ICONOGRAPHIE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site
    

 Flaubert par Ladislas Loevy

   

   
Le portrait ci-dessus de Gustave Flaubert ne figure pas dans l’Album Flaubert (Bibliothèque de la Pléiade, 1972).
Au dos de l’épreuve avant la lettre que je possède a été écrit au crayon : « Dessiné et gravé par Ladislas Loévy, né à Varsovie. Tirage 50 [?] avant la lettre, les autres avec le nom et nom de auteur » [sic].
Ladislas Loevy est un dessinateur et graveur actif à Paris dans les années 1880-1900. Il est surtout connu pour avoir dessiné la même année, en 1896, les portraits de Verlaine et d’Edmond de Goncourt sur leur lit de mort.
Inconnu du Bénézit, mais ayant une courte notice dans l’Inventaire du fonds Français après 1800 (du Cabinet des Estampes de la BnF), ainsi que dans Les Graveurs du XIXe siècle (de Béraldi), Ladislas Loevy ne doit pas être confondu avec Edouard (ou Edward) Loevy (1857-1911), né lui aussi à Varsovie, dessinateur à l’œuvre beaucoup plus considérable qui illustra notamment de 5000 dessins, principalement des portraits, le Nouveau Larousse illustré (7 vol. et 1 supplément) et fut publié également dans l’Illustration vers 1890.
Les liens de famille entre Edouard et Ladislas restent à établir ; notons simplement qu’ils furent tous les deux portraitistes à peu près à la même époque.
Ladislas est cité dans une lettre de Paul Verlaine à Catulle Mendès du 3 octobre 1888 : « Je vous recommande M. Ladislas Loevy, jeune homme de beaucoup de talent qui désire faire mon portrait pour La Vie populaire. »
Ladislas Loevy était connu de Stéphan Zweig qui lui a dédicacé, « en haute cordialité », son ouvrage sur Verlaine (Berlin, 1905).
Notre dessinateur-graveur a collaboré à la revue littéraire La Plume (où il a publié son portrait de Verlaine), probablement au Gaulois, et peut-être (doutes à lever sur le prénom) au Figaro, à La Presse et à La Lanterne, nouvelle formule. On connaît de lui également les portraits de Murger, de Richepin et d’Anatole France (en frontispice de l’ouvrage Au Petit Bonheur, 1898).
Son portrait de Flaubert a été réalisé, très probablement, bien après le décès de l’écrivain en 1880.

Guy Pessiot, décembre 2013.
    


Mentions légales