Fabrice Gourhan, Poèmes

 

 

Du haut mal, l’Art 
   
9 heures du soir, près Bourg-Achard,
Décembre blafard, duo mâle,
Cabriolet, chevaux hagards,
Vers la lumière s’emballent.

Le carabin, à tes côtés,
T’expurgeant un « torrent de flammes ».
De sa fraternelle saignée,
À son oeuvre, livre ton âme.

Achille ainsi pour odyssée,
Gustave ta vie, avait sauvé.
L’Art pur naquit du mal sacré :

Tes convulsions sont oubliées
Hurlant à gorge déployée,
Au gueuloir, les mots raisonnés.
  
(21 novembre 2005)

   

  

Qui veut voilages et lins… 
    

D’ailleurs t’en souviens-tu en corps?
Tes baisades, son khôl porté…
Encore, des siècles soulignés,
Kuchuk, Kuchuk-Hanem alors…

Longtemps, et des années après,
Cuisant dos lors, grisant trésor,
Transporté Flaubert ahanait :
« Kuchuk ! Han ! N’aime, Han ! N’aime encore… »

Long temps, bien des années, l’almée
Crie, sans remords cuisants — dolor.
Et Gustave emporté criait :
« Kuchuk-Hanem, Ha !! M’aime encore ! »

Désormais, las, Kuchuk à tort,
Pour l’écrivain d’avoir aimé,
Femme du Caire, amour à mort,
En rêveuses intensités.
  
(30 novembre 2005)

  

  

Réminiscence d’une croisière vers l’Égypte   

    




                      « […] nous a abandonné pour l’Orient, Flaubert nous a abandonné, Flaubert nous a abandonné pour l’Orient »,

Pleurait la mère. Sa muse
Apeurée : « La mer ! », s’amuse
L’amer. « L’Orient ! vieux Max
Du Camp. »
 
   (8 décembre 2005)

   

   

Voyages immobiles                                                                                                                                                
                                                                                                                                                                                                         
Négatif                                                              
                                                                                                    
        Que penses-tu, Nubien calotypé, yeux à terre,
        Que regardent les hauts moucharabiehs du Caire,                                        
        Au-delà des angles de la monochromie,                                                  
        Jusqu’aux cieux égyptiens s’élève ton esprit.                                             
                                                                                                    
        Quand Du Camp, du réel en faussaire,                                                    
        Du monde à la métonymie,                                                                
        Muséographe, altère,                                                                      
        En toute chose, toute la poésie.                                                           
                                                                                                    
1re épreuve                                                                                             
                                                                                                    
        Quand Du Camp, du réel en faussaire,                                                    
        Du monde à la métonymie,                                                                
        Muséographe, altère,                                                                      
        En toute chose, toute la poésie.                                                           
                                                                                                    
        Que penses-tu, Nubien calotypé, yeux à terre,                                            
        Que regardent les hauts moucharabiehs du Caire,                                        
        Au-delà des angles de la monochromie,                                                  
        Jusqu’aux cieux égyptiens s’élève ton esprit.                                             
                                                                                                    
2nd tirage                                                            
                                                                                                    
        Quand Du Camp, du réel, en faussaire,                                                   
        Du monde, à la métonymie,                                                               
        Muséographe, altère,                                                                      
        En toute chose, toute la poésie.                                                           
                                                                                                    
        Que penses-tu, Nubien, calotypé, yeux à terre,                                           
        Que regardent les hauts moucharabiehs du Caire.                                        
        Au-delà, des angles de la monochromie,                                                  
        Jusqu’aux cieux égyptiens, s’élève ton esprit.                                             
                                                                                                    
Autres reproductions, mécaniques                                     
                                                                                                    
            Ad libitum, si l’encre est le sel.  
  
(4 novembre 2005)                                                       

     

     

Qu’emporté par Bouvard…
   

Quand porté par ton Art,
Déployant une phrase, décibels en gueuloir :
« On avait baissé le quinquet; les murs et le comptoir s’apercevaient dans un brouillard. »
  
Flaubert, je t’imagine, à vue de Seine, et dans le noir,
Poète à sa table, qui revient t’asseoir,
 
Qu’emporté par ton Art,
Déployant une phrase, décibels en gueuloir :
« — Veux-tu que nous essayions de composer une histoire ? »
 

Flaubert, je t’imagine, et seul, en scène, et tard le soir :
« Puis ils se mirent à l’œuvre, l’un curieux de l’exécuter, l’autre ayant peur d’y croire. »
 
Qu’emporté par son Art,
Flaubert, averti comme le phare,
Laisse Pécuchet à Bouvard :

      

[…] Ils dénigrèrent le corps des Ponts et chaussées, la régie des tabacs, le commerce, les théâtres, notre marine et tout le genre humain, comme des gens qui ont subi de grands déboires […]
 
 
(30 novembre 2005)

   

      

Quand, du Nil, le clos de sa pauvre maison
 

Quand, du Nil, vu le clos de sa pauvre maison,
Tel Du Bellay ; les arabesques du balcon,
En la cange, Seine invoquée avec passion,
Croisset ! Oui ! Le gueuloir pour unique raison,
L’Égypte en trop ; le voyage : une prison.
 
La gloire ici ne ceignait pas encore ton front,
La Bovary dormait toujours dans tes cartons,
Mais, ton coeur, trop loin, ne battait à l’unisson :
D’un Max Du Camp, photographiste en pamoison !
 
Bientôt la plume allait tremper dans le poison,
Et l’écrivain subir procès, avocaillons,
Soit de Pinard une plaidoirie en déraison :
 
Au septentrion est un danger la fiction.
La mimesis vaut parfois condamnation,
 
Quand, de Croisset, le Nil… … en une autre saison.
 
(11 septembre 2008)

 

 

  

 

L’Aigre-douce

Lui, Muse, qui, sans plus désormais de panache,
Déçoit, quand ne reste que lie de la passion,
La trop vive saveur de la figuration,
À ton goût, laisse aller sous sa piquante plume.

Il attend une acrimonieuse aux reproches,
L’Éteint cèle, Vestale, l’étreinte, Louison,
L’irritant aigrefin ne console par don.
Combien de tour encore faut-il pour que l’Acide…

… À l’insu de son oeuvre, ne corrode l’amour ?
Par ces lignes, Léonce,  qui gravent pour toujours
Les cris perçants des mots et sympathiquement :

Soit « que nous vieillissons, rancissons » conviendrait,
« Nous aigrissons et confondons mutuellement »,
Redondant ; « nos vinaigres », du poncif, le parfum altéré.

(15 octobre 2008)

 

 

Discipulus, i

À celui pour qui l’on peut offrir Sade
Et pouvoir encore lutter une décade,
De l’oncle au fils, à travers une pléiade,
Contre une littérature de jérémiades.

Tu donnes aux siens Donatien par bravade :
« Ne te limite, lecteur, aux baisades,
Le « Divin Marquis » » n’admet d’incartades ;
Hormis l’Art pur comme unique algarade ! »

Tel Maupassant, de Flaubert l’ennéade :
Poètes ; Alfred ; et lui, bons camarades.


(9 décembre 2008)
 
À Bouilhet

L’ouïe qui s’abreuve cristalline
À cette fontaine Hippocrène ;
La main qui des mots sédimente
L’essence par maints pleurs de plume,
Doit faire de ces pierres le flot
Limpide de la voix qui
Sait, au gueuloir, réconforter
L’ami, lorsqu’éreinté, il
N’a de repos qu’en Poète.
J’érigerai à sa mémoire.

(8 janvier 2009)
   
Au seuil

Au dernier jour, Flaubert,
Quand, au pincement, tu as compris,
Que ne tournerait plus ton encyclopédie,
Charon, payé grassement en mots, pour tous tes morts,
Est-il venu t’en réclamer encore ?

Papa, Alfred, Caro ; Louis, maman, George…
Toutes tes hantises ont-elles scruté ta gorge ?
Se délectant, des si belles phrases, au gueuloir,
Devenues, désormais, de l’au-delà le heurtoir.

Ohmlin, Mathurin, Charles ou Homais, à tes côtés, t’ont-ils mal conseillé ?
Fox, inquiet, s’est-il mis à hurler ? Tandis que Pedrillo commençait à entrer,
Suivi de Berthe, -- le chien à tes pieds s’est couché.
Mais qu’est-ce donc, Giacomo, qui les fait tous danser,
Ces arlequins maigres et décharnés,
Ces marionnettes qu’on regarde apeuré ?

Oui, Marguerite ! Oui, François ! Oui Mazza ! C’est la Mort,
Si proche ! « Bourg Achard ! », « Saignée ! » Sans métaphores !

Lorsque saisi d’effroi par Elle, OEUVRE,
Les deux commis ont-ils remis de l’ordre,
Pécuchet, refermant quelques livres,
Et Bouvard, conjuguant pour légende, le verbe vivre.

(28 janvier 2009)
  
Mon Rabelais en est bourré

Ce flot verbal heureux
Tomba quand des mots lus,
Eux,
T’étreignirent.
Le peu de ta rose,
Froide,
Aura …

Flaubert valeureux
Combattant. Des maux,
Lutteur, éteignirent
Ce feu de ta prose roide
Orale.


(décembre 2009)
  
Écrire ! Cela va de soi !

Fulminant,
Languissant,
Auteur,
Usurpez donc aux dieux la genèse des mondes,
Balzacinez dès lors, ailleurs, en proses plus fécondes,
Extirpez vos racines pour des phrases bien rondes,
Reprenez, au gueuloir, votre style, et sans cesser,
Travaillez ! « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage » :
Fulminant,
Languissant, …

(décembre 2009)