Correspondance de Flaubert
Destinataire inconnu, Croisset, 25 juin 1867
Notice
2 images :
Chargement de l'image en cours ...

 

À X***

 

[Croisset, 25 juin 1867.]

Croisset près Rouen

Mardi.

 

Mon cher confrère

Vous recevrez en même temps que ce billet un volumineux paquet de journaux. Faites-en ce qu'il vous plaira. Vous me les rendrez à la fin du mois prochain quand je serai à Paris.

Vous ne trouverez nulle part les plaidoiries prononcées lors de mon procès, parce qu'il est défendu de rendre des compte des procès de presse.

             __

Oui, j'ai beaucoup écrit avant de publier Me Bovary. Mes œuvres inédites sont plus nombreuses que les autres.

Je n'ai jamais exercé aucun métier. – C'est à tort que l'on m'a décoré plusieurs fois du grade de Docteur en médecine – Je suis fils petit-fils & frère de médecins. De là est venue la confusion.

Tels sont je crois les renseignements que vous me demandez.

Je vous serre les mains

et suis le vôtre

Gve Flaubert

 

Je vous avertis qu'il n'y a aucune vérité ou du moins fort peu de vérité dans les détails biographiques publiés sur mon compte.