critique d’Yves Simon, Paris-Match du 17 novembre 2011:
«Dans ces "chroniques", [l’auteur] rend hommage à ceux qu’il admire et qui sont, la plupart du temps, devenus des amis chers, comme Truman Capote [...], Nelson Algren, James Baldwin. Il décrit ses affinités pour Mark Twain et déclare ce qu’il doit à Madame Bovary de Gustave Flaubert...»

Ananda Devi, Les hommes qui me parlent, Gallimard, coll. «Blanche», 2011
http://www.lechoixdeslibraires.com/livre-110952-les-hommes-qui-me-parlent.htm#325098
Critique de Christine Rousseau, Le Monde du 17 novembre 2011:
«... Grave et profonde, cette méditation s’enveloppe d’une lumière douce et chaleureuse dès lors que sont évoqués ceux et celles qui n’ont jamais cessé d’accompagner, de soutenir ou de nourrir cette insatiable lectrice. À commencer par Camus et L’Homme révolté, sous l’égide duquel est placé ce récit, mais aussi Virginia Woolf, à laquelle elle consacre des pages passionnées, tout comme à Sylvia Plath, ou Céline, Flaubert, Joyce: ses "dieux solaires" auxquels la romancière paie sa dette à travers ce récit intime, hommage vibrant à la lecture et la littérature.»

Articles

Danielle Girard, «Les dates cryptées dans Madame Bovary», dans Lire-écrire-publier à l’heure du numérique, Le rendez-vous des lettres, programme national de formation 21, 22, 23 novembre 2011, Publication du Ministère de l’éducation nationale, 2011, p.58-63.
Au sujet des dates cryptées dans Madame Bovary, voir les documents en ligne:
http://flaubert.univ-rouen.fr/bovary/atelier_lycee/dates1.html
http://flaubert.univ-rouen.fr/bovary/atelier_lycee/dates2.html

Atsuko Ogane, «Parcours du mythe d’Hérodias: Ysengrimus, Atta Troll, Trois contes, Salomé», Romantisme, n°154, «Le Vivant», 2011, p.149-159.
Résumé: «D’Atta Troll de Heine à son illustration la plus fameuse, Salomé de Wilde, en passant par Flaubert, Gustave Moreau et Huysmans, la généalogie moderne du mythe fin-de-siècle d’Hérodias-Salomé est bien connue. Cependant, ses origines restent encore entourées de mystère. Pour éclairer la genèse de ce mythe, il faut remonter jusqu’à l’épopée Ysengrimus en latin, un des avant-textes du Roman de Renart qui présente pour la première fois le baiser à la tête coupée; mais il est également nécessaire d’examiner le rôle essentiel de la Mythologie allemande (1835) de Jacob Grimm, découvreur des manuscrits de cette épopée en 1814, et d’Atta Troll, écrit qui est à l’origine de la floraison du mythe de Salomé en France. Tous ces textes fondateurs permettent de mieux comprendre l’histoire de ce mythe et le croisement de ses deux voies, française et allemande, de la légende médiévale à ses lectures modernes.»

Éléonore Reverzy, «Flaubert dans Maupassant. Usages de la métaphore», dans Relire Maupassant. La Maison Tellier, Contes du jour et de la nuit, études réunies par Antonia Fonyi, Pierre Glaudes et Alain Pagès, Classiques Garnier, 2011, p.29-44.

Compte rendu

Flaubert au carrefour des cultures, textes réunis par Norioki Sugaya, Bulletin de la Section française, Faculté des Lettres, Université Rikkyo, n°40, 2011.
Compte rendu par Tomoko Mihara.
http://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/sugaya_mihara.php

Mentions légales