Correspondance de Flaubert
à Cloquet Jules, Lieu non indiqué, 1860
Notice
Chargement de l'image en cours ...

 

À JULES CLOQUET

 

[Sans lieu, 1860 ?]

 

Mon cher Monsieur Cloquet

Puisque vous êtes veuf, voulez-vous nous faire le plaisir de venir dîner chez moi le jour que vous voudrez dimanche prochain excepté.

Soyez ce que vous êtes toujours, c'est à dire aimable ; et acceptez !

Je compte sur un oui et vous serre les mains

bien affectueusement

 

Gve Flaubert

 

Ma mère sera bien heureuse de passer quelques heures avec vous !