Correspondance de Flaubert
à Pennetier Georges, Croisset, 17 août 1876
Notice
Chargement de l'image en cours ...

 

À GEORGES PENNETIER

 

[Croisset, 17 août 1876.]

Croisset. 17.

 

Mon cher ami

J’ai fait remettre aujourd'hui au muséum, le perroquet & les livres que vous m'aviez prêtés. – merci de l'un & des autres.

La maladie que je cherchais est tout bonnement la pépie. Mon voisin Fortin, qui a longtemps habité le Pérou, m'a renseigné là-dessus.

Une chose dépare, ou plutôt souille votre brochure sur le père Pouchet : les vers de mon ami Deschamps. Vous pouvez garder cette opinion pr vous. – mais franchement c'est voilà de triste poësie.

Votre conférence pouvait s'en passer. – C'est le seul défaut que j'y voie. – Tout le reste est excellent, disant ce qu'il fallait dire.

Je vous serre la dextre

& suis, n'en doutez pas,

Votre

Gve Flaubert