CORRESPONDANCE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Les rubriques longues de l'index

Christoph OBERLE
[Flaubert, Correspondance, Bibl. de la Pléiade, t. V à paraître, Index]

A. Problèmes posés par les rubriques longues

Saisissant pour l'édition de la Correspondance de Flaubert en Pléiade une partie de l'index qui concerne principalement les relations de Flaubert et de Louise Colet, je rencontre une rubrique longue : justement l'entrée Louise Colet. Ces rubriques longues représentent environ 40 entrées et posent quelques problèmes pratiques d'usage, si l'on est à la recherche d'un mot particulier qui s'y trouve. On peut penser aux rubriques Rouen (six pages dans l'édition Conard) ou Paris (neuf pages dans cette même édition). Les premières rubriques longues sont par exemple Bouilhet, Bouvard et Pécuchet, Du Camp, Charpentier, Caroline Commanville, Croisset, Dieppe, etc. Une analyse de la liste complète permet de la répartir en cinq catégories :
1. les personnes
2. les œuvres, de Flaubert et d'autres auteurs
3. les lieux géographiques, pays, villes, etc.
4. les théâtres
5. les revues
Cette division n'est pas absolue, dans la mesure où l'on peut modifier l'ordre et la répartition des catégories. Ainsi pourrait-on rattacher « les œuvres » (n° 2) aux « personnes » (n° 1), et « les théâtres » (n° 4) aux « villes » (n° 3).
Ceci nous mène à des considérations théoriques et générales.

B. Principes généraux

1. On perdrait trop de temps en cherchant une référence dans une rubrique longue en la lisant du début à la fin.
2. Il faut subdiviser les entrées longues en sous-entrées qui s'imposent d'après le type de l'entrée.
3. Au début d'une sous-entrée on donne un titre qui se détachera en italique.
4. Dans chaque entrée il faut dissocier les sous-entrées en deux catégories :
a. celles qui ne concernent pas Flaubert
b. celles qui concernent Flaubert.
a. Exemple d'une référence qui ne concerne pas Flaubert : « Achille Flaubert a dansé avec Louise Colet chez Pradier il y a dix ans. »
b. Exemple d'une référence qui concerne Flaubert : « Flaubert attend deux volumes de Louise Colet. »
5. Il faut présenter les entrées pour leur donner un maximum de lisibilité.

C. Subdivision des types

En reprenant les cinq types, voici les subdivisions que je propose :
1. Pour les personnes :
- la vie
- la famille
- les amis
- les connaissances
- les œuvres
- les relations avec Flaubert
- divers

2. Pour les œuvres :
- la genèse
- la publication
- la réception
- les rééditions
- la relation avec Flaubert
- divers
Pour la sous-entrée « les œuvres », je propose de mettre les titres par ordre alphabétique et non par ordre chronologique de publication.

3. Pour les villes (il s'agit de topographie : les rues et les places, les théâtres, les hôtels, les cafés, les monuments) :
- l'histoire
- les personnes
- les relations avec Flaubert
- divers

4. Pour les théâtres :
- l'administration et le personnel
- l'histoire
- les acteurs
- les auteurs
- les relations avec Flaubert
- divers

5. Pour les revues :
- l'administration et le personnel
- les auteurs
- les relations avec Flaubert
- divers

D. Exemples

Après ces considérations théoriques, on peut envisager des exemples.
1. Pour les personnes, je prends l'exemple de Louis Bouilhet. Dans l'édition Conard, cette entrée occupe trois pages et demie et elle comporte treize sous-entrées :
- divers
- amitiés de Flaubert et Bouilhet
- collaboration de Flaubert et Bouilhet
- œuvres de Bouilhet
- théâtres et revues
- critiques de Bouilhet
- santé de Bouilhet
- vie de Bouilhet
- Bouilhet et les femmes
- Bouilhet et ses amis
- mort de Bouilhet
- éditions posthumes
- monument et tombeau de Bouilhet
Je propose de les regrouper en cinq sous-entrées :
I. la vie
II. les œuvres
III. les relations avec Flaubert
IV. le monument et le tombeau de Bouilhet
V. divers
Dans la répartition proposée, on pourrait imaginer un changement d'ordre entre les points II et III, les œuvres et les relations avec Flaubert.

2. Pour les œuvres, je prends l'exemple de Flaubert en suivant la répartition théorique déjà présentée.
En ce qui concerne les œuvres, on n'applique pas la même méthode pour les œuvres de Flaubert et pour les œuvres des autres auteurs. Les œuvres de Flaubert se trouvent à leur place alphabétique, par exemple Madame Bovary à la lettre M. Pour les œuvres des autres auteurs, on renvoie au nom de l'auteur. Exemple pour Bouilhet : on trouvera les œuvres de Bouilhet à l'entrée Bouilhet.

3. Pour la ville, je prends l'exemple de Mantes (dans l'édition Conard, cette entrée occupe une page sans aucune subdivision) :
Je propose deux subdivisions :
- les relations avec Louise Colet
- divers

4. Pour le théâtre, je prends l'exemple de l'Odéon (dans l'édition Conard, cette entrée occupe deux pages) :
Je propose trois subdivisions :
- l'administration et le personnel
- les auteurs [à l'intérieur de cette subdivision, on distinguera trois catégories : Bouilhet, Flaubert, autres]
- divers

5. Pour la revue, je prends l'exemple de la Revue de Paris (dans l'édition Conard, cette entrée occupe une page et demie, avec pour subdivisions : divers, auteurs).
Je propose quatre subdivisions :
- l'administration et les rédacteurs
- Flaubert et la publication de Madame Bovary
- les autres écrivains comme Bouilhet, Du Camp, Louise Colet, Cousin, Hugo, Leconte de Lisle, Edgar Poë
- divers

Conclusion

Comme on l'a vu, tous les critères théoriques varient dans une certaine mesure en fonction des applications concrètes. On ne le sait qu'après la saisie complète d'une rubrique longue. Toutefois, avant la saisie, il faut mettre en place un système de division selon ce qu'on apprend dans l'index antérieur de l'édition Conard, modifié par nos soins. Il est probablement préférable de donner des subdivisions assez nombreuses. Après avoir saisi toutes les données, le résultat sera à discuter dans le groupe en tenant compte du critère de lisibilité.

[Communication à la table ronde du samedi 22 novembre 2003, Rouen, "L'édition de la Correspondance de Flaubert, Bibl. de la Pléiade, t. V".]



Mentions légales