DÉRIVÉS
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

GERMANS USE GREAT SHIELDS
The New York Times, February 11, 1915.

——————————

Each Protects a Sharpshooter and Bomb Thrower in Attack.

Special Cable to The NEW YORK TIMES.

NORTH OF FRANCE, Feb. 10, (Dispatch to the London Daily Chronicle.)

— In one of the attacks which the Germans recently delivered on the Yser, they made use of enormous shields such as the Carthagenians employed in attacking the Roman forts, a description of which we read in Flaubert’s « Salammbô. »  These shields are a huge mass of concave steelplate capable of protecting four men. Of these four men, two carry the shield, one on the right, the other on the left and a third, armed with a rifle uses it through an opening specially made in the front of the shield. The fourth man, a short distance behind the third, hurls hand grenades and small portable bombs when he gets within throwing range of the trenches.

Very often the splendid aim of riflemen succeeded in disposing of the German sharpshooter through the opening in the shield or well directed shots sometimes smash the feet of the shiedbearers and the whole arrangement comes to the ground.

——————————

LES ALLEMANDS UTILISENT DE GRANDS BOUCLIERS.
The New York Times, 11 février 1915
——————————

Chacun d’eux protège un tireur d’élite et un lanceur de bombe lors d’une offensive.

Câble spécial  au New York Times.

Nord de la France, 10 février (Dépêche au London Daily Chronicle.)

— Dans l’une des offensives que les allemands ont dernièrement menées sur l’Yser, ils ont utilisé d’énormes boucliers, comme ceux qu’avaient employé les carthaginois lorsqu’ils attaquaient les forts romains, dont nous pouvons lire la description dans « Salammbô » de Flaubert. Ces boucliers sont une énorme masse composée d’une plaque d’acier concave capable de protéger quatre hommes. Sur ces quatre hommes, deux portent le bouclier, un à droite, l’autre à gauche et un troisième, armé d’un fusil en fait usage au travers d’une ouverture spécialemeît fa)te"sur le devant du bouclier. Le quatrième homme, à une courte distance derrière le troisième, lance des grenades à main et des petites bombes portables quand il se trouve à un jet des tranchées.

Très souvent, en visant formidablement bien, des soldats ont réussi à éliminer le tireur d’élite allemand à travers l’ouverture du bouclier ou bien des tirs bien ajustés broient parfois les pieds des porteurs de bouclier et tout l’édifice s’écroule au sol.


[Texte découvert, saisi et traduit par François Lapèlerie, septembre 2012.]


Mentions légales