ICONOGRAPHIE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site
Guy PESSIOT

Précisions sur le daguerréotype douteux concernant Gustave Flaubert


J’étais présent à la vente chez Artcurial, à Paris, le 18 novembre 2006, de ce daguerréotype représentant soi-disant Flaubert.
Les enchères ont démarré à 20.000 euros, pour s’arrêter, au marteau, à 25.000. Ce n’est qu’après que la vente a été annulée, certainement parce qu’elle n’atteignait pas le prix de réserve, le montant minimum de l’estimation étant fixé à 40.000 euros.
Après avoir hésité un temps, sur le plan de la ressemblance, je me range finalement du côté de la majorité des commentateurs du site Flaubert de l’université de Rouen, et notamment d’Yvan Leclerc, pour dire que nous sommes probablement en présence d’une mystification.
En complément de ce qui est écrit ci-dessus, j’ajoute quelques arguments complémentaires concernant, non pas le portrait, mais le dos de ce daguerréotype que j’ai eu entre les mains le jour de la vente.
  1. Ce daguerréotype est anonyme, sans nom de photographe et c’est très rare. J’ai manipulé plus d’une vingtaine de daguerréotypes, tous avaient une étiquette, au dos, avec le nom du daguerréotypiste. Certes des amateurs pouvaient réaliser, avec le matériel adéquat, de tels portraits, mais ils étaient assez souvent de qualité médiocre tant cette technique nécessitait une longue pratique.
  2. De plus, le papier bleu, si ma mémoire est bonne, m’a paru très frais, peu abîmé. Là encore, c’est très rare, la plupart des daguerréotypes, après plus de 160 ans de manipulation, donnant des signes de fatigue.
  3. Enfin la seule mention écrite, à l’encre noire, au dos, sur ce papier bleu était A Croisset, avec cette écriture, que vous connaissez, fine et penchée évoquant celle de Flaubert.
Tout cela est bien suspect et incite à la plus grande méfiance.

[Extrait de la communication de Guy Pessiot aux Amis de Flaubert et de Maupassant, le 21 mai 2016, ayant pour titre « Se faire tirer le portrait (photographique), à Rouen, au temps de Flaubert et de Maupassant (1842-1893), du daguerréotype à la pellicule souple Kodak »).]



Mentions légales