Présentation de l’édition

(ouverture le 2 novembre 2017)

 

       L’édition électronique de la Correspondance de Flaubert présente l’intégralité des lettres connues, conservées dans des collections publiques, chez des collectionneurs privés ou passées en vente.
 
      Chaque fois que le manuscrit est disponible, l’image s’affiche à côté de la transcription. La qualité des images varie beaucoup en fonction de la source : mauvaises photocopies anciennes, images basse résolution, excellentes numérisations récentes.

      Chaque lettre est accompagnée d’une notice comportant, entre autres informations, le lieu de conservation ou la date de la vente, parfois la référence à la première publication quand l’autographe n’a pas été retrouvé. Notre édition ne comporte pas de notes explicatives ni d’informations systématiques relatives à la justification des datations.

      Dans la ligne des résultats apparaît un numéro précédé de « id ». Il s'agit du numéro d'identification de la lettre attribué lors de la saisie, qui ne correspond pas à un ordre pertinent pour la consultation.
 
      Pour cette nouvelle édition, les transcriptions ont été établies sur les autographes quand ils sont disponibles. S’ils manquent, nous reprenons le texte des éditions antérieures entrées dans le domaine public (édition Conard et Supplément) ou épuisées (Club de l’honnête homme, abrégé en CHH).
 
      Par rapport aux cinq volumes publiés dans la Bibliothèque de la Pléiade, notre édition électronique présente des corrections (en particulier quand Jean Bruneau n’avait pas pu voir les autographes), des redatations, et de nombreuses lettres partiellement ou intégralement inédites.

      L’édition électronique permettra les ajouts de lettres inédites et les corrections en temps réel. Les utilisateurs du site peuvent entrer en contact avec ses responsables par l’intermédiaire du lien « suggestion ».
 
      Les lettres sont consultables selon différents critères :

– par ordre chronologique
– par destinataire
– par lieu d’écriture
– par lieu de conservation
      Le moteur de recherche autorise des requêtes plein texte sur un mot, plusieurs mots, un mot tronqué ou une expression exacte.

      Une indexation thématique et un annuaire des correspondants sont en cours.

      À terme, nous envisageons de mettre en ligne les lettres adressées à Flaubert, ainsi qu’un choix de lettres entre tiers liées à cette correspondance.


Brouillons


      Flaubert faisait rarement des brouillons pour ses lettres, ou du moins ne les conservait-il pas. Il en existe quelques-uns, pour des lettres importantes sur le plan de la stratégie littéraire.

— lettre à Maxime Du Camp, début de juillet 1852 : brouillon

Deux lettres relatives à la publication de Madame Bovary
— lettre à Laurent-Pichat, 2 octobre 1856 : brouillon
— lettre à Laurent-Pichat, 7 décembre 1856 : brouillon | lettre mise au net

Trois lettres relatives à la « Querelle » de Salammbô
— lettre à Sainte-Beuve, 23 décembre 1862 : brouillon | lettre mise au net
— lettre à Guillaume Froehner, avant le 21 janvier 1863 : brouillon | lettre mise au net
— lettre à Adolphe Guéroult, 2 février 1863 : brouillon | lettre mise au net

— lettre à Charles Lapierre, 27 mai 1871 : brouillon | lettre mise au net
__________