Correspondance de Flaubert
à Feydeau Léocadie, Croisset, 14 juin 1869
Notice
Chargement de l'image en cours ...

 

À LÉOCADIE FEYDEAU

 

[Paris, 14? juin 1869.]

lundi matin

 

Chère Madame

Comme je pense sans cesse à votre pauvre mari j'en ai parlé hier à des gens du métier. Il est peut-être imprudent de ne pas le traiter avec plus d'énergie. L'électricité employée doucement serait très bonne.

Demandez à votre médecin ordinaire qu'il appelle en consultation Ominus [Onimus] c'est un élève de Robin qui est très fort. Tel est mon humble avis. j'irai chez vous probablement jeudi.

Je vous baise les deux mains, chère Madame en vous plaignant du fond de mon cœur.

 

Gve Flaubert