ATELIER BOVARY - Passages censurés
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
recherche :         
78 folios avec passages censurés.
Folios par page :
folios 1-50 / 78     1 - 2     >>>
Ce dossier regroupe les corrections que les directeurs de la Revue de Paris avaient voulu imposer pour la publication de Madame Bovary en feuilleton, au cours du dernier trimestre 1856.
Flaubert les a reportées sur la première édition de Michel Lévy, avec cette mention : « Cet exemplaire représente mon manuscrit tel qu’il est sorti des mains du sieur Laurent Pichat, poëte & propriétaire de la Revue de Paris. 20 avril 1857. Gve Flaubert »
1 - Copiste, folio 14 classement : brouillons, page 18 du manuscrit définitif | voir le folio complet

morceau de veau, cuit au four, avec quoi il déjeunait ... le matin, quand il était rentré de l'hôpital

2 - Copiste, folio 18 classement : brouillons, page 23 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et elle déjoua même fort habilement les intrigues d'un charcutier qui était soutenu par les prêtres.

3 - Copiste, folio 20 classement : brouillons, page 26 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Madame par ... pudeur, restait tournée vers la ruelle & montrait ... le dos.

4 - Copiste, folio 21 classement : brouillons, page 27 du manuscrit définitif | voir le folio complet

{{L'odeur chaude des cataplasmes se mêlait dans sa tête, à la verte odeur de la rosée. Il entendait rouler sur leur tringle les anneaux de fer des lits & sa femme dormir ....}}

5 - Copiste, folio 22 classement : brouillons, page 29 du manuscrit définitif | voir le folio complet

quand il ... entra dans les Bertaux, son cheval eut peur &fit un grand écart -

6 - Copiste, folio 23 classement : brouillons, page 30 du manuscrit définitif | voir le folio complet

sous ... suant ... ses couvertures et

7 - Copiste, folio 37 classement : brouillons, page 49 du manuscrit définitif | voir le folio complet

à son pot à l'eau

8 - Copiste, folio 47 classement : brouillons, page 60 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Le lendemain en revanche, il semblait un autre homme, les yeux brillants et la figure épanouie, c'est lui plutôt que l'on eût pris pour la vierge de la veille, tandis que la mariée ne laissait rien découvrir qui pût donner prise à penser quelque chose. Les plus malins ne savaient que répondre, et ils la considéraient quand elle passait près d'eux avec des tensions d'esprit démesurées. Mais Charles ne dissimulait rien, il l'appelait « ma femme ».

9 - Copiste, folio 48 classement : brouillons, page 60 du manuscrit définitif | voir le folio complet

la tutoyait, s'informait d'elle à chacun, la cherchait partout, et souvent il l'entraînait dans les cours, où on l'apercevait de loin entre les arbres qui lui passait le bras pour la taille, et continuait à marcher à demi penché sur elle, en lui chiffonnant avec sa tête, la guimpe de son corsage. ... la première grossesse de sa femme

10 - Copiste, folio 52 classement : brouillons, page 65 du manuscrit définitif | voir le folio complet

{{ Au lit le matin et côte à côte sur l'oreiller, il regardait la lumière du soleil passer parmi le duvet de ses joues blondes que couvraient à demi, les pattes escalopées de son bonnet. Vus de si près, ses yeux lui paraissaient agrandis, surtout quand elle ouvrait plusieurs fois de suite, ses paupières en s'éveillant. Noirs à l'ombre, et bleus foncés au grand jour, ils avaient comme des couches de couleurs successives et qui plus épaisses dans le fond, allaient en s'éclaircissant, vers la surface de l'émail. Son oeil, à lui, se perdait dans ces profondeurs, et il s'y voyait en petit jusqu'aux épaules, avec le haut de foulard qui le coiffait et le commencement de songilet de flanelle sous sa chemise entr'ouverte

11 - Copiste, folio 53 classement : brouillons, page 67 du manuscrit définitif | voir le folio complet

le coeur ... plein des félicités de la nuit ... chair contente ... comme ceux qui mâchent encore après dîner, le goût des truffes qu'ils digèrent.Jusqu'à présent qu'avait-il eu de bon dans l'existence ? Etait-ce son temps de collège, où il restait enfermé entre ces hauts murs , seul au milieu de ses camarades, plus riches, ou plus forts que lui dans leurs classes, qu'il faisait rire par son accent, qui se moquaient de ses habits, et dont les mères venaient au parloir avec des pâtisseries dans leur manchon. Etait-ce plus tard, lorsqu'il étudiait la médecine et n'avait jamais la bourse

12 - Copiste, folio 54 classement : brouillons, page 68 du manuscrit définitif | voir le folio complet

assez ronde pour payer la contredanse à quelque petite ouvrière qui fût devenue sa maîtresse ... Ensuite il avait vécu pendant quatorze mois avec la veuve dont les pieds, dans le lit, étaient froids comme des glaçons ... il la baisait dans le dos, elle

13 - Copiste, folio 64 classement : brouillons, page 81 du manuscrit définitif | voir le folio complet

servait renversés les pots de confiture dans une assiette, et [illis]elle parlait d'acheter des rinces- bouches ... pour le dessert

14 - Copiste, folio 65 classement : brouillons, page 83 du manuscrit définitif | voir le folio complet

se couchait sur le dos

15 - Copiste, folio 74 classement : brouillons, page 98 du manuscrit définitif | voir le folio complet

laissant tomber de sa bouche des gouttes desauce

16 - Copiste, folio 84 classement : brouillons, page 109 du manuscrit définitif | voir le folio complet

leurs jambes entraient ... l'une dans l'autre

17 - Copiste, folio 90 classement : brouillons, page 120 du manuscrit définitif | voir le folio complet

jusque sur l'étiquette ... de ses pots de pommade.

18 - Copiste, folio 93 classement : brouillons, page 123 du manuscrit définitif | voir le folio complet

un lit monté sur estrade

19 - Copiste, folio 94 classement : brouillons, page 124 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et comme Madame d'habitude, laissait la clef au buffet, Félicité chaque soir prenait une petite provision de sucre, qu'elle mangeait toute seule, dans son lit, après avoir fait sa prière

20 - Copiste, folio 95 classement : brouillons, page 125 du manuscrit définitif | voir le folio complet

ou si ce n'était pas sa peau qui parfumait sa ... sa chemise

21 - Copiste, folio 97 classement : brouillons, page 127 du manuscrit définitif | voir le folio complet

il coupait au dessert le bouchon des bouteilles vides ; il se passait après manger, la langue sur les dents ; il faisait en avalant sa soupe un gloussement à chaque gorgée

22 - Copiste, folio 101 classement : brouillons, page 131 du manuscrit définitif | voir le folio complet

De temps à autre, avec son genou, il écartait de son épaule la bretelle de son instrument, tout en lançant contre la borne unlong jet de salive brune

23 - Copiste, folio 111 classement : brouillons, page 143 du manuscrit définitif | voir le folio complet

robs dépuratifs ... bandages

24 - Copiste, folio 118 classement : brouillons, page 151 du manuscrit définitif | voir le folio complet

- Bravo ! « fit le pharmacien. « envoyez donc vos filles en confesse à des gaillards d'un tempérament pareil ! moi, si j'étais le gouvernement, je voudrais qu'on saignât les prêtres, une fois par mois. Oui, Mme Lefrançois, tous les mois une large phlebotomie, dans l'intérêt de la police et des moeurs ! »

25 - Copiste, folio 119 classement : brouillons, page 152 du manuscrit définitif | voir le folio complet

- taisez-vous donc, Mr Homais ! vous êtes un impie !. Vous n'avez pas de religion !

26 - Copiste, folio 139 classement : brouillons, page 176 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Napoléonreprésentait ... la gloire et

27 - Copiste, folio 142 classement : brouillons, page 179 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Peut-être avait- elle des inquiétudes plus sérieuses. Mr Bovary était homme à ne rien respecter

28 - Copiste, folio 144 classement : brouillons, page 181 du manuscrit définitif | voir le folio complet

couvert de ... scrofules au visage

29 - Copiste, folio 145 classement : brouillons, page 182 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Enfin, la dernière superfluité de cet appartement était une Renommée, soufflant dans des trompettes, image découpée, sans doute, à même quelques prospectus de parfumerie, et que six pointes à sabot clouaient au mur

30 - Copiste, folio 172 classement : brouillons, page 219 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et comme l'ardillon pointu de cette courroie complexe qui la bouclait de tous côtés ?

31 - Copiste, folio 223 classement : brouillons, page 269 du manuscrit définitif | voir le folio complet

en écartant- ... avec soin la fourche du pantalon, dont le drap non décati reluisait plus brillamment que le cuir des fortes bottes.

32 - Copiste, folio 230 classement : brouillons, page 275 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et ... même elle sentait le parfum de la pommade qui lustrait sa ... chevelure

33 - Copiste, folio 285 classement : brouillons, page 325 du manuscrit définitif | voir le folio complet

- « Tu n'en as pas aimé d'autres, hein ? » - « Crois-tu m'avoir pris vierge ? » exclamait-il en riant. Emma pleurait, et il s'efforçait à la consoler, enjolivant de calembourgs ses protestations.

34 - Copiste, folio 286 classement : brouillons, page 326 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et ta concubine

35 - Copiste, folio 290 classement : brouillons, page 330 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Il s'enroulaient en une masse ... lourde, négligemment et selon les hasards de l'adultère qui les ... dénouait tous les jours. ... mais seglissant à côté d'elle, il la baisait sur le cou, du bout des lèvres ... entre le bonnet et le fichu. À travers le linge, il sentait en s'endormant, la forme confuse de ses membres. Etendue sur le dos et sans ouvrir les yeux, Emma repoussait le bras qu'il avançait vers son coeur, dans un étirement de lassitude et de concupiscence timide. La veilleuse de porcelaine arrondissait

36 - Copiste, folio 312 classement : brouillons, page 350 du manuscrit définitif | voir le folio complet

dans les épanchements de l'adultère

37 - Copiste, folio 313 classement : brouillons, page 351 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Elle disait à son enfant : « Ta colique est-elle passée, monange ?

38 - Copiste, folio 323 classement : brouillons, page 359 du manuscrit définitif | voir le folio complet

la sueur coulait dans les frisures, tous les mouchoirs tirés épongeaient les fronts rouges ... Un peu plus bas, cependant, on était rafraîchi par un courant d'air glacial qui sentait le suif, le cuir et l'huile. C'était l'exhalaison de la rue des Charrettes, pleine de grands magasins noirs où l'on roule des barriques.

39 - Copiste, folio 329 classement : brouillons, page 363 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Il eut grand-peine à regagner sa place, car on lui heurtait les coudes à tous les pas, à cause du verre qu'il tenait entre ses mains, et même il en versa les trois quarts sur les épaules d'une Rouennaise en manches courtes, qui, sentant le liquide froid lui

40 - Copiste, folio 330 classement : brouillons, page 364 du manuscrit définitif | voir le folio complet

couler dans les reins, jeta des cris de paon, comme si on l'eût assassinée. Son mari, qui était un filateur, s'emporta contre le maladroit ; et, tandis qu'avec son mouchoir elle épongeait les taches sur sa belle robe de taffetas cerise, il murmurait d'un ton bourru les mots d'indemnité, de frais de remboursement. Enfin, Charles arriva près de sa femme, en lui disant tout essoufflé :

41 - Copiste, folio 331 classement : brouillons, page 365 du manuscrit définitif | voir le folio complet

sous le souffle tiède de ses narines qui lui descendait dans la chevelure.

42 - Copiste, folio 336 classement : brouillons, page 369 du manuscrit définitif | voir le folio complet

et la femme riche semble ... avoir autour d'elle, pour garder sa vertu, tous ses billets de banque comme une cuirasse, dans la doublure de son corset

43 - Copiste, folio 342 classement : brouillons, page 374 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Sa joue àelle l'épiderme suave, rougissait, pensait Emma, du désir de sa personne,Emma et elle sentait de plus en plus, une invincible envie d'y porter ses lèvres. }}

44 - Copiste, folio 344 classement : brouillons, page 376 du manuscrit définitif | voir le folio complet

fenêtre ouverte et chantonnant sur son balcon vernit lui-même ses escarpins, et à plusieurs couches.

45 - Copiste, folio 350 classement : brouillons, page 382 du manuscrit définitif | voir le folio complet

Elle descendit la rue du Grand-Pont, traversa la Place des Arts, le quai Napoléon, le p/Pont-Neuf, et s'arrêta court devant

46 - Copiste, folio 351 classement : brouillons, page 382 du manuscrit définitif | voir le folio complet

la statue de Pierre Corneille - « Continuez ! » fit une voix qui sortait de l'intérieur. La voiture repartit, et se laissant dès le carrefour Lafayette emporter par la descente, elle entra au grand galop dans la gare du chemin de fer. - « Non ! tout droit ! » cria la même voix. Le fiacre sortit des grilles et bientôt arrivé sur le c/Cours, trotta doucement, au milieu des grands ormes. Le cocher s'essuya le front, mit son chapeau de cuir entre ses jambes et poussa la voiture en dehors des contre-allées, au bord de l'eau, près du gazon. Elle alla le long de la rivière sur le chemin de hallage pavé de cailloux secs - et, longtemps, du côté d'Oyssel, au delà des îles. Mais tout à coup, elle s'élança d'un bond à travers Quatremares, Sotteville, la grande chaussée, la rue d'Elbeuf, et fit sa troisième halte devant le Jardin des Plantes. - « Marchez donc ! » s'écria la voix plus furieusement. Et aussitôt reprenant sa course, elle passa par St Sever, par le quai des Curandiers, par le quai aux m/Meules, encore une fois par le pont, par la place du Champ de Mars et derrière les jardins de l'hôpital, où les vieillards en veste noire se promènent au soleil le long d'une terrasse toute verdie par des lierres -.e/Elle remonta le boulevard Bouvreuil, parcourut le boulevard Cauchoise, puis tout le m/Mont-Riboudet jusqu'à la côte de Deville. Elle revint, : et alors, sans parti-pris, ni direction, au hasard, elle vagabonda. On la vit à St Pol, à Lescure, au mont-Gargan, à la Rouge mare, et place du Gaillarbois ; rue Maladrerie, rue Dinanderie, devant St Romain, St Vivien, St Maclou, St Nicaise - devant la Douane, - à la basse Vieille-tour, aux Trois- pipes et au c/Cimetière-Monumental.

47 - Copiste, folio 352 classement : brouillons, page 384 du manuscrit définitif | voir le folio complet

De temps à autre, le cocher sur son siège, jetait aux cabarets des regards désespérés. Il ne comprenait pas quelle fureur de locomotion poussait ces individus à ne vouloir point s'arrêter,/.i/Il essayait quelquefois, et aussitôt il entendait derrière lui partir des exclamations de colère avec des trépignements à défoncer les planches. Alors il cinglait de plus belle ses deux rosses tout en sueur, mais sans prendre garde aux cahots, accrochant par-ci par-là, ne s'en souciant, démoralisé, et presque pleurant de soif, de fatigue et de tristesse. Et sur le port, au milieu des camions et des barriques, et dans les rues, au coin des bornes, les bourgeois ouvraient de grands yeux ébahis devant cette chose si extraordinaire en province, une voiture à stores tendus et qui apparaissait ainsi continuellement, plus close qu'un tombeau et ballotée comme un navire. Une fois, au milieu du jour, en pleine campagne, au moment où le soleil dardait le plus fort contre les vieilles lanternes argentées, une main nue passa sous les petits rideaux de toile jaune et jeta des déchirures de papier qui se dispersèrent au vent et s'abatirent plus loin, comme des papillons blancs, sur un champ de trèfles rouges, tout en fleurs. Puis, vers six heures, la voiture s'arrêta dans une ruelle du quartier Beauvoisin - et une femme en descendit qui marchait le voile baissé, sans détourner la tête.

48 - Copiste, folio 358 classement : brouillons, page 388 du manuscrit définitif | voir le folio complet

- « Ce n'est pas que je désapprouve entièrement l'ouvrage ! L'auteur était médecin. Il y a dedans certains côtés scientifiques ... qu'il n'est pas mal à un homme de connaître, et j'oserais dire qu'il faut qu'un homme connaisse. Mais plus tard, plus tard ! attends du moins que tu sois homme toi-même et que ton tempérament soit fait. » ... après un repas bonapartiste avec d'anciens officiers.

49 - Copiste, folio 357 classement : brouillons, page 388 du manuscrit définitif | voir le folio complet

il est déjà formé comme un homme

50 - Copiste, folio 359 classement : brouillons, page 389 du manuscrit définitif | voir le folio complet

être un ... pauvre homme enfin, par tous les bouts.

folios 1-50 / 78     1 - 2     >>>