Correspondance de Flaubert
à Guéroult Adolphe, Lieu non indiqué, 02 février 1863
Notice

 

À ADOLPHE GUÉROULT

 

[Paris, avant le 2 février 1863.]

[Brouillon de la lettre, dernier état.]

 

Mon cher Monsieur Guéroult

 

Excusez-moi si je vous importune encore une fois. Mais com M. G. Frœhner doit reproduire dans l'Opinion Nationale ce qu'il vient de publier dans la Revue Contemporaine je me permets de lui dire faire savoir dire que :

J'ai commis, effectivement, une erreur très grave. Au lieu de (Diodore livre XX) ch 4. lisez chapitre XIV. de plus autre erreur j'ai aussi oublié un texte de plus de plus à propos de la statue Moloch. C'est la p. 324 p. 324 à savoir la p 324 de la mythologie du Dteur Jacobi trad de Bertrand Th. Bernard où il verra de plus encore les sept compartiments qui l'indignent.

– Et, bien qu'il n'ait daigné me répondre un seul mot 1° sur la topographie de Carthage 2° sur le manteau de Tanit 3° sur les noms puniques que j'ai travestis & 4° sur les Dieux que j'ai inventés 5° sur leset qu'il ne m' ait gardé le même silence 5° pr les chevaux consacrés au soleil sur la statuette de la Vérité sur les coutumes bizarres des nomades 9° sur les lions en croix crucifiés et 10° sur le les arrosages de silphium, j' en ajoutant 11° sur l'escarboucle avec de plus des lynx 12° sur les superstitions chrétiennes avec [illis.] de même à propos relatives des aux pierreries ni & n'en disant pas plus quant  en se taisant de même 13° sur le jade ni 14° sur le jaspe pas plus que & n'en disant pas plus 15° sur les costumes des femmes et 16° sur les robes de Lydiens – et n'en disant pas plus quant à tout ce qui concerne la pose fantastique de la momie égyptienne ni 18° Hannon ni 19° les citations le musée Camp peu exactes qu'il fait des passages de mon livre 20° mon latin qu'il vous le musée Campana et 21° mon latin qu'il vous conjure de croire faux etc.

Je suis prêt à reconnaître cher M. sur tout cela comme sur tout le reste à reconnaître qu'il a raison – & de plus que l'Antiquité est sa propriété particulière – qu'il est, en conséquent très savant très spirituel, très honnête – il peut donc si telle est son envie s'amuser en paix à détruire mon édifice & prouver que je ne suis rien comme il l'a fait victorieusement pr Mr Léon Heuzey professeur d'histoire à l'école des Beaux-Arts & pr Mr Léon Renier membre de l'Institut. Je ne lui répondrai pas. Je ne m'occuperai plus de ce monsieur.

Je retire un mot qui me paraît l'avoir contrarié lui avoir déplu qque peu. Non Mr Fr. [Frœhner] n'est pas léger. Il est tout le contraire. – & si je l'ai choisi pr victime parmi tant d'écrivains qui ont rabaissé mon livre c'est qu'il m'avait semblé le plus sérieux. Je me suis bien trompé.

Enfin puisqu'il se mêle de ma biographie (comme si je m'inquiétais de la sienne !) en affirmant par deux fois (il le sait) que j'ai été six ans à écrire Salammbô je lui avouerai que je ne suis pas bien sûr à présent d'avoir jamais été à Tunis. Peut-être ai-je crû faire un voyage ? 

Il nous reste l'un & l'autre à vous remercier cher Monsieur. Moi pr m'avoir ouvert votre journal spontanément votre journal & lui & d'une si large manière. – & lui & quant à lui, Mr Frœhner il doit vous savoir un gré infini d'avoir relevé [révélé] son existence au public car vous lui avez permis par par le même moyen de révéler son existence au public faire parler de lui d'apprendre à vos abonnés son existence. Cet étranger tenait à être connu.

Maintenant il l'est – avantageusement ?

Mille cordialités.

G.

 

[Brouillon, avant-dernier état]

 

3.

ni 19è 20 sur mon latin faux

ni 21 sur

le musée Campana

de petites réclames

pr ses livres

 

& continuer

& continuer ses

menaces & [illis.]

enseigner en face

[illis.] & prouver

B

que je ne sais rien

du tout. Je me trouverai

en très honnête compagnie celle de comme il l’a fait pr Mr Léon Rénier

membre de l’institut (1)

& Mr Léon Heuzey

prof d’art d’histoire

à l’école des beaux-arts (2)

& bibl. de la

Sorbonne.

Je suis prêt à reconnaître sur tout cela comme sur tout le reste qu’il a raison & de plus qu’il est très savant très spirituel, que l’antiquité lui appartient est sa propriété particulière, en conséquent qu’il manie l’ironie très spirituel, très honnête. etc. très honnête. – il peut s’il désire si telle est son envie continuer ses menaces s’amuser en paix détruire mon édifice A  (2) je ne lui répondrai plus pas à ce Monsieur. je ne m’occuperai plus.

Je n’ai plus que deux choses à lui dire. Je lui accorde même qu’il connaît ma biographie mieux que je la connais moi-même lorsqu’il affirme par deux fois que j’ai été six ans à écrire Salammbô, six ans ! juste.

Il me demande prquoi d’où vient je l’ai choisi pr victime parmi tant d’écrivains qui ont rabaissé mon livre. Je l’ai exprès. Prquoi c’est qu’il m’avait semblé le plus sérieux. Je me suis m’étais bien trompé.

de même plus je retire biffe un mot qui me paraît (1) l’avoir contrarié qq peu celui de léger. Non Mr Frœhner est tout le contr d’un hom léger.

Enfin puisqu’il se mêle de ma biographie (comme si je m’inquiétais de la sienne !) en affirmant que par deux fois (il le sait) que j’ai été six ans à faire Sal. je lui avouerai que je suis pas même bien sûr maintenant d’avoir été à Carthage Tunis. Peut-être ai-je cru faire ce voyage.

En voilà je crois bien assez – & il nous reste l’un et l’autre à vous remercier. – moi – de me l’av ouvert spontanément vos feuilles votre journal – & lui… il voulait être connu. Il l’est – avantageusement

 

[Notes préparatoires]

 

N'a pas répondu à 1° rien sur la topographie de Carthage et à Dureau de la Malle 2° aux noms puniques travestis 3° aux citations fausses que vous avez faites de Salammbô 4° au manteau 5° aux dieux que vous m'accusez d'avoir inventés.

[Ainsi « Astarté la vénus phénicienne se rencontre souvent côte à côte avec la déesse Astoret ni plus ni moins que dans certain catalogue. » m'associant toujours toujours au catalogue « ni le catalogue ni Mr Flaub ne sav sans doute pas que c'était là deux noms de la même personne ou deux formes du même nom etc. » – dans la réponse après av cité mes deux lignes « j'ai l'humble observation qu'il n'y avait là qu'une série de noms désignant tous la même divinité »] 6° singes & chevaux crucifiés au soleil 7° la Vérité 8° coutumes bizarr des nomades. 9° pas prouvé que j'avais pris des détails sur les pierreries aux superstitions chrétiennes 10° jade & jaspe 11° lions crucifiés. latin faux. 12° sylphium. 13° costume des Lydiens. 14° silphium

15° costume des femmes. 16° ni sur Hannon. 17° ni sur la pose égyptienne

peut-être même pas le français (faux)

leçons d'ironie

– « latin croyez-moi Monsieur, est presque toujours faux

– « m'eût été facile de détruire tout l'édifice laborieux de ses longues veilles »

Moloch. ch  Diodore XX. 14 et non 4.

Plutarque de superstitione 33 ad finem

une statue de Sardes ventre grillagé.

préparat. évangélique (liv 1er « j'ai écrit un mémoire sur cet ouvrage il y a neuf ans »

« il ne cite pas d'aurorités pr ses statues de corail »

Mr Flaub traduit imperturbabilem. ce n'est pas moi qui traduit mais Hill puisque j'ai mis avant en toute lettr trad de hill.

« Je ne suis pas de ceux qui refusent à Mr flaub tout talent » vous êtes bien bon.

– biographie mieux que moi-même   6 ans

Musée Campana.

« Mr flaubert ne sera jamais savant que pr ceux qui ne le sont pas » pr qui l'êtes vous ?