ICONOGRAPHIE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Objets

COUPE

Yvan Leclerc (février 2014)
Guy Pessiot (pour la notice sur Guitry)

 

Description

Coupe et soucoupe en vermeil. Époque Premier Empire
Coupe sur piédouche gravée de feuillages et munie d’une prise terminée par une tête d’animal. Soucoupe à pied ajouré gravée de feuilles de vigne.
Diamètre 12,5 cm, hauteur avec l’anse 12,5 cm; diamètre de la soucoupe 16,5 cm, poids 515 g.
POINÇONS : coq premier titre de Paris, 1798/1809 ; grosse garantie de Paris, 1798/1809; orfèvre : « P J B H », HUGUET Philippe, Jean-Baptiste, 13 rue de la Coutellerie et cour de Harlay, insculpation en 1800, biffage en 1816.

Témoignage

« Je buvais du cidre dans une coupe en vermeil » (lettre de Flaubert à Louise Colet, 25 mars 1853, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. II, p. 278-279).

Provenance

Inventaire après décès de Gustave Flaubert, dressé par Me Bidault, notaire, 21 mai 1880.
Transcription par Matthieu Desportes.
Rubrique « Argenterie et bijoux » : « cuillères à café dont une marquée CF les deux autres sans marques, une petite casserole, deux flambeaux marqués CF, une coupe et une soucoupe en vermeil, le tout pesant ensemble onze kilogrammes cinq cent soixante grammes estimé deux mille quatre-vingts francs ».
Succession de Mme Franklin Grout-Flaubert, Vente à Paris, Hôtel Drouot, 18 et 19 novembre 1931, lot 221.
Notice
 


Photographie du catalogue de 1931 


Vente Thierry de Maigret, Exceptionnelle vente d’armes anciennes et souvenirs historiques, Hôtel Drouot, 7 novembre 2013, lot 157.

Notice
Déjeuner en vermeil ayant appartenu à Gustave Flaubert, la coupe sur piédouche est gravée de feuillages et munie d’une prise terminée par une tête d’animal ; la soucoupe à pied ajouré est gravée de feuilles de vigne; coupe diamètre 12,5 cm, hauteur avec l’anse 12,5 cm; diamètre de la soucoupe 16,5 cm, poids 515 g. Époque Premier-Empire. Bon état. POINÇONS : coq premier titre de Paris, 1798/1809 ; grosse garantie de Paris, 1798/1809; orfèvre : « P J B H », HUGUET Philippe, Jean-Baptiste, 13 rue de la Coutellerie et cour de Harlay, insculpation en 1800, biffage en 1816. PROVENANCE : vente des souvenirs de Gustave FLAUBERT, les 18 et 19 novembre 1931, à Paris, lot n° 221 ; il était reproduit au catalogue, on en joint un extrait : « Cette coupe servait quotidiennement à Gustave FLAUBERT. Elle figure au onzième rôle de l’expédition de l’inventaire dressé à Croisset, après la mort de Gustave FLAUBERT, le 20 mai 1880, par Maître BIDAULT, notaire à Rouen. »
Estimation : 1000 – 1500 euros.
Résultat : 2500 euros.

Photo du catalogue :

Acquisition

L’acquisition a été rendue possible par la mobilisation des membres et sympathisants de l’association des amis du Musée Flaubert et d’histoire de la médecine, aidée par les Amis de Flaubert et Maupassant. Une souscription de 2 050 euros et une contribution des deux associations sur leurs fonds propres a permis de réunir, en quelques jours, la somme de 3 100 euros.

Arlette Dubois, conservatrice du musée Flaubert et d'Histoire de la médecine, a pu réaliser cette acquisition en ayant recours à la procédure de préemption de l'État en faveur d'un Musée de France.

La coupe a été remise au Musée Flaubert et d’histoire de la médecine le 12 décembre 2013.

Historique de la coupe (notice rédigée par Guy Pessiot)

Sacha Guitry a été longtemps propriétaire de la coupe de Gustave Flaubert. Comme on le sait, la coupe, qui figurait dans l’inventaire après décès de Gustave Flaubert dressé par le notaire Bidault de Rouen le 20 mai 1880, a été vendue une première fois lors de la vente de la succession de Mme Franklin Grout-Flaubert : « Manuscrits de Gustave Flaubert, lettres autographes et objets provenant de sa succession », à l’Hôtel Drouot, les 18 et 19 novembre 1931, sous le numéro 221 (sur 236), avec photographie séparée de la coupe et de la coupelle.

Lucien Andrieu (1905-1984) a assisté à cette vente. Il possédait, revêtu de son ex-libris, le catalogue de cette vente, enrichi des prix d’adjudication et, pour de nombreux lots, du nom de l’acquéreur.

Ce catalogue est, en 2013, la propriété de Guy Pessiot qui l’a acheté, avec d’autres lots, lors de la vente Andrieu du 4 octobre 1984.

Selon les indications manuscrites portées sur ce catalogue, la coupe « ayant servi quotidiennement à Flaubert » a été mise à prix 1000 francs et a été remportée par Sacha Guitry pour 3000 francs.



Plusieurs autres numéros du catalogue sont indiqués comme ayant été acquis par Guitry :

n° 72 : « Envoi d’un bout de corde d’un pendu » de Guy de Maupassant à Mme Commanville (750 F)
n° 90 : Lettre autographe de Béranger à Louise Colet, à propos de Bouilhet (100F)
n° 97 : Traité daté (1862) et signé entre Gustave Flaubert et Michel Lévy se rapportant à Madame Bovary, Salambo [sic] et à un livre à paraître (2700 F)
n° 119 : Une chemise portant le titre de la main de Flaubert Histoire du théâtre français (280 F)
n° 153 : une chemise avec le titre de la main de Flaubert Théâtre de Voltaire (1000 F)
n° 154 : une chemise avec le titre de la main de Flaubert Jean-Jacques Rousseau (920 F)
n° 183 : Brouillons, plans et esquisses de L’Éducation sentimentale, d’environ 2000 pages manuscrites (33000 F). [C’est ce manuscrit, celui de 1869, qui a été acheté par la Bibliothèque Nationale le 19 décembre 1975.]
n° 221 : Notre coupe (3000 F)
n° 223 : Pochette de cuir rouge rapportée d’Orient, avec le nom de Flaubert (1050 F)
n° 227 : Bague en or ornée d’un ancien camée, portée par Flaubert (3550 F)
n° 228 : Robe chinoise, doublée de soie bleue, de l’inventaire de Flaubert (2950 F)
n° 228 bis : Sabre chinois à deux lames dans un fourreau (550 F)
n° 229 : Encrier en bronze, couvercle surmonté d’un Amour assis (20000 F). [Encrier revendu lors de la vente « Collection Sacha Guitry… » du 17 février 1977, à Paris, sous le n° 139].


À noter que cette vente a totalisé la somme de 175000 F de 1931, soit un peu plus de 10 millions d’euros 2012 (selon l’Insee).
M. Heulant de Rouen (qui a acheté « la plus grande partie des lettres de Maupassant »), le libraire parisien Blaizot, ainsi que M. Lambert ont également participés aux enchères. Ce dernier est l’acquéreur du lot n° 219 portant sur les souvenirs du groupe humoristique Saint Polycarpe (460 F).

L’achat de cette coupe par Sacha Guitry a été également signalé par Jacques Suffel, bibliothécaire à la Bibliothèque nationale, lors d’un colloque qui s’est tenu à Rouen du 25 avril au 28 avril 1989. Jacques Suffel, qui a participé à la vente de 1931, y a évoqué l’achat de « haute lutte contre un enrichisseur américain », du manuscrit de L’Éducation sentimentale par Sacha Guitry, achat complété de quelques objets de Flaubert dont « une tasse à déjeuner en vermeil » (actes de ce colloque publiés dans la revue mensuelle Europe de septembre-octobre-novembre 1969, introduction de Jacques Suffel, page 6. Témoignage également mentionné dans le mémoire de DEA de Déborath Boltz consacré à la Réception de L’Éducation sentimentale, université Paris VII, 2005
www.item.ens.fr/index.php?id=34461

Annexe

Une piste pour compléter le parcours de notre coupe est de nous plonger dans les ventes des objets ayant appartenu à Sacha Guitry (1885-1957). Mais ce n’est pas une mince affaire ! C’est par dizaines effectivement que ces ventes se sont succédé depuis la mort de l’acteur–réalisateur.

Sa très importante collection de tableaux, sculptures, lettres manuscrites et objets divers rassemblée dans son hôtel de l’avenue Élisée-Reclus, à l’ombre de la tour Eiffel, devait constituer un musée à sa mort. Mais cette volonté ne fut pas suivie. L’hôtel a été démoli en 1963 et les collections dispersées dans de nombreuses ventes.

En effet, il faut ajouter aux ventes qui ont fait suite aux décès de ses cinq épouses toutes celles des nombreux collectionneurs des objets ayant appartenu à Guitry.

Rien qu’en consultant le catalogue de la Bibliothèque nationale de France j’ai recensé 40 ventes différentes, entre 1948 et 2013, comprenant des objets, tableaux, livres ou documents ayant appartenu à Sacha Guitry !

Dans l’état actuel des recherches (janvier 2014) la coupe ne figurait pas dans les catalogues des trente-deux ventes suivantes :

6, 7 juillet 1948
24, 25 novembre 1968 (Objets d’art…)
20 février 1974 (Autographes…)
21 novembre 1974 (Collections historiques…)
3 décembre 1975
19 décembre 1975
25 mars 1976 (Bibliothèque…)
26 novembre 1976 (Sculptures…)
26 novembre 1976 (Tableaux…)
17 février 1977 (Souvenirs historiques…)
15 juin 1977
29 juin 1977
22 novembre 1977
2 mars 1978
19 mai 1978 (Objets de vitrines…)
12 juin 1978
21 juin 1978
21 mars 1979 (Livres…)
28 octobre 1985
2 décembre 1985 (coll. Lorcey…)
9 décembre 1985 (Sacha et Lucien Guitry…)
19 février 1986 (coll. Lorcey…)
10 juin 1988 (coll. Lorcey…)
21 janvier 1994
19, 20 mai 1994
27 avril 1998
21 juin 2003
6, 16 et 17 janvier 2007 (coll. Lorcey…)
25 octobre 2007
22 avril 2009
11 et 17 décembre 2011 (André Bernard…)
28 mars 2013 (Lana Marconi…)


À noter enfin que Sacha Guitry a vendu, ou donné également, quelques-uns de ses objets collectionnés de son vivant, en particulier au sortir de la Seconde Guerre mondiale et de « Ses Occupations », titre d’un de ses ouvrages.

Guitry présente ses collections de la rue Élysée Reclus, notamment, dans le court texte Voyage autour de mon bureau. Ce texte a été repris dans l'ouvrage Le Petit Carnet rouge et autres textes inédits (Perrin, 1979) : « Voici enfin, de Musset, le manuscrit autographe de Louison et voici les 2500 pages de L'Éducation sentimentale. Voici l'encrier de Flaubert, voici sa robe de chambre chinoise, encadrée comme un tableau ; voici, dans un écrin, la bague qu'il a portée toute sa vie, et cette coupe en vermeil, c'était sa tasse à déjeuner » (p. 264).





Mentions légales