DÉRIVÉS
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

SALAMMBÔ DE WAPASSOU

François Lapèlerie

LE GROUPE

Wapassou est un groupe français de rock, style prog rock[1]. En France, plusieurs groupes de prog ont atteint un certain niveau de renommée, au moins nationale, dont Ange, Magma, Taî Phong (avec Jean-Jacques Goldman), Wapassou.

Wapassou, groupe strasbourgeois, a été productif de 1972 à 1986. Il était composé de Freddy Brua (claviers) ; Karin Nickerl (guitare, basse) ; Jacques Lichti (violon) ; Fernand Landmann (son) et des participations occasionnelles différentes selon les enregistrements, par exemple Benoît et Geneviève Moerlen, respectivement percussionniste de Strasbourg et chanteuse.

Wapassou, le premier album, est enregistré en 1974 ; puis Messe en ré mineur (1976), Salammbô (1977) et Ludwig, un roi pour l’éternité (1979) forment une trilogie composée par Freddy Brua, sortie chez Crypto. Après Genuine (1980), Wapassou enregistre Orchestra 2001-Le lac d’argent en 1986, puis le groupe disparaît.

:Salammbô Musique Wapassou Groupe Photo 1.jpeg

 

:Salammbô Musique Wapassou Groupe Photo 2.jpeg


Le groupe

SALAMMBÔ

Salammbô est enregistré au Studio 16 à Antibes en septembre 1977.
Participent à l’enregistrement :
Guitare : Karin Nickerl
Claviers : Freddy Brua
Violon : Jacques Lichti
Chant : Monique Fizelson
Voix : Jean-Pierre Massiera

Ingénieur du son : Fernand Landmann
Producteur : J-C Pognant
Enregistrement-Mixage : B. Belan, F. Landmann, F. Fizelson, P. Bucco

Illustration : Gustave Doré
Sous-titre : D’après l’œuvre de Gustave Flaubert

Le disque comporte deux pistes :
Salammbô (I. Part One) : 18’04
Salammbô (II. Part Two) : 19’05

Salammbô connaît quatre éditions, sous plusieurs formes (vinyle et cd) :
> en 1977, en France, sous le label Crypto (ZAL 6437) en LP.
> en 1994, en France, sous le label Musea[2] (FGBG 4112 1R) en CD, Album.
> en 1995, au Japon, sous le label King Records[3] (KICP 2807), en CD.
> en 1995, au Japon, sous le label Belle Antique[4] (BELLE 091578), en CD, Album.

Le site musearecords.com donne un résumé des qualités du groupe Wapassou et de la partition de Salammbô en particulier, inspirée par le texte même de Flaubert :
« Wapassou est une formation strasbourgeoise des plus originales… On y retrouve des mélodies lancinantes et variées. Les nombreuses interventions de flûte, de guitare, de clarinette ou de sitar font un contrepoint idéal à une réelle pulsation rock. L’on retrouve quelques invités, dont le local Benoît Moerlen aux percussions… Wapassou affirme son originalité : la formule est désormais basée sur les combinaisons et constructions des thèmes par les claviers, le violon et la guitare. Bach et Wagner semblent être des points de référence incontournables. Salammbô (1977) est quant à lui inspiré par l’œuvre de Gustave Flaubert. Les climats envoûtants se développent en séquences répétitives d’orgue et de violon. Ce qui confère à la musique une solennité, un symphonisme grave et sombre. »
http://www.musearecords.com/ext_re_new_catselect.php?np=2172

Une autre évaluation de Salammbô : « Wapassou were a unique French band in that they had no drummer and created a spacey ethereal classical tinged electric progressive rock with synths and violin at the fore. On occasions there are some very nice female vocals too.
What is striking about « Wapassou » is their very individual sound. I can’t think of anyone else who sounds quite like them.
Incorporating elements of RIO, progressive and classical rock with folky tinges makes their mixes very grandiose and distinct. »
http://mightyecho.blogspot.fr )

Salammbô est aujourd’hui disponibles sous de multiples formes : vinyles, cd, téléchargement (en général 1,99 euros).
On peut encore acheter des vinyles et cd de Salammbô, d’occasion ou neufs, sur de très nombreux sites, dont :
http://www.amazon.fr
http://www.lastfm.fr
http://www.cdandlp.com

On peut écouter Salammbô sur plusieurs sites internet, dont par exemple :
> Deezer : http://www.deezer.com/album/45652
> Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=G1SZ4EC5WG8

Quelques sites consultés :
http://www.deezer.com
http://www.youtube.com
http://www.musearecords.com
http://www.discogs.com/
http://www.amazon.com

Quelques lectures :

Jérôme Alberola, Anthologie du rock progressif, Voyages en ailleurs, 2010.
Michka Assayas, Dictionnaire du rock, Laffont, Bouquins, 2002-2003.
Frédéric Delage, Chroniques du rock progressif 1967-1979, La Lauze Eds De, 2003.
Dominique Dupuis, Progressive Rocks Vinyls, Ereme, 2009.
Martin Halliwel and Paul Hegarty, Beyond and before, Progressive rock since the 1960’s, Continuum Publishing Corporation, 2011.
Phil Hardy, Encyclopedia of Rock, Schirmer Books, 1988.
Aymeric Leroy, Rock progressif, Marseille, Le mot et le reste, 2010.
Susan McClary, Feminine endings : Music, gender and sexuality, Mineapolis, University Press, 1991.
David Roberts, Le dico du rock, Gründ, 2013.

LES DISQUES

:Salammbô Musique Wapassou Salammbô CD illustration box cd.jpeg

Visuel du cd de Salammbô sans label

:Salammbô Musique Wapassou Salammbô 1977 Crypto Disque LP pochette.jpeg

Visuel du cd de Salammbô avec le label de Crypto (en haut à gauche)

 

:Salammbô Musique Wapassou Salammbô 2009 Belle Antique CD.jpeg

Visuel de Salammbô Belle Antique (en haut à droite)

:Salammbô Musique Wapassou Salammbô Belle Antique Japanese Papersleeve 2.jpg

Visuel de Salammbô dans une pochette japonaise

NOTES

[1] Le rock prog, en anglais progressive rock ou prog rock ou simplement prog, est une ramification multiculturelle du rock britannique, qui tente de transcender en les fusionnant des traditions plutôt que des genres (blues, jazz, ethnique, classique), sur des structures ou des compositions très élaborées, souvent classiques (opéra), sur des durées plus voire très longues, avec des instruments non encore utilisés dans le rock (violon, violoncelle ; orgues Hammond, mellotron), avec des chœurs, auxquels le rock n’avait pas recours, ce qui l’a parfois fait qualifier de musique prétentieuse, alors qu’elle est une musique plutôt structurée, savante, créative, progressiste (la traduction française rock progressif est une absurdité), avant-gardiste.
Après des débuts dans les années 60 (ou proto-prog), après l’école de Canterbury (The Canterbury Scene), le PR se développe avec The Nice, Soft Machine, Procol Harum, Barclay James, et s’épanoui dans les années 70, avec des groupes dont tout le monde se souvient : The Moody Blues, Pink Floyd, Genesis, ELP. Le PR décline dans les années 80 au profit du neo prog, prog-metal, puis du new prog.
  

[2] Crypto et Musea sont deux maisons de disques françaises spécialisées dans le prog. Crypto, continuation d’Arcana, édita du prog du milieu des années 70 jusqu’à 1980.
Musea fondé en 1981 existe toujours (http://www.musearecords.com).

:Musea sigle.jpeg :Crypto Sigle.jpeg

Les logos des MUSEA et de CRYPTO

  

[3] King Records, filiale de l’éditeur Kodansha, est un label japonais fondé en 1931, connu aussi sous le nom de Kingu Rekōdo Kabushiki gaisha ( キングレコード株式会社 ). Il est spécialisé dans la musique traditionnelle japonaise. Site officiel :
http://www.kingrecords.co.jp
  

[4] Belle Antique est un autre label japonais, filiale de Marquee Inc.
Site officiel : http://www.marquee.co.jp/label/bell_antique.htm

:Logo Belle Antique.jpeg

Logo Belle Antique


  



Mentions légales